In Bowie veritas #SickGloriaMundi

Quand Galabru et Delpech tiraient leur révérence, 2016 commençait en marche funèbre mode #FluctuatNecMergitur à Paris et grandes banlieues du Loir-et-Cher à Saint-Tropez … mais Bowie en mode silence définitif, c’est un tremblement d’univers, une convulsion dans les étoiles, un trou noir intersidéral #SicTransitGloriaMundi.

69 ans sur cette terre, les plus réalistes (et les groupies de l’autre star intergalactique, Jésus Christ, qui n’était resté que 33 ans chez nous) porte-paroles de son fan-club diront que c’est plutôt un bon score, surtout pour un champion des excès en tous genre qui ne s’est pas interdit trop de plaisirs pouvant nuire gravement à la santé (c’est Gainsbarre qui doit bicher de pouvoir chanter « 69, année érotique » avec le martien du showbiz en duo là-haut -ou en-bas, mais peu importe, du moment qu’on est entre amis et qu’on peu chanter-).

18 mois de lutte contre un cancer (selon les twits plus ou moins officiels), ça n’aura pas été pour rien si ça permet se sensibiliser les quelques milliards de membres du fan-club de Bowie à l’impératif de soutenir et financer la lutte contre le cancer (et autres maladies mortelles pour tous sauf coup de chance, vaccin, et/ou traitement efficace) et de ne pas mettre tout le fric et la gloire de la recherche médicale dans la lutte contre telle ou telle maladie mortelle (je dis pas que c’était pas une perte pour les mélomanes de perdre Freddie Mercury ou Klaus Nomi, je rappelle que John Lennon, Janis Joplin ou Amy Winehouse montrent que les gens et les stars qu’on aime meurent de toutes sortes de sales trucs, et je dis qu’il y a plus de mômes qui meurent du paludisme, du cancer, de handicap de naissance ou acquis, ou de malnutrition que du SIDA, et qu’une capote ou une seringue neuve peuvent éviter des années de souffrance à soi-même, à ses proches et aux autres, et coûtent infiniment moins cher à la société que des décennies de multithérapies et hospitalisations plus ou moins confortables, merci d’avance aux dangers publics encore amateurs d’échange de seringue, de distribution de sang pouvant être contaminé par appât du gain, principe de non-précaution quand ça arrange ceux-ci ou ceux-là, ou simple négligence coupable encore plus qu’irresponsable, et d’échangisme dit « libertin » sans protection, plaisirs solitaires plus ou moins tarifés avec souffre-douleurs consentants parce qu’ils et elles n’ont aucun choix, et viols plus ou moins collectif de victimes de tous âges et genres, et autres gang-bangs assassins, de ne pas perdre leur et mon temps sur cette terre à piailler sur les commentaires de blog et d’avoir la présence d’esprit, sinon la décence, de fermer leur grande g… et de jouer avec leur clavier à leur jeu vidéo pour débiles favori plutôt que de lancer des e-boomerangs sur facebook parce que perso je n’ai aucune envie de me laisser gâcher le lundi matin par le fan-club des lobbyistes de la subvention à la recherche de pognon contre telle ou telle cause pas plus méritante que la sauvegarde des bébés phoques en Alaska, et pas plus essentielle à l’avenir de la civilisation que la protection des droits de n’importe quelle minorité humaine, espèce animale ou végétale, ou vestige historique n’ayant pas les moyens de se payer de campagnes de pub et des bataillons d’avocats médiatiques, e basta cosi).

Les héros meurent aussi (du cancer), cékomsa, épicétou.

In Bowie veritas : sick gloria mundi, sic transit Bowie, nec mergitur.

Reno – 11 janvier 2016

PS : Rebel Rebel, Moderne Love et Heros à Live Aid (1985), what else ?

Live by Request ?

Sinon, David et Mick ?

David et Annie (en hommage à Fredie) ?

David et Tina ?

David et Placebo ?

David et John (ça ne nous re-john-ie pas) ?

Bowie et Lou ?

Bowie et Marianne ?

Bowie (early) Seventies ?

Ziggy et Iggy ?

Bowie live in Glastonbury?

Bowie forever alive in Glastonbury !

Bowie épicétou …

Let’s keep Bowing !

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Musique, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour In Bowie veritas #SickGloriaMundi

  1. Ping : Let’s keep Bowing ! | The best coffee in Paris

  2. Ping : Une étoile est morte #RIP StarMan #Bowie | Sur le Pouce de Paris

  3. Ping : Trop beau, oui, pour être vrai … ou trop polymorphe (et ambivalent, voire pluriel), pour être (hon)net(e) ? #Bowie | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s