La twit-diplomatie « à la Fleur », c’est peut-être économique, mais qu’est-ce que ça sert à rien …

BlL5sXRIUAAjU0G.jpg-large

(Twitter ) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 14 avr. En visite rue de la Convention auprès des services de la Direction Générale de la Mondialisation (DGM) #diploeco pic.twitter.com/dgBOS0HXqy

Etre diplomate #InRealLife en français, entre Françai(se)s, à Paris ou loin des ministères, c’est compliqué, il peut y avoir des ronds de jambe, et du dialogue social très … convenu (honni soit qui pense que dans « convenu », il n’y a pas que « venu ») pour avoir la moindre utilité.

BludxrJIUAAOV3D

(Twitter) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 21 avr. « Echange très riche avec la délégation des entreprises francaises qui m’accompagnent à Nanning #comex » @francediplo pic.twitter.com/Dol6dUhJsx

Quand des socialistes français vont dialoguer socialement avec des Français exilés (et/ou emmenés dans l’avion du ministre) et des étrangers à l’étranger, on ne sait pas trop ce qu’il faut boire et manger … (et honni qui penserait trop fort que ça rappelle furieusement le déjeuner avec les Geonpis de San Francisco).

Blz77caIcAAikk1

(Twitter) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 22 avr. « Déjeuner avec des voyagistes chinois : l’immense potentiel de la Chine pour notre tourisme #diploéco #attractivité » pic.twitter.com/NFsMOMmoEb

Quant à la diplomatie en phrases de mois de 140 caractères entre étrangers n’ayant ni la même langue maternelle, ni les mêmes racines culturelles, religieuses, politiciennes, génétiques, toussa-touça, même (surtout ?) quand on a été aux (mêmes) grandes écoles …

10246355_10203764410131848_617686774261258200_n

Crédits : inconnu

Des fois, on doit se sentir très seul(e), en diplomatie économique franco-française (verte, qui plus est) dans un coin de bout du monde sans même une ambassade comme dans la capitale de n’importe quelle nano sous-dictature inscrite à l’ONU ou port avec l’électricité et une maison du Languedoc où organiser un pince-fesse sous drapeaux français, un centre des affaires d’île de France en faillite à nationaliser avec fanfare et logo French Tech ou un EU SME Center avec un ou deux commerciaux de PME de pays plus ou moins francophones, ou au moins un comptoir du Port du Havre ou un bureau ERAI où serrer la paluche d’un consul honoraire de France, même si on a une petit claque de journalistes et Français malgré-nous venus par courtoisie et/ou intérêt, et des étudiants et retraités étrangers invités à applaudir et/ou venus pour le cocktail officiel (quand il y a un(e) ministre, la France offre du champagne, en général).

BludRooIYAAKMtD

(Twitter) Fleur Pellrin ‏@fleurpellerin Allocution d’ouverture du 7ème Green Companies Summit à Nanning, dont la France est invitée d’honneur @francediplo pic.twitter.com/3tHK8tJTwG

Des fois, on doit se dire que signer, avec de gentils fonctionnaires d’ambassade à noeud papillon ou cravate rose en fond d’écran pour la selfie, une déclaration d’intention de « faciliter l’export des vins français vers la Chine », c’est à peu près aussi valorisant et excitant que chanter du Annie Cordy en karaoké à l’incontournable soirée de « convivialité interculturelle » d’après, et se demander si c’est bien favorable à l’économie française en général et à l’emploi en France en particulier, de faciliter l’export en Asie par les … Chinois ayant acheté des vignobles et des marques de spiritueux en France … étant s(oul)igné que les marges commerciales sont évidemment localisées à Hong-Kong, ailleurs en Chine, ou en paradis fiscal, et que les emplois induits en France sont principalement ceux de saisonniers étrangers ramassant le raisin dans les propriétés chinoises, de douaniers et dockers des ports belges ou hollandais, et de journalistes et photographes accompagnant les diplomates économiques aux Vinexpo de France, Navarre et plus loin si affinités et budgets.

Bl14263IYAAjY3x.jpg-large

Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 16 h Signature d’une déclaration d’intention pour faciliter l’export de vins et spiritueux francais vers la #Chine #comex pic.twitter.com/tQFo8yNj9E

Des fois, on doit même regretter d’avoir quitté le glamour ministère du numérique de Bercy (sous le haut patronage du très délirant Arnaud Montebourg, certes) pour les grands ors républicains du Quai d’Orsay (sous la main experte du très expérimenté Laurent Fabius, ce qui est plus convaincant que quand les diplomates sont dirigés par la folle de service d’un genre politique ou l’autre, certes), même si un Mediapart ou autre cafteur aurait bien fini par cracher le morceau et raconter que la bulle numérique à la française est aussi porteuse d’avenir et potentiellement créatrice d’emploi viables et durables en France que les autres bulles, notamment les folies immobilières subventionnées à crédit, le BTP public et autres ronds-points financés par emprunt à taux variables en CHF ou JPY pendant qu’on parle de dévaluer l’Euro et de résorber le surendettement des états par un bon gros coup classique d’über-inflation, ou les grands contrats export pour des navires promène-couillons construits à Saint-Nazaire par des Coréens (et/ou des bateaux de guerre pour la Russie), des avions post-toulousains fabriqués par les Allemands (ou par les Indiens, s’agissant du Concorde 2.0 que Dassault a été forcé de concevoir pour ne pas désespérer Balard et pour donner du plan de charge aux fonctionnaires motoristes de la Snecma, if and when le contrat entre en vigueur un jour), ou des tuyaux vendus à Total pour des forages au large de la Françafrique ou d’autres golfes pas très clairs.

o-CYBER-ATTACK-facebook

Crédits : Internet

La diplomatie économique, nouvelle ou pas, c’est un peu compliqué, ça ne s’improvise pas, sinon on risque de croire bien faire en twittant une selfie sans se rendre compte qu’on a l’air sacrément ridicule à être la 150ème personnalité politique nationale ou régionale à passer, depuis le début du mois, à l’ambassade pour lire les même éléments de langage copiés-collés par les mêmes fonctionnaires, devant les femmes d’expatriés, les « Française de l’étranger » et les quelques représentants de la « communauté d’affaires » n’ayant rien de plus utile à faire que le bon public pour un secrétaire d’état autant en transit à Pékin que dans ses bureaux à Paris.

Bl5ckDUIgAA1QVW

(Twitter) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 6 h Rencontre hier avec la très dynamique communauté française de Pékin, un atout majeur pour notre pays en Chine pic.twitter.com/PTGSa6qKTv

Bien sûr, même si on manque un peu de lumière pour éclairer les panneaux recyclés du bon vieux temps de la campagne avec la Tour Eiffel enrhumée (celle d’avant « So French, So Good » de quand l’expert en business international Pierre Lellouche avait été parachuté au commerce extérieur, entre la vite oubliée Anne-Marie Idrac, et la très vite oubliable Nicole Bricq), c’est sympa de faire la promo de la marque France en général et en particulier de produits made in France innovants à fort potentiel et de PME françaises indépendantes timides et manquant de notoriété, comme Michel et Augustin.

Bl54PtGIAAAjjq9

(Twitter) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 5 h Les PME françaises à l’honneur ! #comex @Michel_Augustin pic.twitter.com/NoNNZJJwrB

Enfin, s’il n’y a pas de remaniement, ni de (dis)solution, d’ici mi-2017, la nouvelle ministre va peut-être réussir à imprimer sa marque, et à moderniser un peu la nouvelle diplomatie économique à la française, ce qui ne sera pas un luxe, ne serait-ce que pour que des journalistes chinois continuent à venir aux dîners chez l’ambassadeur en l’honneur de l’épicerie sucrée, alors qu’il n’y a même pas de rochers Ferrero comme à la TV.

Bl53bLEIIAAId4W

(Twitter) Fleur Pellerin ‏@fleurpellerin 5 h Soirée de promotion de marques françaises de l’agroalimentaire à l’ambassade de France à Pékin @francediplo #comex pic.twitter.com/fj73SL0MjY

En tout cas, pourvu que le Quai d’Orsay fasse vite cesser la twit-diplomatie économique …

Renaud Favier – 23 avril 2014

woodyetlesrobots

Cliquez SVP sur la Fleur …

 

 

 

 

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s