L’économie, c’est comme l’industrie automobile, il y a en principe quelques « fondamentaux »

43185

Il se passe des choses bizarres ce temps-ci. Non seulement le sol tremble un peu partout, les repères du (dé)passé(s) chancellent, et les futurs et relativités bien balisés deviennent quantiquement imprévisibles, mais même les « fondamentaux » parmi les plus solides sont malmenés.

33261_une-nouvelle-ds2

Pas seulement dans l’économie française (sur laquelle on se demande un peu où sont les vérités, quand bien même y-en aurait-il, entre les promesses d’emplois publics plus ou moins décentralisés aujourd’hui et numériques demain des uns, les menaces d’exil, désindustrialisation et/ou désinvestissement réel des autres, et les rituelles annonces de primes à la casse de ce qui roule encore très bien, nouveaux impôts pour ce(ux) qui marche(nt) encore cahin-caha et nouveaux crédits d’impôts pour tous ceux dont les conseillers fiscaux suivent des formations permanentes) et autres mondes abstraits, d’ailleurs.

21913-sequester-graphic-final-20130219220411-obama-sequester-graphic-from-organizing-for-america

Pas seulement dans l’industrie automobile française (qui aura été pendant près d’un siècle, outre une inspiration et parfois ou sponsor pour plein d’artistes et autres aventuriers sympathiques, une colonne vertébrale formidable pour l’industrie, la technologie et l’emploi dans les économies dites « développées », et sur laquelle il est aussi incongru de tirer que sur d’autres ambulances, et aussi inutile de cracher que sur d’autres corbillards français), d’ailleurs.

Decrisper l'automobile selon Gaston Lagaffe Credits Franquin

Et même pas uniquement en France (où l’on semble, maintenant, envisager de mettre fin à la polluante bizarrerie que constituait la niche fiscale des diéselistes à 7 milliards d’Euros annuels, mais où l’habitat dit « social » a au moins évité la crise des subprimes), d’ailleurs.

crise-automobile-immobilier

Compléments (en français, comme le titre, par ailleurs inversé, ne l’indique pas, ce qui contribue à prouver qu’on ne peut plus être sûr de rien, ni se fier à grand chose de ce qu’on lit) : « It’s Stupid, Economics ! »  http://madeinfrance2012.wordpress.com/2013/03/02/its-stupid-economics/

PSA-aulnay3-petit - Credits Ysope

Renaud Favier – 2 mars 2013 – Café du matin à Paris

PS : on n’en pense pas moins, ni le contraire, sur Twitter …

Frenchonomics Small

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’économie, c’est comme l’industrie automobile, il y a en principe quelques « fondamentaux »

  1. Ping : #Compétitivité #France : et maintenant, quid bientôt un hiver après le rapport Gallois ? | Compétitivité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s