Le Grand (En)Jeu (pas Olympique) d’ici et orbi

Crédit : The Simpson’s

Au siècle d’OSS117, quand il y avait 2 ou 3 milliards d’humains dont la majorité passaient leur vie à cultiver sans trop bouger de villages sans électricité, à bosser sans trop s’éloigner de leur Soviet avec le nucléaire, ou à produire des trucs plus ou moins nécessaires sans s’inquiéter de grand chose à part du risque de prendre le ciel sur la tête, souvent sans savoir que certains avaient tellement d’eau potable qu’ils déféquaient dedans, tellement de temps qu’ils le perdaient devant la télé, et tant à bouffer qu’ils ne tenaient plus dans les bagnoles de taille normale, l’enjeu pour les puissances du moment en général et les politiciens parisiens en particulier était grosso modo de pouvoir brûler assez de bois, charbon, gaz ou pétrole pas trop cher pour aller et venir en bagnole sans trop de contraintes, pour ne pas se cailler trop autour de sa clope, et pour se faire plus ou moins cordialement la guerre plus ou moins froide entre tribus voisines pour des histoire de frontières, de croyances politique ou religieuses (ce qui revient généralement au même), ou d’héritage, bref de/en familles.

On avait bien en tête, à Paris et en francophonie plus ou moins voisine, le souvenir reptilien que Sapiens venu d’ailleurs avait éradiqué Néanderthal recta, et le vague souvenir collectif que des Mongols des steppes passaient une fois tous les deux ou trois siècles tout ravager en vitesse en ne laissant derrière eux que des pyramides de crânes et quelques dizaines de milliers de femmes enceintes, mais les invasions barbares, on préférait en rire (jaune, forcément, férocement jaune).

Maintenant, on continue à s’entre-monter le bourrichon entre parigots twittos parce que les (h)uns n’ont pas exactement les (dé)goûts des autres (ou d’eux-même selon les jours, les heures, les circonstances), à s’entre-détester à volonté pour des histoires de ballon, de bagnole, et/ou de taille et d’usage d’organe entre les jambes (merci d’admettre pour les besoins de la réflexion qu’un zizi, c’est un clitoris en général plus grand, et vice-versa, sinon on est encore parti pour des siècles de controverses sur le sexe des anges avant de pouvoir conclure), et on s’e-inquiète, ou se e-réjouit (ce qui revient en général au même après la guerre) d’une supposée « guerre de civilisation », d’un réel conflit de générations, d’inévitables désastres naturels, de l’incontournable doute collectif entre déclin assumé et médiocrité voulue, bref du spectacle habituel depuis 2000, voire 4 ou 5000 ans en bord de Seine (scène ?) et orbi …

Bref, comme disait peu ou prou le Chi qui lisait ses éléments de langage à un raout de dirigeants intérimaires en Afrique du Sud, Paris et orbi brûlent et nous regardons (l’incendie de notre monde à) la télé …

RF – Paris, 228ème anniversaire (façon de parler) de la rupture radicale des vertèbres cervicales de Louis 16 et des relations globalement mutuellement profitables entre la France et feu sa monarchie, étant rappelé que les royalistes de toutes obédiences avaient sacrément scié leur propre branche pour chauffer leurs châteaux, que les révolutionnaires étaient globalement un paquet de brutes excitées, voire sanglantes manipulées par des radicalisés plus ou moins bien inspirés par des intellos pas sportifs déconnectés du réel … mais on s’en contretape, on va être reconfinés (seulement les privilégiés en bord de piscine) et on fonce vers les jeux olympiques de Paris à la TV.

PS : l’objectif de ce billet était en gros de dire que des sages devraient montrer, et regarder les (pas très démocrates) camarades post-maoistes prendre le pouvoir global en général et pas seulement en Ouïgourland et à Hong-Kong, sans pouvoir y faire grand chose, pendant que les téléspectateurs regardent Lady Gaga déjà botoxée brailler l’hymne américain en sac à poubelle rouge en l’honneur du nouveau président démocrate du Nouveau Monde d’avant, tandis que notre Monde explique à ses (é)lecteurs que l’humour de son dessinateur (non, pas Plantu qui est rentré dans le rangs et les petits papiers, l’autre) a un humour qui peut nuire gravement aux certitudes pavloparisiennes dans l’air du sale temps pour les démocraties … mais pour éviter la censure, j’ai préféré troubler l’eau autour du pot et noyer le poisson (honni qui « pourri de la tête » y mépense, on n’a plus le temps de relancer le sujet avant le couvre-feu).

Curieux, pas une image plus récente sur YouTube, comme s’il y avait un e-couvre-feu depuis 4 mois …

PS2 : c’est pas gagné (pas seulement rapport aux Jeux Olympiques)

PS 3 : c’est pas non plus perdu (en y mettant un peu d’humour)

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

#USA #Elections2020 Jusqu’ici, tout va bien pour Godzilla, mais King Kong respire encore …

Si vous aussi vous pensiez, avec ou non un pronostic instinctif ou partisan pour l’un ou l’autre des finalistes, que l’élection présidentielle US de 2020 serait un genre de combat de catch au scénario écrit d’avance entre le King Kong de la Trump Tower chouchou de Wall Street tenant du titre, et l’Hibernatus champion de Jurassic Park challenger soutenu par le tout showbiz de Hollywood au bras des geeks en short de jeu vidéo de la Valley …

Vous aviez raison sur le principe, même si les cinéphiles trouvent qu’il n’y a pas seulement que du King Kong et du Godzilla dans le film, mais aussi de la Nuit des morts-vivants, de la Planète des Singes, et de la Guerre des Mondes, en attendant le prochain remake (avec ou sans virus chinois pour arbitrer le combat) …

Jusqu’ici, tout indique qu’on va bien vers the (Happy ?) End avec victoire de Godzilla, même si King Kong bouge encore …

Prochaine séance en principe dans 4 ans.

RF – Paris sous couvre feu à Happy Hour pour « au moins 15 jours », ça va faire chauffer les ordinateurs de Netflix …

King Kong still moving … Credit : Walt Disney
Publié dans Actualité, campagne électorale, Cinéma, International, Neutralité du net, Politique, Twitter, web, Youtube | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Et surtout, Bonne Santé !

Crédit : Babouse

Bon, je sais qu’on est le 15 janvier (mais d’abord c’est dredi, un peu de décontraction casual chic est possible, ensuite relisez votre guide du savoir-vivre à la française d’avant TikTok et Signal, on a le droit d’envoyer et de répondre aux -vieux qui cèdent encore à la tradition des- voeux jusqu’à mi-janvier), que l’expérience de 2020 (l’année du rat de métal chinois, on aurait dû prévoir, sinon anticiper que ça tanguerait) n’a pas été très concluante question « bonne année et bonne santé », enfin que plein d’entre-nous ont sérieusement négligé, été obligés de négliger par la force des choses, plein de trucs côté santé, sans compter que le manque de sport et les pâtes à tous les repas pour motifs pratiques et/ou économiques ne sont pas trop favorables à la sveltesse énergique exemplaire dont rêvent tous ceux qui ne militent pas radicalement contre le grossophobisme réel ou fantasmé entre autres indignations dans l’air du temps, et d’ailleurs ça n’est pas sans nuire plus ou moins gravement à la santé économique de la partie du secteur de la santé pas en surchauffe cause virus chinois, entre les dentistes au ralenti, les ophtalmos en détresse, les kinés pas mieux que les cinés, les médecins de ville d’autant plus sous-bookés qu’on leur a interdit de prescrire des traitements qui s’ils n’étaient pas miraculeux de l’avis des fonctionnaires internationaux de l’OMS, ne faisaient guère plus de mal que des paquets dingues de trucs que tout le monde s’enfile en overdose plus ou moins volontairement par tous les trous naturels ou pas, et même pas mal de pharmaciens confrontés au ralentissement des ordonnances et à la trouille des clients lambda de se trouver entre deux covidiques postillonnant sur les tubes de dentifrices comme sur les boites de corn-flakes à l’épicerie et les saucissons à la boucherie et/ou tripotant les thermomètres comme si c’étaient des fruits au supermarché ou un lecteur de cartes de crédit …


Bref, que vous ayez eu ou pas la patience de lire le blabla indigeste, mais néanmoins 100% bio et d’autant meilleur rapport qualité-prix que c’est gratuit (et c’est même pas l’état qui paye, j’ai jamais été fonctionnaire, juste officiellement en service militaire 18 mois, ni indemnisé par Pôle-Emploi, ni retraité pensionné), ci-dessus, occupez-vous de votre santé sans laisser l’arbre du Covid (oui, je dis « le », marre des acronymes rosbifs utilisés juste pour cacher le réel et des changements de genres de mes deux juste pour déstabiliser l’honnête neurone) cacher la forêt de vos besoins de soins, et pensez à la télé médecine dans les cas où elle est une bonne option, au moins une étape dans votre « parcours de soins » comme l’on dit ces temps-ci (sans oublier que la meilleure des médecine, c’est la médecine préventive associée à une hygiène de vie pas trop désastreuse, un peu plus d’exercice, un peu moins de bouffe en général et de malbouffe en particulier genre saletés industrielles sur-sucrées, sur-salées, sur-grasses, et vendues au prix au kg d’un honnête foie gras, un peu plus d’écoute de soi sinon de trucs de grands-mères et autres yoga si ça vous fait du bien, et puis aussi les examens périodiques plus ou moins pénibles mais qui peuvent éviter à la collectivité de devoir vous payer de grosses interventions au résultat plus ou moins garanti si vous avez laissé telle ou telle saleté se développer).

Re-bref, bon tout et bonne santé surtout si c’est pas trop compliqué ni impossible en 2021, et c’est (en principe) la dernière fois que j’en twitte ici avant les voeux pour l’année de la prochaine bestiole chinoise.

RF – 15 janvier 2021

Santé !
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire