L’Europe, l’Europe, l’Europe … et l’Europe (et les Européens), dans tout ça ?

Europe - Crédits : Ordre des Experts Comptables

Il y a l’Europe des comptables, celle qui expertise les subventions à ceux-ci ou cela, sinon les budgets nationaux pré-auto-certifiés par Goldman Sachs où les per-diem des élus les moins fantômes. Et puis, il y a l’Europe #InRealLife (celle des citoyens, c’est encore autre chose).
Europe

L’Europe des comptables du Royaume-Uni, on connait l’histoire depuis que de Gaulle n’a pas été écouté (mais c’était un peu son problème, en général, à Mongénéral, on aimait bien le lire parce qu’il avait, outre une pensée visionnaire et volontiers « out of the box », un vrai talent d’écrivain et souvent du temps pour le pratiquer dans les déserts où ses hiérarchies et la France l’ont exilé pendant l’essentiel de son passage parmi les hommes de plus petites tailles et ambitions pour la France urbi et orbi, et une certaine idée de l’avenir d’y-ceux et de la civilisation, et c’était plaisir de l’ouïr parce qu’il avait un talent d’orateur et parfois la chance de circonstances favorables à la présence d’un public et de micros, enfin c’était bonheur de le voir parce que sa prestance et sa gestuelle forçaient plus l’admiration que les mimiques, l’auto-bronzant et le kit de body language maintenant vendus sur internet par les conseillers en communication que même les partis politiques les plus groupusculaires peuvent s’offrir depuis qu’il y a du financement public pour ça).

Et que Thatcher a, faute de pouvoir taper sur la table avec ses boots parce que Krouchtchev avait préempté le concept, mis ses petits poings alors bien musclés sur les i…mbéciles heureux qui ont trouvé ça « so British » à l’heure du thé et ont regarder les diplomates britanniques retourner à leur golf, passer à leur club (ou hôtel pour les gentlemen qui n’ont pas de pied à terre à Londres et/ou Bruxelles, honni soit qui Cartlon y pense) puis aller dîner at home sweet home comme il se doit depuis la fin de l’Empire … Romain (by the way, c’était très déplacé de la part de ces gens d’Europe de prétendre régenter la Grande Bretagne, que cela soit dit et entendu une bonne fois pour toute à ces barbares mal éduqués parlant un sabir inspiré du Latin ou un Saxon décadent, et se croyant tout permis parce qu’ils ont vu les pyramides d’Egypte de leurs vieux yeux vu, comme Antoine -pas le chanteur gaulois, le chef Romain-, Buonaparte de Saint Hélène, ou Mitterrand le vieux).

En bref, vu de Londres où les seules choses vraiment contrariantes depuis un ou deux millénaires ont été la perte de l’Irlande, puis des Indes, enfin la très regrettable, voire « shocking », sortie de Hong-Kong du Commonwealth (pour l’Aquitaine et les anciennes possessions autour des zones productrices d’alcools plus forts comme la Normandie et l’Armagnac, tant que l’Euro n’est pas trop surévalué et que les salaires de la City permettent de s’offrir quelques caisses de bon grand Bordeaux et une ou deux résidences en France pour chasser le spleen, il y a plus d’avantages que d’inconvénients à ne pas avoir de colonies dans des zones viticoles trop barbares où les plombiers et garagistes -la fiabilité des bagnoles made in England laisse toujours à désirer, même si des étrangers sérieux ont repris l’intendance des usines at home- ne parlent même pas anglais, quant à cette ridicule rumeur selon laquelle feu Queen Mum serait peut-être la fille naturelle d’une cuisinière, française qui plus est, c’est … no comment), alors du moment que les sujets de sa Majesté peuvent se marier et procréer entre eux, et même avec des humains d’outre-Commonwealth en cas d’absolue nécessité, et que personne n’empêche le Sterling de fluctuer (nec mergitur, of course) à la guise de la Banque et des banquiers d’Angleterre, les différents avec l’Europe des incontinents du continent, et les différences entre Européens inférieurs de l’intérieur, so what, Euroc(r)at ? http://www.youtube.com/watch?v=8Ls60Wbq_dk

so-british

L’Europe #InRealLife du point de vue de l’Allemagne, ses « fondamentaux » remontent un peu moins loin puisque ce pays n’existait pas encore au « Grand Siècle » (du point de vue de la « Grande Nation », mais personne de sérieux ne conteste que l’Europe avait une certaine gueule quand tout le monde y parlait français -de gré et par plaisir pour les uns, de force et parfois avec un plaisir moins orthodoxe pour d’autres, et alors ?-) et a subi de mauvaises influences étrangères au dernier (entre le vilain petit Autrichien frustré de la disparition de son Empire et qui a voulu s’en refaire un plus grand depuis son nid d’aigle bavarois en hurlant et faisant encore plus d’horreurs civiles que d’erreurs militaires, et les vieux cocos qui s’embrassaient sur la bouche en chantant et faisant autant d’erreurs économiques que d’horreurs plus ou moins civiles, mais à qui Roosevelt et Churchill avaient offert la moitié de l’Europe et un tiers de l’Allemagne (pour être sûrs d’être tranquille un moment parce que la longue Marche des va-nu-pieds en Chine et quelques autres aimables communisteries sur terre et jusque dans l’espace étaient devenues leurs préoccupations principales après la libération des plages et restaurants français), ça n’a jamais été de tout repos d’être Allemand.

On comprend que ces gens se soient réfugiés dans le boulot pour oublier qu’ils étaient forcés d’écouter des opéras en allemand alors que le reste du monde avait droit au bel canto et au rock n’ roll, surtout que la météo n’incite pas au farniente comme chez les rentiers d’Europe du Sud, et que le Mark n’a pas toujours été assez fort pour acheter de grands vins et autres drogues plus ou moins légales comme dans les pays d’héritiers d’Europe plus à l’Ouest), c’est principalement un endroit où vendre les voitures made by Germany pas assez rapides pour rouler sur les autoroutes allemandes sans créer d’embouteillages, où jouer (lire « gagner », ja sicher !) au foot quand les terrains sont gelés en Allemagne, et une capitale de secours pour les fonctionnaires allemands qui s’ennuyaient à Bonn ou Frankfurt, mais trouvent qu’il y a trop de beatniks à Berlin, et que rien n’est plus ce qu’il était depuis que le si « praktisch » aéroport du bon vieux temps de la guerre froide a été fermé pour cause de guerre économique chaude et que la Currywurst n’a plus le goût d’avant la tombée du mur.

En bref, du moment que l’or allemand est en sécurité dans des pays « sérieux » (aux standards allemands, le référentiel n’est pas le Brésil comme pour Mongénéral, et mieux vaut ne pas laisser son or chez les sans-culottes et autres baronnets désargentés aux pulsions nationalisatrices) et que le Euro-Or peut succéder au Mark-Fort dans les pays européens sérieux si les zouaves du Sud tombent tellement bas qu’ils doivent s’imprimer des Euro-CFA, et que personne n’empêche les Allemands de rouler les Européens plus vite, de travailler plus fort que les Européens qui croient qu’il suffiraient de dévaluer pour retrouver un ersatz de compétivité qui ont pris l’habitude d’acheter des voitures allemandes sur aides européennes et de placer en Suisse les surplus de subventions, et de regarder le monde avec plus d’ambition pour l’Allemagne en particulier et l’Europe en général de plus haut depuis l’Allemagne, l’indifférence envers les Européens qui ne parlent pas allemand, voire à peine anglais, et chez qui on ne peut même pas faire fabriquer de « made by Germany » à cause de certaines idées locales du dialogue social, des manifs de tous par tous le temps dans les ports et aéroports quand ce n’est pas un paquebot corse qui manifeste en coulant dans le port ou 10 cm de neige qui bloquent les aéroports, ou du coût du travail de ceux qui ont un boulot et savent encore fabriquer des machins comme avant ou déjà utiliser les robots de maintenant tournant à l’électricité pas encore trop chère, warum nix, Euronix ? http://www.youtube.com/watch?v=YFTRN3U0tAY

howtobegerman_large

Vu de la France de maintenant, on comprend d’une communication à Strasbourg, après un discours au Bundestag sur le traité franco-allemand de 1963, un communiqué de presse sur des discussions à Bamako sur l’avenir du chameau de Tombouctou et des troupes françaises d’Afghanistan rapatriées au Mali, et des éléments de langage de sources diverses et discordantes sur l’éventualité en France, ou pas, de la procréation médicalement assistée pour les couples de lesbiennes et d’une nationalisation partielle palliative pour une raffinerie passée prioritaire devant la sidérurgie, l’automobile, la pharmacie, le transport aérien, la distribution de produits culturels en particulier(s), l’industrie et les poussières d’artisanat, agro-alimentaire ou pas, en France en général, qu’une Europe « différenciée » aurait la préférence de l’Elysée (décryptage par Le Monde dont les journalistes spécialisés ont consciencieusement écouté (écrit ?) les éléments de langage : http://www.lemonde.fr/europe/video/2013/02/05/francois-hollande-plaide-pour-une-europe-differenciee_1827474_3214.html ), l’Euro fort nécessitant par ailleurs réflexion eu égard aux espoirs français de compétitivité.

Pour « thèse, antithèse, pas de synthèse … », le Monde a tenté l’exercice, sans trop entrer dans le détail pour ne pas réduire les marges de manoeuvres gouvernementales, ni s’appesantir inutilement sur les co-rigolades avec Dany le Rouge ou le contre-discours de la Le Pen, pas agréable, ni même amusant, à écouter mais qu’il vaudrait mieux entendre plutôt que la laisser buzzer, sinon abuser, à quelques encablures d’élections en partie à la proportionnelle où, certes, un succès des extrêmes français en France assurerait la tranquillité à la majorité, mais au prix d’un jeu d’apprenti-sorcier dont on a déjà vu qu’il pouvait tourner mal en cas d’inflation forte, de perte de contrôle des associations sportives et para-sociales, et d’incapacité des démocrates bien pensants à surfer des vagues trop hautes et fortes pour eux.

En bref, en France, jusqu’ici tout va bien (pour ceux qui ont du job, de l’héritage, des privilèges républicains et/ou assez de rentes à la niche pour voir venir), les médias et twittos (se) répètent « Que d’eau, que d’eau, mais non, Sire, ce n’est pas une vague, ni même encore une révolte », alors pourquoi pas le droit à la différentiation pour tous en Europe, même si la tendance égalitaire est plutôt au « Tous pareils, tous mariés, tous chômistes ! » à Paris, en attendant la motion de synthèse du chef du Parti, ou du chef du Peuple, ou du Peuple (mais l’air du temps n’est pas au referendum, ni sur les sujets d’actualité franco-français parce que personne n’est d’accord et tout le monde a peur de perdre, moins encore sur les sujets d’avenir de l’Europe, parce que les dernières fois, ça a été compliqué, et il n’y a pas trop de raisons que ça soit plus simple, maintenant …). http://www.youtube.com/watch?v=i2MRT7sQxTw

7447

Sinon, un avenir et une (con)fédération sont possibles, mais il faudrait qu’une masse critique de nations européennes (y compris la France de préférence), et si possible de citoyens, dirigeants et élus européens (y compris français), préfèrent un avenir d’Europe à un repli à l’Islandaise au mieux, un naufrage collectif à la grecque avec noyade d’Erasmus pour commencer, au plus tragique imaginable.

Mais on n’est jamais à l’abri d’un impensable, en Europe. Ni d’une bonne surprise, sur un malentendu. http://www.youtube.com/watch?v=ZcdzmlXfSv0

Twitter - Italia

Et les shadoks Européens pompent rament …

Renaud Favier – 6 février 2013 – Café du matin à Paris

PS : certes, Twitter a installé son QG européen à Londres comme toutes les entreprises sérieuses ayant besoin de consommateurs européens dont les créateurs ne parlent pas allemand et ayant du personnel craignant que leurs mômes ne tournent bizarre si on les fait aller à l’école en Hollande entre un coffee shop et une exploitation agricole rentable sous serre, ou en Suisse entre un shooting room et une banque pratiquant le secret, et bien sûr, la langue principale dans le cloud est le globish (à cause des équipes de Louis numéro 15 et suivants, mais ça pourrait changer, maintenant que le Qatar rachète la francophonie), mais ça twitte pas mal sur l’Europe, l’avenir, l’avenir de l’Europe, l’Euroland, l’Euro, le football européen, toussa-touça.

twitter-europe

Europe : le grand oral de Hollande à Strasbourg http://dlvr.it/2vGPwB  Retweeté par Renaud Favier

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s