La place au soleil, ça se mérite

« Hier », on roulait 15 heures sans clim pour passer 10 jours dans les embouteillages et on se levait à 7h du mat’ pour la place à l’ombre de la R16 et le bon coin de sable au soleil de septembre pour le parasol. Avec la crise grecque on a vendu la bagnole mais c’est moins dur.

Parce qu’avec la météo qui est le seul service de permanence à la TV pendant les vacances (en France, parce que bien sûr ailleurs ils bossent pour reconstruire après un tsunami ou pour pouvoir rafler plus vite les restes de la Grèce sur lesquels ils n’ont mis qu’une option d’achat, ou alors ils ont bossé à l’école pendant l’année et maintenant ils sont en voyage linguistique pour apprendre l’Anglais ou le Chinois pour pouvoir lire les cours de la bourse et acheter des actions de vraies boites avec leurs futures économies si elles ne sont pas mangées par l’inflation et autres taxes sur les gens qui bossent), on sait où il faut aller pour éviter l’insolation du neurone avec un indice UV de confiance calculé par les stagiaires d’été du service des sondages politiques sur la basse des statistiques calculées pas les stagiaires d’été du service économie. Finalement, d’ailleurs, la miss Poitou Météo intérimaire qui remplace la Canadienne rigolotte à la TV pendant que le pastis et les pizza sont en tarifs haute-saison, elle trouve aussi des trucs pour nous faire marrer, même si c’est un peu trop crédible, limite consternant, cette Météo bizarre à la Bigard.

Alors, le Général m'a dit : "J'ai compris, vive la Grèce libre !"

Revenons à la météo qui fait sourire mieux jaune. Schleck et Voeckler n’étaient pas sûrs qu’il y aurait du soleil à l’arrivée au Galibier alors qu’il neigeait la veille, mais ils ont décidé de tenter le coup vaille que vaille : ça le valait bien, le coup, pour ces vaillants ! (Borloo, lui il était venu en bagnole pour rigoler devant les caméras et il mouille pas trop le maillot mais lui aussi il a pris le risque que le temps soit mauvais et c’est toujours plus méritant d’être dans une carriole publicitaire avec des potes au vrai Tour de France quand il fait à peine plus de 6 degrés au soleil entre deux chutes de neige que dans une Porsche avec des p…tes, dans une caravane de faux amis dépressifs en route pour la mer, ou dans l’avion d’un pote en partance pour un riad (by the way, quand il y a grève des contrôleurs ou d’autres catégories de personnel sûres de leur bon droit de casser les pieds au bon peuple migrateur pendant  les vacances, les avions et autres hélicos privés sont cloués au sol aussi ou le commun des immortels peut manger ses pâtes aux truffes par n’importe quelle météo sociale ?)).

Parfois, c'est juste "Respect" et on veut croire en à la glorieuse incertitude du sport sain avec des d'esprits sain(t)s et des coprs sains. Comme en politique, quoi

Pareil pour Merkel et Sarkozy qui croisaient les doigts mais c’était loin d’être garanti qu’il y aurait un coin de ciel bleu en fin de journée pour leur escapade chabada à Bruxelles. Surtout qu’ils s’étaient trompés de CD et qu’ils avaient emporté la B.O. de Zorba (avec l’excellent « the full catastrophe » plus intéressant que la danse de Zorba et autres trucs devenus des musiques de publicité pour les restaus rarement très convaincants du 5ème arrondissement) à la place de celle d’un Homme et une Femme et qu’on dira ce qu’on voudra mais Christine Lagarde arrivée en vedette américaine aurait bien pu faire de l’ombre aux stars du générique s’il y avait eu vraiment du soleil.

Pendant ce temps, certains voudraient aussi une place au soleil mais l’aiment moins show et ça se voit un peu, le trait des austères qui se marrent à la campagne est souvent un peu épais, vaguement lourd surtout quand c’est filmé par des tâcherons malgré-nous pendant les vacances et que les dialogues sont écrits par des lauréats de concours administratifs improvisés spin doctors des corons (Choron, c’est autre chose). « Le bonheur est dans le pré », ça ne supporte pas la médiocrité et l’absence d’humour, sinon c’est « L’amour est dans le pré ». N’est pas Sabine Azéma qui veut.

Enfin, même si l’indice UV n’est pas encore trop menaçant, il ne faut pas se plaindre, ça pourrait être bien pire, comme pour les pauvres gens qui étaient dans la navette spatiale Atlantis et qui ont dû revenir de nuit à JFK SpacePort pour que personne ne les voit entrer dans l’Histoire par la porte de sortie. Kennedy, toi qui regardais le soleil dans les yeux (ce qui n’empêchait ni ta main gauche, ni ta main droite de faire des trucs pas toujours très clairs en fermant les yeux pour empêcher d’autres de te piquer ta place au soleil mais c’est une autre Histoire, ou pas -mais nul n’est parfait on commence à s’en douter-, une autre Histoire qui finit mal, ou pas non plus vraiment, parce qu’être jeune forever aux côtés de Marilyn et autres rebelles sans causes, c’est une assez belle place au soleil pour l’éternité, sans même besoin de faire le pingouin sur les tours d’ailleurs et de France ou de s’abaisser en campagnes électorales 2.0 ou primaires et bientôt en-dessous de tous les zéros si le dérèglement politique climatique continue), SOS !

Don’t ask what you could do, just do it !

Renaud Favier – renaudfavier.com – en avant la musique ! – 22 Juillet 2011

             

Ps : les devoirs d’été genre lecture obligatoire de « Les hommes viennent de mars et les femmes de Vénus », « Maman va craquer », « Comment régler la clim selon NKM ou Eva Joly ou les deux ensemble ou pas ou en demandant son avis à Alègre pour savoir » ou l’incontournable topochiant à venir dés ce midi des journaux et sites internet sérieux (pas Krugman, il a décidé de la jouer « Guignol » dans ses éditos pendant les vacances) sur le sauvetage de la Grèce et autres règles d’or budgétaires pour les nuls, on sait que c’est obligatoire ce toussa-toussa mais comme on est quand même un peu en vacances, on peut aussi lire des trucs plus ensoleillés avant l’apéro : des textes édifiants ou même des images un peu « beaux, jeunes et bronzés à la mer » comme à la TV à l’heure ou normalement on devrait avoir Dr House (c’est pas la joie ce temps !).

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s