Qu’en dirait … le Gros « D… » de Reiser ?

Le gros d…égoutant de Reiser dirait avant tout quelque chose sur ce vieil anar de Georges Brassens qui aimait bien le mois d’octobre. Pour les restes de l’actualité du monde, il aurait comme d’hab’ quelques fulgurances un peu décalées des éléments de langage de situation.

Sur la grève d’Air France pour le week-end de Toussaint, il dirait qu’il n’y a pas besoin d’être Bison Fûté pour prévoir que le petit monde des aériens (bons aériens ?) fait ses journées de la jupe aux départs en congés scolaires et ne rate que rarement l’occasion de contribuer à la chaleur de la rentrée sociale. Quand les politiciens en (d)ébats budgétaires sont intellectuellement réceptifs et pratiquement au pied du mur comme tous les autres citoyens pouvant encore se payer l’avion mais quand même pas de jet privé ou autres restos volants de pâtes aux truffes. Rien de très nouveau dans le ciel.

Il dirait que depuis le temps que les capitaines et dockers du ciel essaient de clouer Air France au sol comme leurs congénères ont coulé le (la ?) France et plus si affinités, même le militant politique le plus borné ou l’expert médiatique le plus complaisant commencent à avoir compris qu’à part quelques amateurs d’hôtels internationaux et nostalgiques du temps des paquebots volants pour millionnaires, tout le personnel d’Air France préfèrerait bosser à la SNCF pour toucher les primes charbon et non-travail de nuit et surtout, dormir dans son lit tous les soirs. Rien de très éblouissant sous le soleil depuis Concorde.

Gros D qui est un optimiste invétéré dirait que le pire n’est pas certain. Qu’avec la convergence franco-allemande on va pouvoir embaucher du personnel Lufthansa qui coûte 30% moins cher (le presse dit qu’un rapport des syndicats d’Air France le dit) ou faire comme Reagan et mobiliser des militaires qui justement seront un peu désoeuvrés quand le baroud sera fini dans les déserts. Sinon, on volera avec des low-costs irlandaises, grecques ou régionales et ce sera bon pour l’Europe.

Bon, Gros D serait un peu « vénère » par procuration pour les braves gens scotchés à cause d’un débrayage à froid (à sec ?) ou coincés dans les salles d’attente d’aéroport malgré leur appli iPhone qui va bien parce qu’un ubu-texte clientéliste (rien à voir avec le service au client) autorise le personnel d’Air France à décider unilatéralement d’exercer un genre de « droit de retrait à chaud » une heure avant le décollage. So-Li-Da-Ri-Té, crierait-il, parce qu’on ne se refait pas et qu’il sait que tout ça est très mauvais pour les taxis affaires courantes. Et que les avocats des entreprises usagères de première classe et suites de grands hôtels vont encore s’indigner que leurs clients et les amis de leurs clients et les amis des amis etc … ne vont pas avoir le temps de faire leur petit business avant que les hôtesses soient revenues de vacances de Toussaint ou entrées dans les ordres comme les filles du Carlton et que si ça continue tout le monde va s’exiler fiscalement en Europe qui marche (lire « du Nord ») ou prendre sa pré-retraite dans l’Europe qui marche pas (lire « du Sud ») ou dans une niche sociale au autre fromage républicain de douce France, ou aller chercher un petit job délocalisé au Maroc ou en Roumanie comme tout le monde qui ne peut pas émigrer en Asie émergente (enfin, pour la Thaïlande, ça se discute) ou au Brésil comme au bon vieux temps. Le chantage, c’est comme la prostitution, la démagogie, les 4-4 urbains à macaron handicapé de complaisance et quelques autres maladies pas trop infantiles, c’est moche.

Gros D serait un peu vénère aussi parce qu’entre les pubs à la TV pour des politiciens et autres placements miracles, des bagnoles made in nimportou plus ou moins nucléaires ou des senbons à 100 euros la petite bouteille et celles pour des baraques et banques de nababs, des montres pour vieux autobronzés à sonotone ou des clapiers au soleil pour les moins pauvres dans les magazines pour bienpensants pas encore trop malheureux, il se dirait qu’on a quand même l’âge de moins croire au Père Noël en principe et qu’on a déjà vu le film. Ou alors c’est un début d’Alzheimer ? il faudrait se faire mettre … en examen, comme tout le monde …

Mais Gros D est sous Prozac comme tout le monde. Alors il a le moral, même s’il a parfois un petit coup de mou comme n’importe quel maître de l’univers après une performance tarifée dans un hôtel de taille choquante ou une overdose de champagne dans le salon VIP d’un aéroport de bled sans intérêt mais à gros dividendes ; comme n’importe quel politicien en train de se faire maquiller pour passer sur un plateau de TV par câble à la lecture des éléments de langage opportunistes préparés par un gang de secrétaires nationaux communicants ou un quarteron de vice-premiers quelque chose militants ou un porte parole remplaçant sans importance ; ou  comme n’importe quel candidat à quelques chose en tournée de serrages de mains sur un marché, en corvée d’autographes du truc pathétique écrit par un stagiaire et publié sous son nom pour une université d’été ou autre jamborée de saison, ou dans une salle de ciné en train de regarder le dernier Clooney sur des primaires américaines qui renvoit dans leurs buts de 3ème division d’honneur du canton français celles du Club des 5 (le 6ème comptait encore moins, il n’était pas titulaire et n’avait même jamais présenté le concours) et celles que tout club français voudrait organiser un jour. Comme Gros D a le moral et qu’il est romantique à ses heures, il dirait que l’essentiel, c’est l’amour et l’eau claire et que le reste est littérature (ou pas).

Et comme Gros D est devenu un peu écolo tendance brocoli bio et goji sur le balcon mais a conservé une certaine tolérance pour les vrais gens comme tout le monde et le sens de l’humour (clandestinement, sinon il aurait été excommunié du Parti) il dirait que peu importe que le parti vert soit rouge grand soir ou de n’importe quelle nuance favorite des apparatchiks anti-nucléaires à carte vermeil ou des djeuns vieux de la vieille tirant des balles dans les pieds sur le rose ; que la sympathique mais anecdotique Corinne Lepage ait remis le couvert Cap 21 sur 2,1 % et que la peu sympathique mais efficacement médiatique et pas anecdotique du tout NKM ait un peu lâché les forêts primaires pour accompagner le Président dans ses périples bi-hebdomadaires à la campagne (électorale ?). Du moment que les nuages ne sont pas trop radioactifs et que l’eau est sans danger et que les antennes ne sont pas cancérigènes et que les panneaux solaires made in China sont fabriqués dans des usines socialement correctes avec des composants green et qu’il n’y a pas trop de saleté dans le shampoing et que personne de lourdingue n’est parachuté dans le bain, peu importe un peu le(s) reste(s).

Tant qu’on a la santé (et que si possible ceux qui mériterait d’y passer un moment n’y échappent pas trop tous en tirant la bonne langue à la justice, la morale et la vérité dans l’ordre ou le désordre) …

Tant qu’on a des potes (et si possible qu’il ne suffit pas d’avoir des amis pour faire carrière plus ou moins brillante selon diplôme et affinités, obtenir ou préserver des privilèges plus ou moins illégitimes, échapper à des poursuites plus que moins justifiées ou se taper sans remords ni regrets la bonne un fromage plus ou moins énorme au vu et su de tout le monde) …

Tant qu’on a un vrai boulot dans une vraie boite dirigée par de vrais entrepreneurs avec des actionnaires pas trop vautours et qui fabrique des trucs qui se vendent et si possible s’exportent malgré l’Euro, la crise, la mondialisation, les 35 heures, l’exil des ingénieurs et toussa-toussa, ou alors un emploi plus ou moins fictif chez un bon mammouth qui distribue à des assujettis ou vend à des administrations du canton avec un genre de monopole et/ou de bonne relations et/ou de bons lobbyistes comme tout le monde

Tant qu’on a l’électricité et la retraite

Tant qu’on a une loi respectable et une bonne justice

Tant qu’on a le bonheur

Ce ne sera pas si mal, finalement

Et tant qu’il sortira un nouvel iTruc ou assimilé made in China garanti presque bio et presque sans paraben tous les 6 mois et qu’il y aura 5 ou 6 DAB sur chaque place de village pour nous prêter de quoi se l’offrir et 5 ou 6 échoppes dans chaque centre commercial pour nous vendre à crédit de quoi s’en servir et 5 ou 6 voyous dans chaque métro pour se servir et nous motiver à en acheter un nouveau même si on n’a pas la TV pour voir les pubs avec Dr House sans sa canne ou George avec un café mais pour une fois au boulot entre deux film gentiment contestataires pour bobos rebellisés …

Tant qu’on aura des pilotes dans les avions

Tant qu’on aura un pilote dans l’avion

Tant qu’il y aura des hommes (politiques ?) et des dieux (indignés ?) …

Tant qu’il y aura des femmes

Tant qu’on aura de bons journalistes pour chercher les vraies vérités bonnes à dire qu’on veut entendre …

Tant qu’on aura Reiser et des mômes pour vouloir faire l’ENA et devenir célèbres

Tant qu’on pourra au moins rêver au comptoir d’avoir toussa-toussa, ça ira.

Même si on avait cru comprendre qu’on pouvait espérer autre chose. On se serait (aurait été ?) trompé ?

Jusqu’ici, tout ira bien, le whatever-isme ne passera pas, con-fiance (con-France ?) …

Renaud Favier – renaudfavier.com – musique ! – 29 octobre 2011

        

Ps : mais bon, Gros D dirait quand même que pour 2012 et plus si affinités en France, il ne suffira pas de jouer au popu-malin ou de faire le rebel-pourtoi et de dire qu’on va y aller en janvier ou février ou pas, ou qu’on n’ira plus à Karachi avec des excédent de valises facturés aux tribuables, ou qu’on ne montera plus de domestiques aux suites Sofitel en ascenseur social payé par le tribuable international, ou qu’on ne s’exilera plus à Marrakech ou assimilé en jet supposé privé ou en paradis fiscal en bagnole de luxe noire made in Germany payée grâce a des emplois fictifs, ou qu’on ira ailleurs et autrement juste pour changer de fromage. Parce que si c’est que de la G…, c’est dég…outant et on risque un poing dans la G…, parce que les G…aulois(es) sont capables de coups de G… si on se fout trop de la leur comme certain(e)s qui devraient faire attention à l’overdose de fond de teint quand ils passent à la TV de grande écoute de ménagère de moins de 50 ans et d’autres plus habitués aux chaines confidentielles genre Public Sénat ou la Chaine Parlementaire mais client(e)s des mêmes communicants, quand même ! Ca sera compliqué pour tout le monde, en 2012 et un peu plus, surtout en France, surtout si les élémentdelangagistes racontent trop n’importe quoi comme les sondages, les boursiers et la météo.

C’est fini pour aujourd’hui, parce qu’il faut aller faire un brin de toilette d’automne et se préparer au changement d’heure.

À propos de renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Ce contenu a été publié dans Actualité, Environnement, Humour, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Qu’en dirait … le Gros « D… » de Reiser ?

  1. Ping : Qu’en dirait … Rantanplan ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s