Verdun, parenthèse sans chanson (de Black M), entre le désastre de Sedan et la déroute de l’été 1940

No comment sur le pitoyable épisode « Black M or not Black M ».

flamme-du-soldat-inconnu

Crédit : Ministère de la Défense

Le mieux, à moins de chanter doucement la Marseillaise ou un chant de soldats, si l’on en connait, c’est de se taire pour honorer les morts pour la France et penser à tout ceux, aux morts, aux blessés, aux traumatisés, à leurs familles, en France et ailleurs, dont la boucherie de Verdun a brisé la vie.

Sinon, les belliqueux, antimilitaristes, pingouins donneurs de leçons et autres twittos ignorant même où se situe Verdun peuvent s’entre-insulter, tout plus ou moins petit français de maintenant lecteur des BD de ses ancêtres des Trente Glorieuses trouvées dans un placard, chinées en vide-grenier, ou achetées chez Amazon, sait qu’il n’y a guère qu’à Gergovie que la France ait remporté une glorieuse victoire militaire (la libération de Tombouctou il y a un ou deux ans, c’était très bien, mais ce n’est pas une victoire militaire, juste une grosse opération de dératisation).

Les politiciens de tous bords peuvent tenter de surfer sur la vague médiatique déclenchée, volontairement ou non, par la programmation d’un rappeur provoc’, voire choquant, en marge des célébrations officielles franco-allemandes de fin mai 2016, les bacheliers les plus férus d’Histoire militaire de France ayant eu des instituteurs et profs d’histoire pas trop délirants, militants, dépressifs ou un peu des trois à la fois, se souviendront vaguement de Marignan, d’Austerlitz, voire de Bir Hakeim, en se demandant si la France avait gagné, perdu, ou un peu des deux comme à Verdun en particulier et aux deux guerres mondiales du 20ème siècle en général, la guerre de cent ans.

Certains n’ignorent pas, n’oublient pas, et n’instrumentalisent surtout pas les centaines de milliers de morts français, autant d’allemands, et tant, trop d’autres, de Verdun …

Hommage aux morts à Verdun, en cette année de sombre centenaire.

Reno – 16 mai 2016

PS : sinon, les fesses rouges de Sedan, la chaine franco-allemande Arte en dit ce qu’il faudrait que les petits français en apprennent à l’école.

Quant à l’étrange déroute de l’été 1940, l’INA et TF1 en rappellent les tenants et aboutissants aux français prêts à regarder autre chose que des daubasses sur Youtube.

 

 

Advertisements

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s