Programmes, vastes programmes blablatés à la TV, mais what else ?

la-politique-c-est-pas-complique

Bien sûr, c’est « populiste » de dire au comptoir, sur Twitter, en blablaland style réunion d’appartement, commission ceci ou ceux-là de tel ou tel quarteron de colleurs d’affiches, ou en happening de Tangeek plus ou moins immatures style TedX ou NuitDebout, ou face caméra pour Youtube, Facebook ou pour des chaines de désinformation en bande organisée d’avant l’invention de l’hologramme, et plus encore de l’écrire publiquement dans le web ou les médias de #InRealLife, que les programmes électoraux n’engagent, comme toutes les promesses de gens vivant de l’argent et de la crédulité des autres sans obligation de résultat, ni même de fourniture de biens ou services en échange du fric qu’ils engrangent, que ceux qui les (é)lisent et y croient …

Bien entendu, on devrait pouvoir voter pour des intentions d’action, des options de changement, des axes d’évolution, pas seulement contre des idéologies, des gens, des sondages ou autres carabistouilles dénoncées en saison de chasse aux voix et de tir aux adversaires par tel ou tel canard plus ou moins ouvertement partisan en manque de subventions, de lectorat, et/ou de publicité.

Forcément, il est satisfaisant de pouvoir expliquer à peu près rationnellement son intention de vote aux repas plus ou moins ritualisés de famille plus ou moins décomposées, dans les discussions Facebook pas consacrées exclusivement à l’admiration béate d’un gourou de secte, au ping-pong sur tel ou tel sujet jugé d’autant plus fondamental qu’il est insignifiant et relève de l’opinion reptilienne et de l’indignation réflexe, plus que du jugement un tant soit peu objectif ou de l’information à peu près fiable, ou à l’abrutissement collectif devant une vidéo de chats, et à ses gosses de 7 à 107 ans, quand il arrive par extraordinaire qu’ils lâchent leur console de jeu sans se précipiter dans tel ou tel réseau social pour avaleurs de pizza au nutella et autres sornettes pour décérébrés analphabètes shootés à la bière ou la beuh (ça revient globalement au même, sauf qu’on voit souvent des ados se désintoxiquer de la bière-pizza quand ils se mettent en couple, plus rarement des junkies sortir du piège de la drogue réputée douce, des troubles du comportement relatifs aux besoins financiers y afférents, et des mauvaise fréquentations qui commencent avec un joint autour d’un feu, continuent avec un avocat spécialisé pour sortir d’un commissariat pour les maladroits qui se font pêcho, et finissent autour d’un saladier en argent de coke pour ceux qui réussissent dans la life mondaine).

Alors, voilà un début de programme, plus proche du vécu des vrais militants que les fantasmes national-archaïques, délires de/pour Bisounours, et conneries en barre genre revenu universel financé par impression de BitCoin en 3D et spoliation des épargnants n’ayant pas pris la précaution de s’exiler, de planquer leur pognon, et/ou de souscrire une assurance anti-vol toutes options, histoire de préparer une éventuelle campagne électorale un de ces 4 :

  1. Obligation pour tous les candidats de porter à toutes leurs apparitions publiques pendant toute les périodes de pré-campagne et campagne un uniforme officiel identique, made in France sur appel d’offres avec contrainte de ne pas dépasser 1000 euros par tenue chaussures comprises, avec pantalon pour les hommes, jupes pour les femmes, et jupe-culotte pour les autres catégories de personnel politique, les candidat(e)s pouvant personnaliser leur tenue par un pin’s ne parlant pas, pouvant clignoter, mais ne devant pas dépasser 10 cm de diamètre, et porter en dehors des lieux de culte d’autres personnalités un couvre-chef de leur choix (on recommande le haut de forme tournant pour afficher un slogan, les plus malins pouvant utiliser un écran souple pour afficher de la vidéo ou un prompteur permettant à leurs supporters d’applaudir et/ou siffler selon le message affiché).
  2. Obligation pour tous les militants colleurs d’affiches de respecter les affiches des autres (faut être taré pour arracher ou taguer sur les panneaux d’affichage officiels qui sont tous devant une école ou un lieu officiel et durement surveillés par caméras …), de coller seulement sur les panneaux réglementaires et proprement (faut être sacrément sagouin ou maladroit pour ne pas lisser correctement l’affiche, surtout que ça résiste bien mieux aux intempéries et aux arrachages quand c’est collé bien-bien comme du papier-peint qu’on mettrait dans la chambre d’un nouveau-né à venir), et de rouler écolo en respectant le code de la route et les riverains pour aller coller dans les villages de brousse.
  3. Abolition de l’habitude débile des candidats de se faire accompagner partout (à l’exception, jusqu’ici, des toilettes et séances de coaching par leurs communicants) par leurs « lieutenants » et autres (in)fidèles ne payant pas le train et ne compensant pas carbone leurs balades en grosses daubasses diesel avec chauffeur, porte-serviette, communicant(e), et garde du corps, et photographier/filmer en toute occasion possible, rarement spontanée, avec des élu(e)s et autres notables plus ou moins photogéniques, que le con…citoyen con…tribuable paye cher pour faire leur boulot plus ou moins cumulard et plus que moins privilégié, pas pour fayoter pour un maroquin ou autre placard doré, sourire niaisement pour le petit oiseau comme des gosses de 3 ans, et se promener toute la sainte journée comme des journalistes débutants et autres groupies en troupeau derrière leur héros (éros ?) plus ou moins maquillé (honni qui « comme une bagnole d’occasion ou une poule de bordel), au sourire plus ou moins automatique (les moins cyniques ont du mal, en fin de campagne, à s’exciter le zygomatique pour chaque blaireau voulant un selfie).
  4. Interdiction pour tous les candidats d’encourager les twittos de moins de 4 de QI de poster dans les réseaux sociaux du web, déjà encombrés de tarés sans humour, de vrais manipulateurs et faux profils aux intentions aussi médiocrement douteuses que la déclaration de patrimoine d’un politicien auto-proclamé normalement exemplaire, et robots plus ou moins trolls, et vice-versa.
  5. Généralisation des multi-meetings par hologramme retransmis en direct sur le web, écologiquement bien plus corrects que les campagnes électorales jusqu’outre-mer en classe business (voire Première à prix d’ami pour les candidats jugés crédible par les services marketing des compagnies aériennes), avec une petite pensée pour Mélenchon qui se/nous trompe sur tout ou presque, mais a ouvert une voie avec ses meetings virtuels.

A suivre (pour plus d’infos sur le développement démocratique durable, yaka cliquer sur le lien : http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/politique/2002-annee-politique-le-developpement-democratique-durable-791519).

Reno – 18 avril 2017

PS : cela twitté, bon gré, mal gré, je vais voter cette fois pour une alternance réelle (donc pas le sous-marin téléguidé par les commanditaires du pédalo Hollande, même si le gars n’est pas antipathique, et si un changement de génération serait sûrement préférable à un simple jeu de domino entre vieux politiciens n’ayant jamais rien fait d’autre que de la politiciennerie pas très convaincante depuis 3 ou 4 décennies), raisonnable (donc pas le leader maxi-mots pseudo bolivarien aux 7 hologrammes), et pro-européenne (donc pas le parti FrankensteiN des colériques gonflé depuis 3 ou 4 décennies par le PS apprenti sorcier) … donc pour le candidat désigné démocratiquement et massivement par les primaires exemplaires de la droite et du centre, dés le 1er tour, mais pas particulièrement pour Fillon qui s’est comporté comme un des nombreux politocrates cupides (ce que tout le demi-monde parisien de la politique, des média et des dîners en ville sait depuis des années), qui est entouré d’un quarteron de vrais-faux amis pas tous du niveau bac (y’a qu’à regarder les niaiseux se poussant du col et du coude pour être sur les photos et dans les écrans de caméras autour de lui …), qui est lesté d’un paquet de demi-soldes que je ne laisserais pas utiliser ma tondeuse à gazon (je ne dis pas ça seulement pour les ectoplasmes de Sens Commun), et qui n’a pas pu/su/voulu laisser au purgatoire de vrais traîtres à qui je ne confierais pas la garde de mon chien pour partir en weekend (là, force est quand même de citer Lellouche revenu avec Juppé pour poser avec NKM autour de Fifi chez Deezer en espérant ne pas sauter de sa circo parisienne imperdable quand ça va tanguer pour les investitures, que Fillon gagne ou pas …). L’élection présidentielle, ce n’est pas The Voice, une certaine idée de l’avenir de la France est en jeu.

pat-poker

Crédit : Morris / Dargaud

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans campagne électorale, Communication politique, Election présidentielle 2017, Emmanuel Macron, François Fillon, France, Humour, Marine Le Pen, Politique, Twitter, Uncategorized, web, Youtube, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s