Dimanche, c’était #EarthDay, journée mondiale de la Terre. En #France, des (b)urnes ont crié « qui ne ment pas » pour faire de l’humour : So what ?

« La vérité est la première victime de toute guerre » disait Churchill, qui aurait pu ajouter « économique », « écologique » voire : « politique ». Après avoir été victime précoce de la démocratie réelle, Sir Winston l’a été de sa vraie mort mais il faut ré-élire son humour en 2012.

Parce qu’il faut un sens de l’humour assez inoxydable, du genre de celui du vieux lion, pour affronter certaines vérités et colères économiques, écologiques ou politiques en 2012. Surtout quand elles sont sous tous les nez du monde entier depuis bien avant le changement de vieux siècle sans que personne ne puisse, ne veuille ou ne sache trop quoi ou comment faire pour éviter le pire malgré les sommets globaux, actions locales et autres Grenelles dans les cantons (le truc à regarder comme le lait sur le feu, contre un réchauffement climatique trop brutal, c’est que personne ne commence à mettre trop méthodiquement le feu à des parlements, des livres ou des gens. Et puis c’est mieux de faire aussi en sorte qu’aucune faillite de banque ne déclenche un incendie financier systémique global. Mais il vaut mieux aussi que les gens aient assez à manger pour ne pas brûler de vieux pneus ou de voitures dans les rues et assez à se loger pour ne pas devoir se faire de feu sous les ponts dans de vieux barils pour réchauffer leurs derniers haricots).

Parce qu’il faut une capacité à (sou)rire de presque tout et le sens du devoir de résistance bien accroché aux bretelles pour se dire sans craindre de trop se mentir à soi-même ou aux autres que même si le Front National gagne 2% à chaque élection présidentielle, on est encore tranquille pour 15 ou 20 ans avant de les (re)voir au second tour en France, que jusqu’ici tout ira bien du moment que l’Europe et le monde gardent leurs deux oreilles ouvertes. Qu’en s’y mettant à deux, les notables protestataires passent quand même assez nettement devant madame le Pen, ce qui n’est pas dans les usages d’ancien régime, mais traduit une nouvelle galanterie électorale française rassurante pour les citoyens électeurs contestataires ma non troppo brutalement nationalistes (ni troppo naïfs eu égard aux sincérités réelles des vieux surfeurs plus ou moins autobronzés de la politique professionnelle française du XXIè siècle qui écoutaient les Beach Boys dans leur jeunesse comme l’essentiel de leur génération qui a offert des Walkman à ses mômes pour fêter l’héritage de ses parents, roule en voiture allemande pour ne pas être dépaysé pendant ses vacances en Amérique et en Asie, loge en habitation protégée des contrariétés du marché réel et a préparé sa retraite en déforestant un coin de Boboland « with a view » ou en faisant retaper une grange ou un riad dans un coin de francophonie où les salaires et permis de construire ne sont pas trop obérés par le poids du modèle social français). Que les écologistes ne peuvent que remonter (ce qui serait en principe plutôt favorable à l’environnement) mais que tant qu’ils seront aussi divisés et brouillons, et rien n’indique que le changement soit en marche de leur côté de l’aile gauche, ils ne risquent pas plus de mettre en péril la présence d’un candidat de gauche gestionnaire au second tour que si les Über-rebelles de NPA et LO (qui à eux deux n’atteignent pas le score du gendre idéal de la France Libre) finissaient par créer ensemble un deuxième front de gauche commun, entre une messe à Saint-Trotsky et une prière pour le Che. Que la situation est sous contrôle, que les « fiefs » sont bien gardés (les mots ont quand même un sens, ce serait mieux si les médias parlaient de « hub » ou de « cluster » plutôt que d’utiliser des références du Moyen-Âge, tout le monde n’a pas assez de sens de l’humour pour apprécier ce genre de coquetterie, de blague de journaliste), que le monde (pour « Le Monde », c’est un autre sujet, les avis divergent, même parmi les lecteurs de Telerama) est en de bonnes mains.

Parce qu’il faut un sens de l’humour un rien britannique, voire un tantinet « Think Different », pour un citoyen électeur de vieux pays voltairien (mais où les gens sont autorisés à avoir d’autres lectures édifiantes), pour ne pas se demander s’il est bien raisonnable de cultiver son jardin à la française malgré la pluie qui se trompe de saison, le froid bipolaire et autres vents mauvais, sans parler des incertitudes sur la composition et le bilan carbone des engrais bio made in on ne sait pas trop où on ne sait pas trop comment par on ne veut pas trop savoir qui, des doutes sur l’impact de zones vertes sur la reproduction des coccinelles et leur appétit pour les pucerons, des angoisses sur la pollinisation du goji de l’Himalaya par les guêpes d’on ne sait pas trop où qui ont bouffé les abeilles qui avaient survécu aux pesticides et autres contrariétés de l’époque genre l’import massif de miel moins cher que celui des petits apiculteurs locaux etc … Pour ne pas avoir de envies de filer jardin à l’anglaise en passant à Paris devant un panneau de recrutement par concours (externe, pour l’interne, il doit y avoir un système de valorisation des acquis de l’expérience administrative) pour jardinier fonctionnaire du Sénat ou en tombant au hasard d’un surf sur un topo, un rien populiste mais pas non plus hystérique, sur les avantages réels de la fonction qui ferait comprendre la notion de buis « béni » au plus agnostique des citoyens contribuables se promenant au jardin du Luxembourg (et reconnaissant que c’est magnifique et agréable, en particulier au printemps, et « gratuit », mais il serait pédagogique de calculer le coût réel de la promenade sur le gravier et de benchmarker avec un moment couché sur le gazon dans un parc à Londres).

Comment (mieux ?) cultiver son jardin pour que ça aille mieux sans trop mergitur urbi, autour de urbi et plus loin dans les mondes anciens, nouveaux et ambigus (honni soit qui pense « autre monde ») ?

Avec humour, nécessairement, et un peu plus de respect pour les vérités, peut-être. Parce qu’on sait, en France, depuis les plus vieux philosophes avant même Churchill, que la vérité est chose compliquée, voire plurielle (et depuis Platon qu’il vaut mieux en rire), et depuis Derrida (avec un nom comme cela, il ne pouvait pas ne pas avoir le sens de l’humour) que les couples d’oppositions ne sont pas durablement viables et qu’il faut déconstruire (et accessoirement oser l’orthographe différante) vérité et mensonges comme tous les vieux couples infernaux. Alors que la France ait raté une bonne occasion de ne pas se taire en choisissant de voter pour x, y ou z, chacun peut cocher la case qui lui (dé)plait le plus de faire relâche politico-médiatique mais un pied de nez électoral d’assez mauvais goût en votant très fort « le terre ne ment pas » le jour de la Terre, même si le devoir citoyen et le développement démocratique durable sont parmi les moins pires excuses qu’on pouvait inventer, la vérité oblige à dire que comme personne ne s’était rendu compte qu’il y avait une semaine du développement durable quelques jours avant en pleine rase campagne, il y a peut être une inquiétante tendance à la récidive en France, comme un goût pour le veau reposant mensonge par omission plus que pour les vérités qui fâchent. Le mieux, ce serait de regarder sans oeillères, omission ou autres excès de confiance ce qui se passe ailleurs et de « faire le job », quitte à être un peu moins concentrés sur les élections locales et autres concours de beauté et à publier les « livres » et biopics de politiciens pendant sa retraite plutôt qu’avant les campagnes électorales, comme chez le vieux lion (« First things first », honni soit qui penserait « flirt things »).

Et sans attendre la nouvelle lune, le beau temps ou l’arrivée d’un nouvel engrais miracle bio low-cost aussi bon pour les géraniums que pour le basilic à petites feuilles et le gazon à mini-green de golf chez Boboland. Ce serait bien de se réveiller pas trop tard malgré l’heure d’été et de retrouver avant l’heure de vérité un peu de sens de l’humour « à la Churchill » (y compris celui de mauvais goût si on ne peut s’en empêcher ou si ça fait de l’audimat, chacun les siens) même si c’est, comme la vérité, une espèce qui risque sa peau en période de bataille politique, écologique ou économique (les plus sérieusement cyniques diront que c’est comme l’ours blanc ou l’orang-outang, comme il n’est pas endémique dans tous les écosystèmes, il y a beaucoup de milieux dont il ne peut pas disparaître, qu’on y célèbre dignement ou moins dignement la journée de la Terre. Et que c’est comme la vérité : là-où il n’y en pas du tout et où on connait à peine le concept parce que les livres qui en parlent ne sont pas trop diffusés, ça ne manque à personne et cela évite au moins le mensonge par omission, ainsi que bon nombre de fâcheries à cause de vérités sur lesquelles il y a doute métaphysique, débat télévisé voire conflit d’intérêt). Cela va sans dire (comme il va sans dire que ce n’est pas parce que chez Churchill ils ont décidé à l’époque où James Bond sauvait le monde libre de conserver leur vieille Livre Sterling pour faire plaisir à leur Reine « For Queen and Country », que nous, dans une bonne vieille République démocratique sur le continent, on devrait saborder l’Euro pour faire plaisir aux électeurs d’un jeune-vieux député franchouillard qui ne fait pas 2% ou à ceux d’une vieille-jeune euro-députée franchouillarde qui ne fait même pas 20%) mais ça va aussi bien en le (mé)disant (c)riant.

Quant à Twitter et autres agoras citoyennes du monde virtuel qui n’est évidemment guère meilleur, ni pire d’ailleurs, que le « réel », ça ne peut pas faire beaucoup plus de mal que tout le reste pour l’environnement, la démocratie, la vérité, les élections, l’humour, le jardin et toussa-touça, avec ou sans #RadioLondres.

Let’s Enjoy a Coffee 😉 * w/ Jane Birkin & Serge Gainsbourg « Slogan » (B.O.) – http://bestcoffeeinparis.wordpress.com/ ♫ http://blip.fm/~1b3b2l

Congratulations @ Twitter & Twittos for celebrating EarthDay 2012 Sunday, Let’s Keep the #Green Spirit all Year Round http://pic.twitter.com/udVSGXUO

From #Paris w/ Love 😉 * w/ Jane Birkin & Serge Gainsbourg « Je t’aime… moi non plus » – http://bestcoffeeinparis.wordpress.com/ ♫http://blip.fm/~1b3ari

Météo à Paris pas à sortir et zapper le déj favorise l’épargne : prendre un #eBook et un #café genre : So What ? (4) http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-4-1523371

Pour 9990 euros, on peut avoir une Dacia-Renault made in Maroc ou une Toyota Yaris made in France cette semaine :… http://fb.me/1NAXC41ui

Bref, hier c’était la journée de la Terre … qui ne ment pas, en #France. Il fallait s’y attendre un peu, c la #Crise http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-4-1523371

#CAC40 -1,8% glisse en direction des 3100, ça devait arriver, pour plein de raisons, à relire (entre autres) sur http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-4-1523371

Tous les résultats du premier tour, ville par ville http://bit.ly/ImKYui Retweeted by Renaud Favier

@Ma2 je n’arrive pas à avoir de peine pour le Pen 😉 Mais de toute façon, le vrai pouvoir national est à Bruxelles, pas aux maroquins, non ? In reply to sre

#France « a voté » and Everybody seems Happy in #Paris. So what ? http://wp.me/p27ovB-8a  View media

F. Hollande est arrivé en tête à Paris avec 34,83% des voix, inédit pour un candidat de gauche à une présidentielle. #Hollande Retweeted by Renaud Favier

Avec les reports de voix du second tour de 2007 mesurés par Ipsos, Sarkozy l’emporterait au second tour avec 54,01 % http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/23/simulez-le-report-de-voix-au-second-tour_1689349_1471069.html Retweeted by Renaud Favier

Près d’un votant sur trois a choisi un candidat hostile à la mondialisation ou à l’UE, note la presse européenne http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/23/la-presse-europeenne-sceptique-sur-les-chances-de-sarkozy_1689608_1471069.html Retweeted by Renaud Favier

#France A voté. Sinon, #Dortmund champion de Bundesliga, Nadal gagnant à #Monaco, réunion FMI & G20 à #Washington http://viadeo.com/s/FtvWn

@Ma2 tous les animaux ne mourraient pas, mais tous étaient frappés, pas seulement les rhinocéros … In reply to sre

« #France, le déni » titrait The Economist. Au soir du 22 avril, on ne peut, hélas, que féliciter les auteurs du diagnostic http://lnkd.in/BJSUNX

« #France, le déni » titrait The Economist. A écouter certains commentaires au soir du 22 avril, c’était pas mal vu… http://fb.me/1T6YpYlOX

#Présidentielle #France : il y a des « gagnants » qui sont mauvais perdants et des « perdants » qui ont la victoire ambigüe https://renaudfavier.com/

22 avril #Paris #France : mauvaise blague de blonde aux attrape-bo(no)bos. So What ? http://wp.me/pJjbe-4r0

* * *

En attendant le prochain EarthDay mondial, le jour de l’humour britannique en Europe ou les prochaines réalités électorale en France (un TruthDay ?), on peut aller lire / télécharger des eBooks édifiants pour les citoyens électeurs, avec humour sans supplément sur http://www.youscribe.com/renaudfavier/, “rider” sur le blog https://renaudfavier.com/ ou passer “liker” un café du matin sur http://www.facebook.com/cafe.matin.paris avant d’éteindre l’ordinateur ou l’iPad pour économiser l’électricité.

          
          
         
      
       

RF 23 avril 2012.

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Environnement, Humour, International, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dimanche, c’était #EarthDay, journée mondiale de la Terre. En #France, des (b)urnes ont crié « qui ne ment pas » pour faire de l’humour : So what ?

  1. Ping : Play it Again, 2nd Tour en #France: So What (watt ?), So Green ? E pur, si muove … | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s