Ach, la guerre pas finie assez vite et bien, Gross Malheur #Ukraine #Russie #Poutine

Le parallèle entre (la fin réelle ou déjà fantasmée de) Poutine et (celle bien réelle et toujours plus fantasmée de) Napoléon (cf le billet d’humeur de Moïsi dans Les Échos de ce jour https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/le-debut-de-la-fin-pour-poutine-1389966#xtor=CS1-27 ) est très eurocentré canal #okboomer, puisque la grande majorité de nos contemporains ne vivant pas dans un canton somnolent de vieille Europe de la vente périodique d’un Q de bas de laine dissimulé entre un paquet d’emprunts russes et quelques billets suisses pas encore changés contre les nouveaux modèles à cause d’un pangolin qui a mitouïsé une chauve-souris très loin à l’Est, ne connaissent de Poutine que ce qu’il voient dans TikTok à crédit gratuit et ignorent à peu près tout de l’Empereur disparu bien avant l’invention des publicités ciblées dans YouTube. Mais malheur à celui contre qui BHL se lève …

Ironie (tiens, il y a « noire » là-dedans, comme dans « humour de couleur », coïncidisch, nicht ?) de l’Histoire, ou pas, force est de reconnaître que certains conférenciers consultants de ville tentent d’élever le débat au-dessus du commentaire de match de la veille ou de sondage en direct, et que certains comme cousin Hub’ sont quand même plus convaincant que les cris de souris juvéniles et les jérémiades des usual suspects de la bienpensance progressiste télégénique parisienne et autres apôtres de Saint-Germain des Prés …

Quel dommage, peut-on mépenser en écoutant l’ancien ministres des affaires étranges de Mitterrand, que Poutine n’ait pas attaqué un petit poucet au Sahel (on me susurre dans l’oreillette qu’il y songeait, mais que les mélomanes dominants dans le coin depuis 200, 50, ou 20 ans, n’aiment pas Wagner), pour y disloquer, fédérer, ou les deux en même temps, ou au contraire, des poussières d’Empires dépassés au bénéfice des Américains sous la neutralité bienveillante de la Chine, les hourras des amateurs de correspondance de guerre et de disruption télégénique, et, divine (?) surprise (?), au bénéfice, non, pas des boursicoteurs haussiers, d’une certaine idée de l’union sacrée européenne autour du projet de réarmement allemand, de remise en Ordnung de marche des parlements nationaux et européen et de quelques vieux machins supranationaux, et du retour en grâce de la fée électricité nucléaire décarbonée et déconnectée du gaz étranger ?

Honni qui … « mais d’où vient donc ce mal étrange, » y mépense …

Addendum pour lequel je n’ai pas trouvé le temps ce matin d’inventer une transition :

Jamais deux sans trois, vous avez aimé l’invasion du Koweit par feu l’Iraq est ses conséquences géopolitiques, civilisationnelles et économiques (en gros, la hausse du Franc Suisse et du blé, et la baisse des actions Gazprom et Société Générale) … vous adorez l’attaque surprise du chef vieillissant du Kremlin à bout de souffle sur les K2 (Kiev et Kharkov dit Kharkiv depuis quelques années parce que les « i », c’est plus souriant que les « o »), dont le monde en short de babyfoot vidéo sur canapé woke et/ou charentaises de campagne électorale en bord de piscine inclusive (re)découvre dans Facebook qu’un clown triste hors du temps de maintenant et de l’espace contemporain (note pour les ceusses qui suivent distraitement, c’est plutôt l’Ukrainien dont auquel il s’agit, mais c’est vrai que ça marche aussi pour le Russe) peut se maquiller en Général Tapioca en saison de Carnaval en Europe, et que les couleurs de la révolution orange quelque part entre Leningrad et Odessa sont devenues le jaune et le bleu ciel et que tous les Ukrainiens ne sont pas déjà installés au Canada … vous serez fan de … mais quel sera donc le prochain épisode de la série de télé-réalité « ze world at war » dans un coin du monde dont tout le monde se fichait à plus ou moins juste titre jusqu’au début du tunnel de propagande à la télé ? Si j’étais un militaire birman au pouvoir provisoire, un chef de guerre locale et de capitale d’autour du Sahara, ou un porte-médailles latino-américain à l’approche de l’automne austral, je m’achèterais quelques bitcoin et une datcha ultra sécurisée sous pseudo dans un canton discret et/ou une île artificielle bien entourée à Dubai …

RF – 1er mars 2022 (heureusement qu’on n’est pas en année bissextile, ça raccourcit la guerre d’un jour)

PS, toujours sans transition parce que pas le temps ce matin, même si on en gagne depuis qu’on n’a plus à jeter un oeil à RT pour sentir l’ambiance dans la tribune des supporters inconditionnels (?) de Poutine : en période de guerre, il n’est pas déraisonnable de museler la propagande ennemie … ce qui peut être déraisonnable, et/ou regrettable, en revanche, c’est de prendre fait et cause pour ceci, ceux-là, vice-versa, au contraire, ou pas, sur la bases des propagandes des uns, des autres, et de tiers aussi efficaces que discrets sans au moins essayer de se mettre dans les bottes (sic), sinon dans la tête, d’un peu tout le monde pour sinon comprendre ce qui se (tré)passe, ne pas avaler seulement qu’une sorte de salade (honni, mais félicité pour son à-propos, « salade russe » y pense) …

Paris, 28 février 2022, Pause sandwich au Café ZigZag du Quartier Latin c) Renaud Favier
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Invasion, piège à c.. ? #Ukraine

C’est le même cabinet de consultants que pour les migrants du Sud et la stratégie à l’Est, qui conseille le gouvernement pour l’intégration des futurs (ou pas ?) réfugiés d’Ukraine ?

Parce que déjà on a raté les coches des transhumances d’ex cocos les dernières fois, au siècle dernier à la chute du Rideau de Fer parce qu’on était occupés (sic) à post-décoloniser avec bienveillance et humanisme …, puis autour de la dernière guerre au Donbass quand un million d’Ukrainiens se sont précipités vers le Canada tandis qu’on filmait un baba cool à lunettes contrebandant des migrants dans les montagnes et des zadistes chantant l’Internationale entre villes et campagnes en s’échangeant des selfies avant de migrer chez Tiktok, alors si on se débrouille encore comme des branquignoles cette fois avec Hidalgo qui va promettre quelques appartements HLM entre un étage à communauté pas inclusive et une cage d’escalier d’inclus communautaristes, Blanquer qui va ouvrir un quota de préparation ScPo à H4 ou LLG pour les transgenres russophones mineurs isolés de plus de 30 ans en bandes bien organisées, et Schiappa qui va exiger un accompagnement psychologique pour les réfugié.e.s politique.e.s expulsé.e.s des bord(i)els de Kiev et les oligarques russes et ukrainiens victimes de guerre ne pouvant plus aller skier à Courche ni faire leurs courses à Londres, les Allemands vont recruter tous ceux qui sont capables d’être utiles en usine, en hôpital ou dans l’agriculture productive, et intégrer dans les universités, leurs centres d’apprentissage ou leur écoles tous les jeunes pas trop paresseux, et nous on va encore rester collés avec chopeurs d’aide social(ist)e pas fichus de filer vers l’Angleterre, les politicien.ne.s professionnel(le)s, et les demi-mondains canal larmes de crocodiles aux cérémonies des Césars et des palmes d’or, sauce pique-nique les jours de soleil place de la République et manifs avec zadistes ou indignés selon l’air du temps, et plateaux TV s’il n’y a pas un nouveau variant, un sondage, un match de foot, une tempête dans un bocal ou un cyclone autour d’une poussière d’empire à commenter …

Ceci tristement constaté, et/ou prédit, et/ou au contraire, et/ou vice-versa, ou pas, rien de nouveau sous le soleil qui se lève à l’Est, l’Ukraine se vide de ses forces vives depuis que l’URSS a naufragé et que ce qui aurait pu devenir une Pologne-bis oscille entre le destin d’un Liban sans guerre de religion, et celui d’un désastre à la sahélienne avec l’électricité et du blé, ce n’est pas un fantasme de complotosphère réac ou un délire de boomer parisien en manque de weekend à la campagne, c’est le Monde qui le rappelait en 2019 : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/18/entre-guerre-et-pauvrete-l-ukraine-se-vide_5451968_3210.html

Crédit : Le Monde / AP / Mstyslav Chernov / 2019

Pour accueillir des réfugié.e.s, contacter votre mairie, qui sera sûrement de bon conseil.

Renaud Favier – 25 février 2022

PS : Y’a quand même un truc sérieusement préoccupant pour Paris et orbi au pays de Tchernobyl, comme l’a rappelé le vieux Le Drian qui connait ses classiques puisqu’il était déjà aux affaires étranges quand Hollande a décidé d’envoyer le Charles de Gaulle recenser les grains de sable dans les affaires du monde à Tombouctou …

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Rideau ! #Ukraine #Russie #Kiev #Moscou

C’est un métier, le (commentaire de) spectacle politique, et ici à Paris et maintenant au début du 21è siècle (avant et/ou ailleurs, et/ou vice-versa, les spectateurs ne ruminaient/ruminent pas leurs pop-corn plus ou moins discrètement assis dans le noir, ni ne croquaient/croquent un sandwich au saumon bio arrosé de champagne responsable debout à l’entracte, mais se repaissaient/repaissent plus ou moins élégamment et discutaient/discutent dans les positions qui leur plaisent de ce qui leur plait pendant que les joueurs jouent et/ou amusent), c’est plutôt après le baisser de rideau que le spectacle commence.

En globisch de maintenant, on ne dit plus « artiste », parce que le français n’est plus la langue du monde civilisé et qu’un mot hermaphrodite contrevient à l’ambiance totalitariste qui impose de choisir son camp camarades, ni même « artist », pas seulement parce que le producteur du film (muet) oscarisé éponyme n’est plus en cour suite à une présomption de méconduite grave, sérieuse et répétée envers des personnes en situation d’infériorité autoritaire, on dit « performer »‘ (comme dans le biopic sur Freddy Mercury avec un sosie convaincant et une bande-son épatante, forcément épatante), et ça a l’immense avantage de permettre d’utiliser le même mot valise autant pour les artistes de tous genres, culturel, politique, sportif, militaire, industriel, financier, youtubeur, tiktokeur etc etc etc …

Mais je digresse (dis Grèce ?), et personne n’a trop le temps de lire des phrases interminables en poupées russes alors que le spectacle des, non, pas des Cosaques du Don, quoique … des marionnettes sans visage de Kiev sera bientôt remplacé par d’autres images télégéniques, d’autres commentaires de presse (les mots ont un sens, on est pressé chez ces gens-là), d’autres agitations politiciennes par procuration …

Bref, si vous voulez comprendre ce qui est en train de se passer à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, jetez un oeil à la carte ce-dessous en traçant une ligne imaginaire entre la capitale de Pierre le Grand et Odessa, sinon allez voir ce qui se raconte dans Twitter ou Facebook avant qu’on y soit passé à autre chose, un spectacle de foot, un match de sondage, ou un fait divers à Paris ou orbi.

crédit carte : books.opendedition.org

La bonne nouvelle, qui devrait nous être annoncée par l’ONU ou par le Premier Ministre si l’un ou l’autre finissent par ressortir de leur silence assourdissant, c’est que les chars russes ne sont pas (encore) à Paris, ni les canonnières de tel ou tel Empire devant les ports de Formose, dans les détroits de telles ou telles Dardanelles, ou en situation. de tel ou tel Trafalgar …

Renaud Favier – Paris, 22 02 2022 (date palindrome, amusing, nicht ?)

PS : texte posté sur Facebook le 22 février à l’heure du café, parce que les consommateurs de café du matin à Paris se sont raréfiés cause virus chinois et autres réalités d’ici, maintenant, et (em)pire(s).

#LeMondeTelquIlHait#Ukraine

Bref, les experts en ceci ou cela des plateaux (honni qui « de petits fours » y mépense) TV parisiens et autres comités de rédaction vont commenter en direct ou léger différé jusqu’au prochain sondage ou match du PSG les tenants présumés et aboutissants imaginables de la séquence de télé-réalité diffusée par TV-Moscou après la cérémonie de clôture en mondovision des Jeux Olympique de Pékin, et quelques politiciens en campagne électorale ou préparation de mid-terms vont s’agiter virilement face caméra et envoyer quelques collaborateurs diplomates et militaires en interview, tandis que quelques Ukrainiens émigrés au Canada vont crocodilarmoyer médiatiquement pour leur cher vieux pays et quelques investisseurs occidentaux dans les terres agricoles ukrainiennes ou les valeurs boursières liées au gaz russe s’inquiéter entre-soi pour leurs portefeuilles, mais la non-guerre du Donbass est finie depuis longtemps sur le terrain, la guerre mondiale ne sera pas déclarée pour quelques provinces d’Ukraine dont on ne sait même pas si elles sont stratégiques pour telle ou telle ressource naturelle ou voie de communication vers un port maritime important, et il va y avoir quelques réunions à l’ONU et tractations de couloir pour préparer les prochains épisodes de la série « Le Grand Jeu », étant entendu que si l’occident avait voulu, ou pu, faire émerger une démocratie viable, sinon un pays et une élite crédibles en Ukraine, et si les USA n’avaient pas des paquets dingues de gaz de schiste à exporter et d’autres priorités que les restes du monde d’avant-hier, peut-être Poutine aurait-il eu plus de mal à rebattre les cartes entre Saint-Petersbourg et Odessa (ça vaut le coup de regarder une planisphère, pour comprendre pourquoi Fredo le Grand, Cathy la mécène de Voltaire, et quelques autres dirigeants lucides d’avant et après eux tenaient à pousser le rideau vers l’Ouest au Sud de Moscou), mais que sauf à trouver/fabriquer des images chocs de petits enfants martyrs et/ou des témoins télégénique d’un génocide et/ou des migrants anglophones aux éléments de langage et cicatrices boulversifiants, ça ne va pas être facile de faire très longtemps assez d’audimat avec les marionnettes sans visage de Kiev pour les agences de pub et les médias dépendant de ventes à de vrais clients et de recettes publicitaires plus que de subventions étatiques et abonnements d’administrations vont inévitablement nous reblablater bientôt de la santé de la Reine d’Angleterre ou du locataire de la Maison Blanche, de la condition physique de telle ou telle vedette de foot ou de sondage électoral, ou de la date limite de validité du QR-Code et/ou du vaccin contre tel ou tel variant du virus chinois.

Si je m’écoutais, plutôt que de laisser Youtube me choisir des chants cosaques, je gratouillerais un bout de billet de blog, mais au mieux telle ou tel stagiaire de rédaction me chiperait les « marionnettes sans visage de Kiev » pour un quart d’heure de postérité, au plus probable ça serait noyé dans le bourbier médiatique du jour …

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire