Ich bin k(l)ein (Berliner) Politiker …

ich-bin-ein-berliner

Faire de la communication politique à l’ancienne, c’est simple :  il suffit d’aller à Berlin.

allemagne-carnaval-merkel-hollande-politique-france

Pour consolider la paix (et fabriquer d’autres images TV que celle du naufrage de l’Algérie française) et une certaine idée de l’Europe, la France des Trente Glorieuses envoya son meilleur Grand faire des discours en Allemand, genre : « Berlinois, je vous ai compris » et « Vive la jeunesse allemande libre« .

le-general-avec-le-chancelier-konrad-adenauer-a-bonn-l-europe-est-deja-une-esperance-partagee-photo-dna

Septembre 1962 – De Gaulle et Adenauer à Bonn – Crédit : DNA

Pour ne pas perdre la guerre (froide, certes), ni laisser la main à Paris (ou Berlin), l’Ouest chargea peu après un de ses plus beaux représentants de commerce d’aller crier  : « Ich bin ein Berliner » (les Germanophones en sourient, la phrase signifiant aussi « je suis un petit gâteau berlinois »).

Kennedy Berlin  1963

Juin 1963 – JFK à Check Point Charlie – Crédit : Ulrich Mack

D’autres grands d’un monde encore libre … d’imaginer son avenir se sont essayé à agiter leur langue à Berlin, avec ou sans l’espoir plus ou moins sincère de changer le désordre des choses ici, là et orbi.

Brejnev Honecker Berlin

Crédits : Histoire d’Europe

Le premier petit François, celui qui voyait les missiles à l’Est et voulait ses opposants émigré loin à l’Ouest, s’y est essayé …

petite histoire de la chute du communisme

Le petit Français d’après le 2ème grand … gaulliste de France aussi …

09-11-10-sarkozy-berlin

Crédits : Placide

Même le deuxième petit François … celui de maintenant, essaye

Hollande

Crédit : Delucq

Maintenant, quand c’est la rentrée politicienne en France, quand on doit convaincre des créanciers que Paris ne fonce pas tête coupée vers encore une étrange défaite économique en fronpopulairant, un tchatcheur de Paris est envoyé réciter son élément de langage sur tapis rouge made in Germany : « Ich mag die Unternehmen ».

679446-le-premier-ministre-manuel-valls-le-23-septembre-2014-devant-le-patronat-allemand-a-berlin

23 Septembre 2014 – Manuel Valls à Berlin – Sponsoring : Deloitte

Civis romanum sum … mais les gènes de mes ancêtres les Gaulois sont récessifs …

Renaud Favier – 24 septembre 2014

PS : Berlin n’est bien sûr pas un modèle incontournable pour Paris, ni l’Allemagne le seul référentiel pour la France qui a perdu la Boussole, mais les Français d’après maintenant devront bien s’inspirer de la réunification (et de l’esprit de coalition) allemande un jour, surtout si les politiciens irresponsables balkanisent la France, et d’une certaine idée de l’esprit de réconciliation entre Européens ayant intérêt à la paix, envie de liberté, et amour de l’avenir de leurs enfants, et vice-versa ne serait-ce que pour des motifs économiques et touristiques, dont avaient su faire preuve les vieux guerriers Adenauer et de Gaulle.

* * *

cor_exp39

Crédit : Plantu

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s