Man in (Constant) Sorrow, what else ?

Les (plus) lucides (moins) cyniques compareront le nombre de morts dans les attentats de Paris de novembre 2015 avec les chiffres d’autres drames passés, présents ou futurs (pour rappel, 224 morts dans le crash de l’avion russe en Egypte il y a quelques jours seulement, des paquets de morts tout le temps dans des attentats sur des sites touristiques, centres commerciaux ou établissements scolaires ou universitaires en Afrique Centrale -la Centrafrique, le Cameroun …-, de l’Est, du Kenya à ce qu’il reste de la Somalie  ou même du Nord -l’hôtel en Tunisie, combien de victimes, déjà ?- et personne de civilisé ne sait combien de jeunes filles enlevées au Nigeria par la secte Boko Haram sont encore en vie, ni combien de carnages passent inaperçus un peu partout, entre quelques décapitations ordinaires ici ou là-bas, massacres impunis de moines et/ou religieuses pour s’entraîner quand fin manque de touristes, et génocides de Chrétiens dits d’Orient pas encore morts de tristesse, de faim ou de désespoir …) en France ou ailleurs, tandis que les (pires) professionnels de la (communication, récupération, instrumentalisation … what else ?) politique surferont sur l’évènement en se demandant plus ou moins face caméra ou en réunions discrètes sans téléphones portables s’il faut reporter les mondanités écologistes globales prévues dans quelques jours (au grand désespoir des propriétaires et employés d’hôtels multi-étoilés réquisitionnés par/pour les apparatchiks de haut rang de l’écolocratisme international voyageant sans compensation carbone très à l’avant des meilleurs avions publics ou privés, et des écolocrates qui prévoyaient de faire leurs courses de Noël à Paris pendant les séances de gangbang de mouches avec lectures de discours autosatisfaits et récitations de commentaires de powerpoint en globbish mal mis à jour), s’il ne faudrait pas envisager de délocaliser la prochaine sauterie footballistique programmée en 2016 en France, et comment gagner des points de sondages  en surfant (comme d’hab’ à chaque fois qu’un truc tellement gros arrive que le plus médiocre sous-directeur pistonné d’agence de propagande politicienne genre Bygmalion réussirait à copier-coller quelque chose à faire twitter aux stagiaires des conseillers en com’ de ses client(e)s politicien(ne)s) sur la vague tristo-compassionnelle (confessionnelle, c’est autre chose, encore que ça puisse se discuter).

Same old story sorrow (honni(e) qui « souri(re)s », voire « rats » y penserait) …

Byzeway, toujours pas d’amalgame, où il y a du changement, maintenant (que les conseillers en com’ du stagiaire de l’Elysée et de l’intérimaire de Matignon sont revenus de week-end prolongé du 11 novembre) ?

Reno – 16 novembre 2015

PS : on a tou(te)s perdu un frère, de l’humour (très noir), ou des (dés)illusions à cause des attentats de Paris

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Attentats, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s