Qu’en dirait … Achille Talon ?

Ouf ! On l’a échappé belle et jusqu’ici tout va bien. 1000 milliards d’Euros (à 1,40), c’est du lourd. Avoir partagé en deux la dette grecque avec les banques, ça semble fair-play. Et faire un peu payer des émergents, c’est plutôt une bonne idée même si nothing like a free lunch.

Achille Talon n’est pas un auto-bronzé habitué des caméras, et pas plus que les politiciens bavards compulsifs ou twittos occasionnels n’est-il un économiste un tant soit peu crédible à plus de 30 cm de sa table de petit déjeuner, ni guère plus convaincant sorti du bistrot que les économistes des passés (dépassés ?) ou très qualifié pour commenter la nuit de l’avenir de l’Euro(pe) à laquelle comme tout le monde il(s) ne participai(en)t pas. Il ne résisterait néanmoins pas plus que le premier porte parole de ceci arrivé, le premier secrétaire national de cela venu ou le premier vice-président d’autre chose parvenu jusqu’à un plateau TV à essayer d’être le premier à dire quelque chose de percutant ou d’original pendant que les micros sont allumés et les concurrents encore devant leur café.

Mais Achille, qui a la chance de pouvoir être lu sans devoir passer son temps à vouloir être bronzé élu sur un malentendu, ne serait pas obligé de perdre son sang-froid et de twitter n’importe quels éléments de langage partisans et/ou pavloviens lus sur son smart(?)phone comme un(e) représentant(e) ? de whatever peuple en pré-campagne, ou entendu à une télé du canton comme n’importe quel politicien(ne) français(e) qui joue les « king of cool » en meeting avec les djeuns et regarde les news du matin sur BFM TV au cas où on parlerait de #DSK ou d’une autre affaire entre les commentaires du délicieusement politique Mazerolle et des très nettement plus spécialisés journalistes économiques, mais ne se lève pas très tôt, pas assez en tout pour regarder Euronews avant d’aller observer la marée des sondages, de passer chez le photographe du parti faire les photos pour les affiches électorales clandestines (et illégales) que les militants devront aller coller sans se faire voir sous les ponts ou sur les palissades de chantiers en attendant la vraie campagne électorale, et faire un saut au siège du Parti ou whatever doesn’t work pour vérifier le sens du vent (pour les éoliennes ou les girouettes ?) fictif et celui des courants (forts ou faibles ? nucléaires ou pas ?) alternatifs.

Alors Achille qui n’est pas plus mauvais économiste domestique que n’importe quel consommateur de femmes de ménage dirait comme tout le monde en France qu’il ne fallait pas attendre des chutes de neiges bouleversantes d’un sommet d’un plat pays dont le point cul-minant est moins haut qu’un Sofitel ou un Carlton, et comme il n’est pas moins littéraire que n’importe quel blogueur ou autre « nègre » de politicien français, il chercherait à caser un truc genre « danse au-dessus du volcan », « neiges du Kilimandjaro » ou « le monde d’hier » quitte à se faire rabrouer par les twittos qui ne supportent pas plus les phrases de plus de 140 caractères que la plupart des politiciens la contradiction et beaucoup de militants, supporters et autres groupies, et vice-versa (vices vers sont ?), le goût de l’humour (surtout celui des autres).

Achille qui n’est pas plus naïf, aveugle ou inconditionnellement respectueux des zélus et autres hiérarchies en CDD que n’importe quel citoyen zélecteur dirait que comme personne n’avait le choix, on ne va pas se faire une montagne que les fonctionnaires européens aient réussi un sommet et gagné une bataille en Belgique (même si ce n’est pas donné à tout le monde, surtout sans Grouchy et contre les financiers, on a, ou pas, les Waterloo qu’on mérite) qui laisse l’Euro à 1,40 et fait à peine remonter à 3300 le #CAC40 avec les banques françaises à +10% ce matin alors que leur gearing est toujours aussi médiocre et qu’elles devront lâcher encore pas mal de salariés une floppée de (nos) milliards dans l’affaire …  Comme il regarde aussi les news de la vraie vie, il ne prendrait qu’un demi-verre de Sekt tiède parce qu’entre les chiffres du chômage en France, le binz dans les Dom-Tom, la grève d’Air France pour Toussaint et le contrat du TGV en Arabie (qui a les moyens de le payer vraiment, elle) gagné par des concurrents de la zone Euro supposés à la ramasse et moins faciles que d’hab’ à accuser de dopage ou d’arbitrage litigieux, Achille se souviendrait tout d’un coup du match contre Tonga ou contre le Pays de Galles autant que de ceux face à l’Angleterre ou la Nouvelle-Zélande. Enfin, Talon dirait que parfois il est vital de sauver un arbre même si on ne peut plus grand chose pour la forêt.

En tout cas, il ne chercherait pas de poux dans la tête aux buveurs de bière, certes un peu imbus de houblon (you-blond ?), pas toujours habillés ou coiffés à l’élégance parisienne et moins gastronomes que les délicats amateurs de pâtes aux truffes et autres recettes de, et pour, grands chefs, mais comment pourrait-il reprocher à nos amis et voisins d’avoir eu tellement plus raison que nous sur à peu près tout, du foot au syndicalisme en passant par la politique et le régionalisme, depuis 30 ou 40 ans (ça compense un peu qu’ils aient eu très sérieusement tort pendant quelques années et un goût immodéré pour Wagner dont les opéras sont quand même très longs, et même pas en français), voire depuis Kant et Hegel ? Evidemment, nous on a inventé la Révolution, et ça, Achille dirait que personne ne peut nous le retirer … pour faire plaisir aux rebelles professionnels, opposants à tout et ses contraires par réflexe militant, et aux autres indignés par clientélisme ou absence d’imagination, mais Talon n’en penserait pas moins.

Et comme Achille est un citoyen responsable et respectueux de l’environnement même s’il a bien compris que l’écologie politique française est en croisière et/ou morte et enterrée sous une pierre tombale verte et rouge, il braillerait un peu que le sommet de Bruxelles ne doit pas faire totalement oublier celui de Copenhague avant les G-trucs et Bidules-20. Ne serait-ce que parce qu’il y avait plus de monde autour de la table danoise que de l’open-bar belge (by ze way, il y avait du Coca et des eaux en petites bouteilles sur les tables des négociateurs, c’est bien mais quelqu’un de plus euro-triote, euro-cologiste ou juste un peu plus raisonnable aurait pu penser à du jus de pommes européennes, du café équitable et des carafes d’eau du robinet) et que l’avenir du monde d’aujourd’hui (relire Orwell) est techniquement prioritaire à celui du monde d’hier (relire Zweig). Ou alors, il ne dirait rien, comme tout le monde, parce que jusqu’ici tout va bien pour Talon.

Et puis, parce que ça le met toujours d’humeur maussade de voir les officiels et porteurs de dossiers et calculettes redescendre des sommets en files protocolaires de longues voitures noires comme pour de confortables funérailles de morts dont ils ignorent à peu près tout (mais Richtung étages élevés d’hôtel genre Carlton ou Sofitel, les apparatchiks ne vont que rarement au sous-sol du cimetière des éléphants de leur plein gré) et parce qu’il n’aime pas plus les requiem pour l’industrie automobile qu’être pris pour un c…, il dirait quand même que la petite musique de nuit qui tombe jouée par les construc-tueurs automobiles ne lui plait guère plus que le chapiteau de cirque installé sur l’île Séguin. S’il avait le coeur à sourire, il dirait que ça pourrait désespèrer un peu Billancourt qu’on ne gagne plus de grand prix automobiles qu’avec des voitures étrangères et des pilotes allemands et il (se) demanderait : « Que fait la police ? ».

Mais comme il sait faire la part des choses, hiérarchiser les priorités et manger si nécessaire son chapeau pour le (futur) bien collectif comme n’importe quel militant confirmé ou apprenti-sorcier d’une juste cause, il ne dirait rien contre les Chinois et autres émergents qui ont bien compris leurs intérêts et font preuve d’un sens exemplaire de la so-li-da-ri-té avec les plus petits camarades et du service aux grands clients. « C’est de la bombe » s’exclamerait-il en public pour faire djeun et galvaniser les zélecteurs con-vaincus d’avance comme des supporters du PSG ou des groupies de Beckham.

Et comme c’est un optimiste parce qu’il sait que le pessimisme, ça porte malheur, que le réalisme, c’est très ennuyeux, et que le volontarisme, c’est très hasardeux, il ira faire un tour pour vérifier qu’on cultive correctement notre jardin public et chercher des trèfles à quatre feuilles à toutes fins utiles.

Hop !

Renaud Favier – renaudfavier.com – musique ! – 27 octobre 2011

        

Ps : Talon, en bon « French Paradox » (by ze way, Mazerolle répondant le plus sérieusement du monde sur BFM TV, avec son air de séminariste supporter de Ségolène Royal de retour du grand mess de la Rochelle ou de la projection réservée aux militants méritants de « The Artist » près de la Halle Freyssinet : « … ce qu’il a de bon avec cet accord, c’est la Grèce … », c’est le plus savoureux double-sens gastro-économique du PAF depuis que les Allemands ont annoncé le boycot du foie gras à leur salon agro-alimentaire géant de Cologne malgré les moulinets des petits bras gaulois), est un sage voltairien cultivateur de son jardin mais également un fils de Saint Just capable d’agacements un peu définitifs voire facétieux devant les scandales, affaires, non-lieux et autres Pschitt, et un digne (ça change) héritier (ça, ça ne change guère), sinon des richesses galvaudées et avantages acquis pas trop durables, du sens de l’humour un peu particulier mais attachant de Saint Desproges de France, de Luc Ferry de chez notre ami très saint ou de BHL de Saint Germain des Prés de Tripoli. Alors Achille ne dirait trop rien mais peut-être ferait-il quand même un peu de ramdam, juste par bon sens du French Paradoxe.

C’est fini pour aujourd’hui, parce que sinon, Achille pourrait en dire ce qu’il pense, de toussa-toussa.

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Environnement, Humour, International, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Qu’en dirait … Achille Talon ?

  1. Ping : Qu’en diraient … les Dupond et Dupont ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

  2. Ping : Qu’en dirait … Rantanplan ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s