Interlude : un brin de Modesty (mais Blaise) ne peut pas faire de mal

Humour anglais sixties, semi-navet rock n’ roll, semi-James Bond sous LSD, moitié poéto-psychédélique, moitié swinging London, avec délicieux dialogues facétieux genre : « Share the fights, but not the nights … though … », rienkedubon pour réviser son angliche sous le parasol.

Reno – 2 août 2016

giphy-10

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Cinéma, Humour, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s