Qu’en dirait … Agrippine ?

Agrippine, l’attachante grande ado de Claire Bretécher, s’interroge sur son avenir et celui de son monde. Comme tous les djeuns, elle pourrait vouloir remettre en cause, plus ou moins sèchement, les notables projets des vieux indignés convertis à l’autobronzant et au Prozac.

Non pas qu’Agrippine soit par principe hostile aux traditions familiales comme la politique à la papa avec prêchi-prêcha aux repas de famille, discours et contre-discours des chefs de tribus, réunions des druides, banquets républicains, entourloupes entre amis, parachutages et DCA pour se rappeler le bon temps des guerres des boutons, de religions et plus si affinités, mais elle (se) dirait que si elle trouvait une turne d’étudiant en cité U, du job pour se payer une chambre de bonne indépendante ou un appart social (lire « financé par les impôts ») pas squatté par un héritier ou autre pistonné, pas dignement monopolisé par un bénéficiaire d’avantages acquis pour mérites républicains ou militantisme émérite à la Chevènement ou simplement occupé le temps qu’il lui faudra avant de pouvoir se loger « normalement » par un bénéficiaire légitime du filet social acheté à crédit par l’Etat providence, il y aurait quand même de bonnes raisons de changer de famille (politique) et d’arrêter de jouer les Tanguy des maisons de retraités.

Non pas qu’elle soit allergique aux promesses qui n’engagent ni les communicants en Porsche qui les écrivent, les plagient ou les empruntent aux lobbies, ni les communicants professionnel(le)s qui les déclament et re)déclament en meeting ou devant les micros, ni les communicants militants qui les répètent et re-répètent aux comptoirs ou sur les marchés, ni les communicants à carte de presse qui les commentent et analysent, et vice-versa, en studio, dans le bus des journalistes ou dans les dîners en ville, mais elle (se) dirait que c’est bien la peine de s’indigner un peu partout contre le paraben ou l’aluminium dans le senbon pour sous les bras pour laisser mettre n’importe quoi dans les programmes TV politiques.

Non pas qu’elle ait perdu tout espoir dans l’humanité, abandonné toute espérance dans un sursaut citoyen ou oublié mais elle (se) dirait que si la femme politique verte est un homme comme les autre, juste encore un peu plus bavarde que Dany le Rouge et un peu moins télégénique que Hulot le martien, c’est bien la peine de dépenser du nucléaire pour regarder Duflot ou Joly à la télé et que vivement que Desperate Housewives recommence si c’est pour voir des hystériques, parce que les vraies actrices sont plus jolies et plus drôles, ou même Dr House si c’est pour voir du cynisme, parce qu’au moins lui il arrive à des résultats.

Non pas qu’elle soit paresseuse mais des fois elle (se) dirait qu’étudier pour faire chômiste parce que la génération Séguéla veut compléter sa collection de Rolex sur notes de frais, faire un stage pour des clopinettes parce qu’il faut maintenir le rendement des fonds d’investissement aux noms guerriers dont on fait la pub dans les magazines entre celle pour le tourisme sexuel en paquebot et celle pour la bagnole qui roule à 200 à l’heure vers Bruxelles ou Genève ou bosser métro-boulot-dodo comme les darons d’avant le chômisme alors que même pas il y aura une retraite et qu’une vie de boulot normal ne permettra pas d’acheter un 3 pièces pour les vieux jours et de payer le vétérinaire du chat, ça gave un peu, limite ça indignerait si on n’avait pas peur d’être manipulé(e), de perdre son temps comme les vintage époque Woodstock ou Sorbonne, ou d’attraper froid.

Agrippine (se) dirait que c’est pas la joie toussa-toussa

In-Di-Gna-Tion ! … ou pas ?

Renaud Favier – renaudfavier.commusique !19 novembre 2011

Ps : parfois Agrippine perd un peu son self-control et prononce des mots de djeuns du genre qui peuvent déstabiliser un instant les notables, mais tout s’arrange avec un bon discours ; parachutage ; fromage ; tripatouillage café.

C’est fini pour aujourd’hui.

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Qu’en dirait … Agrippine ?

  1. Ping : Qu’en dirait-on … à Pépé (le fils de Soupalognon y Crouton) ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s