#Uber or not @Uber ?

keep-calm-and-call-uber

S’il était (quand il sera, au rythme où les tentations totalitaristes en tous genres progressent dans les urnes et autres déserts …) politiquement correct de citer Hitler en Europe (encore) démocratique, j’aurais titré « Uber, ou des camions ? » (des « canons », ça sonne franchement ringard, courant godillot, tendance casque à boulons).

Et si invoquer le grand Shakespeare à tort et à travers n’était pas une faute de goût encore plus désastreuse pour la e-réputation que twitter du mal de tel ou tel gourou du numéricosme parigot dans un groupe de gamins fans de numérique de facebook, j’aurais essayé : « To Uber, or not to Uber ? ».

Mais il faut vivre avec son (sale) temps …

Et il ne faut surtout pas, sous peine de perte de followers Twitter, amis facebook et autres contacts LinkedIn, voire de désaffection sur Instagram, SnapChat, Youtube ou autres réseaux sociaux pour paresseux du clavier et/ou analphabètes, se mettre à dos le numéricosme.

Bref, il faut dire sans trop grincer des dents, et si possible penser en souriant, du bien d’Uber en particulier et en général des gamins mangeurs de pizzas industrielles joueurs de babyfoot en open space qui détruisent des pans entiers de l’économie réelle, la majeure partie des emplois productifs du monde d’hier (non, pas le monde d’Hitler, c’est encore autre chose), et beaucoup des rouages d’un système imparfait, forcément imparfait, sous le drapeau philosophique d’un partage des ressources plus efficient (lire « un marché plus pur et parfait, et plus rapide également »), aux cris de « Les Barbares à la barre ! » (éructés par des bandes désorganisées de sémillants jeunes fonctionnaires et autres administrateurs boutonneux nationaux ou provinciaux), et mettent l’appartement de votre voisin en sous-location permanente pour loger des touristes moldo-guatèque en décalage horaire, transforment la bagnole que vous avez offerte à votre gamin en kolkhoze à roulette plus ou moins assuré, enfin, cf la plutôt bonne, quoique ultra copiée-collée des éléments de langage des plus caricaturaux gourous du startupocosme, synthèse de l’Expansion http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/uber-airbnb-blablacar-l-invasion-des-barbares_1683952.html

200

Ceci twitté, l’enjeu des startups, de l’économie numérique, du #FrenchTech et toussa-touça fera long feu en France, si tous les startupers n’ayant pas de raisons familiales de rester dans les bulles à bonsaï parisiennes (il y a quelques pépinières, serres et/ou incubateurs en province, mais c’est aussi anecdotique que les moments de lucidité d’un militant godillot socialiste) fichent le camp comme #Numa vers des pays plus « business-friendly » dés que leur modèle économique ne repose plus exclusivement sur les subventions françaises et/ou les ingénieurs développeurs un peu moins chers à Paris et en grande banlieue, qu’en Californie, à Londres ou à Berlin, cf Le Figaro qui copie-colle la sempiternelle photo de Getty Image par manque d’imagination et redit ce qui a déjà été écrit des centaines de fois, à juste titre hélas, par l’ensemble de la presse économique française sur la fuite des cerveaux, notamment des jeunes Français bien formés et capable de s’adapter aux moeurs professionnelles de pays économiquement moins (mal) administrés http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/05/29/31007-20150529ARTFIG00313-start-ups-pourquoi-les-jeunes-quittent-la-france.php

giphy-11

Perso, autant je veux bien croire que Tesla va sacrément disrupter l’industrie de la bagnole (ce qui ne concerne plus tellement la France dont l’un des construct(u)eurs automobiles historiques n’aura bientôt plus en France qu’un bureau de captation des subventions, l’autre un show-room avec restaurant sur les Champs-Elysées), que Google et Apple sont déjà irrésistibles quel que soit le champs d’activité dans lequel on voudrait les challenger, enfin que par-ci, par-là une startup parviendra à grossir en France jusqu’à pouvoir se vendre quelques millions de dollars et/ou s’exiler, autant j’ai du mal à me trémousser d’émotion quand le dernier fabricant de jeans ou soustingues en France ouvre une boutique virtuelle sur iPhone (comme si on ne pouvait pas commander un jeans bleu ou noir pour homme taille 44 ou un soutif bonnet C sans un site en 3D sur son mobile), quand la dernière ministre provisoire du #FrenchTech organise une surprise-party à Bercy pour un quarteron de numérocrates avec le gamin bombardé ministre de l’économie en vedette américaine pour sourire sur l’estrade et lire 3 éléments de langage, ou quand l’as du minitel rose, grand surfeur sur la libéralisation des télécom, crée une école pour geeks ou annonce l’ouverture prochaine à Paris du plus grand poulailler à startups du monde (honni qui à la « Ferme des 1000 vaches » y pense quand on tchatche du binz @1000Startup de Xavier Niel Halle Freyssinet) …

Tesla-Uber

Collaboratif, vous avez dit « collaboratif » … http://www.marianne.net/quand-les-hippies-revent-devenir-riches-100233829.html#

giphy-12

To hippie, or not to hippie …

Reno – 1er juin 2015

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans #Paris, Apple, Compétitivité, Dailymotion, Facebook, France, Free, FrenchTech, Geek, Humour, Internet, iPhone 6, iWatch, Tech, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour #Uber or not @Uber ?

  1. Ping : Je sais pas si j’ai envie de laisser les clefs aux geeks … | mystartupàparis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s