Le plan de relance, c’est « -La Grande Bouffe », sans l’humour

Crédit : je sais pas trop, mais merci beaucoup à Reiser

C’est pas que le gamin souriant bronzé donneur de leçons de tout a toutezétatoussse du Liban à l’Ouzbekistan ne paraisse pas sympa, ni que ses collaborateurs GO du ClubMed qui ferment les bars du Vieux Port à Marie-Galante comme les terrasses chauffées ou pas à Paris aux heures de non-bureau (en même temps, comme on est presque tous fonctionnaires, grévistes, chômistes, glandeurs, ou en télétravail, et que les autres sont débordés et épuisés après 6 mois sur le pont sans vacances ni RTT, la fréquentation des restaurants et bars est moins sensibles aux horaires que quand on bossait plus ou moins tous plus ou moins normalement) ne semblent pas de bonne volonté (« se donne du mal, et en a » disait-on à l’école républicaine d’avant), mais qui peut croire que cette affaire du virus chinois qui permet de tuer légalement ses parent et frangins pour hériter au grand bonheur de l’état qui palpe un pognon dingue sur les droits de succession et économise autant sur les déficits des retraites et de la Sécu, que cette excellente affaire pour les survivants ne soit pas un gigantesque suicide collectif assisté ?

Allez, je vous laisse réfléchir à l’organisation et à la liste des invités des gueuletons de Noël et Nouvel-An (pas besoin d’être co-nobel de déconomie en couple avec son prof, pour compter d’avance les obèses, vieux, et autres faiblards qu’il faudra enterrer ou disperser entre la Saint Sylvestre et les vacances de ski …).

RF -28 septembre 2020

Crédit : Reiser (pour la BO, cherchez vous-même dans le ouaibe, de toute façon personne ne clique jamais sur les liens, alors autant arrêter de ses casser le c…lavier à en mettre)
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Suicides assistés, mode(s) avec ou sans modes) d’emploi(s)

Crédit : Plon / de Villiers

Avant, la France se suicidait en souriant (et en faisant rigoler plus ou moins jaune alentour) avec l’aimable assistance des Rosbifophones canal thé ou coca selon l’air du temps, sous le regard gourmand de barbares ou rancunier des parpaillots en fonction de la religion la plus dominante au-delà des frontières naturelles du moment (la religion, pas les frontières, quoique …), en chantant la Ravachole ou l’Internationale suivant l’agitation sonore au goût du jour.

Ça finissait mal, en général, mais le pays survivait.

Maintenant, en gros depuis 1968, il s’agit moins d’un suicide collectif, que d’une guerre civile inter générations : les 68 ards ont « tué le père » en confisquant le pouvoir aux survivants des guerres mondiales et de décolonisation, et comme il n’ont jamais voulu le relâcher, et que les survivants commencent à sérieusement faiblir, surtout de la tête, leurs petits enfants saisissent l’occasion du virus chinois pour se venger et compenser le chômage que leurs aînés leur ont imposé pour préserver leur style de vie devenu délirant (non sans faire semblant de se passionner pour l’aide au tiers monde et faire l’aumône a quelques caritativeries nids à m’emplis fictifs pour sauces trouvant la Mnef pas assez glamour et la politique professionnelle trop fatigante), vrais et faux luxes plus ou moins polluants, et gaspillages et truandages abracadabrantesques.

Crédit ; Plon / de Villiers

Les 30-60 ans ont intérêt à se faire discrets s’ils ne veulent pas prendre de balles perdues …

Fatalitas fatalitatis.

RF – 27 septembre 2020

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Je ne veux inquièter personne, mais la fin …. de l’été approche

RF – Paris, 20 septembre 2020

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire