Budget de combat, vaste programme …

Un « budget de bon(s) père(s) de famille(s) », on pense que ça devrait être extrêmement raisonnable, limite ennuyeux, en tout cas très « provincial », sans fantaisie dans la cravate. Mais les formules, comme les bons pères, peuvent être trompeuses : pensez à « cravate de notaire » …

A la décharge des responsables (mais jamais coupables, sinon on aurait des budgets en équilibre depuis un moment, ou pas mal de gens en prison), la guerre économique mondiale est entrée dans une phase genre brutale avec débarquement en France comme d’hab’ (sauf que cette fois c’est le Qatar et les fonds plus ou moins vautours), inflation de fonds fronts pas très conventionnels gérés par des pirates à coups de discours à l’ONU à la BCE et gros risque de feu d’artifice nucléaire, plus ou moins anticipé à coup de G20, de traités européens et de mécanismes boucliers, mais pas trop contrôlable avec tout le stock de bombes plus ou moins surpuissantes accumulé un peu partout par Goldman Sachs & Co. bien trop de monde, sans compter ceux qu’on ne connait pas encore mais qui n’en pensent pas moins à pêcher à la dynamite ou pire sans se poser trop de question sur l’environnement ou les dommages colatéraux. Alors, c’est compliqué.

Et en plus, comme la France est réputée être une grande puissance, y compris économique, et tient à préserver les apparences, elle se doit de brûler du kérosène pour aller écouter faire des discours à l’ONU sur la sauvegarde de ce qui reste du nord du Mali ou les visions françaises du changement de climat, de subventionner son agriculture rurale (un peu) et ses gros Beaucerons (beaucoup) quitte à oublier qu’il faut mettre les poules pondeuses aux normes européennes ou que même des vaches à lait et des congélateurs à blancs de poulets, ça se gère un brin, et d’au moins entretenir ses Canadairs quitte à rabioter sur les téléphones portables des policiers. Alors, c’est compliqué.

Et aussi, comme la France a fait à peu près n’importe quoi en économie en général, et en dépenses publiques en particulier (honni soit qui penserait que Fouquet avait presque autant volé que l’ensemble de ceux qui ont mis les mains dans les pots de confiture nationaux, régionaux et autres depuis 40 ans, mais qu’au moins, lui, il n’avait pas construit son palais au Maroc, ni été régulièrement promu dans l’ordre de la légion d’honneur) sans que cela n’ait la moindre conséquence électorale ou judiciaire depuis on ne sait même plus trop quand, mais c’était avant le suicide de Bérégovoy, c’est compliqué, maintenant.

Et puis, la démocratie, surtout maintenant que c’est plus ou moins décentralisé vers le bas et européanisé vers le haut, c’est compliqué.

Evidemment, on pourrait avoir lu lire les rapports de la cour des comptes (ou les livres de ceux qui les lisent comme René Dosière), mais c’est compliqué, et surtout, ce serait politiquement suicidaire pour les zélus tant que les zélecteurs préfèreront les promesses aux résultats, les avantages immédiats aux acquis futurs et ne pas entendre les vérités qui pourraient les obliger à augmenter leurs doses de Prozac alors que les remboursements de la Sécu sont en baisse et que même ceux qui ont encore une mutuelle vont avoir du souçaille avec le chômisme, le vieillissement et l’inflation qui galopent.

Alors, si on veut être ministre délégué au Budget, on fait son noeud de cravate au moins pire avec toussa-touceux et on fait comme disait Titine Lagarde : « Serre les dents, et souris ! ».

Ensuite, on (re)passe à Strasbourg ; Bruxelles ; Frankfurt ; Berlin ; Washington l’Assemblée et on (re)répond aux mêmes questions des mêmes parlementaires que d’hab’, et en avant la musique.

Le dircab prend les mêmes éléments de langage qu’en 1981 que d’hab’ en changeant les variables d’ajustement lexical par les mots à la mode validés avec ses homologues du 7è étage de Bercy et de Matignon et testés avec les parlementaires, genre « chemin », « justice » et « combat » cette fois ; un conseiller technique fait réviser les mêmes camemberts et courbes que d’hab’ sur la base des prévisions de croissance et autres paramètres qui donnent les bons chiffres de déficit prévisionnel et de jolis powerpoint ; et une secrétaire s’occupe de commander la repro des dossiers de presse et de mailer les éléments de langage aux journalistes sélectionnés pour préparer le terrain.

Et on n’oublie pas de prévoir des éléments de langage simplifiés avec des chiffres ronds et des images faciles pour les experts, chanteurs, sportifs, philosophes et (d)économistes qui seront invités à donner leur avis sur le budget à la TV.

Et voilà ! C’est parti pour la saison.

Le budget de la France, il ne faut pas s’en faire une montagne, de toute façon ça fait rigoler tout le monde en France, personne n’y attache aucune crédibilité en Europe et le reste du monde s’en fiche complètement : on sait que ça revient tous les ans comme la neige dans les Alpes (même si les plus lucides s’inquiètent un peu, avec le changement climatique) et tout le monde a compris depuis longtemps que la crêpe chichi n’a rien à voir avec une crêpe au sucre. Et puis, on ne sait jamais, sur un malentendu, ça pourrait marcher.

La comptabilité publique moderne, c’est comme les maths modernes : c’est plus ludique qu’avant, mais du temps où les mômes apprenaient à résoudre des problèmes de robinets à l’école, les trains arrivaient à l’heure. Et si les ministres de maintenant (se) comptaient, ils pourraient (se) nous payer le TGV.

C’est quand même ballot, on a un HEC sorti de l’ENA à la Cour de Comptes au conseil des ministres : il doit savoir lire un bilan et un compte de résultat, lui, mais c’est le seul qui ne s’occupe pas de budget. Honni soit qui penserait que c’est comme d’hab’ surréaliste, voire que ce n’est pas … normal. Encore qu’en y pensant bien, si on n’a pas de croque-mort sous la main, un médecin chirurgien, pour s’occuper des comptes de la France, c’est peut être plus adapté à la situation qu’un comptable.

Et si ça ne marche vraiment pas, il sera toujours temps de changer d’équipe et de recruter de vrais professionnels de l’économie social(ist)e de marché avec options iPad et Twitter.

* * *

Bref, #budget2013 irréaliste mais ce n’est pas surprenant, et dangereux pour l’emploi réel et la compétitivité, mais on n’est plus à ça près

Le budget 2013 risque d’hypothéquer la #croissance donc l’emploi http://bit.ly/Uo9iQA  #AFP Retweeté par Renaud Favier

Budget 2013 : découvrez les ministères qui rient … et ceux qui pleurent ! Par ici >> http://bit.ly/REd6RM  Retweeté par Renaud Favier

Budget 2013 : les ministères à l’heure de la rigueur http://bit.ly/VCNUK7  #Ayrault #Moscovici Retweeté par Renaud Favier

Qui va payer (exactement) les 30 milliards d’euros de la crise http://huff.to/URLCsA Retweeté par Renaud Favier

Budget 2013  : les mesures affectant les ménages http://bit.ly/QiRjJZ  Retweeté par Renaud Favier

#Budget 2013: ce qui change pour ménages et entreprises http://fb.me/yRF1aHHZ Retweeté par Renaud Favier

#Budget2013 Interview : « Les classes moyennes seront également touchées » http://bit.ly/PdR1TW  Retweeté par Renaud Favier

BUDGET une rigueur historique de 40 milliards d’euros, dont plus de 24 milliards de hausses d’impôts. Revue de détail http://echo.st/361304  Retweeté par Renaud Favier

L’autoentrepreneur est mort, formidable, la France artisanale peut se rendormir – http://goo.gl/ITRQ6  via @jachetefrancais Retweeté par Renaud Favier

#Budget2013 Impôts : tout le monde va trinquer ; la mort de la compétitivité c’est maintenant tchin-tchin #tsunamifiscal http://www.lefigaro.fr/impots/2012/09/28/05003-20120928ARTFIG00513-impots-tout-le-monde-va-trinquer.php … Retweeté par Renaud Favier

RT @fmomboisse: édito inquiet du Monde: « le budget 2013 ne contribue pas vraiment au choc de compétitivité » Retweeté par Renaud Favier

« Budget 2013 : François Hollande, assassin des startups » http://www.contrepoints.org/2012/09/29/98734-budget-2013-hollande-startup … via @Contrepoints Retweeté par Renaud Favier

Le Président Hollande a parlé #Compétitivité hier au salon de l’auto de Paris #MondialAuto http://viadeo.com/s/eY8MS 

Le Président Hollande a parlé de #Compétitivité hier au salon de l’auto de Paris #MondialAuto http://lnkd.in/MVQCE4 

L’écologisme institutionnel, un professionnalisme politique comme les autres, maintenant, en #France http://wp.me/pJjbe-5nj  #EELV #Green

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir, sans jamais oser le demander, sur le chili con carne, mais avec #Humour http://wp.me/pJjbe-5nN 

Bref, les discours #ONU sur #Syrie #Mali #Iran, c’est comme les autres discours de politiciens, un petit tour et ça va http://wp.me/pJjbe-5o4 

Bref, tant que #Apple ne sortira pas un hybride de# iPhone et #iPdad ou un vrai truc nouveau de rupture, wait & no see http://wp.me/pJjbe-5oI 

Le salon de l’Auto de #Paris, c’est comme les magazines pour hommes, sauf que les filles nues sont vraies #MondialAuto http://wp.me/pJjbe-5pk 

La mauvaise nouvelle, c’est que les pays du Nord ne sont pas (tous) sur la vague, la bonne, c’est que #France n’est plus un pays du Nord … http://lnkd.in/HqkHap 

C’est ballot, on à bien un #HEC #ENA #CourdesComptes au Conseil des ministres, mais c’est le seul qui ne soit pas ministre CQFD #BUDGET2013

En #France, on apprend à faire #Budget à #ENA ; à lire Bilans et Comptes à #HEC et Ingénieurs des Mines font les rapports : CQFD #Budget2013

#Compétitivité Comment devenir une #ETI en France ? En Commençant #CAC40. Une #PME ? En commençant ETI. #MondialAuto #PSA

Inutile d’expertiser #Budget2013 #France d’un point de vue financier : maintenant, cela relève de la #psychanalyse, voire de la camisole

China Prepares for Tranistion to New Government http://to.pbs.org/UVI5JO  #PBS #China Retweeté par Renaud Favier

En même temps, si citoyens zélecteurs et zélus avaient voulu redresser l’entreprise #France, ils auraient laissé faire en 2008 #Budget2013

Rappelons que 3% de #déficit, c’était le plafond pour les pays cancres UE sans #crise globale avec moins de 60% du PIB de #dette #Budget2013

Bref, ce n’est pas #austérité mais #combat, et on ne vise 3% de #déficit que sous l’hypothèse de #croissance surréaliste de 0,8% #Budget2013

Bref, « choc de compétitivité », c’était pour améliorer la #compétitivité des autres pays en #France, il suffisait de l’expliquer #Budget2013

Rien à la TV, c’est l’occasion de regarder le documentaire de #Arte sur Goldman Sachs sur Youtube #Bankster #Crise http://www.youtube.com/watch?v=iuNry6X9V8Q …

Hier, c’était Carlos Ghosn, aujourd’hui, François Hollande, et bientôt Gallois : tout le monde parle de #Compétitivité http://wp.me/p23TvS-e1 

De quoi qu’il s’agisse, être contre par principe de précaution ou pour afin d’éviter de devoir en discuter, est prudent http://wp.me/P2LP8P-2 

Maintenant, lire, c’est de plus en plus facile http://wp.me/p2LP8P-e  #Livre #eBook

@MaudPas « Excellent article dans @LaTribune sur loi de finances & conséquences NEGATIVES pour #startup http://bit.ly/UxJ9Pm via@mathrac  »  Afficher la conversation

How much should a start-up CEO make? http://ow.ly/dXsw8  #Startups #CEOs Retweeté par Renaud Favier

« Une hypothèse de croissance volontariste » – Reformulons : On sait que le chiffre est bidon, mais on veut encore y croire donc on le garde. Retweeté par Renaud Favier

L’industrie automobile française & l’emploi de la filière subissent un genre de tsunami mais c’est le #MondialAuto http://viadeo.com/s/9DazM 

Qu’on aime, ou pas, ou plus, les voitures, le salon de l’auto de #Paris est un vrai #Business Event #MondialAuto http://lnkd.in/BKRdvu 

Médire du salon de l’auto serait cracher dans la soupe française, mais on peut en (sou)rire #MondialAuto … http://fb.me/uLC3Df1k 

Avant, le Salon de l’Auto de #Paris était un rendez-vous mondial. Maintenant, c’est un #MondialAuto de (pays en) crise…

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse ! http://bit.ly/g8PTOA 

Renaud Favier, le Journal nouvelle édition http://bit.ly/dQneRc  ▸ Aujourd’hui à la UNE: @parisaction

Sinon, ma Renault (made in #France) achetée d’occase chez #Renault (pneus #Michelin), a sauvé un peu d’emploi, j’espère #MondialAuto

Pour les gens normaux qui feront la queue dehors pour le salon de l’auto à #Paris, c’est mieux qu’il fasse beau ce week-end#MondialAuto

* * *

Renaud Favier, 29 septembre 2012.

Ceci écrit, qu’on soit plus ou moins passionné de comptabilité publique française et impatient de pouvoir lire le rapport Gallois sur le dopage de la compétitivité par le dialogue social(iste), plus ou moins sceptique sur les prévisions économiques de Karine Berger sur la date des trente glorieuses Bercy révisées par Matignon et revues par l’Elysée, et plus ou moins convaincu que l’inflation indispensable pour effacer les dettes publiques va rebattre sauvagement et douloureusement les cartes bien au-delà de ce que le retour fiscal au réel imposera de toute façon en Gaule entre Toussaint et Pâques, on peut télécharger sur Amazon (et lire sur Kindle si on n’a pas de iPad, iPhone, iMac ou MacBook) quelques eBooks sur le monde tel qu’il va (ou pas) vraiment, pour se préparer avec humour mais sérieux à la France, à l’Europe et au monde tels qu’ils approchent à vitesse encore un peu plus déraisonnable qu’une joli coupé RCZ ou une Alpine à pleine bourre sur circuit pendant le salon de l’Automobile de la Porte de Versailles (avant, on disait “Mondial”, mais c’était avant que ceux de Shanghaï, de Séoul, de Sao Paulo et bientôt Varsovie, Prague et Istambul n’aient gagné la bataille de l’automobile dans la guerre économique et qu’on parle de le délocaliser au Maroc, maintenant que la France est officiellement en crise et qu’on ne voudrait pas imposer des heures sup aux douaniers de Roissy ou aux fonctionnaires du STIF/RATP déjà obligés de lire tous les compte-rendu du dialogue social dans leur administration, de participer à des séminaires d’information sur la vie après les plan sociaux et les contrats de générations, et de perdre du temps à remplir les formulaires de RTT en 3 exemplaires parce qu’il n’y a plus de budget pour remplacer l’imprimante en obsolescence pré-programmée pour laquelle on avait acheté 5 ans de stock de toner d’avance via un intermédiaire qui avait des fournisseurs en Belgique mais qui ne reprend bien sûr pas la marchandise incompatible avec l’imprimante qu’on achètera quand in y aura des crédits) depuis que l’écologisme globalement responsable s’est noyé à Copenhague, qu’une certaine idée de la politique française n’est pas sortie blanche comme neige de 40 ans de hautes certitudes inefficaces de la suite d’un certain Sofitel, et qu’il a fallu accélérer la dérive des dettes publiques des Clubs-Meds à cause des subprimes et de quelques autres incongruités financières d’origine principalement anglo-saxonnes et fantaisies budgétaires à la française, et se faire une (dé)raison de contreperformances commerciales d’origine pas seulement chinoise ou allemande, et que la politique d’achat de temps contre la crise approche dangereusement de ses limites avec ou sans QE3 aux USA, MES ou MOT en Europe, les dignes vieux de Karlsruhe, les djeuns indignés d’Athènes ou Madrid et toussa-touça kivapa vraiment plus du tout d’autant que le feu semble avoir pris plus au sud dans la foulée des révolutions de jasmin dont toutes les bienpensances se félicitaient pourtant avec autant d’enthousiasme qu’elles se laissaient inviter en vacances et/ou avion par les prédécesseurs des incendiaires. Mais what else ? Comme le dit Saint Woody Allen : “Je hais la réalité, mais où ailleurs se faire servir un bon steak ?”.

    

On peut également lire ou télécharger ces eBooks sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et mieux adapté que ePub à l’impression en format A4) en cliquant sur les icônes ci-dessous avec le mulot.

               
               
         
           
        
       

Whatever works, mais si on a du 3G ou du wifi, on peut aussi lire (gratuitement) le dernier billet du blog “Café du matin à Paris” (ou un résumé en anglais si on est anglophone et/ou pas trop chauvin) avec le café à n’importe quel bout du monde, cela ne peut pas nuire plus gravement que tout les restes aux exportations sans entrepreneurs, à la réindustrialisation sans capital ou au made in France sans clients.

Mais on peut préférer acheter ses livres sur les étagères d’un bon libraire, dans un café librairie sympa ou entre les aspirateurs automatiques et les cafetières d’un agitateur d’idées un peu rangé des voitures mais auquel on est habitué et dont on prend toujours la carte de fidélité par habitude, ou vice-versa.

Auquel cas, la reco de la rentrée “littéraire” : “La théorie de l’information“, un genre de “western financier” à clefs (lire : sur les corsaires français des télécoms, nb pour éviter tout malentendu que la formule, citée ci-dessous, qui fait sourire les auditeurs des radio-business-fm, vise quelqu’un d’autre que DSK qui a bien dû s’occuper de télécoms françaises dans sa carrière ministérielle mais n’est pas dans ce “coup”, les puristes auront bien entendu rectifié d’eux-mêmes car ni son Audi à Washington, ni la Porsche de son communicant à Paris, ni probablement son véhicule à Marrakech où il fait trop chaud pour circuler sans capote, ne sont des décapotables, étant entendu que DSK lui-même n’est pas un pornocrate, si on ne l’écrivait pas on risquerait un malentendu, mais est indubitablement un peu chaleureux pour circuler à l’étranger sans capote) du jeune Aurélien Bellanger, chez Gallimard, ravira les vieux qui lisaient non pas des romans d’amour mais du Sulitzer et du Dumas dans leur jeunesse, avec des trouvailles comme ” … les pornocrates en cabriolet …” (lire : “les gusses, devenus maintenant très fréquentables parce que très riches et puissants, qui avaient fait un hold-up sur le plancalculo-télécom à la françaises en inventant le “Minitel rose” sans opposition des politiques bien avant que les pirates en Rolls roses prospèrent sur Internet sous les “vivas” des djeuns #occupy et les sourcils froncés des ingénieurs télécom à la française occupés à suivre les cours de bourse d’Alcatel et France Télécom, l’honnêteté intellectuelle obligeant à signaler à leur décharge que des ingénieurs des mines et des ponts se sont également mêlés de ces triomphes monopoli(s)tiques à la française sous le haut patronage de l’administration et des politiques (in)compétents, et que ce n’est pas leur faute si les ingénieurs français qui savaient compter ont tous préféré aller dans la banque, les cabinets ministériels et/ou, pour les plus conservateurs, les fromages résiduels du bon vieux temps de l’économie mixte genre Tunnel du Mont Blanc, Française des Jeux, EDF, feu l’industrie automobile, sidérurgie ou du transport aérien etc encore moins verts et/ou plus, voire trop mûrs souvent …).

Sinon, côté littérature économique, les usual suspects de l’exploitation, explication ou futurologie de la crise vont probablement publier pour Toussaint afin de surfer sur la vague de morosité de début novembre, tandis que les vendeurs de Trente Glorieuses devant nous, de bilan et perspectives du gouvernement ou de France se renforçant dans l’adversité attendront certainement la saison des achats de cadeaux de Noël pour profiter du regain de bonne humeur des (é)lecteurs devant les jolies vitrines, les étals tentants et les décorations festives. Il n’en reste pas quelques écrits recommandables comme “Homo Economicus” de Daniel Cohen, qui vole un titre mais écrit très honnêtement et opportunément sur la bipolarité de l’être humain occidental compétiteur et coopérateur à la fois, en crise grave depuis que le mot coopétition inventé à peu près au même moment que partenariat public-privé et junk-bonds est à peu près aussi has-been que l’économie mixte et les coopératives ouvrières du temps de Mongénéral, sauf dans les conversations d’après digestif dans certains milieux privilégiés restés politiquement au début des très progressistes mais non viables années 80, économiquement au début des très psychédéliques mais ultra-confortables années 70, et intellectuellement à la fin des très regrettées mais über-déstabilisantes roaring sixties.

Enfin, côté littérature érotique pour filles, on murmure dans le landerneau que l’anglais de la version originale est tellement simpliste qu’il ne sert vraiment à rien d’attendre la sortie prévue en octobre (en France, Lattès, 17 octobre) de la version en français de l’incontournable “Fifty Shades of Grey” (et que c’est une excellente raison d’acheter un truc électronique pour lire dans le métro (ou d’apprendre à télécharger en pdf sur iPhone, iPad ou n’importe quel machin électronique moderne portable, ou pas) pour éviter que les voisins, collègues, enfants, parents et autres impedimenta sachent qu’on mange lit du cochon en cachette comme tout le monde qui a du temps à perdre et de la libido à dissiper mais un(e) conjoint(e) moins disponible que DSK dans les années de jeunesse, et plus assez d’énergie, d’audace ou de méthode pour sortir draguer).

Conclusion provisoire : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Compétitivité” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Voyage en 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “France 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “English Coffee” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Café du matin à Paris” : cliquer sur l’image ci-dessous

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Humour, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s