Mad in France ! Qu’en dirait-on … au pays du Père Noël ?

C’est pas seulement parce que cette fois c’est la vraie crise que le Père Noël s’indigne plus que quand on achetait la paix avec sa conscience avec le calendrier des scouts si on était de droite, un don aux restos du coeur si on était sans opinion, un abonnement à Télérama sinon.

Bien sûr, le Père Noël s’indigne d’abord du tout électronique qui bousille la magie de Noël avec les avatars en streaming (pourquoi pas en string !) à la place des films de Walt Disney à la TV pour tout le monde en même temps avant le dîner et des comédies musicales des années 50 pour les adultes pendant que les mômes font semblant de dormir en attendant minuit, avec des lettres au Père Noël sur Twitter et avec des reventes de cadeaux sur e-bay dés le 25 décembre.

Bien sûr, le Père Noël s’indigne d’abord que, deux générations après WoodStock, les Peace and Love qui refusaient des cadeaux à leurs mômes parce que ça faisait bourgeois voire vieux c… et militaient pour sauver les sapins parce que d’abord il fallait lutter contre les traditions préjugées imbéciles et la religion canal historique présumée insupportable et ensuite parce qu’il fallait un tant soit peu respecter la nature, les fleurs et les petits oiseaux de l’époque même si personne n’allait encore à Durban s’indigner en classe business contre le réchauffement climatique ou tenter d’arrêter les rares trains qui arrivent à l’heure pour envoyer chez d’autres ses propres (sic) déchets, soient devenus des grands-parents réaco-sécuritaires limite auto-défense en 4-4 blindé et des publicitaires autobronzés off limits bling-bling avec Rolex, Porsche à détecteur de panneaux anti-radar pédagogiques et cartes de fidélité chez Bose, Liebherr et Cuir Center pour équiper le riad à Sexoland, la maison de pêcheur à ISFoland et le mas à Boboland.

Mais ce qui gave le plus le Père Noël, c’est que les pubeux sortent collectivement des clous sans le moindre début de sens de l’orientation vers la décence ou même un petit rien d’auto-censure avec l’alibi de sauver l’emploi ou les bonus dans leur agence au mieux, d’obtenir la carte « gold » et l’invitation au week-end à Marrakech ou en Thaïlande organisé par le service RP de leur média favori au pire, et faire plaisir dans tous les cas à leur lapins crétins de clients qui bousillent le monde qu’ils laisseront à leurs mômes pour pouvoir leur offrir une console électronique qui rend gras et niais, des friandises à l’huile de palme qui tuent aussi sûrement l’orang-outang qu’elles anesthésient les autres bipèdes et des machins plus ou moins dernier cri made in China et plus ou moins stupidement ruineux pour écouter la musique de/pour/qui-rend dingue ou de/pour/qui-rend rejeton de dingue qui au mieux rendent sourd ou associal avec leurs écouteurs plus ou moins nocifs, au pire rendent fou-furieux les voisins quand on n’a pas encore isolé phoniquement le mas, le riad ou la maison de pêcheur et que le caisson de basses est conçu pour déclencher un tsunami et plus si affinités.

Ce qui gave vraiment le Père Noël, ce n’est pas tant l’affichage encore plus indécent que d’habitude de l’écart entre ce qu’on appelle les 1% et les 99% selon les éléments de langage politiquement corrects du moment, parce que c’est comme ça depuis au moins la petite fille aux allumettes et que même du temps de Jésus tout le monde n’avait pas droit à un plat de lentilles au glutamate ou à de l’encens au paraben d’aluminium, mais qu’avec les nouvelles technologie et les moyens de transport moderne, ça devienne vraiment encore plus indécent que du temps de Gatsby ou de Marie Antoinette que certains aillent se goinfrer de pâtes aux truffes et autres surprises en bas résille en jet privé au bout du monde pendant que les autres servent chez MacDo ou font la queue aux restos du coeur même s’ils ont eu la chance de bosser 70 heures ou plus par semaine en intérim, CDD ou stage pour un salaire horaire pas trop pitoyable et sans trop se faire harceler pendant l’année.

Ce qui gave le Père Noël c’est qu’on atteigne, voire dépasse les plus hauts sommets de la crétinerie consumériste sans bornes dés fin octobre avec les vrai-faux nouveaux cosmétiques à perlimpimpin pour la jeunesse éternelle de la peau ou les remakes plus ou moins dilués de sentibons qu’on appelle maintenant eau de parfum pour la dissimulation continuelle des réalités, avec les rasoirs vibro-masseurs à piles à l’électricité nucléaire à une lame de plus ou de moins selon les jours de la semaine, avec des jouets plus toxiques encore pour les neurones que pour les bronches ou la peau mais invariablement « made in far away with cheap labor and few regulations and zero environmental friendliness » pour être bien sûr qu’ils ne risqueront pas de donner aux djeuns du job, un genre d’avenir et du vrai pouvoir d’achat sans endettement ou assujettissement aux guichets d’aides publiques garanties pur clientélisme financés par la CSG, les impôts plus ou moins locaux ou une assoce plus ou moins dépendante. La bonne nouvelle c’est que si le pire est à peu près certain dans les paquets-cadeaux, avec e-bay on peut en principe s’en débarrasser discrètement et en un clin d’oeil.

Et ce qui gave encore un peu plus grave le Père Noël, c’est qu’on continue à encourager les petits garçons de tous âges à piquer dans le porte-monnaie de leurs parents ou de n’importe quel plus ou moins adulte friqué de la famille recomposée ou à exiger une augmentation de pouvoir d’achat ou à choper des sacs de vieilles dans le métro avant les fêtes et plus si affinités avec la violence, les trafics et les braquages en tout genre, en les gavant dans les magazines pour familles de pubs pour des montres presque toutes importées à 5, 10 ou beaucoup plus de mois de SMIC, de réclame pour des bagnoles importées ou fabriquées avec des pièces importées à 5, 10 ou beaucoup plus d’années de SMIC et de promo pour des baraques de parvenus (juste après les pages de numéros de téléphone pour les masseuses pour hommes à la fin des magazines et avant la 3ème de couverture généralement réservée pour un investissement à rendement indécent garanti ou un programme immobilier avec levier fiscal promis) à 5, 10 ou beaucoup de siècles de SMIC pour importateurs, profiteurs, privilégiés, protégés ou autres pervers fréquentant les étages élevés des grands hôtels et les sièges confortables des avions où on ne mange pas son sandwich avec les cheveux du voisin de devant dans le verre d’eau et les coudes de ceux d’à côté sur le clavier du mini-PC made in « Pabien » à 5, 10 ou quelques minutes de plus de SMIC, mais what else ?

Mais ce qui gave franchement grave le Père Noël c’est que même le changement climatique déraille et qu’après un été indien magnifique et inespéré à Paris pendant qu’il neigeait hors saison à New-York on risque de se retrouver avec un temps juste normal et juste assez de neige pour Noël pour embouteiller les privilégiés de l’Ouest Parisien parce que c’est toujours chez eux que les nuages à neige se lâchent avant de continuer leur chemin à vide vers les quartiers pauvres et qu’évidemment personne n’a acheté une pelle à 15 euros à mettre dans le coffre de l’Audi en hiver, et pour bloquer Roissy parce que bien sûr quelqu’un a encore oublié de commander le glycol à cause des RTT ou alors il n’est pas arrivé à cause de la grève SNCF ou alors il n’y en a plus parce que l’usine a été délocalisée et que les dockers exigent une prime pour décharger des produits chimiques et que le budget AAA ne l’a pas prévu et que de toute façon on n’a même plus de quoi se payer des crédits toxiques.

Ce qui gave le Père Noël, mais ça c’est plus dans l’ordre éternel des choses, c’est ces bouffes un peu trop riches mais ça fait plaisir et on ne va pas s’emm… avec le cholésterol en plus de tout le reste de l’intendance qui va déjà de travers, un peu trop coûteuses mais on peut encore se les permettre une fois l’an sans déséquilibrer trop gravement les finances familiales ou nuire sérieusement à la capacité de faire un peu la charité de saison, un peu trop nombreuses mais si on a la chance d’avoir un peu plus de famille que la moyenne avec les recompositions et autres nouveautés socialement correctes, c’est pas à Noël que c’est le plus insupportable de se faire pomper l’air par le strict végé familial de service qui ne peut pas manger à moins de 3 mètres d’une tranche de foie gras, mettre dehors par l’inévitable cousin radical anti-tabac qui ne peut pas tolérer un fumeur à moins de 10 mètres de son chewing-gum ou enfumer par les djeuns militants politiques et autres délinquants associaux incapables de respecter plus de 30 minutes la trève des confiseurs et dont la conversation est carrément assassine s’ils lâchent les écouteurs de leur baladeur (ceci dit, c’est toujours moins pire que d’écouter Balladur expliquer qu’il vend des tee-shirt sur les marchés pour payer le chauffage du chalet de Chamonix qui date de l’époque de l’inflation et de l’immobilier abordable quand il était tranquillement président de la société du tunnel du Mont-Blanc ou autre fromage républicain du coin, très loin de Karachi dont il ignore d’ailleurs l’existence comme s’il voulait nous faire croire à la régularité de ses comptes de campagne au Père Noël) à moins de 6 mois d’une quelconque élection.

En fait, toussa-toussa ou pas, ça va être Christmas business as usual vers le 24 ou le 25 décembre et personne n’a de meilleure idée, de toute façon, alors what else ?

Et Noël sera fini pour cette année et on pourra (re)commencer à (se) préparer (pour) 2012.

©2011 Renaud Favier – renaudfavier.com – musique ! – 2 décembre 2011

            


A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Humour, Pause Café, Voeux, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mad in France ! Qu’en dirait-on … au pays du Père Noël ?

  1. Ping : Mad in France ! Qu’en dirait-on … en Suède ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s