Qu’en dirait … Astérix ?

Uderzo, le formidable dessinateur d’Astérix, prend sa retraite ! A seulement 84 ans et après à peine 350 millions d’albums vendus partout dans le monde. Serait-ce la mauvaise influence de sémillants notables politiciens qui quittent leur fauteuil en pleine force de l’âge ?

Astérix qui avait le respect des institutions et des traditions gauloises, serait probablement un peu catastrophé d’un changement de dessinateur après à peine le temps pour une forêt de chênes de pousser ou du Sénat pour virer de bord. Mais comme il était moins rustique du bulbe que les notables du village, il savait que l’avenir ne serait radieux et pour longtemps à Lampedusa et ailleurs en Armorique que si tout changeait pour que rien ne change.

Et comme il n’oubliait jamais qu’il ne fallait avoir peur de rien ni de personne mais toujours craindre une chose, que le ciel nous tombe sur la tête, il ne serait pas plus surpris que ça que le monde antique (entier ?) soit devenu un peu inquiétant autour des huttes (finales ?), d’autant qu’il ne fallait pas être devin pour voir le ciel descendre.

Ni pour voir que les Gaulois sont dans la peine.

Et comme il avait d’assez bonne oreilles sous son casque, il aurait certainement entendu des bruits en provenance d’Helvétie et il aurait plus vite compris que d’autres Gaulois que ça sentirait le rösti pour pas mal d’irréprochables citoyens.

Quant aux fromages républicains et autres plats cuisinés typiquement gaulois, il n’aurait pas non plus eu pour tous la même étonnante tolérance que certains petits édiles et grands électeurs locaux, et vice-versa, même s’il avait l’habitude de l’odeur du poisson livré en char à boeufs depuis Lutèce à la fraîcheur douteuse.

En revanche, sur le « vivre ensemble » gaulois et autres avatars de contrat social entre tribus, il était assez lucide pour ne pas se faire trop d’illusions.

Enfin, sur l’immunité diplomatique, ce n’est pas un adepte de la potion magique qui irait chercher des poux dans la tête d’un civil Gaulois obligé d’user de subterfuges pour échapper aux légions romaines.

En fait, il pourrait dire comme Obélix : « Ils sont fous ces Romains ! » mais en pensant « Mais les Gaulois en tiennent une bonne couche aussi ».

Renaud Favier – renaudfavier.com – musique ! – 27 septembre 2011

          

Ps : quant au rugby, avec ou sans menhir (ministre ?) de presque deux mètres de haut pour bousculer les adversaires, il attendrait tranquillement samedi sans écouter trop les prévisions des devins et autres chants de bardes.

C’est fini pour aujourd’hui (c’est quand même le premier jour de grève depuis la rentrée, So-Li-Da-Ri-Té !).

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s