Manifs, Retraites : vaste programme …

La rebellitude n’est plus ce qu’elle était

On manque de manifs étudiantes. Les dégraisseurs de mamouths se font discrets et les réformes de carte ou de programmes scolaires passent dorénavant d’autant plus inaperçues qu’il semble généralement admis qu’en ce domaine comme en d’autres tout change tout le temps pour que rien ne change jamais. Il faut dire que les étudiants doivent rattraper le temps de travail perdu l’an dernier. Qui se souvient pourquoi d’ailleurs ?

Il y a pénurie de mondialisme généreux. Les grandes causes humanistes peinent à rassembler au pays des droits de l’homme et on est passé en peu d’années des rebellions pour Solidarnosc aux publicités clandestines pour les remix de vieilles gloires des carrés VIP. Les tremblements de terre, tsunamis et autres inondations sont probablement trop nombreux, alors on manifeste sa solidarité exclusivement devant les caméras (en bus, comme les bleus en Afrique du Sud …), ou alors en charentaises devant la télé.

Quant aux « Prides », elles sont maintenant aussi gaies que la fête de l’Huma et institutionnalisées qu’un after au Queen sponsorisé par un courant du PS ou un rallye NAP dans une niche fiscale de banlieue chic.

Heureusement, il y a les retraites !

Les sexagenaires qui ont travaillé sans chômage pendant les « Trente Glorieuses » et remboursé sans douleur leurs crédits immobiliers grâce à l’inflation, les nomenklaturistes des régimes dits « spéciaux » et des fonds de pension défiscalisés pour fonctionnaires, les privilégiés de la CSG « retraite » à taux réduit ou de l’exil fiscal, la forêt prospère bien cachée derrière l’arbre pitoyable des petites retraites et des déséquilibres : nombreux sont ceux, ex-68ards ou pas,  qui se gardent bien de proposer un partage équitable avec les futurs retraités auxquels ils ont déjà généreusement réservé  le chomâge, le blocage de l’ascenseur social et la marginalisation de la jeunesse.

Il n’y a pourtant pas besoin d’être médaillé Fields (by the way, on parle moins du lauréat français de ce qui est rien moins que le Nobel de Maths que des « exploits » souvent un peu nauséabonds de « sportifs » pas toujours exemplaires) pour compter jusqu’à 3 :

1. si on n’a pas de fonds de pension ou autre machin permettant de capter un peu des dividendes du travail du reste du monde (99% des habitants de la terre ne sont pas français et la croissance est ailleurs pour plein de raisons), on échappe au risque de krach boursier mais on doit compter sur la générosité des Djeuns et futurs Djeuns de l’Hexagone. Jusqu’ici tout va bien, mais …

2. si les retraités trouvent indispensable de rouler en berline made in Germany entre leur riad et leur mas ou d’acheter au moins cher possible tout le reste made in China ou cultivé made in far away, leurs enfants n’ont pas de boulot et ne peuvent pas payer les retraites dites par « répartition » pour ne pas dire « paupérisation », CQFD. Mais, heureusement, l’enfer c’est chez les autres …

3. plutôt que de pinailler  sur 6 mois de plus ou de moins ou d’exégèser sur la pénibilité de la conduite des TGV ou de l’assise dans des fauteuils rouges inconfortables, il faut avoir le courage de regarder la vérité en face. Plutôt que de lutter pour la défense d’avantages souvent bien mal acquis ou achetés à crédit sur le dos des générations futures, il faut avoir l’honnêteté d’accepter de partager les efforts. Plutôt que de se recroqueviller sur ses points retraites en francs CFA, il faut ouvrir les fenêtres et oser préparer l’avenir.

La rebellitude sera lucide ou ne sera pas

RF

Ps : rien de très nouveau sous le soleil. On pouvait  dés 2002 -et d’ailleurs bien avant-prédire l’avenir sans sacrifier un sanglier pour lire dans ses entrailles cf  http://membres.multimania.fr/renaudfavier/, mais tant que la politique française sera un sport professionnel tenant plus du footbal que de l’esprit de Coubertin, on restera au niveau des petits papiers (pas chantés, les footeux n’aiment pas bien les hymnes …)

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Humour, Politique, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s