Café du matin à Paris, c’est … comme un rayon de soleil, épicétou (ou pas)

chabada-paris-9-juillet-2013-3-c-renaud-favier

Café du matin à Paris, c’est un blog qui griffe depuis bientôt 10 ans, mais garde toutes ses dents (dures, forcément, férocement dures), avec beaucoup plus de respect pour l’intelligence réelle ou supposée d’éventuels lecteurs, que pour l’orthodoxie de pensée unique du moment ou la grammaire contemporaine d’école primaire (nécessaire pour éviter le naufrage des QI individuels et collectifs, mais facultative pour comprendre le monde tel qu’il va). Parfois, ça peut sembler un poil rock n’ roll, voire limite tape-cul comme disent les psy qui s’y connaissant en vraies bagnoles, sinon en rock, c’est comme ça, épicétou.

Paris 24 novembre 2011

Bref, c’est pas seulement que d’la pomme, mais y’en a dans : https://renaudfavier.com.


Avec bon an, mal an, un billet quotidien, ça commence à faire nettement plus de 2500 billets (2661 le 13 décembre 2018 à 13h13, ça porte bonheur), pas tous sucrés façon cafezinho do Brasil, ni tous serrés façon ristretto italien, mais tous bien meilleurs pour le moral durable qu’un Prozac ou pire : https://cestalire.wordpress.com/2014/01/21/un-e-cafe-suspendu-au-hasard/ .

Let's go ...

Café du matin à Paris, c’est un blog pour inciter les djeuns modernes de 0,7 à 177 ans (et plus, ou moins) à lire plus, et du moins pire : https://cestalire.wordpress.com (pas de panique, rien que la morale des robots de fessbouc ne réprouve, yaka cliquer sur le lien ci-juste-avant ou sur l’image ci-dessous pour aller vérifier soi-même).

James Bond PlayBoy

C’est aussi un blog en anglais : https://bestcoffeeinparis.wordpress.com (yaka cliquer sur le lien ci-avant, ou sur le mug pour y aller voir, et pas la peine de savoir conduire à gauche, de boire du thé à toute heure, ni même de parler rosbif globiche comme un chat qui expire, y’a comme dans le blog principal des paquets de petits mickeys et même de vidéos pour les ceusses qui n’aiment pas trop lire).

Keep-calm-and-use-your-brain-Bouteilles-et-tassesC’est également quelques blogs annexes sur la déconomie française et la vie des boites orbi, mais si on est intéressé(e) yaka chercher un peu dans Google, sur les StartUp, mais franchement ça désespèrerait plus que Billancourt de lire du non censuré sur les gamins paresseux qui jouent aux entrepreneurs avec du love money autour d’un baby-foot de location, des blogs sur Paris et la France, pour les nostalgiques, et un blog court, comme il y a des cafés courts, pour que personne ne puisse prétexter que les phrases sont trop longues dans le blog principal, pour aller surfer sur des sites pour ados attardés et zoner à des distributeurs virtuels de bouillie pour chats empaillés, plutôt que de prendre un petit café sur le pouce en cliquant sur : https://surlepouceparis.wordpress.com

Keep Calm and TwitterCerise sur le gâteau, c’est gratuit de s’abonner à Café du matin à Paris, ou à n’importe lequel des blogs thématiques annexes, yaka cliquer sur le bouton ad-hoc plutôt que sur les pubs (nothing like a free lunch, c’est gratosse parce que des pubeux balancent une réclame par-ci, par-là, comme pour tout ce qui est gratuit dans le ouaibe).

Renaud Favier – 13 décembre 2018

PS : les ceusses qui se passionnent pour les faits d’hiver à l’approche de Noël, genre la guerre économique, le Brexit, les gilets jaunes, l’environnement, tout ça qui va dans le mur, ou pas (lire « ou « qui va pas », pas « qui ne va pas dans le mur », et pas la peine d’ergotouiller que c’est pas clair, c’est limpide si on a suivi ses cours de grammaire en CM2), et qui trouvent ce billet fumeux, voire fumiste, n’ont qu’à aller voire ce qui s’en dit sur Twitter : https://twitter.com/renaud_favier

Publicités
Publié dans #Paris, Actualité, France, Keep Calm, Paris, Pause Café, Twitter, Uncategorized, web, Youtube | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tourisme et lux(ur)e sont les mamelles de la France …

Pas le temps, ni la motivation, de faire un rapport en trois parties, trois sous-parties, et une conclusion en mode « pt’et ben qu’oui, pt’et ben qu’non, c’est compliqué » pour tel ou tel ministre provisoire dont les conseillers n’ont pas le temps, ni la motivation, d’ouvrir les placards pour faire faire par un quarteron de stagiaires un résumé des derniers rapports achetés à des personnalités qualifiées (lire des copains ayant du temps et pas hostiles à toucher de quoi s’acheter un cabriolet pour Ré) ou des cabinets de consultants (généralement anglo-saxons ou allemands), mais, franchement, vous trouvez ça très rassurant, que notre pain quotidien (lire les abonnements internet, l’électricité et un toit sur la tête) dépende de plus en plus du tourisme, c’est à dire d’étrangers rêvant de voir un DRH d’Air France torse nu ou des provinciales en gilets jaunes en logeant chez vous via rbnb ou chez eux dans des hôtels rachetés par des investisseurs étrangers ou des gîtes tenus par des retraités britanniques, et du luxe, c’est à dire d’actionnaires exilés vendant pour un pognon de dingue des trucs pas indispensables en surfant sur une image de la France moitié Épinal, moitié gai Paris ?

Ceci dit, le tourisme et le luxe, au moins c’est du business sérieux avec de vraies boites, de vrais actionnaires, et de vrais clients, pas comme les secteurs où les boites sont des club Mickey avec babyfoot ou des administrateurs de monopoles, où les actionnaires sont des machins parapublics paniers percés ou des indivisions familiales aux poches vides, et où les clients pas subventionnés à crédit gratuit zonent chez Amazon entre une visite au salon de l’immobilier au Maroc (maintenant qu’il y a le TGV et une usine Dacia, ce serait ballot de payer le prix et les impôts de la Baule ou Saint Tropez pour une maison de vacances et/ou retraite), et les courses pour les gueuletons des réveillons dans les commerces pas racaillisés ni en rupture de stock.

Jusqu’ici tout pourrait aller encore plus mal.

RF – 13 décembre 2018

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Contrat social » … vous avez dit « contrat social » …

Bref, la StartUp Nation du ruissellement des investissements en niche fiscale dans les clubs de babyfoot pour gamins ne voulant pas bosser n’aura finalement pas raté le cinquantenaire de Mai 68, qu’on avait pourtant cru irrémédiablement poussé sous le tapis de la piste de 421 des commentateurs de l’affaire Benalla.

Les enfants des 68ards ayant perdu la clef de l’ascenseur social auront réveillé sur le fil l’esprit contestataire que les zadistes à chien de Tolbiac avaient tristement caricaturé, les ronds-points bloqués par des quinquagénaires en gilets jaunes et le gaz lacrymogène sur les Champs-Elysées auront fait écho à l’occupation de La Sorbonne par des étudiants excités.

https://youtu.be/CxdBT9IJf_s

Pour autant, point de Grenelle de ceci, ou ceux-là, en vue, seulement quelques ajustements immédiats permettant d’espérer une trêve des con…fiseurs respectée, avant un tunnel de « dialogue » autour des tenants et aboutissants d’une rénovation du contrat social, pour un vivre ensemble plus juste, un climat moins menacé, une société en balkanisation moins explosive, et des réformes qui attendront le prochain quinquennat, le prochain grincement de dents à Bruxelles ou Berlin, le prochain soubresaut (si, ça s’écrit avec un seul « s ») financier glocal (ça veut dire que c’est global parce que le monde est interconnecté, mais que c’est un truc local qui déclenchera le binz, comme quand la faillite d’une banque autrichienne a allumé le feu à Wall Street et la mèche de la seconde guerre mondiale), ou l’arrivée des martiens, de Godzilla, ou des Chinois …

https://youtu.be/WR4B3sCf6ls

Ceci ironisé, Rousseau ou pas, le contrat social, j’en connais qu’un, c’est défourailler avant d’avoir pris trop de grenades dans les dents un train de mesures permettant que les gosses soient à peu près éduqués, que les adultes en âge et capacité de contribuer au bien-être collectif soient à peu près équitablement rémunérés pour produire sans trop de souffrance et consommer sans trop déconner des trucs ni trop toxiques, ni trop couillons, et que les vieux soient correctement traités et soignés sans acharnement ne servant que les intérêts de multinationales du médoc ayant besoin de cobayes corvéables autant que de consommateurs solvables. Mais on peut discuter, si c’est entre gens de bonne volonté, pas avec des flingue(ur)s autour de, sur et sous la table.

Faudrait donner des cours à nos politiciens plus ou moins professionnels, avant les dialogues de sourd(ingue)s.

https://youtu.be/cede3QXCQLo

Pour inspiration, le syndicat aux racines chrétiennes a mis en ligne, sinon un MOOC du contrat social pour les nuls, des bases de discussion moins infantiles que celles qui traînent dans les couloirs du pouvoir en short de babyfoot vidéo, moins archaïques que celles que réchauffent les éternels saboteurs de réformes, et moins bordéliques que ce qu’on voit émerger d’autour des feux de camps des gilets jaunes radicalisés autour des ronds-points : https://www.cftc.fr/nous-connaitre/notre-projet

Je dis ça, je dis rien, parce que c’est la trêve des con(fiseur)s, et qu’il n’y a aucun motif réel et sérieux que je m’auto-exclue du mouvement de trêvisme généralisé comme un ado ayant la trouille des examens ou juste pas envie d’aller en cours jusqu’aux prochaines vacances scolaires, non/si ?

RF – 11 décembre 2018

PS : pensée pour les morts du marché de Noël de Strasbourg et leurs proches, et espoir que le criminel se casse le cou sur une plaque de verglas sans blesser d’autres gens.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire