Libérez les bonsai !

Pourquoi est-ce que je pensais toujours au bonsai triste de la cuisine en regardant les primaires des « verts » ou les news du moment ? Peu importe Freud, on verra bien si ça devient un baobab ou pas mais ce n’était pas très difficile de le libérer de son (manque de) pot.

Le pépère a déjà fait 3 ou 4 fleurs, ça doit être parce qu'il est en plein air, aussi

Tant qu’à y être, j’ai rempoté le Gingko, parce que c’était pas la peine d’avoir survécu à Hiroshima pour végéter dans un pot trop petit sous le nuage de Fukushima.

Un tuteur et un chouïa d'engrais raisonnablement bio, ça ne peut pas faire de mal

Pour les fraisiers anars, je sais pas bien quoi faire, j’ai essayé de leur proposer des petits « sam’ suffit » mais ils n’y prennent guère racine. Je vais surfer un peu sur le net, quelqu’un doit bien savoir, et sinon je vais sortir une étagère Ikea qui encombre un couloir, mettre la jardinière tout en haut et laisser les lianes descendre, on verra bien si ça fait des fraises comme dans les plantations hors-sol dans les serres anglaises.

"Remontant" on m'avait dit, mais pour l'instant, ça descend plutôt

Anyway, l’important c’est de pas laisser E.coli trop prospérer dans les tomates, on risquerait de créer encore un observatoire ou un « machin » pour créer des salaires et autres indemnités responsables mais pas coupables sur fonds publics (lire « mes-vos impôts et la dette refilée à mes-vos enfants ») pour employer à temps plein des Luc Ferry qui ont par définition « raison » mais quand même peut-être les étudiants inscrits à des cours aimeraient mieux avoir des profs pendant l’année scolaire plutôt qu’encore un rapport à Matignon dans 6 mois qui sera certainement aussi utile que celui sur le made in France de l’ancien sous-ministre passé à la rebellion plus ou moins active dans un centre ou l’autre après le dernier (?) remaniement ou ceux de la Cour des Comptes qui semblent n’intéresser médialand et les tribuables associés que quand ils sortent opportunément pour casser les pieds d’une Ministre des plus respectables (aux standards 21è siècle, mais nb que Malraux avait chipé des statues en Indochine et que même le Grand Charles a fait une ou deux bourdes) en poussant le Tapie sous ceux de la France dans lesquels on aime trop se tirer des balles.

Ces graines bio, je suppose qu'elles ne sont pas stériles comme celles du Big Brother de l'industrie des semences ?

Bon, c’est pas tout ça mais il ne faut pas que cultiver son jardin, même si c’est samedi.

Renaud Favier – 11 juin 2011 – http://www.renaudfavier.com – Net-Land-Art

Le bonus : Comme dit le critique de « Rotten Tomatoes » : « Perhaps the greatest movie ever shot in two days, Little Shop of Horrors was originally conceived as a followup to Roger Corman’s black comedy A Bucket of Blood (1959). Jonathan Haze plays Seymour Krelboin, a schlemiel’s schlemiel who works at the Skid Row flower shop of Mr. Mushnick (Mel Welles). Experimenting in his spare time, Seymour develops a new plant species that he hopes will lead him to fame and fortune. Unfortunately, the mutated plant — named Audrey Junior, in honor of Seymour’s girlfriend Audrey (Jackie Joseph) — subsists on blood and human flesh. It also talks, or rather, commands: « Feed Me! FEEEEED ME! » Before long, the luckless Seymour has fed his plant the bodies of a railroad detective, a sadistic dentist, and a flashy trollop. Meanwhile, Mr. Mushnik, who has stumbled onto Seymour’s secret, has inadvertently offered up a burglar (played by Charles Griffith, who also wrote the script and supplied the plant’s voice) as a midnight snack for the voracious, ever-growing Audrey Junior. (When the plant blooms, the faces of its various victims are reproduced in its flowers.) Ignored on its initial release, Little Shop of Horrors began building up a cult following via repeated TV exposure in the 1960s. By the mid-1970s, it had attained classic status, spawning a big-budget Broadway musical (and followup feature film) in the 1980s and a Saturday morning cartoon series in the 1990s. Enhancing the original Little Shop’s reputation was the brief appearance by star-in-the-making Jack Nicholson as a masochistic dental patient (Nicholson is often incorrectly referred to as the star of the film, though in fact he barely receives billing). Much as we love Nicholson, our vote for the most memorable Little Shop cast member goes to the ubiquitous Dick Miller (« No thanks, I’ll eat it here »). »

C’est fini pour aujourd’hui, et c’est pas la peine de prendre tout ça trop au sérieux non plus, parce qu’un de ces jours on regardera les fleurs d’en-bas et on verra sûrement les choses avec un peu plus de hauteur. Et d’humour, surtout.

Les Chrysanthèmes de novembre, c'est trop barbant et c'est dans 6 mois, autant profiter du beau temps

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Environnement, Humour, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Libérez les bonsai !

  1. En dialogue avec votre texte, je viens de poster
    un billet qui peut vous intéresser :
    Internet et dépendance: la parabole de Balaert

    • renaudfavier dit :

      😉 J’aime bien votre blog. L’ataraxie, pour les animaux « normaux », ceux qui ne métastasent pas assez pour détruire leur environnement, on appelle ça la domesticité, non ? ;-(

  2. Mose Severo dit :

    prodigious entry you’ve land

  3. Ping : TGV, merci, mais des autoroutes de l’export aussi, SVP | Renaud Favier : Café du matin à Paris

  4. Ping : Nanisme, oh ! nanisme chéri … au pays du Happy #FrenchTech, des #StartUp gentilles #PME souriantes et #TPE heureuses | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s