Vous détestez les chasseurs, le gavage des oies, la maltraitance des vaches et couvées … mangez du caviar bio (français) !

On ne va pas en faire un plat, la bienpensance des veaux (dévote ?) de maintenant n’est pas tellement favorable à la consommation de viande, même sous forme de charcuterie industrielle ne contenant que des traces de cochons d’usine, même de lasagnes congelées, sauce bolognese en bocal, ou raviolis en boite, et même du jambon supposé ibérique ou corse dont raffolent les biobos au retour de manifs, ou du golf.

Alors, si vous ne vous autorisez plus la viande séchée bio des Grisons (ni, évidemment, de raclette ou autres frometons fabriqués en torturant des mères séparées de leurs enfants), moins encore la choucroute au jarret, le pot au feu, ou le cassoulet aux saucisses, pas plus le saumon (généralement d’élevage, no comment, c’est toujours mieux que d’exterminer le thon rouge ou de voir le compteur Geiger s’affoler sur une boite de poisson sauvage passé près de Fukushima dans sa vie) ou les crevettes, langoustes, et autres crustacés et coquillages en voie de disparition de nos rivages et des autres, et si vous militez autant contre les camps de concentration de poules pondeuses que contre les massacres d’animaux d’élevage tout le temps partout et des bêtes sauvages par d’autres prédateurs en saison de chasse et de pêche, passez au caviar d’esturgeons élevés dans un pays un tant soit peu écologiquement conscient pour les fêtes (genre #COP21 pour tous les exemplaires zécolos, zécolocrates, zécoloratchiks et politiciens qui vont passer une semaine entre petits fours et champagne à piailler entre eux et montrer leur moins pire profil face caméras sur le dos du changement climatique, avec ou sans grève d’Air France ou autres gâteux du syndicalo-corporatisme braillard en cerise de saison sur les pourris-gâtés du greenwashing).

Non pas que l’ouverture du ventre d’une esturgeonne enceinte pour croquer des centaines de futurs embryons soit très « humaine », ni que l’éradication de l’espèce évidemment menacée à l’état sauvage (la Mer Caspienne est surexploitée tant par les héritiers des Soviets, que par les fils -de pêche ?- des Ayatollahs) et pas en forme olympique dans les bassins concentrationnaires soit un prodige de civilisation intelligente et durable, mais si les amateurs de bouffe de luxe se mettaient au caviar made in France aussi « responsablement » que possible, ça serait meilleur pour le déficit commercial, et vraisemblablement pour leur santé (non pas que la santé des salopards faisant et bouffant n’importe quoi ne me soit pas indifférente, mais j’aime autant ne pas devoir renflouer la Sécu à grands coups d’impôts délirants et faire la queue chez le médecin et/ou à l’hôpital parce que des inconscients sont irresponsables), que de se gaver de trucs douteux importés à grands frais, et à bilan carbone désastreux, de pays encore plus loin d’être exemplaires que la France.

ReNo – 8 novembre 2015

PS : ceci dit, il faut être sacrément ballot, ou tartuffe, ou les deux, ou pire, pour pleurnicher contre la chasse (la pêche, c’est pas pareil, les zécolos s’en battent les steaks parce que ça ne fait pas de bruit pendant leur petit déjeuner du dimanche sur leur terrasse), s’apitoyer sur le sort des poussins mâles (un coup de Youtube et on tombe sur des films terrifiants avec machines à broyer les poussins presqu’aussi révoltantes que les conditions de castration des animaux destinés à la boucherie etc etc etc … étant rappelé que la bouffe végétarienne est fabriquée par des multinationales aussi bienveillantes que les industriels du tabac, de l’automobile ou des médicaments, dans des conditions aussi ragoûtantes que le nettoyage de Fukushima ou le traitement des eaux usées de nos grandes villes, sur des terres confisquées au mieux à des humains de toute façon trop nombreux et rarement très civilisés, au pire aux espèces animales ayant réussi à subsister jusqu’à maintenant, à l’exception notable des pommes de terre bio vendues en grande distribution en Europe souvent cultivées de façon totalement artificielle dans le sable de déserts égyptiens arrosés avec l’eau du Nil …), et/ou hurler contre les abattoirs (avant, ça ronchonnait contre le halal, mais les lobbies font bien leur job et en ce moment, et les communicants de la filière halal envoient des listes d’abattoirs non confessionnels pas aux normes aux journalistes manquant d’inspiration) … si on se gave de caviar de fête aux cocktails de famille politique et/ou aux repas entre amis …

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Ecologie, Environnement, Malbouffe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s