Qu’en dirait … Forrest Gump ?

« Life is like a box of chocolate …« , aucun doute là-dessus. Et on dit que le chocolat est bon pour la santé et excellent pour le moral. Mais il vaut mieux ne pas laisser fondre ou s’envoler les meilleurs en les réservant pour plus tard (ni jeter n’importe où le papier métallisé).

Forrest dirait que pour que les mo(r)ts et la vie aient un sens, il est important de penser à ses « proches » en période de Toussaint, d’aller embrasser les vivants et leur offrir un bon livre ou deux, et de faire l’effort de nettoyer quelques pierres tombales même si c’est aussi la saison de gratouiller un peu dans les jardins plus ou moins publics dont on apprécie qu’ils soient correctement cultivés ou les forêts plus ou moins privées où on aime se promener et chasser les champignons. Sans négliger les invisibles et les moins proches, bien sûr. Et ce n’est pas pêché mortel de profiter des soldes dans les clubs de bronzage d’outre-méditerranée et plus loin si affinités avec des aéroports où l’on ne rencontre pas son patron en tournée d’inspection de la filiale délocalisée en francophonie socialement amie ou les politiciens en récupération avant campagne des éprouvants (d)ébats de rentrée sur les sodas, les oreillettes et autres fiscachicayas insignifiantes.

Forrest dirait que pour que l’histoire et la civilisation aient un sens, il est important que les politiciens aient celui de l’humour et l’à-propos de s’effacer en prenant leurs responsabilités et en accomplissant le devoir pour lequel ils ont été recrutés en CDD malgré tout ce que de trop nombreuses anomalies et autres accrocs (escrocs ?) à la démocratie durable ont pu leur laisser penser. Et sont très correctement payés quoi qu’on ait pu leur raconter sur des salaires, des niches, des parachutes et autres régimes spéciaux encore plus scandaleusement dorés. Quitte à perdre des élections. Ou en partant en Irlande ou plus haut selon les circonstances avant d’emmener leurs contemporains vers le naufrage comme trop capitaines de Titanics hypnotisés par des icebergs trop lourds pour eux et autres patriarches voulant passer l’automne de trop entre fauteuils en velours et sièges en cuir sans comprendre qu’une balle dans la tête est possible, même pour ceux qui furent un jour (les) meilleur(s).

Forrest dirait que pour qu’une guerre ait un sens, il vaut mieux pouvoir en revenir vivant. Même si parfois on peut se demander si, la nature humaine étant « bien » faite, un conflit un peu long et assez lointain ne présente pas plus d’avantages que d’inconvénients pour pas mal de monde. Depuis les porteurs de valises (ou sacs de sports s’il s’agit de financer de justes causes plus modernes) jusqu’à toutes les catégories syndicales de porteurs de chaussures sur mesures et de décorateurs de villas de gradés expatriés et autres poitrines méritantes. Quant aux fabricants de fauteuils roulants menacés par les principes de précaution automobiles et autres lobbies pour l’euthanasie, ils ne peuvent que se féliciter que l’expatriation virile d’une partie de notre belle jeunesse soulage les DRH débordés par les hordes de stagiaires longue durée au tiers du SMIC et les CRS mobilisés même les jours de match par des quarterons d’indignés en révolution Facebook permanente.

Forrest dirait que pour que l’avenir ensemble ait un sens, il ne faut pas serrer des mains qu’entre amis de 30 ans supporters du même club sportif, politique ou social, entre membres des mêmes sociétés civiles, commerciales ou supposées secrètes, entre inconnus qui n’ont aucune intention de se connaitre mais qui se croisent en mondanités incontournables ou entre candidat(s) et zélecteur(s), ou vice-versa, sur les marchés et autres haut-lieux de la vie de la cité en période électorale. Parce que sans obligatoirement être zélote de la paix du Christ (ou assimilé dans les autres religions qui prêchent plus ou moins l’amour du prochain une fois par semaine en général) avec le voisin qui a la grippe, ses écouteurs sur les oreilles ou de grosses verrues à la main, ça ne peut pas faire de mal de (se) regarder et d’être regardé dans les yeux de temps en temps.

Forrest dirait que ce serait mieux que l’Europe et l’Euro gardent le cap pour une certaine idée du futur mais que ce n’est pas la peine d’en faire tout un plat (de crevettes cajun style de chez Bubba Gump Shrimp ?), d’acheter des sondages et de faire causer à la TV aux tarifs de jour férié tout le landerneau des usual suspects médiatiques plus ou moins zexperts de permanence, politiques à la mode ou juste auto-bronzés qui passaient par le studio et qui se (nous ?) trompent tous à peu près tout le temps parce que les variations des cours du pétrole ou du dollar, la concurrence plus ou moins asiatique et plus ou moins sauvage, les tempêtes et autres atteintes contrariantes à l’environnement, les marchés hostiles et spéculateurs meurtriers, les réglementations administratives ubuesques et élucubrations politiques farfelues, les capitaines débutants et éternels marins d’eau douce, toussa-toussa c’est business as usual dans le chocolate box pour Monsieur « tout le monde » alors c’est pas la peine de mobiliser les grands du monde de l’économie et de la finance en tarif de nuit et de remplir un Carlton et un Sofitel à Bruxelles pour décider de refaire une réunion plus tard dans la semaine parce qu’une nuit de vol en première classe porte conseil et apporte des miles, sans compter que depuis que DSK voyage moins en long courrier, les jolies hôtesses qui servent du bon champagne à volonté ne sont plus en chômage technique. Et parce que même si Cap’tain  Trichet part à la retraite et sera remplacé par un G.O. de l’Euro Club Med, et même si des pirates profitent de la situation et même si la ligue hanséatique est un peu casse-bonbon, « la nave Europe va ». De toute façon, ni elle, ni le monde n’ont vraiment le choix parce que c’est comme ça avec le chocolate box : on ne sait pas vraiment ce qu’on aura mais la boite n’est jamais vide et c’est toujours comestible.

« T’es déjà monté sur un crevettier ? Non, mais je suis déjà monté sur un tas d’autres arbres. » (FG ?).

Renaud Favier – renaudfavier.com – musique ! – 22 octobre 2011

  

Ps : enfin, Forrest dirait quand même qu’il y a des politiciens qui servent et ressemblent moins à rien que d’autres, qui donnent l’impression de ne pas seulement regarder au raz du rond-point à inaugurer et qui inspirent confiance pour trouver des solutions potables en cas de vraie crise « grave et sérieuse » limite « catastrophe » (vérifier les éléments de langage validés par les communicants pour le week-end) du genre à déclencher une petite fin du monde si on ne fait le job. Si Forrest n’était pas pro-européen et courtois, limite poète, il dirait qu’on a eu toutes sortes de missiles plus ou moins politiques (demi-sel ?) depuis un petit demi-siècle et qu’on a les Cuba (culs bas ? coups bas ?) qu’on mérite.

C’est fini pour aujourd’hui parce qu’il n’y a pas que les rug-Bleus qui doivent courir un peu.

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, International, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s