La théorie du premier de cordée, c’est la version brutale de celle du ruissellement ?

En quelques mots rustiques, voire brutaux, comme en 1000 pages de bouquin précieux, courant ridiculement prétentieux, de et pour apparatchik et/ou écolier/ère encore en classe prépa ou déjà institut de sciences théoriques, management public, ou administration étatique, ou d’éléments de langage en diapos simplettes pour devenir ministre (pour faire président plus ou moins intérimaire de ceci ou ceux-là, faut coller des vidéos niveau TedX sur Youtube, pas juste twitter des powerpoint de/pour stagiaire aux heures où les communicants croient qu’il y a plus de journalistes, blogueurs/euses et « influenceurs/euses » dépressifs/ves que de dépressifs/ves de base), la différence entre la théorie du ruissellement et celle du premier de cordée, c’est que d’abord quand t’es en haute montagne, l’eau est gelée, ça peut pas ruisseler en mode inclusif, mais surtout, que quand du fric ruisselle, ça disparait en principe bêtement vers un fond lointain en s’évaporant au passage et traversant les paniers percés (la loi de la gravité, dura lex mais c’est la loi) et c’est perdu pour presque tout le monde, alors que quand t’es en cordée (en deux mots, mais ça marche aussi en un seul), tu peux balancer ta gourmette vers le haut pour que le/la premier/ère de cordée (pas obligatoirement premier de la classe, ça peut aussi bien être un crétin congénital titularisé sur un malentendu après avoir été promu sur une erreur de sélection, et/ou diplômé et/ou élu parce qu’il était le seul pas disqualifié d’avance ou trop moche pour les affiches électorales et autres grands oraux) et/ou son entourage ai(en)t moins à se fatiguer à tirer (honni qui à Weinstein ou pire mâle de l’un , du deuxième, ou de tel ou tel autre sexe et/ou genre y mépense) tout le monde ET puisse(nt) la pécho aussi facilement qu’ils/elles trouvent une Rolex sous les gros sabots d’un lobbyiste ou les clefs d’une villa à Marrakech dans une enveloppe anonyme mais pas sans odeur, dans l’intérêt bien compris de tou(te)s.

La déconomie, c’est aussi simple que l’esprit d’un militant de foot ou supporter de politique, mais les mots, c’est comme la force de gravitation, ils ont un sens, faut pas confondre : ruissellement n’est pas harcèlement, rusticité n’est pas brutalité, politique n’est pas toujours du pire …

RF – 18 octobre 2017

Compléments sur les Frenchonomics : http://frenchonomics.wordpress.com

 

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans #Paris, Actualité, business, Communication politique, Discours, Election présidentielle 2017, Emmanuel Macron, France, Frenchonomics, Humour noir, Politique, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s