Jeux de mains invisibles, jeux de vilains amis visibles et/ou (en)fumeurs masqués

Toutes les fumées ne se valent pas …

Pas plus le temps ce premier jour de télétravail de 2021 de peaufiner le titre (y’avait « demains invisibles, sinon imprévisibles » à caser, « on voit bien qui va casquer », pour rimer avec « masqué », entre autres, et puis bien sûr il eût fallu placer #Covid19 ou #Sex dans le titre pour faire des « like ») que de chercher ou mettre un ou deux points dans le bout de blabla ci-dessous sur le virus chinois (on ne me fera pas plus cacher la réalité de l’origine de la pandémie sous le pudique, voire dissimulateur acronyme « Covid » choisi par des communicants, voire des propagandistes du « perfect storm » sur le monde de jusqu’à l’année 2020 du rat de métal comme en son temps ceux de la bienpensance impérative avaient cherché, voire réussi, à masquer la forêt de la guerre de religion sous le voile d’initiales dont personne ne savait même ce qu’elles signifiaient et en quel sabir (DAECH, vaste programme TV pour temps de cerveau pas bien fini enfumé de shit toléré, voire encouragé sinon -parce que pas- légalisé et englué de pâte de noisettes à l’huile de palme, fermeture de la sous-parenthèse) qu’on ne me fera féminiser un acronyme en anglais, langue étrangère, voire étrange, aussi peu genrée que les porte-paroles du pouvoir français sont inspirés, en attendant qu’une formule inclusive idéologiquement correcte et médiatiquement privilégiée aux standards des khmers d’autant plus radicalement tsunamesques qu’ils se savent intérimaires telle ou telle obédience plus ou moins durablement toxique et/ou ridiculement infantile, mais provisoirement dominatrice …

Bref …

Je crois moins aux mains invisibles, qu’aux amis invisibles, question de convictions, de verifications, et d’expériences … personnelles, et ne prétend imposer à personne ma vision d’un monde tel que je préférerais que plus de gens pensent, ou croient, le résultat est le même, qu’il devrait être, paraître, sinon disparaître … mais je peux partager mon expérience du Covid : attrapé par défaut de vigilance, excès de confiance en celle des autres, bref fatalité, et sauf erreur ou omission pas diffusé par chance mais ça aurait pu très mal tourner par mauvais concours de circonstances, puisque j’ai été informé que j’avais été cas contact avec 5 jours de retard et alerté, ni par le système d’assurance maladie efface en principe mais désarmé quand il est mal ou sous informé, mois encore par le logiciel mal né et encore plus dépassé par les événements que la plupart des gouvernements avec prix spécial du jury pour l’ensemble de son œuvre au gouvernement français au bras de son microcosme et sous les hourrahs et lazzi de tous les fan-clubs de villages gaulois rivaux … bref, victime par hasard et nécessité statistique mais chanceusement asymptomatique ou presque (comme presque tous les malades, divers traitements de grand-mères et autres remèdes plus ou mois officiellement encensés pouvant compléter le cachet anti mal de tête et le thé chaud + chaussettes anti frissons), je me sens comme libéré en ce début d’année, le cou provisoirement éloigné du point de chute de l’épée de Damoclès … n’empêche, que sans prétendre proposer une vision d’un monde très/trop complexe pour les intelligences naturelles, même au niveau moyen d’avant les jeux vidéos, la beuh, et la télé en overdose pour tous, on peut quand même « voir » cette affaire comme un écran de fumée devant des réalités déjà très inquiétantes avant les coups de volant plus ou moins opportuns et efficaces donnés par les uns, les coups d’accélérateurs ou de frein choisis plus ou moins lucidement par d’autres, et les projections d’images plus ou moins effrayantes ou lénifiantes par tous sur le providentiel écran de fumée (fumette ?).

RF – Paris, 4 janvier 2021, pas de re confinement annoncé en attendant l’affolement des compteurs après les excès de saison plus ou moins raisonnables d’un peu tous, le ski des happy crétins plus ou moins déraisonnables, la life as usual, quoi …

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s