La sève du bouleau …

Au (eau ?) bouleau !

Non, pas la peine de surfer directement jusqu’au bas du billet pour échapper aux phrases trop longues reflétant une pensée chevelue et une absconitude trop revendiquée pour être honnête (si quelqu’un sait ce qu’est devenue ma prof de français de seconde C5 à Ferney année 1980-81, madame Kuster, merci info en mp, et de même dans un autre style, une autre discipline, même si elle ne m’a jamais traité d’abscons, elle, mademoiselle (ça a pu changer) Loridon, jeune prof de maths de 1ère C au Lycée de Saint Louis, Alsace, millésime 1981-82), y’a que des histoires d’arbres, pas de lien en « ps » vers un site donnant plus envie d’aller tirer pour 20 ou 50 centimes un gobelet de jus de chaussette à une machine de couloir au boulot, que de claquer 20 balles pour une bouteille biobofficielle de jus de bouleau chez BioShop ou SèveSiBon.

L’objet d’ici soudain, c’est juste de signaler que :

  1. Il semble qu’avaler un peu de sève (à la mode) de printemps de bouleau ne fasse pas de mal (ni de bien, d’ailleurs, sinon aux portefeuilles des divers participants à la chaine de transmission entre le bouleau et le gogo), et que tirer correctement un litre de sève d’un sujet solide en refermant proprement le trou de chignole après ne fasse guère plus de mal à l’arbre que quand une infirmière vous pompe un peu de sang pour l’intérêt général.
  2. Traiter correctement les arbres, en général, et si possible son environnement y compris les animaux visibles et invisibles à ses alentours à nombre de pattes variable avec ou sans téléphone greffé dans l’une et daubasse engluant le neurone par les yeux et/ou les oreilles, ne peut pas faire plus de mal que laisser les toilettes et autres lieux de vie aussi propres qu’on les a trouvés, ne pas jeter la moitié de la bouffe produite en suçant plus ou moins monstrueusement le sang de la terre et des animaux y afférents, et globalement ne pas trop se comporter comme un c…, un s…ard, ou, peut-être encore pire car cela ne file même pas de remord ou regret, en général, un indifférent.
  3. Le nouveau bouquin de l’Allemand sympa qui a écrit « la vie secrète des arbres » sort aujourd’hui en librairie : http://www.europe1.fr/developpement-personnel/la-vie-secrete-des-animaux-ce-que-nous-avons-pense-du-nouveau-livre-de-peter-wohlleben-3620117

RF – 11 avril 2018

PS : la mauvaise nouvelle, c’est qu’il est un peu tard pour la récolte (préconisée de mi-février à mi-mars), cette année. Reste les bouteilles à 20 balles en bioboutiques …

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Ecologie, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La sève du bouleau …

  1. 76geo dit :

    les chevreuils mangent les bougeons de bouleau et se retrouvent rapidement dans une sorte d’ébriété..ils perdent l’orientation et une chance la chasse en est interdite…phénomène observé par moi même ..en forêt bien sur pas en bio-boutique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s