Café un peu tort avec Lagarde ou thé raison avec … who else ?

Les Gaulois se lèvent très tôt le matin depuis deux siècles pour leur café avec Sartre plutôt qu’Aron. Fiers de saluer de veilles lunes et de convaincre le soleil de montrer au monde entier comment (se) tirer dans le noir et dans les sabots des balles de moralité aux hormones.

Si on est groupie, on peut se faire une photo à une table de café avec BHL au musée Grévin

Les proustiens petit-déjeunent plutôt de madeleines. Encore peu éveillés, voire très endormis limite comateux, ils rêvassent à de bons temps d’avant, plus ou moins lointains selon qu’ils préfèrent les druides, les rois, les empereurs, le maréchal ou le Général. Tant qu’on peut se payer de la brioche, pourquoi ne pas se faire plaisir, le problème c’est quand on rêve éveillé toute la journée au bureau ou à Roland Garros, le pétrole s’affole pendant qu’on calcule son ISF et les PVD voudraient les clefs du FMI pendant que Monfils létharge sur le court central (by the way, la bouteille de Veuve Cliquot à 70 euros sur la fausse moquette délicieusement ombragée du « jardin » à Roland Garros, c’est le quart du prix d’une bouteille de mauvaise tequila en boite de nuit, l’équivalent de quelques café en terrasse au Fouquet’s ou de la moitié d’un plein de 4-4 diesel roulant à 180 devant les panneaux anti-radars de l’autoroute anti-ISF. C’est pas le plan le plus lapin-crétin pour les unter-privilégiés qui n’ont pas accès à des loges avec petits fours mais qui peuvent encore claquer 70 euros pour un plaisir minuscule, bon pour le moral et pas trop mauvais pour la morale).

Un café dans les jardins du château (de Versailles, pas l’Elysée), le bonheur simple, what else ?

Les assommants de Solférino mettent de plus en plus d’eau dans leur grands vins café mais comme ils en boivent de plus en plus pour essayer de se réveiller de leur cauchemar de Darwin et que c’est en principe du bobio arabica light des montagnes réputées équitables, ça ressemble de plus en plus à du thé, voire de l’eau tiède. Du coup, ça ne va plus du tout à l’usine : les bagnoles sont pleines de défauts, pas exportables, et même les laboratoires sociaux « nous savons » sont obligés de licencier jusqu’aux cadres sup, de délocaliser avec mauvaise (?) conscience ou d’importer des travailleurs immigrés qui mettent des voiles aux panneaux anti-radar en priant dans les rues et boivent du café fort (eux).

Les tasses à carrés bleus, c’est quelle marque française en général ? Enfin, les photographes dans le miroir n’ont pas l’air gênés pas ce détail, et les jolies femmes … des tableaux non plus. Les autres, elles ne sont là que pour la photo …

Certain(e)s Zautres pouraient de temps en temps ouvrir un autre livre que leurs « bibles » nauséabondes et/ou faisandées du dernier siècle ou leur auto-biographie avec leur café. Ils/elles fument souvent du bizarre dés le petit matin, alors peu importe qu’ils soient thé élitiste, café populaire, ou le contraire, ou pas, il vaudrait mieux qu’ils tournent sept fois leur cuillère dans leur tasse avant d’expliquer au monde comment ils zont raison avant leurs primaires ou le premier (et dernier petit avant s’en vont) tour si 500 signataires trouvent amusant d’aider au financement sur fonds publics de petites entreprises politiques plus ou moins personnelles ou sympa d’aider Mélenchon à porter son vieux drapeau rouge.

« Le café politique, c’est un excellent business pour les acteurs un peu has-been, je te le para-dis »

D’autres font de grands moulins à café de bras le matin en se rasant en gaspillant de l’énergie (by the way, on en est où de l’affaire Clearstream ?), et c’est dommage, même si c’est du renouvelable (by the way, on en est où des primaires EELV ?). Et un peu d’argent des contribuables (by the way, on en est où de l’usine du Poitou-Charentes ?), et ce serait un peu scandaleux, même si le préjudice à la morale serait moins grave que quand on nommait ministre un gars qui avait détruit pas mal d’emplois et de boites à coup de promesses aux uns (by the way, les vrais radicaux, finalement, c’est ceux de gauche qui ont fait perdre Jospin et avaient recruté Tapie ou ceux de droite qui relancent la mode des banquets républicains pour aider les anciens ministres de Sarkozy, les TPE productrices de toasts et les petits vignerons récoltants-manufacturiers de Champagne ?) et d’emprunts aux autres (by the way, c’était qui l’avocat d’affaires de Tapie qui a fait fortune à l’époque où les arbitres trouvaient des enveloppes près des stades, notamment dans une ville sinistrée du Nord, et où le Crédit Lyonnais investissait les milliards du contribuable pour aider Nanar à acheter les meubles de collection pour son hôtel particulier et son voilier ?).

« L’arbitre, il est plutôt thé ou café ? »

Et puis il y a les inclassables, les fans de Bagdad Café, des déserts, des néants, des centre vides (ventres vides ? ventres mous ?) où l’on entend mieux les voies entendues en gardant les moutons (ou en regardant les veaux ou en écoutant les sondages, c’est pareil). C’est nouveau, une catégorie à part.

« un café, mon cheval (de course en principe, mais un peu tocard à l’arrivée) pour un café … »

Anyway, le petit déj’, les nutritionnistes disent que c’est le repas le plus important de la journée et que c’est pas très grave qu’on soit thé ou café et que peu importe le journal qu’on lit ou qu’on regarde ou qu’on écoute ou pas, du moment qu’on ne fait pas l’impasse. Parce que l’impasse, avec ou sans croissants, c’est pas bien pour la croissance, surtout pour les Djeuns.

Madrid, mai 2011 : djeuns jouant sur Facebook et Twitter avec la santé de l’Europe en ne prenant pas un petit déjeuner correct

Cultiver décemment son jardin politique après le café, y compris comme simple électeur, ça pourrait être ne pas trop massacrer le passé dans lequel plongent les racines, gérer le présent en osant tailler et élaguer dans le vif et ne pas trop insulter l’avenir d’où viendront la pluie et les beaux jours. Mais avec qui le boire, ce mug de café au jardin ? Côté « think different », Nicolas Hulot est plus attractif que d’autres.

Mais où est Nicolas Hulot ?

Nobody’s perfect, mais côté « Think out of the box », certaines le sont plus que d’autres même si normalement, en France des gens d’hier, ça ne se fait pas que la dame paye l’addition (la Cour des Comptes qui n’avait pas de pierre plus utile à jeter dans le jardin français l’a dit par un heureux hasard juste au bon moment, alors c’est pas comme ses rapports habituels qui servent à s’asseoir confortablement dessus parce qu’ils poussent hors-saison), fut-ce pour un gentleman politique désargenté, un hommes d’affaires responsable mais pas comptable, un intermittent du triste spectacle radical du centre, un retraité émérite, qui ne mérite ni de gauche, ni de droite mais hérite d’un peu partout (ça peut arriver, irriter aussi, mais la politique française a ses rites), fut-ce à cause de prédécesseurs qui ont joué non pas au théâtre (ça se discute …) mais avec l’argent des autres, le notre, sans aucun scrupule, et perdu beaucoup, beaucoup plus gros que quelques centaines de nos millions, et certainement pas pour tout le monde, eux.

OK, elle a pas le look tupamara avec iPad en bandoulière, mais c’est pas le thé à la Mamounia avec clefs de Porsche et invitation au cocktail du salon de l’immobilier défiscalisé sur la table non plus. Et puis elle parle anglais et a dansé dans le lipdub des djeuns UMP avec Raffarin, c’est dire si elle est tendance, pour le FMI, voire plus si affinités 😉

Si quelqu’un a vraiment une meilleure idée pas trop lapin-crétin ni trop suicidaire (genre passer les clefs du FMI, après celles des hôtels et de l’immobilier haut de gamme de Paris, à ceux à qui on a déjà revendu la corde pour nous pendre quand les soviets se sont auto-dissouts) ni juste de posture politique politicienne à la française obsédée 2012, voire pour la France quand les usual suspects seront out, on pourra en parler calmement autour d’un café, virtuel ou pas.

Renaud Favier – 26 mai 2011 – http://www.renaudfavier.com

 

C’est fini pour aujourd’hui, c’est l’heure du café G8 à Deauville, c’est pas tous les jours e-G8 à la cool ou Roland Garros au soleil, même si « en mai, fais ce qu’il te plait ».

Café Terrace in Deauville, France (1948) N° de l’article : 7348541 – Droits : http://www.allposters.fr

Ooops, j’ai failli oublier Georges, ses fans m’en auraient d’autant plus voulu qu’elles sont atrocement jalouses de Christine Lagarde.

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Café un peu tort avec Lagarde ou thé raison avec … who else ?

  1. This domain appears to get a great deal of visitors. How do you get traffic to it? It gives a nice unique twist on things. I guess having something authentic or substantial to give info on is the most important factor.

  2. Heidi Schuetz dit :

    I’d have to pass on with you here. Which is not something I usually do! I love reading a post that will make people think. Also, thanks for allowing me to comment!

  3. Ping : Le monde 2.012 tel qu’il promet : lents demains qui hantent | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s