Interlude : (film d’) horreur (de science-fiction vintage)

Dans les « Sixties », quand on assassinait une certaine idée de la civilisation dans une église, c’était une anticipation (dans le film de 1964, c’est la scène finale).

Pour les amateurs de stars planétaires et de (plus) happy end, le remake de 1971 sur le même thème avec Charlton Heston est un classique de bonne facture, un poil plus « second degré », mais à peine moins angoissant.

Bonnes vacances.

Reno – 3 juillet 2016

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans Cinéma, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s