Les tribulations d’un éco(n)citoyen en (décon)écolocratie

Consommer local, responsable, de saison, et sans excès ; éviter de trop saloper, de trop bousiller, de trop maltraiter, voire trucider, et de trop laisser ou inciter les autres à tout saloper, bousiller etc ; cultiver son jardin sans trop de chimiqueries, ne pas brûler plus de carburant que nécessaire pour aller d’un point A à un point B à vitesse pas délirante sans laisser plus de traces de pneus sur le bitume collectif qu’un ado pas élevé dans un chiotte familial (les chiottes publics, c’est encore autre chose, c’est comme tous les trucs communistes, tout le monde s’en fout, néglige, ou bousille pour se passer les nerfs), faire chauffer la carte Vélib’ (de préférence pas nucléaire, d’abord parce qu’un minimum de cohérence écobiobo ne nuit pas gravement à la santé mentale, ensuite parce que c’est généralement meilleur pour la santé de pédaler, que de ronchonner que l’assistance électrique ne suffit pas à remonter les gros QI des quais à bronzette jusqu’à La Sorbonne) plutôt que les radiateurs de chambres de fumeurs furtifs et les écrans de joueurs compulsifs, et voter sans trop déconner quand l’occasion se présente, c’est le minimum syndical de l’honnête éco(n)citoyen d’à Paris et orbi en nos temps préoccupants, voire patibulaires.

On peut (doit) faire un peu plus.

Rouler en bagnole électrique, par exemple, pour moins polluer localement, ménager les naseaux des chiens et bébés urbains qui sont promenés au niveau des pots d’échappement, et ne plus balancer 10 mètres cubes de gaz toxique à chaque fois qu’on laisse son SUV en route pendant qu’on va acheter ses clopes, faire son loto, ou se jeter un demi au comptoir du coin. Bon, à Paris, ça peut être un peu compliqué de recharger entre les squatteurs de places devant les bornes (non, pas l’ex ministre de l’écologisme et des transports, quoique …) et les pannes assez fréquentes des dites bornes, et les mystères du système de stationnement gratuit sans carte (mais sur inscription, le logiciel des contrôleurs étant supposé reconnaitre votre plaque d’immatriculation si votre voiture est inscrite) mais avec amendes « par erreur » de 35 à 50 balles une ou deux fois par mois qu’il faut avoir fait l’X et avoir une veine de cocu pour réussir à se faire rembourser après quelques mois si l’administration daigne reconnaitre qu’être dans son bon droit et confronté à l’erreur, voire l’horreur administrative est un motif suffisant pour ne pas devoir payer des prunes abusives en plus des impôts excessifs. Notez que si on touche 3000 (6000, c’était avant, et plus c’est ailleurs, dans des régions où les dirigeants politiciens ont encore plus besoin des voix des automobilistes électriques qu’en île de France) de subvention à l’achat de la bagnole neuve, et plus si on met une daube diesel à la casse, on peut bien payer quelques centaines d’euros d’amendes, même abusives, pour aider les bonnes oeuvres de la mair(i)e de Paris.

Faire installer des panneaux solaires sur un toit pas trop mal orienté, par autre exemple. Bon, les dits panneaux seront évidemment made in Pafrance, blindés de métaux pas très nets et de technos pas très durables, et le prix de revient du binz sera du double du budget prévu, même si l’on choisit le prestataire le plus institutionnel et le devis le plus élevé, entre les frais supplémentaires de raccordement (qui ne seront en aucun cas inférieurs à 1500 balles, minimum syndical pour sortir du local du comité d’entreprise et bosser 4 heures transport compris, avec des risques il est vrai), le démoussage du toit (tant qu’on n’aura pas de tuiles solaires, les panneaux créeront une zone d’ombre humide entre eux et le toit, source fréquente de gros soucis, fuites, rouille et autres joyeusetés hors garantie qu’on ne peut pas négliger si l’on paye soi-même l’entretien, au nord de la Loire), et les inévitables mises à niveau du système électrique, au mieux quelques câbles à enterrer, au plus probable un tableau à refaire. Bon suite, il ne faut plus rêver, d’abord les distributeurs d’électricité font en sorte que vous restiez connecté, donc abonné, donc payeur (en théorie, avec un toit de 50 mètres carrés plus ou moins plein sud, et une batterie pas trop sous-dimensionnée, on peut vivre en autoproduction si on n’a pas 10 personnes en surconsommation intensive de machine à café et autres gadgets électr(on)iques dans la maison chauffée électriquement et une douzaine d’autres fabriquant 24/24 des masques sur des machines à coudre à la cave), ensuite le prix de rachat de l’électricité dont vous n’aurez pas l’usage en plein jour, sauf à alimenter une grosse pompe à eau et/ou climatiser un data center, n’est plus du tout avantageux, et la rentabilité économique de l’installation (on dira « centrale photovoltaïque » pour faire chic dans les dîners de notables) est plus qu’improbable, même si l’on a la chance de ne pas subir de panne trop coûteuse hors garantie (forcément, fatalement) pendant une ou deux douzaines d’années.

Adopter des abeilles, en désespoir d’écocause (des kolkhozes ?) et avec l’espoir que ça, au moins, ça sera sans mauvaise demi-surprise, et un truc dont causer aux repas de famille sans être la risée des ados welovegreen niaiseux, des post-68ards pré-séniles, et de vos beaux-parents qui avaient bien prévenu votre conjoint(e) (nb je n’écris pas « femme » parce qu’au mieux ça fait sexiste, au pire ringard) de vos tendances à déconner en général, et décolocitoyenner en particulier. Ben non, ça non plus c’est pas le triomphe vert zéro souci garanti … Pas que la production de quelques kilos de miel la première année, ou la récupération un peu miraculeuse d’un essaim sauvage avec la chance du débutant ne soit pas de vraies belles satisfactions, et pas que passer la ruche à l’huile de lin, brûler un peu de foin dedans, et accrocher correctement les plaques de cire dans les rayons soient des travaux herculéens, ni même pénibles, enfin pas que la guerre sans fin contre les frelons ne soit pas source de quelques plaisirs plus ou moins pervers quant on constate qu’un piège a bien fait son job ou quand on smashe de revers à la raquette de badminton quelques frelons asiatiques salement motivés à pogromiser votre essaim, mais il faut être prêt moralement à découvrir que vos abeilles sont en mode survie dans un coin de ruche alors que vous vous attendiez à monts et merveilles comme l’apiculteur voisin se préparant à récolter comme jamais (un essaim peut souffrir d’une maladie, avoir été gravement attaqué par des prédateurs, avoir manqué d’eau ou de nourriture, entre autres, même si vous n’avez pas de raison de penser qu’un agriculteur d’alentour a utilisé des produits phytosanitaires nocifs), et à foncer faire une razzia sur le stock de cassonade du supermarché du coin, et/ou filer acheter un seau de 20 kg de nourriture adhoc chez les marchand d’équipement pour apiculteurs le plus proche, pour (tenter de) sauver vos abeilles.

Toujours plus … l’an prochain, on installera une éolienne (made in China, bien entendu) sur le balcon à Paris, on mettra les chats aux croquettes bio (pas bonnes, évidemment), et on ne rechargera la bagnole électrique que sur nos panneaux solaires (si ça marche, et sauf quand ça sera juste impossible pour tel ou tel motif réel et sérieux genre qu’on aura la batterie vide trop loin de chez nous, que le temps sera trop pourri pour que ça charge, ou whatever doesn’t work) … et en 2022 on votera pour une gauchistécolotature EELV !

RF – Paris (écolo), 19 août 2020

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s