« Révolution » … vous avez dit, pensé, écrit, (é)lu, vu : « révolution » … comme si c’était une révolution (en marche ?) …

« La révolution n’est pas un dîner de gala ; elle ne se fait pas comme une oeuvre littéraire, un dessin ou une broderie ; elle ne peut s’accomplir avec autant d’élégance, de tranquillité et de délicatesse, ou avec autant de douceur, d’amabilité, de courtoisie, de retenue et de générosité d’âme. La révolution, c’est un soulèvement, un acte de violence par lequel une classe en renverse une autre. » (Mao Zedong, Le Petit Livre Rouge, 1966)

« This is a revolution » … ou pas.

Maintenant que notre révolution de salon parisien est terminée, on peut aller refiler chez Boulinier, Gibert, ou à sa belle-mère, la brochure publicitaire opportunélectoralement sortie fin 2016, en appui de la campagne électorale moitié « Perfect Storm », moitié « Lucky Strike », du Che Guevara du politicosme qui a ringardisé, et pourrait éjecter de leurs sièges en velours, voire cuir, un petit paquet de vieux de la vieille politique franchouillarde, d’abord aux législatives, ensuite en karchérisant un peu côté nominations d’apparatchiks et autres parachutages.

Ou pas tant que ça …

En attendant de voir (ou pas), on peut profiter en coin d’écran de ce qu’un(e) « geerate » cinéphile, voire rebelle, (geek+pirate) a balancé dans Youtube le film de Sergio Leone de 1971 (qui sera vite éradiqué par les robots de Google, à déguster dés qu’on trouve 2 heures et demie) …

… mais dont la bande-annonce devrait survivre un peu plus longtemps …

… dont la scène d’ouverture reste un classique regrettablement négligé dans les formations pour candidats aux législatives se réclamant de telle ou telle révolution en marche …

… dont la scène du pont devrait être le clou du premier séminaire gouvernemental (d’après les législatives, que l’équipe soit moins provisoire, et plus complète) …

Et dont la phrase fétiche, « Planque-toi, connard », vaut presque d’autres répliques cultes des western spaghetti, genre « Toi, tu creuses », tandis que la musique rappelle un peu « Butch Cassidy et le Kid », une référence dont on parlera encore dans cent ans …

Révolution, vaste programme …

Reno – mai 2017, entre la présidentielle et les législatives

PS : rien de nouveau sous le soleil de mai, on en était au même point en 2012 https://renaudfavier.com/2012/02/11/its-2012-stupid-occupy-vous-aussi-de-revolution-evolution/

PS2 : ça fait des siècles qu’on surfe là-dessus https://renaudfavier.com/2013/12/02/la-revolution-en-surfant-maintenant-en-france/

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Que (mé)dire de plus (utile ? futile ? inutile ?) sur le gouvernement ?

img_2728

Chacun(e), à moins de se la couler douce dans une isba sans média au fin fond d’un bout du monde sans point 3G, aura déjà lu dans son journal favori (entre les ragnagnateux abonnés à Valeurs Actuelles, les fonctionnaires qui ramènent le Monde du bureau, les chômistes qui ne lisent plus que les gratuits, les pervers  fans des petites annonces de Libé, à chacun(e) son canard de prédilection pour se tenir désinformé(e)), son média social de référence (y’a les vieux cool plutôt Facebook, les speedés côté Twitter, les glandeurs youtubeux, les anticonformistes qui ne jurent que par les gratouilleurs sur Medium ou leurs copains blogueurs chez WordPress, tout se vaut et tou(te)s se valent, quoi qu’ils/elles en croient dur comme fer), ou sur les sites internet des radios et TV qui écrivent ce que leurs vedettes et convives de plateaux de petits fours blablatent (y’apa que Drahi Direct et Bolloré News, y’a aussi Canteloup et quelques autres sérieux comiques moins désespérants que les usual suspects de l’info ou de la météo, et on peut aussi cliquer sur Euronews, Arte, ou même des chaines vraiment étrangères, pour changer), tout, son contraire, les restes, et même l’amusante référence à la Paëlla (c’est sympa, la paëlla, ça fait « vacances au soleil », et puis ça change des restes) dans Courrier International.

http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-letranger-premier-gouvernement-de-macron-une-paella-avec-des-ingredients-dorigines

Qu’en (mé)dire de plus, de pas trop inutile ?

giphy-10

En fait, rien.

giphy-8

Rien, c’est bien, voire mieux.

crystal-ball-1

Pasque si on tchatche de la frisée ex de chez Aubry devenu fabiusienne passée en emploi réservé chez Danone, puis en parachute doré chez le machin pour l’export et de l’attractivité, on risque de plus être persona poil à gratter chez Pôle …

small-business

Si on demande qui est la mignonne rousse au fond de la photo, on va encore être accusé de dskopriapisme post-ado, voire de sexisme, d’homophobisme, de toussatoucisme pas dans le sens du vent …

pinball

Et si on constate que ça manque un peu de diversitude, on va vénérer les djeuns déjà paniqués par la fin de l’année scolaire, les mélenronchonneux en manque de Prozac, les ongistes et associatophiles divers mais invariablement contre tout, et exciter les youtubeux de tous poils …

djeun

Alors … rien … surtout qu’on sait jamais, on pourrait être lu par des amis qui vous veulent du bien, ou pas, et ça pourrait être mal, ou pire, bien, interprété …

Renaud Favier Mer

Rien.

Reno – Mai 2017 en attendant Roland même si ça sera nul sans Chapochnikowa et Roger

PS : surtout, ne rien dire, ne rien penser, ne même pas penser à dire, ni se dire qu’on pourrait penser, sur Nicolas … Hulot, pas Sarko, quoique …

IMG_7914

 

Publié dans Actualité, campagne électorale, Communication politique, Election présidentielle 2017, Emmanuel Macron, Facebook, France, Geek, Humour, Humour noir, Internet, Keep Calm, Paris, Pause Café, Politique, Twitter, Uncategorized, Youtube | Laisser un commentaire

Bon, le casting pour les premiers et seconds rôles, #çacestfait, reste la course pour les cabinets #maintenant

Conseil aux djeuns que ça tente : « Oublie que t’as aucune chance … fonce … sur un malentendu, ça peut marcher ».

80144166

Sinon, faut pas négliger que bosser en cab de ministre, c’est pas comme se taper une crème au suc’ en vacances, c’est perdre la maitrise de son agenda, et sa liberté de tchatcher, voire de penser, et risquer de se trouver le bec dans l’eau en cas de limogeage du ministre si on n’est pas fonctionnaire et/ou assez prudent, voire précautionneux. Sinon, c’est excitant, ça peut être intéressant, et il arrive (assez souvent, et massivement, pour que les naïfs se laissent berner, comme au loto ou quand on met du fric dans une startup pas seulement pour défiscaliser ou pour aider des proches) que ça soit un sacré booster pour la carrière, surtout si on ne peut pas tout miser sur son rang de sortie, comme la plupart des nanarques, X, et autres lauréats de concours de fonctionnaires normaux (si on est sorti correctement, autant se servir du réseau pour se tirer directement dans un placard doré de la pub, la banque, ou la politique, sans passer par la case boulot).

Ceci dit, c’est un heureux hasard, que le barnum électoral tombe pilpoil à la saison des tapis rouges, fêtes mondaines, selfies plus ou moins réussies et palmes plus ou moins glorieuses à Cannes, ça donne un truc à penser si on n’est pas volontaire pour faire du cab’, et à blablater à la télé après les nominations des ministres, parce que la tambouille pour les attributions (genre si t’es ministre des armées, sans compétence sur les opérations militaires à l’étranger, la tchatche avec les autres membres du Conseil de Sécurité, et le business des ventes d’armes, ç’est pas comme si t’es vraiment ministre de la Défense, et le truc le plus tortueux, c’est à Bercy, où le Maire va devoir ferrailler, à commencer par la guerre picrocholine avec le Quai pour le commerce extérieur et autres petits plaisirs minuscules de la diplomatie économique) et les embrouilles pour les nominations, faut vraiment être bien payé pour en tchatcher, très pervers pour en twitter, ou directement concerné par vocation ou procuration, pour ne pas regarder ailleurs pendant que ça bouillonne dans l’autocuiseur.

N’empêche, de même que c’est à son PQ qu’on reconnait une maison bien tenue, à ses chiottes qu’on mesure la vraie classe d’un resto bling, le QI d’un club-house pour golfeur chicosses, ou les qualités morales d’un bordel pour people, et à son Q qu’on jauge une … caisse, what did you expect ? …c’est à son cabinet qu’on reconnait qu’un ministre est plus ou moins potiche (si le DirCab est imposé par l’Elysée, son adjoint par Matignon, ou vice)-versa, que le/la communicant(e) est l’amant ou la maitresse du/de la ministre, que les 3 gusses qui savent lire et écrire sont des sous-marins des administrations sous la tutelle du/de la ministre qui ne peut même pas choisir ses secrétaires parce que le syndicat verrouille, c’est pas pareil que quand le/la ministre peut se constituer une petite équipe loyale, compétente, motivée, voire les trois à la fois, mais ça c’est exceptionnel), et à la course vers y-celui (le cabinet, pas le ministre, quoique) qu’on l’attractivité du/de la ministre par définition provisoire mais pas obligatoirement insignifiant (c’est pas du tout la même si y’a que du militant hystérique pour faire passer des CV via des potes, ou si la crème de la crème des hauts fonctionnaires pas trop mal classés aux concours de sortie s’entre-crêpe la calvitie naissante pour s’accélérer la carrière, et c’est pas non plus pareil quand on est ministre, de pouvoir compter sur une petite machine de guerre efficace, genre le cab’ de DSK quand il passait son temps à baisouiller et préparer son discours de président élu, ou de devoir jouer les folcoche d’un jardin d’enfants gâtés même pas fichus de copier-coller des trucs potables à blablater dans Paris-Match, des écrans de fumée rigolos mais bien opaques à faire avalera au Canard, ou de trouver des vacheries toxiques sur les rivaux à faire fuiter chez Mediapart, style … non, faut pas cafter, ça serait pas élégant, mais les ceusses qui ont zoné dans ce genre de cabinets se reconnaitront).

Sinon, pour les ceusses que la politique et le cinéma indiffèrent, y’a le tennis à la télé (faut profiter des invitations à Roland Garros cette année, même sans Federer, parce que la bronzette à l’oeil chez Roland avec champagne à volonté et Panama souvenir siglé, ça va devenir plus compliqué, si les règles sur la déontologie se tendent un brin pour les hussards de l’intérêt général), et faut pas rater le mondial de Paris (c’est pas comme ça qu’on dit, maintenant, comme pour les concours de beauté de bagnoles porte de Versailles, de bouquins de salon en français, ou de couturiers parisiens pour people ?), maintenant que Wimbledon ne passe plus sur les chaines pour tous, et qu’on ne supporte plus le décalage horaire comme quand on matait les jambes et plus si affinités de tel ou telle Shapochnikowa ou VictorPécho à New-York ou en Australie entre un mojito de before et un Cuba Libre d’after.

IMG_5842-0

Bon, c’est pas tout, çà, le temps tourne, on n’est plus au temps de la promo canapé Voltaire à tous les étages, faut cultiver son jardin …

Reno – Mai 2017 – J+1 du gouvernement le plus groovy d’Europe, voire du monde

Publié dans campagne électorale, Cinéma, Communication politique, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire