Ach, les menaces de sanctions internationales contre la Grande Russie, Gross Malheur …

Poutine

"Hum … hum …", se dit Vlad, qui prend 30 secondes pour lire face caméra le twit d’une certaine catégorie de buveurs de cocktails d’été en bord de piscine de la communauté internationale des tartuffes préoccupés pour les cadavres du crash d’encore un avion malaisien …

Putin Poutine

… il faut aller voir Angela et ses ami(e)s d’Europe (en vacances, mais joignable sur son téléphone Siemens garanti sans #NSA), pour vérifier si elle est au courant de ce binz …

POUTINE

… vérifier avec le confrère de l’Est (toujours bien tuyauté, avec ou sans gazoduc) s’il est dans le coup, ou pourrait s’y intéresser (dans "Malaisie", il y a "malaise" … et "Asie", aussi).

Poutine

… skyper à l’as des écoutes téléphoniques (en petite forme cet été, voire depuis sa dernière réélection) au cas où il aurait entendu parler de quelque chose …

syrie_obama_et_poutine

… avertir le petit livreur de Mistral en scooter (à la ramasse comme d’hab’) que le vent de Sibérie, c’est pas seulement une risée comme à Taiwan du temps de ses premiers stages …

FRANCE-RUSSIA-SYRIA-POLITICS-UNREST-PUTIN-HOLLANDE

… et demander à l’amie monétaire de Washington si/comment ça pourrait impacter le cours du Rouble en Euro (un peu faiblard ces jours-ci) ou le prix du gaz, ces patakès …

Christine Lagarde FMI IMF

"… sinon, juste aller en parler à mon cheval …" conclut Vlad.

Poutine

Bref, tout ça dont ça twittasse sur facebook et tchatche à la TV … Vlad s’en bat les steaks.

Renaud Favier – 23 juillet 2014

Ach, ces guerres partout à la saison des vacances, Gross Malheur, mais si on sait conserver son sang froid sans transmettre ses angoisses à son entourage, c’est bien moins dérangeant que le football mondial, la nouvelle diplomatie économique de la France, ou les sanctions internationales …

Putin Poutine

 

Publié dans Actualité, Humour, International, Musique, Pause Café, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Vive la liberté de la paresse !

Cat Happy

Avant, on attachait beaucoup d’importance au travail, à la reconnaissance sociale y afférente (notamment quand une nouvelle belle-fille à obsolescence programmée vous demandait, sans même geler sa partie de Candy Crush : "Et tu fais quoi comme taf, toi ?"), aux bénéfices socio-économiques en découlant (genre invitations à Roland Garros, ou tickets à moitié prix pour le Parc Astérix ou un concert d’Annie Cordy via le comité d’entreprise, check-up médical tous les 5 ans avec la cabine où ils mettent des acouphènes dans des écouteurs, et vaccin gratos contre la grippe même avant la retraite), et aux miles Air-France ou SNCF qui permettent d’offrir un billet gratuit pour Venise à sa femme, à sa maitresse et/ou à son amant (le sien, celui de sa femme ou celui de sa maitresse), entre autres, tous les deux ou trois ans si la compta ne pique pas les miles pour la boite et n’impose pas de voyager en soute sur compagnie low-cost ou en billets primes achetés avec les miles des cadres licenciés dont les avocats négligent d’exiger dans la négo transactionnelle (c’est un peu comme les stages d’analyse transactionnelle, mais quand on veut vous virer, pas juste vous faire écluser votre DIF avant le 31 décembre).

Mais c’était avant

Maintenant, comme de toute façon comme ce qu’il restera après impôts, taxes et charges du pognon qu’on peut gagner en travaillant sera claqué en trucs ne servant qu’à vous tirer encore plus de pognon le plus vite possible (genre le l’ordinateur du gamin à obsolescence mieux programmée  la bagnole dont le plein ruinerait un village d’Afrique et la révision coûte presqu’autant qu’une visite de plombier à Paris), j’en discute avec moi-même en me rasant.

come-to-work-today-funny-pictures1

Comme ça gave grave de constater à chaque élection qu’on se casse le Q dans les transports communs et/ou les embouteillages pour aller bosser avec la clim’ en rade, la moquette du couloir plus jamais nettoyée, et une négo à deux balles mais de 3 plombes avec courbettes obligatoires si on prétend se faire rembourser un repas à deux couverts dans un bistrot qui coupe encore ses frites, tout ça pour assurer un train de vie de sénateur romain à des bandes organisées de prédateurs, dont ceux du moment ne font même plus semblant de ne pas être au moins aussi pires que ceux d’avant, et de ne plus être assez jeune ballot-ballon pour espérer sérieusement que ceux d’après seront un tant soit peu moins pires (c’est comme au foot, on peut militer 90 minutes pour jouer le jeu, voire supporter une équipe en particulier pendant tout un championnat, voire une vie entière, par fidélité familiale, par routine personnelle, ou parce qu’on aime bien la couleur du maillot, mais faudrait être sacrément tarte pour y croire comme on croit en Dieu pour tous, en le Botox pour les lèvres des filles, et en l’électricité écolo pour les bagnoles des garçons).

Kong

Crédits : Kong

Comme il vaut de très loin mieux optimiser un peu fiscalement un héritage et/ou la vente de trucs qui ne rapportent plus de dividendes automatiques à deux chiffres ou de plus-values indécentes comme l’immobilier parisien pour rentiers jusque vers 2012, glander dans une banque d’affaires pour en faire comme son nom l’indique, ou se mettre avec une nana bien thunée dont le fric est hors de portée de sbires de Bercy.

Rihanna Enjoying A Beer In The Mediterranean Sea

Enfin, il ne faut pas plus désespérer les derniers mohicans du travail en France que Billancourt en son temps (comme on disait de celui de feu Georges Marchais, grand tartuffe du soviétisme à la française dont les vociférations sans retenue et l’humour sans états d’âme manquent dans le paysage médiato-politicien  français de maintenant, mais dont on se passe quand même très bien parce que ses : "Travailleurs, Travailleuses … blablabla", c’était aussi convaincant et honnête intellectuellement qu’une promesse de François Hollande ou une annonce de Michel Sapin), parce que si vraiment tout le monde arrête de bosser, les prêteurs internationaux vont s’inquiéter, les acheteurs d’immobilier commercial et de bureau vont lâcher Paris et déclencher une retour des prix à la normale genre dé"clichage de 40 ou 50% et désordres en conséquence dans l’économie réelle, Pôle Emploi ne pourra plus indemniser les bomistes ("bomiste" synonyme "bomeur", c’est  "bobo"+"chômiste", genre qui touchait 7000 net en taffant et qui peut surfer cool 2, voire 3 ans à plus de 50 ans, avec 4 ou 5000 pour juste chercher du boulot en dehors des vacances scolaires, sans grand risque d’en trouver alors que tout le monde est au chômdu et que plein de djeuns en sortie d’université et/ou de parents de djeuns encore scolarisés sont prêts à bosser pour 2 ou 3000 par mois), ça serait une catastrophe.

demotivation-posters-auto-312267

Une catastrophe …

Et ouais …

Renaud Favier – 22 juillet 2014

hard-work-funny-poster

Publié dans Humour, Pause Café | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Vos gueules les pingouins !

pingouin-facetieux

Je dis ça (notez que je le twitte sur mon e-mur, que je ne vais pas déranger les caméras de Youtube et autres micros de TV pour téléspectosopportélecteurs, ni criailler sous les fenêtres des riverains des coins de Paris et orbi où tous aiment bien aller s’indigner en bande organisée parce qu’il y a des boutiques sympa pour le before, que tous connaissent bien les transports en commun pour y aller si on n’a pas trouvé de place en bagnole collective et les itinéraires depuis les quartiers garables gratosse, et que les bistrots sont cool pour l’after ) …

pingouin

Je twitte rien (parce que j’ai été éduqué comme ça, à marcher sans déranger les gens qui se reposent sous terre, à pas faire trop de bruit pour trop rien, même si on sait que comme on ne sait rien, ça peut valoir le coup de sortir la plume pour des petits riens, ou même pas grand chose), parce que tout ce qui passionne les twittos, mobilise les journalistes et blogueurs de permanence pendant les vacances, et dresse les cheveux sur les calvities dans facebook, ne vaut pas qu’on massacre le clavier (ni des gens, mais ça se discute, voire se plaide, tout le monde n’est pas sur cette longueur d’onde) …

humour_demarche

Crédits : Randy Glasbergen

Mais si c’est juste pour pingouiner du bruit sponsorisé sur la banquise pour compte de tiers auxquels vous auriez bien tort de faire confiance aveuglément pavlovienne et sourdement inconditionnelle (retwitter les guturations de la ligue des droits de l’homme, par exempeln, ça casse les oreilles : avant c’était un faux nez juste ballot pavlovien de gauche de salon soucieuse d’imposer sa bien-pensance manipulé par les cocos de Moscou, ensuite ça a été un bateau ivre quand les popovs ont lâché l’affaire et que le PS a préféré financer SOS Racisme et consorts pour doper le FN et recenser les gauchistes pas encarté au courant dominant en cas de majorité faiblarde aux assemblées et/ou de besoin de bras pour porter les panneaux à slogans dans les rues parce qu’on ne peut pas faire confiance aux intermittents du spectacle, que Noah est de moins en moins dispo pour du bénévolat en France, et que Birkin, Balasko et Bedos vieillissent, et maintenant, c’est groupusculaire et cohérent avec son appellation historique dont je ne saurais trop souligner le machisme qui n’a pas pu vous échapper et qui est parfaitement adapté pour les causes genre "sauvez les barbus moyenâgeux" et "répandez les doctrines et croyances les plus archaïques en brûlant des poubelles, il en restera toujours quelque chose") juste parce que vous avez la carte de supporter officiel de leur parti ou que vous avez connu des gens honnêtes qui y militaient quand vous n’aviez pas des poils qui poussent ou il ne faudrait pas et des cheveux qui tombent de là où vous aimeriez qu’ils restent, il reste provisoirement, malgré le réchauffement climatique, la privatisation des coins vivables pour les happy-fews genre "carpe système diem après diem en filant des leçons de morale aux congénères tribuables et concitoyens (é)lecteurs" et autres apparatchiks des partis majoritaires, et autres brise-glaces, d’autres coins de la banquise où aller twittossindigner que juste là toussoudain ici et maintenant comme s’il avait vi(c)e ou mort d’homme(s) avec des éléments de langage qui étaient déjà moisis avant l’invention du Walkman …

Pingouins

C’est toujours les meilleurs mètres carrés qui s’en vont les premiers (y’a qu’à cliquer sur l’image pour le vérifier) … – Crédits : Xavier Gorce

Chhhuuuttt (chute ?), la banquise font toujours plus vite qu’on ne le pense, on a peu de temps pour voyager sur cette terre, on n’a pas que ça à faire, d’écouter les pingouins, même (surtout !) en vacances …

Chhh….

Renaud Favier – 19 juillet 2014

humour_toilettes

Publié dans Humour | Tagué , , , , , , , | Poster un commentaire