Le e-monde est-il l’alternative à l’immonde ? #LoiTravail #LoiTravailNonMerci

Avant, la conscience collective d’en-France des sans-dents ayant connu le monde d’avant les smartphone, l’anti-systémisme des tangeeks ayant appris à comprendre ce(ux) qu’ils lisaient avec les Lagarde et Michard, c’était la  flamboyante tirade des « non merci » de Cyrano, pas l’agitprop de gamins-crétins sur Youtube et autres besogneux (d)ébats télévisés sur les e-pétitions et programmes de manifs de lycéens manipulés.

Mais c’était avant (et personne ne peut dire que c’était franchement mieux, parce que mai 68 (contre la participation et la réforme du Sénat, on a les prétexte de manif qu’on mérite), les brailleries étudiantes contre le projet de réforme Devaquet, et les grèves du métro contre le projet Juppé de réforme des retraites, ça s’est fait sans internet ni réseaux sociaux, et c’était au moins aussi pavlovo-autodestructeur que les gamineries des fans du Joueur du Grenier prétendant sauver l’avenir à grands coup de hackatons et séminaires sur le revenu de base, et que les cris de souris au bord de la crise de nerfs d’anciens des meilleurs BDE parisiens élèves précocement connectés éjaculateurs prodiges de conneries pseudo modernes à la minute, qui bandaient pour Bové ou Besancenot au lycée, se paluchaient sur Royal ou Joly en prépa, et roulent maintenant pour Macron ou Duflot parce que Mélenchon est trop vieux et Hulot trop sincèrement écolo).

L’épisode tragi-comique de l’opposition massive au projet d’embryon de réforme de loi du travail proposé par le gouvernement met en lumière, entre autres fractures entre anciens et modernes réels ou autoproclamés, un clivage entre la vieille élite de gouvernement, à très gros trait la droite Medef au bras de la gauche Valls pour laquelle le sommet de la modernité digitale est un compte Twitter officiel un peu puéril adossé au lancement par un politologue reconverti dans la politique véléitéaire d’une contre-pétition sur change.org (15 000 fans vs plus d’un million pour la pétition des « contre »), et l’écosystème autoproclamé « de la modernitude », rassemblant en une masse protestatio-véléitaire franchement baroque tous ceux que le pays compte de gauchistes avec iPhone, rebelles de salons parisiens abonnés au Monde, dépressifs provinciaux lecteurs de Mediapart, et autres « con..tres, tous contre » qui pourraient finir par constituer une majorité politique entre les vieux machins qui ne savant plus où ils habitent, les abstentionnistes qui planent ailleurs sans même plus rêver de rien, et les protestataires des canaux historiques genre FN, FDG, PC etc.

Pour essayer de comprendre, autant que faire se peut, les ceusses qui surfent sur la vague de contestation contre le projet porté par la pauvre El Khomri qui doit se demander ce qu’elle fait dans cette galère, le happening Mediapart sur Youtube animé par la « Frigide Barjot » de la ManifContreTout à l’initiative (pour le compte de tiers, bien sûr) de la pétition des « contre » : http://www.youtube.com/watch?v=kGUODXVF-Sw

Il y a, dans ce « maintenant », une fracture (numérique ?) …

Reno – 6 mars 2016

 

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Election présidentielle 2017, Humour, Humour noir, Internet, Manuel Valls, Neutralité du net, Politique, Twitter, Uncategorized, Youtube, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s