Le monde 2.012 tel qu’il promet : #GoodNews from #TheArtist #Paris

A la Saint Vincent, tout va (encore) à peu près bien. Un AAA est tombé sur un iceberg en klaxonnant mais seuls les journaux français ne paraissant pas le week-end en parlent encore. Un autre paquebot a coulé mais les soldes roulent et le millésime 2012 sera excellent.

Les grincheux (ceux qui ont le vin triste) pesteront que le vin n’est plus ce qu’il était depuis qu’il n’y plus de neige à la Saint Vincent à cause du changement climatique et que des publicitaires parisiens ou anglais et autres milliardaires chinois, russes ou français qui n’aiment la neige que dans les stations de ski chics ont fait une OPA sur le Wine-Business-Club. Et surtout qu’Intouchables ne vaut pas « Maguy » ou « Joséphine ange gardien » question vedette féminine. Pour le vin, ça se discute.

Que le Merlot fait du sirop, avec ou sans Saint Vincent et Parker, et qu’Intouchables est une comédie trop sucrée à l’américaine aussi, avec un premier rôle masculin qui n’est pas un cow-boy même s’il se prend pour Obama (la preuve c’est qu’on n’a pas de photo de Sy avec le Président de notre République) tandis que l’autre premier rôle masculin a beau ressembler à Tootsie, n’est pas Rain Man qui veut : la preuve c’est qu’il claque 40 000 euros dans un fauteuil pour une giclée de peinture rouge alors que Dustin  Hoffman reconnait un tas d’allumettes au premier coup d’oeil et ne s’en laisse pas compter. Pour le Merlot, ça se discute.

Que les vins « à l’ancienne » et « La Grande Vadrouille », c’était autre chose, pas des usual suspects d’arrosage de bons sentiments ou de mélange de copeaux de bois (d’ébène) pas très clair (ça, c’est vraiment les pisse-vinaigre qui veulent se faire remarquer en surfant sur la notoriété du film qui le disent, comme les critiques de vin et autres fans de Mondovino qui râlent contre Mondavi mais échangeraient discrètement deux tonneaux de Médoc contre une bouteille d’Opus One s’ils étaient sûrs que personne ne l’apprenne, « pour goûter »). Et que l’industrie du film ne marche jamais mieux qu’au coeur des crise les plus profondes, genre les années 30 avec les comédies musicales pour oublier tout ce qui n’allait pas trop bien. Alors qu’il faudra sortir un remake du film quand ça ira mieux en France pour voir si ça marche quand même. Et puis que c’est facile de réussir un mammouth du bouche à oreille sans star du box office pour pomper tout le budget promo et en érotisant les oreilles à donf, et en jouant sur les cordes sensibles de djeuns et autres dépressifs qui ont droit au tarif réduit au ciné. C’est comme quand Tonton Marcel faisait le mécène du pull moulant de Sophie Marceau pour « La Boum », vraiment trop facile. Mais, let’s think positive, le cinéma français ne va pas mal, et c’est bien. Dujardin a eu le Golden Globe d’acteur de comédie et The Artist celui de la meilleure b.o. (qui n’est pas sponsorisé par Bang & Olufsen -B.O.- les publicitaires ne peuvent pas être dans les vignes et à tous les moulins, mais c’est une occasion qu’ils  ont ratée) et c’est super. Et le Bordeaux sera excellent en 2012, et c’est comme d’hab’. Pour Opus One, ça se discute (et ça dépend du Médoc et du millésime et du négociant, parce qu’il doit bien y avoir aussi du faux, il n’y a pas que les Français qui soient contrefaits, ou alors il y aurait une discrimination positive et ce ne serait pas bien).

Que tout va mal entre les mauvais pots de vins qui coulent on ne sait même pas d’où ni vers où (ou alors on le sait trop bien et c’est encore pire qu’on croyait), et les bonnes bouteilles qui sont toutes exportées comme si on était un pays en voie de sous-développement tendance pauvre sans pétrole ni idées ni héritage et que les films à gros budget ratés se vendent encore moins bien que les très mauvais millésimes d’appellations surfaites et/ou incompréhensibles et/ou en déclin même quand ils surfent sur des vagues marketing aussi porteuses qu’Aung San Suu Kyi (épatante, forcément épatante quand elle a parlé français à la remise de sa légion d’honneur). Mais n’est pas « Titanic » qui veut, même avec de gros moyens, un tournage en extérieur en Toscane et un scénariste qui a le sens de l’humour noir.

Avec tout ça, les Pandas amoureux livrés par avion Fedex vont bien, et ça pourrait faire un bon film étranger oscarisable si Jean Dujardin et Omar Sy acceptent de se maquiller un peu différemment de leurs habitudes et si les abonnés aux coûteux flops sur avances publiques (européennes, nationales, régionales, métropolitaines, intercommunales ou whatever can borrow cher and lend pas cher money du contribuables aux notables du cinéma aussi « bankable » que des junk bonds) et autres subventions moins intermittentes que leurs succès ne s’en mêlent pas de trop près. En plus, ces pandas prêtés pour une petite dizaine d’années, c’est la seule exportation made in China qui ne coule pas notre commerce extérieur et même qu’on pourra vendre des billets du zoo aux touristes allemands et créer quelques jobs pour le nettoyage des enclos et l’arrosage de bambous, en espérant juste que le zoo n’a pas été vendu à des investisseurs institutionnels étrangers ou autres retraités exilés fiscaux comme tel beau vignoble dont l’âme est partie ailleurs en fumée ou telle belle PME qui marchait mais s’est envolée comme un parapente. Pour les pandas en parapente, ça se discute.

Pour le reste, c’est toujours l’hiver et ça ne devrait pas s’arranger, le film 2012 a commencé fort avec le ressort dramatique du Triple A disparu un vendredi 13 à (midnight ?) Paris (et dans quelques autres recoins du ventre mou de l’Europe situé entre le groupe de tête qui parle anglais et allemand et les pieds d’en-bas plus ou moins nickelés qui ne parlent même pas français) et l’image choc du paquebot échoué en Toscane en un remake 2.012 pas très convaincant, hésitant entre Titanic avec capitaine pleutre, morts moins nombreusement spectaculaire et nano iceberg dans les verres, et la Dolce Vita avec quelques morts de plus, paix à leurs âmes, mais de pâles sosies mouillées d’Anita Ekberg aussi pathétiques devant les caméras que les faux bonshommes verts des publicités pour un truc financier dont on a oublié le nom et le sujet mais c’est sûrement pas grave. Quoi qu’il en soit sur grand écran ou devant de petites caméras, le Bordeaux sera excellent en 2012 quoi qu’en racontent les sondages du jour, le scénario de l’année (et le Beaujolais nouveau sentira la banane et il vaut mieux en sourire quoi qu’il arrive encore urbi ou orbi), le score final d’Intouchables au box-office ou la couleur du lever de soleil du matin à Paris en janvier.

Pour le soleil de janvier, ça se discute. Sur Twitter, entre autres.

Happy Mondday 😉 * w/ Fantaisie D’Amour – The Artist [Ludovic Bource] – rf2012.wordpress.com/et-surtout-… ♫ blip.fm/~19npsv  View media

france.fr : Service Compris 2.0 ou Service Secret ? Mais 2012 débute bien entre tennis et acteur #OSS117 wp.me/pJjbe-ME  View media

Les cent jours c’était vendredi, le monde d’hier, on va faire des discours ou se mettre vraiment au boulot à #Paris ? wp.me/pJjbe-3MY  View media

Le #AAA c’était avant-hier mais là on est lundi, on va (en) parler encore longtemps ou se mettre au boulot à #Paris ? wp.me/pJjbe-3Nk  View media

#Concordia c’était hier, on ne va pas en parler toute la semaine ! wp.me/pJjbe-3NH

@Eric_Besson vous aviez raison hier soir #France ne s’est pas vidée de son sang. & il reste même du soleil ce matin 😉 pic.twitter.com/BYeH9ad1  View photo

Tokyo en franche baisse -1,43% mais avec les volatilités contemporaines, impossible d’en déduire que c’est un effet du coup du #AAA de S&P

#Cinéma Golden Globes : « George » (#Clooney, what else ?) intouchable mais bravo #France avec #Dujardin acteur comédie et the #Artist B.O.

Le #Dollar est a peu près au cours du Franc #Suisse : pratique pour une monnaie « refuge » (de montagne) mais ça peut glisser en saison de ski

#Euro et #Europe en #Crise ; Naufrages de #AAA et navires ; Pbs #Environnement rien de nouveau en 2012 : Dégage, 2011 ! youscribe.com/catalogue/tous…

On a bientôt fini les éléments de langage sur #crise et #naufrage , le « green » va revenir à la mode cf : Net-Land-Art youscribe.com/catalogue/tous…

2 Pandas chinois livrés par Fedex : ça ne va pas arranger le déficit commercial cf : France-Chine : « égal à égal » … wp.me/pJjbe-8B  View media

Naufrage, vous avez dit « naufrage »? Le monde tel qu’il promet en 2.012 #Titanic #Concordia #France #AAA #PeterPrinciple wp.me/pJjbe-3NH  View media

Happy Sunday & 2012 😉 * w/ Lady Gaga « Edge Of Glory » (Children In Need 2011) – http://bestcoffeeinparis.wordpr… ♫ blip.fm/~19n895

Happy (rest of) 2012 😉 * w/ Lady Gaga – « Born This Way » (Decade Difference Concert) – http://rf2012.wordpress…. ♫ blip.fm/~19n85w

Happy Sunday 😉 * w/ Lady Gaga « Teeth » live @ Madison Square Garden – renaudfavier.com ♫ blip.fm/~19n83v

Un petit brûlot sur #Bercy ( TV #France 5 mardi & Bronnec / Fargues chez #Denoel ) signale par #JDD : à quoi bon ? pic.twitter.com/UQVmLU3G  View photo

« nous somme tous des salariés d’Air #France  » (de Tarle #JDD) – il aurait pu écrire de #SeaFrance mais billet lumineux pic.twitter.com/KcZxugkG RT by Renaud Favier

« Luberon paradis hivernal de la truffe » dans @le_Parisien_fr : on comprend mieux pourquoi un certains #Paris y hiberne pic.twitter.com/ETgB5DlK RT Renaud Favier

#Cantona dans @le_Parisien_fr comme #Allègre et #Bayrou ce : attachant et compatissant mais a quoi bon ? #

Claude #Allègre super dans le Parisien : idem #Bayrou ex-ministre de l’éducation, a souvent raison mais à quoi bon ? pic.twitter.com/aH1HXwof RT by Renaud Favier 

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse! bit.ly/g8PTOA

Renaud Favier, le Journal nouvelle édition bit.ly/dQneRc ▸ Aujourd’hui à la UNE: @tes

Bon dimanche malgré #AAA #Concordia S&P et quelques autres impedimenta du week-end en #Euro #Europe …viadeo.com/s/5xLKS

Le 15 janvier semblait ad-hoc pour rappeler les voeux de bonne année #AAA … bon dimanche quand même lnkd.in/7Ej9Qa

Le 15 janvier semblait en principe la bonne date pour rappeler les voeux AAA de bonne année …… fb.me/sYUf7ehy

© 16/1/2012 – Renaud Favier – (Comp&titivité) – renaudfavier.com – musique !

* * *

Retour vers les e-books à (re)lire en 2012

                        

* * *

Retour vers café du matin à Paris qui est un des rares trucs qui ne réserve pas de mauvaise surprise en 2012, sauf si on espère du prêt-à-penser traduit en langue de bois dont on fait le pipeau en saison électorale.

 

Retour vers un excellent 2012 tant qu’il est encore conventionnel de le souhaiter.

 

Et surtout, bonne compétitivité (durable, forcément durable, sinon c’est moins bio pour l’emploi et l’innovation et l’exportation et toute l’intendance qui suit, ou pas) en 2012, pendant que c’est à la mode dans les discours.

  

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Humour, International, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le monde 2.012 tel qu’il promet : #GoodNews from #TheArtist #Paris

  1. Ping : Le monde 2.012 tel qu’il promet : #Optimisme #Candide | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s