Les vacances, mortel ennui (en Norvège en 2011 bien sûr, mais pas que)

Rattraper un peu du retard de ce qu’on procrastine depuis des siècles : ça gave ! Ranger les dossiers ou bricoler : la barbe ! Et il y a de moins en moins que rien à la TV. Et il commence vraiment à ne plus y avoir grand monde en ville entre vacances et décès. Que faire ?

Parce que passer 3 heures à sécher au soleil en attendant de voir passer en coup de vent devant l’objectif de l’iPhone tendu au-dessus du crane du chauve géant de devant un peloton de cyclistes pressés d’arriver aux Champs Elysées entre les motos-balais, les Audis à vitres noires des vélocrates et les chippendales publicitaires sur le camion d’une marque de lessive, ça va que la bouteille de Vittel roulante façon Bugatti du bon vieux temps de l’automobile à visage humain était sympa, que le croco Haribo debout sur son toit jaune était rigolo et que la lectrice géante du Parisien était très réussie mais c’est pas demain que je reviendrai twitter sur le trottoir pour voir si la boutique roulante solde les parapluies à 10 euros et les casquettes à 5 (la réponse est « non », les soldes c’est peut-être après l’arrivée mais c’est même pas sûr, et c’est pas la peine d’espérer les porte-clefs et autres trucs qui servent à rien mais font plaisir, le stock est écoulé en province et c’est bien comme ça, les Parisiens ont Paris Plage et en plus de toute façon ils ne méritent rien de tout ce qu’ils ont gratuit, c’est la pub TV pour Le Parisien  qui le dit -par exemple celle avec le trop crédible conducteur satisfait de 4-4 diesel urbain-).

Si on ignore comme tout le monde pourquoi et comment des dizaines de milliers d’Africains meurent comme d’hab’ quelque part ces temps-ci et si on ne connaissait pas de Norvégien(ne), on n’est pas obligé(e) d’apporter un sac de riz pour le pont aérien vers Mogadiscio ou des felurs pour quelques dizaines de morts comme un crocodile sur un lit d’oignons Harlem Désir et les centristes qui ont du wifi et de trop pleurer pour un royaume pétrolier somme toute assez égoïste, grand comme l’Allemagne mais moins peuplé que la Suisse, même pas dans l’Euro(pe) parce qu’il y aurait plus à payer par solidarité qu’à gagner à court terme, mais dans Schenghen parce que c’est plus pratique pour le tourisme, et sauf erreur ou omission toujours assassin d’encore plus de baleines que de gens ou d’illusions là-haut et qui en plus nous a expatrié Eva Joly. Et si on n’avait jamais entendu non plus chanter Amy Winehouse mais qu’on aime bien commencer la journée par un petit hommage à de chers disparus après le salut au soleil quand il y en a (jaime mieux le mot « invisibles » mais que chacun honore qui il veut et prie comme il veut le soleil qu’il veut dans la langue qu’il veut avec les mots qu’il aime, comme ça il y a en général moins de sang sur les murs réels et virtuels), on peut avoir une pensée pour le frère Servan-Schreiber qui était quelqu’un de mieux que la moyenne même si c’est à cause de lui si le cours du curcuma est à la hausse sur les beaux (bobos ? beaux baux ?) marchés de Provence cet été. Pour rappel, le curcuma qu’on achète dans les boboboutiques est un genre de poudre de curry jaunasse qui sent moins que rien mais qui coûte plus cher, genre 4 fois le prix du curry. C’est un peu comme le brocoli ou la démocratie, c’est pas toujours terrible au goût mais c’est bon pour tout alors en mettre discrètement un peu dans tout ne peut pas faire de mal et comme ça semble marcher mieux contre la dépression et le cancer et toussa-toussa mélangé avec du poivre noir dans de l’huile d’olive pas trop trafiquée, autant s’offrir un bon stock de toussa chez un marchand honnête qui sait d’où viennent ses produits et se fournit chez des producteurs raisonnables et pas trop irresponsables qu’il n’étrangle pas trop, et mettre un peu de ce mélange dans le café du matin à la place du sucre qui rend trop gros pour être sûr de ne pas oublier de penser aux invisibles d’hier et de demain en faisant les 10 minutes de gym qui vont bien pour aller mieux.

Sinon, commencer l’album Panini pour les Présidentielles 2012 ? Comme il n’y a pas de coupe du monde de foot en 2012, qu’on a fini l’album du Tour de France et que la collection des Betty-Boop en plastique fait main commence à manquer autant de suspens que le feuilleton DSK (pour les Betty Boop, elle semble craquante comme tout la « journaliste » qui sortira mercredi en kiosque sauf arrêt de travail de telle ou telle corporation qui peut casser les pieds quand on veut juste un journal pour accompagner le café au bistrot et dans  quinze jour ce sera Betty « Astronaute », un collector !) ou les indignations des PS, et vice-versa, c’est le moment de commencer à collectionner les photos des hommes et femmes sandwichs des petites entreprises politiques qui vont aller à la pêche aux signatures pour préparer la saison de la chasse aux voix des législatives (le CA des boites peut être assuré « no souci » pour 2012-2017 en cas de bonne pêche, ça vaut le coup de faire quelques plateaux-télé et couvertures de Paris-Match pendant l’été quand en plus on peut raisonner la conso d’auto-bronzant à caméras, qui est en général plein de paraben). Parce que sinon, pour la présidentielle, c’est quand même juste pour faire vendre de l’audimat à pub et des sondages à deux balles (un peu plus, hélas) que les médias racontent qu’un des primaires #PS2012 pourrait faire mieux que Jospin 2002. Si toutes les ancres flottantes à babord genre EELV et autre mélenchoneries restent accrochées au basques du sous-DSK qui sortira des urnes primaires (c’est les mêmes urnes que celles qui avaient servi pour l’élection de Martine contre Ségolène pour le poste où DJ Harlem fait intérimaire ? Elles ont été vidées ou on a juste rajouté quelques urnes pleines pour Hollande ?), c’est pas la peine de perdre trop de temps à lire le programme mais ça peut valoir le coup d’aller récupérer quelques tongs et parapluie à la caravane et des posters à la Rochelle, ça fera des collectors. Pour les centristes et autres cerfs-volants publicitaires de kite-surf à tribord, ce serait plus simple pour le design de l’album Panini s’ils étaient tous orientés un tant soi peu vers le même cap et s’il ne fallait pas prévoir une page entière pour miss le Pen toute seule parce que personne ne veut être en photo avec elle et ça se comprend même si elle est plutôt la plus photogénique des candidates de ladiversité féminité, mais toussa-toussa permet de faire du remplissage, sinon l’album serait trop mince, et d’apporter une touche d’humour parce que ça manque un peu côté babord, que le candidat au redoublement prend le truc autant au sérieux que le sauvetage de l’Euro(pe) -et c’est quand même plutôt une bonne nouvelle même si on préfèrerait avoir un fils naturel de de Gaulle et Mendes-France plutôt qu’un sauveur , même moins bling-bling qu’avant, d’une Nation en péril qui risque de ressembler bientôt plus à la Russie de Poutine qu’à l’Allemagne d’Angela Merkel-  et que sans Christine Boutin (celle dont on a déjà oublié combien elle touchait pour son rapport sur la mondialisation gagne-petit du championnat de France des emplois fictifs et autres avantages mal acquis à gauches et à droites), on se demande de qui ou quoi on pourrait rigoler.

Si on veut faire un peu de devoirs de vacances et qu’on a déjà lu tous les articles de magazines genre « L’empathie au bureau pour les nuls » ; « Ces Chinois qui rachètent l’Europe » ou « Réussir en France malgré tous les boulets morts et vivants », et qu’on a du wifi, ne pas rater le joli topo de l’excellent webmedia Frenchweb.fr sur une dizaine de jeunes entrepreneurs français de l’internet. Il sera toujours temps de surfer après sur le magnifique site du plus grand musée du monde ou de multiplier les cercles d’amis concentriques sur Google+.

Pas d’ombres sur la photo, c’est un montage, mais avec un peu de chance les jeunes entrepreneurs sont vrais et créateurs d’emplois ni trop virtuels, ni sous d’autres cieux 😉

Sinon, comme il y a trop de queue dehors sous la pluie aux catacombes et que le billet pour l’expo « Vaudou » de la fondation Cartier est prohibitif sans trop de tarifs réduits si on n’est pas invité(e) par tel ou tel donneur d’avantages sociaux en période électorale, ça peut être une bonne idée de marcher 10 minutes pour aller prendre l’air du large dans les quelques boutiques nautiques autour du port de l’Arsenal, pour une fois qu’on ira vers la Bastille pour autre chose qu’un opéra pour touristes et bobos abonnés, un vide-grenier payant ou un spectacle de communication politique maiquatrevinghuntiste gratuit avec DJ Harlem sponsorisé par les deux gars de Rock n’ Folk et Télérama comme les concerts du 14 juillet (le grand dance-floor de PS1 à la Tour Eiffel avant le feu d’artifice était groovy mais le tour de chant entonné par le Drakkar de PS2 près du port de la Bastille avec la commissaire politique de PS1 coupée au montage TV sauf dans « C dans l’air » -à vérifier pour Thalassa-, ça c’était du boeuf spontané, on aurait cru un choeur de scouts quand le guitariste gratte des accord de Santillano autour du feu !) ça nous changera (dans la continuité ?). Ou choper un Vélib’ pour rouler petit bolide vers le bateau des Glénans sur la Seine en passant par l’avenue de la Grande Armée pour lêcher les vitrines des boutiques de motos et des shipchandlers et passer une tête à la librairie maritime Outremer dont le site internet est vieillot mais où on trouve toujours quelque chose de bien à mettre dans le cabas en marchant sur ses nageoires pour aller évoluer sur place.

Le centre nautique des Glénans à Paris est tout près de la réplique (miniature) de la Satue de la Liberté, joli symbole

Sinon, si vraiment on ne supporte ni le crachin, ni les touristes en short sous parapluie, l’expo Kubrick de la cinémathèque de Bercy (jusqu’à fin juillet) est toujours un super bon plan sans queue sous le déluge ni masse d’appareils photos flashant des trucs qu’on voit partout sur internet. Et en plus, si on trouve quelqu’un qui connait un peu l’histoire du coin, c’est quand même marrant de se souvenir qu’au bon temps du volontarisme urbain mitterrandien (lire quand c’étaient l’opéra Bastille, l’arche de la Défense ou la très grande bibliothèque qui emplafonnaient les budgets et les délais comme de vulgaires centrales nucléaires et avec des bugs genre Venturi sous l’arche, escaliers en bois exotique patinoire, effet de serre dans les tours ou chutes de carreaux genre salle de bain qu’à côté le coup de l’hélice du porte-avion Charles de Gaulle est un triomphe de la planification industrielle de nos zingénieurs et autres btpistes que le monde entier nous envie mais qu’on n’exporte pas parce qu’ils sont occupés avec le Plan Energie Renouvelable avec option « Réchauffement climatique or not ? », la carte des pôles de compétitivité en 3D selon les résultats des législatives et le renflouage du « AAA » sous diverses hypothèses d’inflation, de contrôle des agences de notation et de scénarii de défauts de paiements gracs, américains et plus si affinités) et des tentatives de réveil de l’Est parisien, ce beau batiment un peu excentrique (qui contient une des meilleures salles de projection de la capitale) avait été construit pour l’American Center de Paris mais comme la construction de la station du métro automatique a eu un peu de retard et que Vélib’ n’existait pas encore dans le coin, les Américains en goguette habitués à boire une bière à Saint Germain des Prés au cas où Sartre, BHL ou autre statue du Musée Grévin serait de sortie, ne se sont pas passionnés pour les bars à fonctionnaires du ministère à peine fini et les vita-parcours à promeneurs de chiens du parc de Bercy encore en jachère à l’époque. Quant au nombre de visiteurs des deux excellentes initiatives inaugurales, on ne sait plus si c’est l’expo de photos de sexes nus (ça va de soi qu’ils étaient nus, mais mieux en le disant pour les ceusses qui n’ont pas encore atteint la dose minimale de caféine du lundi) ou le premier Gay and Lesbian Film Festival de l’Est parisien qui avait le mieux marché dans le 12ème arrondissement alors familial où l’on votait encore d’un Général plus ou moins parachutiste (de Bénouville) à un héritier de Général plus que moins parachuté (de Gaulle) sans poser de questions indécentes ni encore penser à renvoyer à son cabinet (d’avocat, honni serait qui mal penserait) l’ami du Président en patins à roulettes aussi vite qu’un « keskifichlà » de la télé descendu du Modem à la mauvaise station  de métro.

Et sinon, si on aime le cinéma, on doit pouvoir trouver une salle où on joue autre chose que le petit sorcier vieillissant ou autre truc à remplir les mulitplexes avec les mômes qui s’ennuient en vacances. Il doit bien y avoir quelque part un Woody de millésime potable ou un truc filmé par un vrai cinéaste avec des vrais acteurs et un dialoguiste et pas par des techniciens aux ordres de cinécrates comptables qui bidouillent avec des avatars qui twittent. Une petite pépite du 7è Art dans une salle avec une âme plutôt que des distributeurs de Coca. On ne peut pas avoir tous les ans une restrospective Fellini comme à l’automne 2009 mais sûrement y-a-t’il un vrai film qui passe quelque part dans un ciné qui sent encore la bobine. E la nave va, par exemple, c’est pas possible qu’il n’y ait pas, en pleine période d’incertitude européenne et de pré-campagne électorale française, une salle où aller le déguster mieux que par petit morceaux genre la Séquence du Spectateur sur Youtube. On ne peut pas être condamnés à Titanic et vieilles dentelles ou Y a t’il un pilote dans la caravane ?, si ?

Si vraiment non, non et non, rien de tout ça, et que surfer sur le net est exclu parce que c’est mauvais en bilan carbone et qu’aller voir sous la pluie ce que c’est que cette bibliothèque gratuite à Paris Plage attendra que le soleil soit un peu revenu, il doit bien trainer quelque part un bouquin moins nécessaire mais plus littéraire que les best-sellers de David Servan-Schreiber sur comment vivre aussi heureux que possible aussi longtemps que possible avec le moins de dépressions, de Prozacs et de cancers que possible en mettant du brocoli en poudre dans son infusion de curcuma à boire avec des potes et ne pensant pas trop à tous les boulets qui tirent tout le monde vers les catacombes.

Sinon, on peut faire une minute de silence générique à chaque repas pour tous les assassinés et autres victimes innocentes depuis le précédent, y compris les tigres, ours blancs, jeunes grecs et autres vérités ou avenirs qui dérangent, ça ne mange pas plus de pain qu’un Somalien et ça ne fera pas baisser la bourse. Mais alors un silence discret parce que sinon, ça peut être interprêté comme un signe ostentatoire de bonne foi ou une opposition à la présomption d’innocence garantie sans question préalable et ça, c’est encore plus dangereux qu’un steak de baleine sans curcuma.

Roulez moins vite en vacances (à tous sens du terme, même sous la table pour oublier).

Renaud Favier – renaudfavier.com – en avant la musique ! – 25 Juillet 2011

             

Ps : si vraiment vraiment vraiment on ne sait pas quoi faire et que même le chat s’ennuie avant l’heure d’une des 7 meilleures siestes de la semaine de vacances, il y a sûrement une face B jamais écoutée d’un vieux disque de Gospel oublié à digitialiser pour la postérité et à balancer dans le cloud pour réveiller les Hadopistes.

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, International, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s