Pour 10 Euros, on n’a plus rien ! (chez EELV)

Il y a des votes importants pour l’avenir de la France. Ils ne se passent pas toujours au Parlement avec de vrais débats de fond et une glorieuse incertitude comme pour les radars pédagogiques. Mais où se passent-ils ? Elections, piège à c… ! Primaires, piège à verts ?

Des votes qui engagent vraiment l’avenir, genre ce referendum sur la participation il y a des siècles qui, si le « Oui » l’avait emporté, aurait peut-être pu entre autres ralentir un peu le rythme des délocalisations et du chômage en France décidé d’un commun accord entre les zélecteurs d’hier et les actionnaires étranges d’aujourd’hui parce qu’on peut penser que des salariés actionnaires, ça serait un peu comme des coopérateurs, ça n’enverrait pas son bateau sur un iceberg en klaxonnant, même quand c’est bien assis dans la cabine de commandement. Sauf cas très particuliers, limite « différents », qui préfèrent payer 10 euros pour solde de tout compte une bonne fois pour toute que risquer de recevoir des mailing d’écologistes tous les 3 mois en signant pour soutenir les ours blancs (qui se gavent de poisson dont on a besoin, de toute façon, alors désolé mais ciao les ours).

Et parfois les apparatchiks et communicants font tellement bien leur job de basse police politique que dans le meilleur des mondes verrouges il n’y a même pas besoin de vider les urnes pré-remplies ou d’enlever les épluchures jetées par des électeurs facétieux pour connaitre le résultat et on peut les garder pleines pour le vote suivant.

C’est une certaine idée du développement démocratique durable.

Mais quand le programme est néo-rétro avec le retour de la « Nouvelle Société » de Chaban de quand les apparatchiks étaient jeunes, c’est imbattable même si on ne comprend rien quand la Yoko Ono d’EELV essaye de convaincre autant les fans de Ségolène que ceux de Besancenot.

Quand le slogan est écologiquement percutant et intellectuellement stimulant, c’est gagné d’avance.

Quand en plus on peut dire qu’on suit le modèle des Verts allemands (pour le coiffeur de Merkel trop tard, Aubry avait réservé), bingo !

Même pas la peine de perdre du temps comme la dernière fois sur les ours polaires dont tout le monde se fiche chez EELV (c’est le boulot de Greenpeace de faire pleurer les portefeuilles sur les ours dont l’iceberg fond en assommant les baleines).

Inutile de parler de la nature, elle n’a pas le droit de vote.

Pour quand même amuser les militants en juillet entre l’affaire DSK et la crise grecque, il suffit d’un petit patakes à une manif  au soleil genre « quand les staliniens passent, les idées trépassent » (et les autres candidats calent, mais ils n’avaient qu’à pas venir, ou alors pas choisir une bagnole diesel même pas plus ou moins made by a more or less French carmaker, ç’aurait été plus smart de louer une Prius verte pour la campagne).

Et il faut bien reconnaitre que pour les journalistes de permanence pendant les vacances, c’est quand même beaucoup plus pratique quand non seulement on peut copier-coller le communiqué de presse mais en plus on peut publier un sous-scoop avant le comptage des votes. Et puis, ça évite de devoir acheter des sondages ou aller interroger des zélé-cteurs à l’heure des embouteillages des retours de week-end et dans des coins ingarables.  L’expérience d’agitprop et de RP Greepeace, ça aide.

La démocratie, « le pire des système mais on n’a pas inventé mieux » disait (plus ou moins) Churchill, mais dans le petit monde EELV c’est comme pour les OGM, même si ça vaudrait quand même le coup de vérifier si ça ne pourrait pas servir l’intérêt écologique général en évitant des pesticides qui tuent les abeilles et les gâchis d’eau d’arrosage qui bousillent les nappes phréatiques et un peu d’avenir de tous ceux qui ont besoin de boire pour survivre, le stalinisme soft est un « marqueur » et on préfère ne pas se poser de question et mettre ses lunettes de combat pour aller arracher cette sorte d’arrogance des électeurs qui pourraient dire « Non ! ».

Bien sûr, EELV et Eva ne feront pas 4% avec ou sans nouveaux Fukushimas et ça n’aurait probablement pas été très différent si la locomotive Hulot avait été branchée sur les caravanes d’anciens combattants des manifs de Malville et autres nostalgiques de Coluche, et ça fait une belle jambe aux ours blancs et à Chef Raoni mais quand même, c’est agaçant de tirer de telles balles dans les pieds de l’écologie responsable.

Bien sûr il y a des votes plus essentiels pour l’avenir du monde : en général ça se passe à Genève ou à New-York.

Et là-bas aussi, vaste programme, d’ailleurs …

Bien sûr, il y a des votes plus importants pour l’avenir de l’Europe : en général ça se passe à Bruxelles.

Et là-bas aussi, vaste programme

Mais bon, ça semble quand même dommage d’avoir eu pour seule ambition de faire élire un camarade pour Dominique Voynet au Sénat avant qu’elle prenne sa retraite bien méritée après tellement de réussite durable pour l’écologie (retraite à régime spécial, sauf si les parlementaires EELV dénoncent ou renoncent aux avantages nouvellement acquis comme le Sénateur Arthuis a suggéré il y a quelques jours d’annuler une prime pas très nécessaire, sans qu’on entende particulièrement EELV pour le soutenir, sauf erreur).

Pendant ce temps, la plupart des citoyens de la communauté mondiale n’ont guère le droit de vote mais peu importe, ils sont encore moins nécessaires que des Irlandais pour l’obtention d’un maroquin ou d’un siège en velours rouge aimablement proposé par Solférino aux apparatchiks (ceci dit, n’est pas spécialiste de la carte éléctorale qui veut, pour revenir à Churchill, certains ont choisi le déshonneur mais pourraient connaitre la défaite quand même, il est des scrutins plus incertains que les primaires EELV et des manipulateurs efficaces au PS aussi …).

Ach, les oeillères rouges, gross Malheur pour l’écologie responsable.

Et pendant ce temps, on déforeste pour les bulletins des primaires EELV et le nucléaire tourne pour les votes électroniques : quelqu’un com-pense carbone ?

Renaud Favier – 12 juillet 2011 – http://www.renaudfavier.comNet-Land-Art

Le bonus : rien de nouveau sous le soleil, mais ce n’est pas une surprise dans un pays où les seuls défenseurs des panneaux solaires sont les patrons de PME qui essayent de survivre et de payer leurs employés en installant des machins made in China sur les tuiles de résidences secondaires d’exilés fiscaux ou sur les toits d’immeubles où plus aucun Français ne peut acheter un appartement avec les économies d’une vie de travail.

C’est fini pour aujourd’hui, pour 10 euros, on n’a plus rien (mais c’est pas une raison pour choisir l’abstention parce que élection abstention, piège à c… ! aussi) mais ça aussi c’était prévisible depuis un moment : RF 2002 – Developpement Democratique Durable .

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Environnement, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pour 10 Euros, on n’a plus rien ! (chez EELV)

  1. labasoche dit :

    C’est la Bérézina ou le début de la fin…

  2. Ping : Le #Vert #Green #Greenwashing redeviendra-t’il tendance, cette saison ? | Renaud Favier : Café du matin à Paris

  3. Ping : #EELV, non merci, hélas | Bonne France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s