Ne nous fâchons pas, surtout à quelques semaines de Noël, (presque) tout cela n’a aucune importance

L’homme de la pampa est parfois tenté de causer viril comme un gugusse de Montauban qui manquerait de café et serait déconcerté par sa contemporanéitude. Mais il ne faut pas se fâcher avant Noël pour de petits pas-grand-choses alors que Diana Krall est passée à Paris.

Non pas que la perte d’encore un AAA rassure vraiment sur l’arrivée des Trente Glorieuses après le petit-déjeuner ou l’irréprochable compétence exemplaire de ces hauts fonctionnaires qui gouvernent des électeurs qui ont ceux qu’ils élisent, sinon méritent, mais on sait depuis avant les Rois Mages que l’habit ne fait pas le moine et depuis l’émergence des tigres et dragons, la réunification des Allemagnes et le réveil des Chines que la France est aussi mal partie, toute seule dans son vieux costume devenu trop grand pour elle, dans la guerre économique qu’une dinde américaine à l’approche de Thanksgiving. On ne va pas perdre son sang froid pour si peu.

Non pas que la saison du Beaujolais nouveau et les rachats de châteaux par des étrangers incitent vraiment à danser le French-Can-Can sur le comptoir, mais on en en a bu d’autres, de piquettes, et on ne va pas perdre l’enthousiasme pour le French Paradox et la gniaque pour l’export de pinard pour si peu.

Non pas que la contagion d’Alzheimer jusqu’à Bordeaux, la multiplication des avocats de politiciens en Berluti et des démences séniles d’amis de politiciens avec table réservée au Fouquet’s, et l’invasion d’autres gastros politiques modernes rassure plus que les épidémies de questions préalables de constitutionnalité et autres non-lieux d’avant, mais plaie d’argent n’est pas mortelle, même si ça peut agacer (surtout si on a des f(r)actures et des responsabilités), et il y a en général moyen de trouver un bon arrangement plutôt qu’avoir l’intention de mauvais procè(dé)s.

Non pas que la mort de JR Ewing sonne le glas de la vieille méchantitude, que le grabuge à #UMP indique que les guerres des Gaulois sont en voie de disparition, ou que la bravitude du ministre de l’intérieur face à la rebellitude de Larzaciens (en manque de causes depuis l’annonce de la fermeture de Fessenheim et de la création d’un groupe de travail sur le cannabis pour tous) soit un signal de fraternitude, mais paix aux Gaulois flingueurs de bonne volontitude.

Parce que la vérité vraie, c’est que même si on est un peu gêné aux entournures du bilan carbone des éclairages de Noël et de l’impact sur le climat, le commerce extérieur et l’emploi de la circulation permanente de trop nombreux, trop inutilement gros et trop stupidement puissants panzers diesel made by Germany sur les Champs-Elysées, c’est sympa de se balader ces jours-ci dans Paris déjà décoré comme un arbre de Noël, avant les vraies froidures et le déferlement de saison des hordes consommato-touristiques.

Et puis surtout, même si on n’a pas eu la chance d’être mobilisé au débotté pour aller voir Diana Krall au Palais des Congrès (entre les gastros, les urgences de boulot, les ruptures senimentales et la pénurie de baby-sitting, il faut vraiment manquer de sens de l’à-propos pour ne pas avoir quelqu’un parmi ses amis qui avait investi il y a six mois et se trouve surpourvu maintenant que l’hiver est venu), et même si on n’a pas osé (la couverture n’est pas du genre à laisser trainer sur la cheminée si belle-maman ou les enfants risquent de se ballader dans le salon), pu, voulu, les moyens de, ou encore acheté son dernier album « Glad Rag Doll », il suffit de trouver un coin protégé de la pluie pas loin d’un bistrot avec wifi dont on connait ou devine le code (chez les bougnats, c’est souvent « aligot » ou « truffade »), un banc dans un parc où le wifi payé par les contribuables marche, ou, idéalement, un comptoir parisien sympa avec café et wifi, pour youtuber de quoi se réchauffer entre les oreilles sans même délinquer comme les irrespectueux du droit d’auteur qui empruntent des CD en médiathèque pour en gaver leur bibliothèque iTunes.

Alors, certains mélenronchonneront que Diana aurait pu nous offrir « Look of Love » au Palais des Congrès, même s’il n’est pas dans son nouvel album, plutôt que le truc bizarre de Bob Dylan pendant le rappel, mais l’honnêteté, le sens de l’humour, et le respect des vraies valeurs aussi éternelles que les diamants, imposent de rappeler que la sublime version de Dusty Springfield dans le délicieux « Casino Royale » de 1967 ne sera jamais égalée.

Et certains, disposant d’un wifi confortable avec canapé qui ne bousille pas les vertèbres, truc à boire qui met du bonheur sous les cheveux, voire cheminée plus ou moins « vraie » mais toujours bonne pour la banane (pas celle du Beaujolais, celle de quand les yeux sourient) aiment tellement Diana Krall qu’ils seraient prêts à faire un don à une bonne oeuvre à chaque fois qu’ils cliquent pour youtuber une vidéo de la belle canadienne (en couple et heureuse mère de famille, c’est un peu décevant pour les geeks romantiques boutonneux, mais cohérent avec sa musique et rassurant pour les amateurs de jazz qui savent que les vies sentimentales trop compliquées ne sont pas favorables à l’écoute zen de bonne musique). Non ?

                     

Bref, ne nous fâchons pas, même si on est victime de comme une sorte de fatalité, et de l’esprit querelleur de nos contemporains.

 

Même si on préfère le Rock n’ Roll.

Renaud Favier – 24 novembre 2012

Anyway, qu’on soit, ou pas, fan de jazz en général et de Diana Krall en particulier, surpris, inquiet ou désolé que l’exemplaritude ne soit plus ce qu’elle était et de la hausse des cours du café sur les marchés mondiaux et aux comptoirs parisiens (nb que le café reste gratuit sur http://www.facebook.com/cafe.matin.paris ), préoccupé du sort de l’UMP et/ou de ses barons, paniqué par l’approche des repas de famille de Noël un peu partout et plus si affinités en France, ou un peu au régime pour ne pas arriver en 2013 avec le ventre touchant par terre et le neurone saturé de corps gras, si on peut soulever un Kindle et si on sait télécharger sur Amazon, on peut emporter dans sa poche  pour le prix de quelques café en terrasse une bibliothèque électronique entière pas nocive pour les tachycardiaques et les fragiles du dos, maintenant. Quelques échantillons sur Amazon en cliquant sur les icônes.

        

Si on a un SmartPhone ou un hybride moderne, on peut également lire online ou télécharger plein de livres électroniques sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4). Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          
Et si on préfère lire ce qui est gratuit, rapport à l’argent, ou parce qu’on en fait une question de principe, ou parce que c’est la crise, par exemple, on n’a qu’à cliquer sur les icônes ci-dessous pour télécharger des livres électroniques, mais pas tristes, à l’oeil.
      

Et puis, si on est vraiment fanatique de l’entrepreneurship et du commerce extérieur français qui ne s’est pas tellement amélioré depuis que la nouvelle Ministre achète des sacs à main made by France à l’étranger pour doper les chiffres de l’export en mouillant elle-même le chemisier mais ne commente plus trop les chiffres mensuels dans les médias ou le cloud (pour l’ordre du jour du conseil des ministres, ça dépend, on verra après le vote du budget quand le sujet du mariage pour tous sera passé de mode, si celui de l’entreprise sociale et solidaire sur subventions directes ou indirectes ne monopolise pas le débat jusqu’à ce qu’on parle de décentralisation), ou passionné par la compétitivité des entreprises françaises avant les éléments de langage des conseillers en communication de Montebourg ; le rapport Gallois ; le Plan Hollande au XXIè siècle, ou si on a un peu besoin de se documenter sur le sujet en mode “think different” pour son boulot ou ses études et qu’on a déjà écouté l’interview de la ministre le 20/11 sur Public Sénat TV (http://ils-l-ont-dit-sur-publicsenat.tumblr.com/post/36154557401/nicole-bricq-etait-linvitee-de-preuves-par-3), on peut aussi e-lire gratuitement sur le sujet en cliquant ci-dessous, en attendant le grand plan nationo-régional de compétitivité export.

          

Le bonus : calendrier de l’avent 2012 : http://joyeuxnoel2012.wordpress.com/calendrier-de-lavent/

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s