On the road again : ne pas se gâcher le café avec des nano-sujets qui ne micro-fâchent qu’en mini-France

Café 7 janvier 2013 2 Renaud Favier

Ce qui est bien, avec le café du lendemain de l’épiphanie, c’est que, comme on a tiré les Rois, la crèche est complète, et on peut passer à, penser à, parler d’autre chose. Même si, à Paris, on recommence avec les plans sociaux et sur la comète, comme avant la trêve des confiseurs.

treve-des-confiseurs-1643232 (Crédit : illisible)

Pour les plans sociaux, il n’y a pas urgence : personne ne se plaindra si le rythme de début d’année est un peu moins rock n’ roll qu’en fin 2012, et si Montebourg se fait un peu plus discret, au moins jusqu’aux cloches de Pâques, pendant que les grandes personnes font sérieusement du dialogue social, environnemental, économique et toussa-touça entre partenaires pour proposer un flexcuritisme à la française aux derniers français pas encore chômistes et pas sous statut à privilèges et protections ; sont en séminaires gouvernementaux sur l’avenir du futur de l’économie mondiale du G20 et toussa-touça triple A ou pas avec Igor et Grichka en coaching guest stars ; ou analysent avec leurs communicants les statistiques des douanes sur le commerce extérieur en 2012 pour trouver un angle positif à la légère amélioration du déficit sur 12 mois qui ne reflète, hélas, triple hélas, en réalité aucun sursaut réel, annoncé ou prévisible de compétitivité, mais l’hibernation de l’économie française avec un triste ralentissement des importations, notamment de biens d’équipement (machines, électronique professionnelle …) et intrants (matières premières, pièces …) qui auraient pu servir à assurer le présent et préparer l’avenir, et la réorientation forcée des ventes vers des marchés moins sinistrés, comme quand les assembleurs d’automobiles réputés français ont tenté de solder fin 2012 en Suisse leurs invendus de France pour au moins réduire leurs frais de stockage.

COM-PE-TI-TI-VI-TUDE !

Pour le remaniement, tout le petit monde à maroquins peut digérer sa galette des Rois tranquillement, ça peut attendre après les vacances de ski, voire la Trinité : personne ne se rendra compte si quelqu’un remplace Cahuzac contre Mélenronchon aux jeux TV de France 2 après les publicités pour moussaraser à la poudre de pierre de perliumpalun, et personne ne tient d’ailleurs particulièrement à devenir porte-parole officiel du syndic de faillite de la France (sauf peut-être un peu plus à droite, genre Woerth qui, ayant été lourdé sur un malentendu et restant un peu revanchard, parle avec enthousiasme de budget à la TV sans gaffer comme le très pédagogue Carrez sur les appartements de 300 mètres carrés à Paris de veuves ISF ou les pauvres couples à 800 000 euros annuels chacun menacés de rupture d’égalité constitutionnelle en cas de bonus ou d’augmentation de fin d’année) ; et personne (sauf bien sûr quelques activistes et/ou professionnels de la politique côté bâbord ayant raté le train Ayrault et pas à l’aise dans leur circonscription et/ou fromage) ne désire, bien entendu, un poste de ministre de quelque chose lié de près ou loin à cette histoire de mariage pour tous (et toutes, voire surtout toutes, d’ailleurs), bien trop exposé au risque de crevage de pneus et autres gentillesses de militants radicaux, amis, ou ennemis, whatever works, à telle enseigne que même les moins sobres des CDD actuels du gouvernement provisoire ne cherchent pas à accoler leur nom au marqueur emblématique du début du quinquennat.

PO-LI-TI-TI-TUDE !

Bref, que Depardieu soit nommé archiduc de Moldocratie plutôt que chauffeur de cyclo-taxi à Paris (convocation au tribunal en France mardi, pour conduite en état d’ivresse) ou citoyen fiscal belge d’élite (des litres ?) est le sujet de conversation le plus excitant avec le café de rentrée, tout le monde sachant skier étant déjà au courant que la neige de Noël avait fondu avant-même Nouvel-An, tous les lecteurs des Echos ayant compris que la Chine a dû engranger deux ou trois points de croissance de plus grâce aux achats de Noël de l’Europe en crise, qu’Obama a conclu un accord sur le fil pour éviter de gâcher toutes les vacances des parlementaires américains, que Lyon a été éjecté d’une coupe de France de  foot par une équipe d’amateurs pendant que le Qatar-PSG importait encore un joueur au prix de trois équipes « normales », remplaçants compris, de « première » division française, et personne n’ayant écouté DJ Harlem à la radio chez Bourdin, ce qui est dommage, car ça ferait sûrement un autre sujet avec le café.

bourdin-direct-harlem-desir

Bref, on the road again, mais on peut parler d’autre chose, ou autrement, et choisir un bistrot avec un écran branché sur une chaine YouTube cool pour le café de rentrée.

Redémarrer calmement après la trêve des confiseurs n’empêche pas de liker un e-café sur https://renaudfavier.com/ ou facebook  http://www.facebook.com/cafe.matin.paris, ni de passer une excellente e-année avec http://bonneannee2013.wordpress.com/

Small Café 2013

Renaud Favier – 7 janvier 2013 – Bonne et Heureuse Année

Qu’on soit, ou pas, en train d’attendre que le café et un peu de temps passent (nb que le café est gratuit sur http://www.facebook.com/cafe.matin.paris ), … si on peut soulever un Kindle et si on sait télécharger sur Amazon, on peut emporter dans sa poche, pour le prix de quelques cafés en terrasse, une bibliothèque électronique suffisante pour lire jusqu’à Noël, garantie sans lipides plus ou moins insaturés, ni sucres plus ou moins lents, dés maintenant « tout soudain », avec en prime tout ce que le Projet Gutenberg et quelques autres offrent gratuitement parce que les héritiers des grands écrivains morts il y a longtemps ne touchent plus de droits en dormant, à la différence de ceux de grands collectionneurs d’art, également exonérés d’ISF, va comprendre pourquoi, par qui et comment … Quelques échantillons sur Amazon en cliquant sur les icônes.

        

Si on a un SmartPhone ou un hybride moderne, on peut également lire online ou télécharger plein de livres électroniques sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4). Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous (nb que le tome 6 de « Et maintenant ? » restera gratuit au moins jusqu’à fin janvier 2013).

               
               
         
          
          

Et si on préfère lire ce qui est gratuit, rapport à l’argent, ou parce qu’on en fait une question de principe, ou parce que c’est encore la crise début 2013, par exemple, on n’a qu’à cliquer sur les icônes ci-dessous pour télécharger des livres électroniques, mais pas tristes, à l’oeil.

      

Et puis, si on est vraiment fanatique de l’entrepreneurship et du commerce extérieur français qui ne s’est pas tellement amélioré depuis que la nouvelle Ministre achète des sacs à main made by France à l’étranger pour doper les chiffres de l’export en mouillant elle-même le chemisier et passe dans les médias mais ne commente plus trop les chiffres mensuels dans les médias ou le cloud (pour l’ordre du jour du conseil des ministres, ça dépend, on verra après le vote du budget quand le sujet du mariage pour tous sera passé de mode, si celui de l’entreprise sociale et solidaire sur subventions directes ou indirectes ne monopolise pas le débat jusqu’à ce qu’on parle de décentralisation), ou passionné par la compétitivité des entreprises françaises avant les éléments de langage des conseillers en communication de Montebourg ; le rapport Gallois ; le Plan Hollande au XXIè siècle, ou si on a un peu besoin de se documenter sur le sujet en mode “think different” pour son boulot ou ses études et qu’on a déjà écouté l’interview de la ministre le 20/11 sur Public Sénat TV (http://ils-l-ont-dit-sur-publicsenat.tumblr.com/post/36154557401/nicole-bricq-etait-linvitee-de-preuves-par-3), on peut aussi e-lire gratuitement sur le sujet en cliquant ci-dessous, en attendant le grand plan nationo-régional de compétitivité export.

          

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Pause Café, Politique, Voeux, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s