Candidat(e)s pour #Palmes #Cannes #2012 plus sexy que pour #Elysée #Paris ? So What ?

Le comité de (s)élection du Festival de Cannes a visionné 1779 films pour retenir 54 films, dont 22 sont en compétition pour la Palme d’Or en 2012. Les citoyens électeurs ont aussi élagué pas mal mais les têtes d’affiches qu’ils ont élues vont jouer un excellent film au jury.

L’honnêteté oblige à reconnaitre que, de même qu’on se doute bien ça n’a pas dû être qu’une partie de plaisir pour le comité de sélection du Festival de se taper pas loin de 2000 toiles dont on a du mal à imaginer que toutes soient également excitantes (by the way, ils auraient pu s’arrêter à 1776, aller jusqu’à 1789, voire pousser jusqu’à 1917 ou même 2012 pour faire un clin d’oeil aux amateurs de chiffres symboliques et autres grands soirs avec ou sans smoking), de même qu’on plaint par avance le jury de Cannes (par ailleurs pas très pétillant pour fêter l’année de l’Oscar français diront certains nostalgiques d’un mythique âge d’or) qui devra décortiquer des dizaines de productions dont on n’a pas le sentiment a priori que ce sera un long fleuve de ludique bonheur de cinéphile (by the way, même si tout ce petit monde à paillette aura la vie de palace, probablement au soleil, pendant une souriante quinzaine, on sait bien que les jours heureux des intermittents sont comptés même si certains saltimbanques SDF sont assez habiles pour passer de niche en exil et vice-versa entre deux spectacles en France et autres campagnes électorales), on sent bien que le « clap » final de la campagne présidentielle 2012 ne sera que le début de 5 ans d’un pensum pas très comique pour le perdant, pas franchement hilarisch pour le gagnant, et au « Happy End » garanti pour personne, ni pour les acteurs, ni pour les producteurs, ni d’ailleurs pour les spectateurs (quoique, avec le tarif réduit « chômeur », plus les chiffres de l’emploi seront catastrophiques, plus de gens bénéficieront du grand écran subventionné, tant que les marchés prêteront à la France de quoi rafistoler à crédit son filet social) ou les ouvreuses payées à la commission sur les ventes de pop-corn. C’est la crise pour tout le monde, et les caméras vont tourner un moment, quels que soient les acteurs et le scenario.

En attendant le 6 ou le 16 mai avec plus ou moins d’impatience et chacun ses goûts et priorités selon que l’on est plus électeur sondageophage stressé par le second tour ou plus cinéphage citoyen amateur de palme (le 4 mai, arrivée du bateau high-tech suisse PlanetSolar à Monaco après son tour du monde 100% à l’énergie solaire, on en parlera probablement beaucoup plus dans 100 ans que du Majestic ou de l’Elysée, mais pour l’instant, tout le monde s’en fiche un peu, d’autant que même si on murmure en ville que certains penseraient à la Suisse, ni la météo à 500 bornes à la ronde autour de Paris, ni la baisse des subventions en France n’incitent beaucoup à penser au solaire) et la suite du film 2012 avec plus ou moins de sérénité ou d’angoisse selon qu’on est plutôt bien protégé du mauvais temps durable ou un peu trop exposé aux mauvais vents et autres changements climatiques passablement insoutenables, autant profiter de ce que la TV n’est pas trop regardable en saison électorale (heureusement qu’il y a la Champions’ League de foot) et qu’entre les DVD à pas trop cher et tous les trucs gratuits (parfois un peu limite pirates) dans le Cloud, on peut se taper quelques toiles de base pour se rafraîchir les idées, une douzaine par exemple pour être en phase avec l’année du Dragon, en choisissant ce qu’on veut sans se soucier du résultat de tel ou tel vote, du qu’en dira-t’on à #DPDA sur France TV, chez #PPDA sur Canal+ ou ailleurs où des People commentent les commentaires de sondages, pour oublier la crise et touça-toussa un moment, en restant aussi cinématographiquement patriote que possible.

Si on ne peut ou ne veut sortir de l’ambiance de campagne électorale sérieusement virile et pas toujours aussi correcte qu’on le rêverait (mais c’est la démocratie française et si quelqu’un avait une meilleure idée, on en aurait entendu parler dans le poste), le casting d’enfer à ne pas rater, en dehors des trucs récents avec le héros des publicités pour du café qui grimpe sur les marches du pouvoir américain ou avec des filles à poil qui se font manger par des crocos pendant qu’un haut fonctionnaire récite du Malraux en français, c’est Robert de Niro et Dustin Hoffman dans « Des hommes d’influence« , même si on ne sait plus qui était le réalisateur du film et si c’est moins roots que du Michael Moore.

Si on aime les vieux monstres sacrés du cinéma français et de la vraie (?) vie, et qu’on ne veut pas oublier, ne serait-ce que le temps d’un match de foot, la campagne électorale (parfois un tantinet néo-rétro) en France, « Le Président » est incontournable, même si on a déjà entendu beaucoup de discours, si on trouve Verneuil un peu pédagopontichiant et si on a déjà vu beaucoup de vieux motards républicains ces derniers temps.

Si on ne peut s’empêcher d’avoir un genre d’interrogation, voire de malaise ou carrément de contrariété devant les protestationnismes des djeuns (et moins jeunes) un peu partout en Europe et qu’on ressent le besoin de réviser un peu son allemand scolaire, « La vague » est un must, même si ça manque un peu de stars.

Si on veut se documenter sur le « péril jeune » et qu’on a déjà vu et revu « Les risques du métier », « Hair », « Le Petit Nicolas » et « Trois hommes et un couffin », il n’y a pas à hésiter, il faut se jeter sur l’éponyme séance tenante, même si l’affiche est un rien déconcertante.

Si on veut se documenter sur les périls de la vieillesse et qu’on a déjà vu les deux tomes du « Déclin de l’empire américain », qu’on a entendu parler de la réforme de la retraite mais qu’on n’a pas peur, et qu’on n’ose pas demander le biopic avec Meryl Streep sur Maggie Thatcher au vidéo-club parce que l’étudiant en temps partiel à la caisse doit dénoncer aux comités de salut public, le truc qui n’use pas le neurone mais qui détend le zygomatique avec pédagogie, c’est Tatie Danièle, sauf si on a enregistré les discours de campagne de Papy Cheminade.

Si on veut une parenthèse dans la France éternelle, avec l’atmosphère d’un temps où l’anti-France ne gagnait jamais à la fin du film, avec des beautés fatales dont Hitchcock serait mort de jalousie et des dialogues que ni Michel Audiard, ni même Victor Hugo n’aurait renié et où déjà sous OSS 117, pointait l’Oscar 2012, « Le Caire, nid d’espions » est simplement prodigieux, sauf si on est assez intello pour le cultissime « Brice de Nice ».

Si on est plus fan du temps glorieux de Mongénéral que de l’époque héroïque du Président René Coty est qu’on est prêt à une violence radicale, limite brutale, sans toutefois tomber jusqu’à la rusticité de l’Homme de la Pampa et ses Tontons Flingueurs ou s’égarer  chez les Barbouzes se fâchant ou pas, « Quand les Faisans passent » est parmi ce qu’on a fait de mieux avant le saut quantique vers le Grand Blond et autres Eléphants trompant énormément.

Si on est en manque de « De Funès » mais qu’on n’ose pas ressortir de l’étagère interdite (celle où on a mis les Schtroumpfs et Tintin au Congo depuis que Télérama les a dénoncés) Rabbi Jacob qui est devenu politiquement très incorrect, qu’on a peur de regarder « L’aile ou la cuisse » qui a été vigoureusement dépassé par les évènements agro-alimentaires #InRealLife, et qu’on connait par coeur « Ah! les belles bacchantes  » et la fameuse scène des mâtines, « Le Tatoué » est une jolie option, d’autant qu’entre Modigliani et le choux farci, il y en a pour tous les (bons) goûts, et que le générique très avant-gardiste pour son vieux temps est un monument historique, autant que le château périgourdin de Gabin caricaturant … Gabin dans ce petit film … croquignolet comme auraient écrit « Le Routard » dans les années 90, il y a des siècles, voire un millénaire ou encore un peu plus.

Si on veut sourire du cinéma sans trop s’éloigner du monde réel côté « bling » avec voitures allemandes au soleil (nb Rolls a été racheté par l’une ou l’autres des grandes marques allemandes, quand à la Range du héros, c’est l’exception qui confirme la règle, Rover n’a pas été racheté par des Allemands, mais par des Indiens, dont rien n’incite d’ailleurs à penser qu’ils seraint moins sérieux ou moins capables de co-dominer l’industrie mondiale un de ces jours pas si lointains), croche-pieds en bord de piscine (on dira ce qu’on veut, mais les vraies villas hollywoodiennes, c’est plus classe que les grandes niches en France et les suites de certains grands hôtels à clientèle française), bon restaurants avec jolies filles et trahisons à gogo (en France, le film actuel est plutôt filles à gogo et pas très jolies trahisons …), il n’y a pas à hésiter, « The Player » est simplement parfait. Et puis, Hollywood, ça ne parle que d’argent comme la TV française, mais c’est plus « champagne » et ça change de Wall Street (avec Michael Douglas, ou pas …).

Si on veut sourire de soi-même (parce qu’on est, qu’on a été ou qu’on sera tous un jour ou l’autre en mid-life crisis et que tant qu’à devoir y passer, autant avoir déjà vu le film « Sideways » et prévu de la bonne musique, un bon cabriolet made in Europe et du bon vin -« Not Merlot ! »- pour passer l’étape aussi bien que possible), il y a l’embarras du choix, et probablement même pas besoin d’aller au ciné, même si grincer des dents fait moins mal à l’écran.

Si on a irrésistiblement besoin de sortir du bocal (honni soient les Britanniques qui nous traiteraient de grenouilles, d’autant que notre météo pourrie à ne pas laisser sortir un batracien en voie de disparition est l’équivalent de ce qu’ils considèrent comme un temps parfait pour sortir en cabriolet), mais qu’on ne cherche pas à tout prix un happy end , la belle histoire d’amour compliquée entre Européens pas très simples qui regardent un monde finir, c’est « Out of Africa« . Même si on connait la musique et que si on est aussi fan de Bébel que de Redford, on a aussi l’option « Itinéraire d’un enfant gâté ».

Et si on s’ennuie à un repas de famille mais qu’on a un téléphone portable un peu sérieux et du bon wifi, qu’on ne peut pas échapper à une réunion de service mais qu’on a une oreillette (et pas de paroi miroir derrière soi ou de voisin rival pervers capable de vous filmer en train de glander) ou qu’on est en vacances sous la pluie mais qu’on a emporté un iPad ou un truc du genre et qu’on a une liaison internet correcte ou accès à un web-bistrot connecté, il faut profiter de ce que « L’homme de Rio » est en entier sur Youtube, parce que normalement, ça ne devrait pas y rester longtemps avant que les robots éradicateurs de films piratés ne fassent leur job et que même si la scène du Belmondo des Sixties cascadant dans Brasilia en construction est mythiquissime et si les vues de Rio arracheraient ses dernières larmes à un croque-mort en faillite supporter du FC Barcelone, c’est quand même un peu délicat de risquer que quelqu’un qu’on connait nous surprenne en train d’emprunter ce genre de vieux nanar au DVD-Club (ou que Big Brother nous flashe en train de visionner le film sur Youtube, parce que même si ce n’est pas aussi illégal que télécharger, c’est quand même un tutoiement des limites de profiter de ce que des geeks mettent en ligne des films entiers …).

Heureusement qu’il y a le cinéma pour aider à (faire) passer les crises ! Parce que sinon, il y a bien Twitter, mais c’est infernal, c’est sur un écran trop petit, les dialogues sont trop courts, et puis, pendant les campagnes électorales en saison de crise économique, ça parle peu cinéma et quand même beaucoup (trop) de sports professionnels qu’on peut voir à la TV en français si on aime le football français et les dialogues écrits par des publicitaires, les commentaires de commentaires de commentateurs, les images de stars françaises et la publicité faite par des stagiaires pour des politiciens français (by the way, si on est anglophone, il y aussi le compte Twitter de The Economist qui parle un peu de politique française).

#FF 😉 * from Paris w/ Louis de Funès singing « Dans mes Godasses » – http://bestcoffeeinparis.wordpress.com/ ♫ http://blip.fm/~1b5a8y

#FF 😉 @ militants, supporters et « petites mains » des campagnes électorales qui n’ont pas le temps de regarder #dpda https://renaudfavier.com/les-mots-maux-mythiques-de-la-politique-en-france-de-a-a-z/

#Markets bad mooded yesterday in #Europe but smiling in US & Asia ; #Euro 1,32 #USD#Dragon year #business as usual https://renaudfavier.com/dragon-2-012/

#Hollande : nouvelle coalition droite modérée + 3 « petits » partis adoptent plan #austérité aux Pays-Bays. Exemplaire, austère « petit » pays

S&P dégrade #Espagne en « suivant » les marchés : la surprise, c’est que ce n’ait pas été fait plus tôt #Banques #Régions http://online.wsj.com/article/SB10001424052702304811304577368412310140748.html?mod=asia_home

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles du Conseil Européen sur #Euro #Europe #Euroland #Crise #dette http://viadeo.com/s/iiHO0

On parle peu du Conseil Européen, c’est plutôt rassurant sur #Euro #Europe #Euroland #Crise #dette http://lnkd.in/nGumAU

la #France, ç’a été un pays de cadors. On en parlera encore dans 100 ans. Seulement elle a décliné, surtout de la tête http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-4-1523371

Let’s not pretend we have just discovered about crisis & Real World … 😉 * Live Aid (1985) – Queen ♫ http://blip.fm/~1b501r

L’antieuropisme primaire, c’est comme la plupart des « ismes », un peu … primaire, pas du niveau 2nd tour… http://fb.me/1jQ7Ovsrq

« #Europe must go back » … doesn’t mean they have to look backward or drive reverse … http://fb.me/12HfcST9q

#Compétitivité #Relance #Plans de #Croissance … Conseil(s) Européen(s) et tentation(s) de « Sauvekipisme » en #Europe http://wp.me/p23TvS-6L

Rappel pour touristes ou vacanciers à #Paris ou #Londres : #Hirst à la #Tate vs #Modigliani à la Pinacothèque http://wp.me/p23TvS-6i

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse! http://bit.ly/g8PTOA

Renaud Favier, le Journal nouvelle édition http://bit.ly/dQneRc ▸ Aujourd’hui à la UNE: @bdi @franceinfonews @sow

#Football, ce sport où #Allemagne joue à 11 et gagne en général avec une certaine idée de la #compétitivité http://viadeo.com/s/HGqSp

En #compétitivité & #Football#Allemagne gagne en général,#England compte pas pour prunes, #ClubMed à la ramasse  http://lnkd.in/junQNw

Some like it hot, some prefer their coffee English : whatever works as long as it’s … ready 😉 … http://fb.me/1ipFMe0TF

Same Player(s) Shoot Again mais pas de #Clasico #ClubMed : So What #Europe #BCE #Draghi ? #Germany ? #England ? http://wp.me/pJjbe-4ta

Let’s Be Real Retro Today 😉 * w/ The Equals « Baby Come Back » (Top of the Pops 1968) –  http://bestcoffeeinparis.wordpress.com/ ♫ http://blip.fm/~1b4t6i

* * *

En attendant le Festival de Cannes, le prochain Woody Allen, le James Bond à suivre ou le débat de l’élection présidentielle française, on peut aussi utiliser son écran pour e-lire (élire ?) des eBooks avec humour sur http://www.youscribe.com/renaudfavier/, regarder les images du cloud sur le blog https://renaudfavier.com/ ou passer “liker” un café du matin sur http://www.facebook.com/cafe.matin.paris d’un petit clic qui vaut toujours mieux qu’un grand choc, électoral ou pas, comme disaient les publicitaires du temps des drive-ins et de la fureur de vivre avec humour et talent, crise ou pas crise.

          
          
         
       
       

RF 27 avril 2012.

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Candidat(e)s pour #Palmes #Cannes #2012 plus sexy que pour #Elysée #Paris ? So What ?

  1. Ping : #Cannes 2012 Selection : So Sexy, So Glamour ! vs #Paris 2012 #Election : So French, So … What ? | The best coffee in Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s