La femme de César doit être insoupçonable (ici et maintenant)

Ils sont fous ces Romains

Quid victis ? – Crédit : Uderzo / Goscinny / Dargaud

D’abord, on a eu cette histoire de Polanski désigné président d’une soirée TV parisienne entre amis dignitaires, fêtards polymorphes, et/ou  intermittents normaux de la société du spectacle franchouillard (rien à voir avec Debord, quoique …), puis dégagé à l’exigence impérieuse de quelques féminopportunistes en autopromotion permanente et/ou campagne électorale. Les dites grandes gueul(ard)es n’ont pas tort de brailler que ça ne se fait pas (ici et maintenant) de sauter sur une gamine de 13 ans, fut-elle déposée sur un plateau par ses adultes référents consentant d’avance à tout et n’importe quoi du moment qu’ils en tirent quelque avantage et une selfie avec un(e) people mondain(e), que les trucs franchement contraires à une certaine idée de la civilisation et/ou de l’ordre public (d’ici et maintenant) ne doivent être, ni prescrits, fut-ce pour des repentis devenus importants, sinon remarquables, voire exemplaires, ni pardonnés, fut-ce par la ou les victime(s) contre argent sonnant et moralité trébuchante, mais elles (les gueulopportunistes, cf 7 lignes ci-dessus, on n’est pas chez Twitter avec des slogans pour débiles en 140 signes max pour (é)lecteurs de blagues carambar) surfent dangereusement une vague populiste anti-élite assez inquiétante, voire nauséabonde (observons que le médiacosme parisien ne s’est guère insurgé quand Fredo Mitterrand a été bombardé ministre après avoir paradé à la TV publique, ne manifeste que rarement dans les rues pour les fillettes esclaves sexuelles des gangs islamistes, ou les enfants des bordels à notables à quelques heures du Paris très tartuffement anti cecixisme et vigoureusement contre toute celaphobie, et s’indigne plus volontiers et bruyamment de l’excès d’un vieux cinéaste aux racines européennes pas assez communiste au bord d’une piscine à l’âge d’or du « Sing, Sex and Drugs », que des mariages forcés, excisions généralisées, pornographismes de tous ordres, et autres pratiques moyenâgeuses d’autour des sables pétrolifères et autres déserts intellectuels).

keep-calm-600x600

Maintenant, on a le scoop du Canard sur le(s) vrai(s)-faux boulot(s) de la femme de François Fillon. Pas que ce fusse très exemplaire, de la part de l’ombrageux notaire de la Sarthe champion du sandwich au rillettes et du premier tour … des 24 heures du Mans, d’avoir fait bénéficier sa femme d’une partie de son enveloppe de fonds discrets quand il était député (et que ça ait continué quand il était ministre, via son suppléant), même si c’était, et si c’est encore, légal, pas plus moralement choquant que plein d’autres trucs pas ragoûtants de notre République bananière, et pratiqué pour tout le demi-monde de nos élus de tous bords et niveau de phobie aux contingences de la vie des vrais gens, certain(e)s étant plus habiles, plus gourmand(e)s, voire plus excusables que d’autres à la manoeuvre (c’est pas pareil quand une grosse huile cumularde balance des paquets de pognon à des quarterons d’amants et maitresses, entre autres truanderies fiscales et abus soci(ét)aux, quand un haut fonctionnaire en villégiature (honni qui « à Marrakech ? » y questionne) en politique utilise son entregent et ses relations pour obtenir et faire obtenir des privilèges genre logements sociaux et autres avantages sonnants ou en nature à des proches, des amis, des relations et/ou des renvoyeurs d’ascenseurs plus ou moins sociaux – honni qui « socialistes » y mépense-). Pas que ce fusse très habile de faire salarier sa femme par un requin nageant dans les eaux des pouvoirs alors qu’il était ministre, même si c’était en un temps où il était déjà « normal » de fricoter avec les propriétaires de yachts de toutes professions plus ou moins avouables. Pas que ce fusse un prodige de communication politicienne de parler de confiture pour ronchonner face caméra que sa femme n’est pas une ménagère provinciale au foyer de la cinquantaine.

keep-calm-and-listen-bossa-nova

Keep calm, tu n’es qu’un humain, César ou pas,  indigné de base ou pas, djeun ballot, dvieux schnok, babyboomer schizobipolaire sous médocs ou pas, le pire du pire reste certain…ement encore à (é)lire dans la presse à Paris et les médias orbi, et vice-versa, il reste 11 mois en 2017, dont la moitié en campagne électorale présidentielle, puis législative en France …

Reno – 25 janvier 2017

PS : la phrase concernant la femme de César, c’est comme n’importe quel discours de politicien, faut pas la prendre seulement qu’au premier degré : oui, ça veut dire que la femme de César (mutatis mutandis, n’importe quel(le) proche de puissant, de politicien, de dirigeant en capacité et/ou situation de nuire gravement à des gens) doit être exemplaire, irréprochable, toussa-touça (pas pour des raisons morales, dont personne n’a rien à cirer en dehors des saisons de rut électoral et autres périodes de grande crise de confiance, de manifs de lycéens et autres pré-retraités craignant une réduction de leur temps de revenu inconditionnel sans obligation de travail, ou d’excitation pour tel(s) ou tel(s) motif(s) vu(s) à l’écran télé, sur Youtube, ou dans Facebook, juste parce que, sinon, les ennemis de César pourraient utiliser ça contre lui), mais oui, ça veut aussi dire que pour que l’Empire ne parte pas en quenouille tout le temps façon pull-over de Pénélope, faut pas que n’importe quel stagiaire de Mediapart ou élève magistrat refile n’importe quelle vieille boule puante pêcho en fond de tiroir à une copine encore sexuellement attractive de vieux militant placardisé et/ou en instance de mise à la retraite au Canard Enchaîné ayant un pote chez Libé pas encore plansocialisé cherchant à se recaser chez tel(le) ou tel(le) (copain de) rival(e) de Fillon le temps de la campagne électorale et plus si affinité, si victoire dans les (b)urnes, toussa-touça. Et puis surtout, ça ne vaut pas que pour les femmes, on n’est plus ici au temps exemplaire de l’Empire romain, ni même des emplois fictifs à la MNEF ou la Mairie de Paris, même plus du patakès Trierweiler, des virées en scooter, et autres (d)ébats sur le mariage pour tous, les moeurs de maintenant sont tout autres …

francois-hollande

« Merci aux (é)lecteurs et au(tres) Canard(s) pour ce moment … »

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans #Paris, campagne électorale, Cinéma, Communication, Communication politique, Election présidentielle 2017, Histoire, Humour, Humour noir, Politique, PS, Ségolène Royal, Twitter, Uncategorized, Vacances, Youtube, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s