Si #Macron faisait une partie de cartes, plutôt que de jouer au Président, il serait (encore plus) mal

Franchement, (Macr)on est mal …

Premier épisode, 4 de chute un mois après la présidentielle : Quand la triplette du Modem a pris la tangente, sur une petite suspicion de recours à des emplois fictifs, le remplacement des numéros 4 (garde des sots) et 6 (ministre désarmée) du premier gouvernement provisoire n’a pas ému grand monde, même si les remplaçantes semblaient assez insignifiantes, et personne ne sait si quelqu’un, moins encore qui, a pris le sous-maroquin de la sous-ministre de l’Europe, tellement en queue d’ordre protocolaire que cela n’a aucune importance. Pour mémoire, le numéro 07 du gouvernement (officiellement cohéseur des territoires), qui n’avait rien à voir avec le Modem, et semblait trop proche du Président élu pour ne pas être solidement accroché à son perchoir, avait sauté aussi, au grand bonheur d’un inconnu qui a du coup récupéré le job le plus cool du gouvernement, si on aime se promener en province et bouffer avec des notables.

Deuxième épisode, l’écolo en burnout (ou pas ?) n’était pas bien, là : Hulot cachait à peine son mal-être dans les couloirs d’un pouvoir n’ayant pas grand chose à cirer de l’environnement, l’instrumentalisant comme d’autres exhibent une grosse bagnole à sièges en cuir, et lui cuisinant à toutes les sauces sa couleuvre quotidienne en provenance d’un stock apparemment inépuisable … n’empêche, il était officiellement numéro 3 du gouvernement, et son départ annoncé à la radio sans avis préalable à ses supérieurs hiérarchiques a fait un peu désordre.

Troisième épisode, une impression de déjà vu (plusieurs fois), démission en loucedé pour présomption d’innocence d’indélicatesse fiscale : on s’en tape les steaks, la ministre du sport était à peine au générique (numéro 17).

Quatrième, et dernier épisode à ce stade, la vraie-fausse-vraie démission du Collomb : on n’a pas encore bien tout compris le film, mais le numéro 2 est hors-jeu, ça tourne mal, ce début de partie …

Bref, 2, 3, 4, 6 et 7 de chute (le 17, peu importe), à part le vieux Papy Moujot du Quai, numéro 5, qui est resté au départ de Hollande, Macron commence à manquer de jeu …

Mal …

RF – 3 octobre 2018

PS : quand on joue gros, faut pas seulement que savoir bluffer …

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s