RIP Jerry Lewis, la planète sera moins bleue, et l’écran plus noir

Jerry Lewis TypeWriting in the air

Jerry Lewis nous a longtemps fait rire, moitié Charlot, moitié Mr Bean, 100% Jerry, mais il est parti manger les carottes par le bas.

Jerry Lewis and Rabbit

C’est comme ça que vont les choses sur notre planète, en général, où l’on joue quelques décennies, en s’amusant si l’on a de la chance, en laissant des sourires plus ou moins radieux.

On n’est pas obligé de comprendre l’anglais pour sourire quand Jerry Lewis fait le clown, d’autant qu’il est plutôt dans le registre du loufoque visuel (pas seulement premier degré mais ne nécessitant pas un doctorat en freudisme pour suivre), que dans celui du comique pour bac+27 et autres fans de Bergman et Gershwin lisant Freud dans le texte et Ibsen dans le bain*, mais c’est comme Woody Allen (ou Donald, Duck, pas Trump, quoique …), encore plus drôle avec sa vraie voix.

RIP, Jerry.

Renaud – 21 août 2017

*: personne n’est forcé de commenter mes cafés dans Twitter en direct, mais ça m’eût quand même fait plèze que tel ou telle fan du Masque & la Plume pas vautré sous son parasol entre une bouteille vide de mauvais rosé et un VSD plein de sable note la qualité de ce zeugma.

La vie continue (et l’avantage d’avoir été une vedette du cinéma, c’est que ça ne s’arrête que pendant les pannes d’électricité).

Jerry Lewis Writer

Publié dans Cinéma, Uncategorized | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

#NoteToMyself Penser à (encore) écrire un twit de condoléances comme tout le monde à … qui, cette fois ? … pour qu(o)i, déjà ?

Je pense donc je suis

Crédit : inconnu, flottant InZeWeb, inspiré de Descartes, entre autres

Penser sincèrement, dépenser avec tristesse … faudrait pouvoir faire, avec les condoléances impersonnelles d’après attentat ou autre truc pénible entraînant mort plus ou moins massive de gens, comme pour la vignette antipollution ou l’autocollant de la Croix-Rouge, filer 10 balles à une bonne cause une fois l’an et coller la larme de crocodile sur le pare-brise une bonne foi pour toutes, plutôt que de copier-coller des banalités plus ou moins pleurnichardes sur son mur Facebook et/ou dans son fil Twitter.

giphy

Crédit : TheWeb

Je suis condoléances (et y’a pas seulement que « doléances », là-dedans, je sais, mais dans certaines circonstances, mieux vaut être c… que se tartuffindigner comme les faux dévots de la commisération virtuelle et autres pleunicheurs/ses sur commande avec robot scribouillard de twit condoléancendant -notez que condoléances + sans dent, ça fait condoléancendant, humournoirich, nicht ?).

RF – 18 août

PS : toute ressemblance avec « Je suis … ceci, ceux-là, ou otchoz » ne serait pas fortuite, et tant pis, voire tant mieux, si ça vénère des people et autres robots dans la fan-zone de l’indignation obligatoire #inzeweb et/ou #inrealife.

48th-anniversary-of-first-tv-broadcasting-of-les-shadoks-6231897669632000-5669283816275968-ror

Crédit : Rouxel

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Y’a pas seulement que de l’orange, dans la soupe à la #Macron, mais y’en a …

#NotetoMyself : préparer pour la rentrée un bout d’article en trois parties (pour pas dépayser les (é)lecteurs épices en descente de BDE ou retour de pouponnière, ni bousculer trop gravement les attachés parlementaires et autres twittos ScPo autocensurés à deux), quelques liens vidéos avec assez de violence, de musique, et de foot pour attirer quelques intellos abonnés à Libé, et pas trop beaucoup plus que 140 caractères (gaffos, le neurone de retour de plage est en vapeur de rosé en terrasse et descente de substance de canapés VIP en boites et/ou bord de piscine) sur le thème de l’orange, sans trop dériver côté justice (c’est pas pasque la loi de moralisation est un poulet décapité, qu’il faut plaisanter avec la Santé), plutôt en écho avec la vie politique de ces jours-ci en France …

1ère partie : le prépubère prodige joue avec les oranges, et ça finit mal (pour les oranges, faut dire qu’elles étaient, comment dire ? … « molles »).

2ème partie : l’équipe de vieux socialistes de seconde division et amateurs provinciaux du gamin devient championne (de France, c’est pas non plus la coupe du monde, y’a que des sauvageons en Ferrari abonnés aux boites à filles et des monégasques bedonnants en régime fiscal spécial) à la surprise générale, en chamboultoutant les règles du jeu avec ses logiciels américains, un paquet de pognon d’exilés, et des supporters qui osent tout, ce qui permet de les reconnaître dans le carré VIP de la fan-zone.

3ème partie : ces histoires d’o…ranges, ça pourrait devenir un rien brutal à la saison des sénatoriales, castagner plus viril qu’un match de fillettes se disputant un ballon face caméra à la rentrée scolaire, voire finir plus mâle qu’une commission NuitDebout de lycéens ou un TedX de startupeurs …

Orange, Ô des espoirs (des ex poires, aussi) …

Reno – 11 août 2017

PS : la vie des oranges n’est pas toujours facile, même au bord d’un fleuve tranquille, ça va bientôt commencer à fronder au jardin d’enfant, et le leader maxi-mots va devoir mettre de l’ordre (honni « et de grands coups de godillots cloutés à ses vrais Q et faux QI  » y mépense) …

PS2 : la vie des vieux pauvres n’est pas rose, à la saison des oranges (honni qui CSG y mépense) …

PS3 : même les vieux riches qui savent (é)lire ont du souci à se faire, avec le truc en marche (honni qui « ils auraient intérêt à s’exiler avant le déluge » y mépense) …

PS4 : les groupies femelles de Jupiter devraient se méfier …

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire