Le monde 2.012 tel qu’il promet : #Amour #3ans #Paris #Beigbeder

Les amours bobos à Paris de la génération d’entre Rolex et Y, c’est moins écologique que le Bolot de Brétecher, moins jazzy que Woody Allen around midnight et la couleur de cheveux de Louise est assez étrange, mais c’est mieux qu’un docu sur Facebook ou Silicon Valley.

Parce que maintenant qu’on a tous vu « Intouchables » et que personne n’a trop besoin d’un remake made in DollarLand de Millenium 3 ans après le « vrai » original made in EuroLand qu’on aimait bien malgré les critiques moyennes, les scènes super trash et une idée générale un peu dérangeante en période de crise économique, sociale et morale et toussa-toussa selon laquelle même les gens très biens socio-démocrates éclairés aux cheveux moins sombres que les humeurs peuvent facilement tourner 100% nazis, surtout que l’acteur vedette des remake de remake de remake des James Bond, on l’aime bien mais il manque quand même un peu de sens de l’humour britannique genre Dr No ou autre bonheur des Trentes Glorieuses (dont seules des trentenaires un peu génération nano qui n’ont lu comme livre d’économie et d’histoire qu’une bio de DSK peuvent croire qu’elle sont au coin de la rue devant nous, mais c’est une autre histoire d’amour, aveugle), comme on n’annonce pas trop un remake 3D de la Princesse de Clèves (avec niche fiscale pour le cinéma et toussa-toussa de notre exception culturelle qui fait bien vivre le 1% de réalisateurs qui ont bien compris le système et survivre d’amour et d’eau fraiche les 99% qui n’ont pas de permis de construire en Corse ou autre littoral supposé protégé) qui illumine le monde comme du temps de nos Lumières (pas les frères, quoique) et bouleverse Hollywood comme Jean Dujardin quand il fait des claquettes en noir et blanc, il faut bien en revenir aux histoires d’amour qui durent ce qu’elles durent mais qui ressemblent quand même un peu plus à la vraie vie des vrais gens d’ici et maintenant. Alors pourquoi pas Beigbeder.

Parce que même si on aime bien les histoires d’amours éternellement transis à l’ancienne au pays de Rostand et Stendhal, si on se laisse volontiers séduire par les désordres amoureux façon monde d’hier au pays de Sagan et Tournier et si on se laisse porter sans trop résister aux dérives du monde d’aujourd’hui avec lequel on collabore (c’est une mauvaise habitude, mais on ne se refait pas) ou qu’on néglige de regarder venir au pays de Despentes et Taubmann, c’est vrai que les histoires d’amour finissent mal en général, de mort plus ou moins lente mais souvent autour de la date de péremption de 3 ans. Au boulot, ça fait bien longtemps qu’à part quelques artistes et autres savetiers en voie de disparition plus personne ne croit à l’amour éternel et même dans la fonction publique moderne amoureuse de l’intérêt général et de l’eau fraiche plus que des concours administratifs et autres mariages d’intérêt jusqu’à la retraite à régime privilégié, on est passé à des contrats de 3 ans plus ou moins tacitement renouvelables une fois et basta. Dans le business, à part quelques germanistes qui savent qu’une bagnole sérieuse ne s’amortit pas en 3 ans et quelques business-angels philanthropes ou moins intéressés pas le patrimoine immobilier de la boite et la marque que par les usines ou les marchés et qui n’exigent pas un retour sur investissement en moins de temps qu’il n’en faut à une usine délocalisée en Chine pour émigrer au Vietnam, on sait qu’Apple sort une génération de Mac tous les 6 mois et que les bilans annuels sont devenus trimestriels, alors l’amour des cheminées qui fument pour des siècles et des siècles entre le clocher et les forêts de chênes ou celui des prêts hypothéquaires à 30 ans est un peu dépassé et l’horizon à 3 ans est clairement infranchissable même pour les plus raisonnablement moyen-termistes. Quant au reste de la vraie vie, 3 ans c’est un peu moins long que la garantie d’une bagnole coréenne mais c’est un peu plus long qu’une saison de Champion’s League au foot ou que la durée des indemnités de chômisme, alors ça doit être une bonne moyenne. Alors pourquoi pas 3 ans.

Parce que même s’il y a quand même pas mal d’autres trucs sur lesquels faire des films que les amours contrariées d’un bobo parisien même pas aussi irrévocablement tourmenté ou irrésistiblement drôle que Woody Allen et les histoires microcosmiques d’une petite bande de citoyens exemplaires, férocement exemplaires, mais pas aussi irréductiblement exaltants qu’Aun San Suu Kyi (dernier flop de Besson, c’est décevant que ça tombe sur un sujet aux nageoires quand même plus larges que le Grand Bleu) ou les héros sûrement aussi héroïques et passionnants que le sujet du dernier Jean-Jacques Annaud dont personne ne sait même de quoi il pouvait parler, finalement tous les films potables sont peu ou prou des histoires d’amour. Tous les films d’amour ne sont pas autant au-delà du réel de la vraie vie des vrais gens que les tribulations d’un chinois (héritier millionnaire français) en Chine du temps de Belmondo ou aussi révolutionnaires que les élucubrations d’Antoine avant son exil (pas principalement fiscal, il avait juste d’autres valeurs différemment superficielles, l’envie de voir des cieux plus bleus et des plages moins pavées, l’amour de la vraie vie et un certain instinct de survie, en bref) pour d’autres cieux mais Beigbeder met le doigt sur un vrai sujet alors, pourquoi pas l’amour à Paris.

Parce que les maladies d’amour (fou) durent toujours, en tout cas plus facilement 30 que 3 ans. Il n’y a qu’à voir comment la vie du microcosme parisien tourne depuis un tiers de siècle autour des mêmes histoires d’amours pas très fraîches entre gens déjà très vieilles dans toutes les têtes quand elles étaient plus jeunes, des mêmes idées déjà  anachroniques avant la chute des murs, des mêmes désirs d’avenir poitevins, corréziens ou d’ailleurs qu’avant l’invention des pays émergents, l’augmentation du prix de l’électricité et les Autolib’ à Paris. On se demande où est passé l’amour de la France comme du temps de de Gaulle, alors pourquoi pas … Charles (Beigbeder, investi par #UMP dans le 12ème arrondissement de Paris où le parachutage d’un descendant de Mongénéral exfiltré des Deux Sèvres avait très laborieusement fini après deux mandats sans importance dans un quartier pourtant difficilement perdable par une droite classique pas trop lapin-crétin et ne se tirant pas trop de balles dans les pieds, et où l’encore plus expéditif parachutage du jeune Klarsfeld en patins à roulettes -qui ont traversé la place Félix Eboué encore plus vite qu’une tribu de rollers du vendredi soir- a prouvé qu’on peut faire toujours plus haut, plus fort et plus vite pour offrir Paris au camp d’en face même si on est sérieusement à côté de la plaque question Jeux Olympique, tant à Paris que du côté de Charles Beigbeder (qui n’est pas 100% responsable de l’échec d’Annecy, l’opposition était solide sans être invincible, les équipes de campagne pas très éblouissantes et ses soutiens théoriques un peu incertains, voire pas très accueillants pour une arrivée tardive sans racines sur place, ce qui n’est pas sans rappeler le 12ème arrondissement de Paris, d’ailleurs). Alors pourquoi pas Beigbeder à Paris 12è (appelé 8è circonscription, ça doit être un truc pour tromper l’ennemi) mais comme le 12è est devenu très bobo depuis que les fans de Mongénéral de la vraie Croix de Lorraine ont commencé à défunter un peu et que les -très confortables- appartements sociaux sont consciencieusement remplis de fonctionnaires ou d’agents de la ville de Paris au bulletin volontiers conservateur de gauche plus que de vieux gaullistes (Chevènement est un Gaulliste du 3è type et il préfère les arrondissements plus chics), tous les zexperts en sondages disent que l’inconnue #PS qui a gagné sur un malentendu en 2007 sera réélue dans un fauteuil ne serait-ce que par esprit de contradiction anti UMP. Alors ce serait peut-être plus habile de parachuter l’autre Beigbeder, celui qui fait moins gendre de bonne famille conservatrice « à la Dupont Aignan » et qui a un peu moins performé dans le bizness mais qui est plus un « vrai gens » aux standards des arrondissements parisiens bobos ma non troppo où les gens qui ont encore un boulot ou un commerce, et surtout une carte d’électeur à jour, sont assez peu adhérents au Medef. Alors pourquoi pas l’artiste (Reagan et Schwarzie ont créés des précédents question vrai acteur en politique, mais si on a le choix, Dujardin a l’air aussi séducteur mais moins compliqué que Beigbeder).

Ceci dit, l’amour, qu’il dure 3 ou 100 ans de solitude au temps du choléra comme le rêvait éveillé Garcia Marquez au siècle dernier, a ses raisons que la raison ne connait pas, comme la politique, mais on ne vit plus guère d’amour et d’eau fraiche à Paris en 2012. Alors, « … il faut lutter contre le cancer du chômage … » comme l’a dit dans ses voeux aux forces économique du Pdt Sarkozy à Lyon le 19 janvier et un patron, ça fait plus sérieux qu’un saltimbanque amoureux et on ne change pas une équipe qui aurait pu gagner pour Annecy. Alors pourquoi pas Charles.

En bref comme en 3 ans, si les éléments de langage de Lyon n’étaient ni mal écrits par ses communicants qui sont quand même les compatriotes d’Edmond Rostand, ni mal déclamés par le Président qui a un beau talent quoi qu’en disent ses ennemis pendant les campagnes électorales et en murmurent ses faux amis dés qu’il a le dos tourné, il disait aujourd’hui ce qu’on aurait dû faire hier, voire depuis nettement avant hier, grosso modo 30 ans, alors qu’on est déjà demain en Europe et qu’on aime après-demain ailleurs dans le monde depuis bien plus de 3 ans. C’est ça l’amour … de la France mais c’est représentatif d’une certaine idée de 2012. (cf  http://www.lyonmag.com/article/34373/sarkozy-a-lyon-il-faut-lutter-contre-le-cancer-du-chomage ). Alors, amour toujours, Paris romantique, les Aristochats et toussa-toussa c’est bien beau mais il faudrait regarder le monde tel qu’il est devant, pas dans le rétroviseur, à Paris, ailleurs et jusque dans l’Est, entre le chantier du tramway des Maréchaux, Bercy et la « Silicon Valley » française d’autour de la Coulée Verte. By ze way, l’amour électoral, ça dure 5 ans … ou alors 10 … ou bien toujours, ou pas, dans la France éternelle, aussi volage qu’une feuille en automne que volontiers nostalgique des amours mortes au temps des ramassages à la pelles, après les déluges.

Quant-à l’amour sur Twitter, c’est comme au Sofitel, ça va beaucoup plus vite.

Happy Thursday & 2012 😉 * w/ The Cure – « The Kiss » (Live – 2002) –rf2012.wordpress.com ♫ blip.fm/~19pk08

Zut ! l’histoire de forain sortie par #VSD ne va pas aider #DSK à prendre le relais au pied levé de #FH2012 harcelé par les éléphanteaux #PS

« … il faut lutter contre le cancer du chômage … » Vaste programme … les voeux aux forces économique du Pdt Sarko… lnkd.in/9cwUC5

Le Pdt #Sarkozy fait un bon discours de voeux aux forces économiques à #Lyon mais il dit ce qui aurait dû être fait il y a 30 ans #France

Renaud Favier : France & Facebook is out! bit.ly/g8PTOA

Renaud Favier, le Journal ! bit.ly/dQneRc ▸ Top stories today via @amd @lontchi @latribune

Ségolène #Royal fait bien la promo de sa bagnole électrique made in Poitou, mais quid augmentations #EDF et accords #PS #EELV s #nucléaire ?

Quelqu’un veut aller à l’avant première de l’Amour dure 3 ans, demain à l’UGC Bercy, 20h15 avec l’équipe du film ? J’ai une place à offrir. Retweeted by Renaud Favier

@Lty zut zut re-zut je vois ce généreux twit 3 jours trop tard … j’espère que le film était bon et que quelqu’un en a profité 😉 In reply to Pne

Dayez sur #matin1 : « »L’amour dure 3 ans » ne s’exporte pas en dehors des arrondissements parisiens. Beigbeder est le Woody Allen du pauvre». RT by R Favier

@Europe1  » #Bayrou, 1 cible, 3 stratégies eur1.fr/eAA3ljw  » – évidemment, dans l’autre (bon) sens, ça marcherait peut-être mieux …  In reply to Europe 1

@Css parce qu’un plat de lentille gratuit ou une corde pour se faire pendre pas chère, c’est tentant , mais c’était dans le lien 😉 In reply to Nnu

Mort d’entreprises exangues business as usual mais naufrage de trésors de la nation, c+ préoccupant #France #PME viadeo.com/s/Bejxo

Entre la disparition inévitable de TPE fragiles et l’émergence de startups, attention au « noyau » pas assez dur des P… lnkd.in/zXkvVu

Certains matins, malgré les jolies publicités à la TV, le café est un peu amer ;-(… fb.me/1apW6R9Yf  View media

Donc on ferme une usine de lingerie de luxe à la française, encore un Trésor de la nation, parce qu’un… fb.me/1vLwD75hw

Lejaby : cols blancs d’un Trésor de la Nation « sauvés » (jusqu’à quand ?) & délocalisation pour 1 plat de lentilles : s… lnkd.in/QFYWDy

Donc on ferme une usine de lingerie de luxe à la française, encore un Trésor de la nation, parce qu’un soutien-gorge v… lnkd.in/QFYWDy

G’nite 😉 * w/ Kiss @ Madison Square Garden 1996 – « Cold Gin » –renaudfavier.com ♫ blip.fm/~19p61f

Good Evening from #Paris 😉 * w/ The Kiss – « Last of the Mohicans Theme » – madeinfrance2012.wordpress.com ♫ blip.fm/~19p606

Good Evening from #Paris 😉 * w/ Kiss – « I was made for loving you » – occupyvousdefrance.wordpress.com ♫ blip.fm/~19p5wc

Good Evening from #Paris w/ KISS – « I Wanna Rock N Roll All Night » – bestcoffeeinparis.wordpress.com ♫ blip.fm/~19p5t9

#Bref il y a eu un sommet à #Paris #France … #Canal+ ( Le monde 2.012 tel qu’il promet : #Sommet #Social #Elysée ) wp.me/pJjbe-3Oo  View media

Difficile de faire la différence de loin entre iceberg, récif, cap ou sommet fut-il social, mais Enjoy 2012 😉 lnkd.in/bRXsb4

Il y a des madeleines + amères que d’autres lnkd.in/PHACPh” – triste fin pour derniers bérets made in #France #Béatex #compétitivité Retweeted by Renaud Favier

Il y a des mohicans qui font + pleurer et des madeleines + amères que d’autres…: lnkd.in/PHACPh

Nouvelle #France vaste programme depuis le temps de #Chaban et la bibliothèque verte, ou plutôt de Jacques Cartier … wp.me/p23TvS-2A  View media

#Beatex est (était ?) le dernier fabricant de bérets basque made in#France ;-(… fb.me/1zBtcyNke

Sommet social ou pas, #Béatex dernier fabricant de bérêts basques made in #France a déposé le bilan ;-( lnkd.in/GK6Tdw

#Beatex est (était ?) le dernier fabricant de bérets basque made in#France ;-( …: lnkd.in/SaasTq

Jusqu’ici, tout va bien mais le sommet social n’est pas fini. A lire en attendant : Net-Land-Art renaudfavier.com/net-land-art-o… pic.twitter.com/702EH0Ta  View photo

Les 6 tomes de « Mad In #France » approchent des 3000 (e-)lecteurs, il faut dire que l’actualité est un bonne #publicité renaudfavier.com/mad-in-france/

#SommetCrise : l’intervention introductive de N #Sarkozy tiny.cc/eyucb RT by Renaud Favier

@Teo 😉 sinon, sur le made in #France d’autres vérités qui peuvent fâcher, sinon des « données exactes » sur renaudfavier.com/mad-in-france/ In reply to Teo

Renaud Favier : France & Facebook is out! bit.ly/g8PTOA

#Compétitivité « vaste programme » a dépassé 1200 lecteurs, il faut dire qu’on parle du sujet jusqu’au sommet … social youscribe.com/catalogue/pres…

#Compétitivité « Mythes et Réalités » approche des 2000 lecteurs, il faut dire que le sujet est devenu à la mode #France youscribe.com/catalogue/pres…

Renaud Favier, le Journal nouvelle édition bit.ly/dQneRc ▸ Aujourd’hui à la UNE: @rel @challenges

@Francetv2012 😉 n’hésitez-pas à être le 100è lecteur de « Mad in France 6 » youscribe.com/catalogue/livr… & suivre Café du Matin renaudfavier.com/2012/01/18/le-…  In reply to Présidentielle 2012

#France #Paritarisme #Elysée : sacrées montages à déplacer (sommet social ?) pour passer le mur de #compétitivité viadeo.com/s/cNmHZ

Sauter le mur de la compétitivité ou bousculer les tabous pour passer du paritarisme à la française qui coule depuis a… lnkd.in/ESMMHM

Sauter le mur de la compétitivité pour passer du paritarisme qui coule vers la cogestion qui marche, vaste… fb.me/KLAx9xCX

© 19/1/2012 – Renaud Favier – (Comp&titivité) – renaudfavier.com – musique !

* * *

Retour vers les e-books à (re)lire en 2012

            
          

* * *

Retour vers café du matin à Paris qui est un des rares trucs qui ne réserve pas de mauvaise surprise en 2012, sauf si on espère du prêt-à-penser traduit en langue de bois dont on fait le pipeau en saison électorale.

 

Please, mind the gap click on the mug for English version.

  

Retour vers un excellent 2012 tant qu’il est encore conventionnel de le souhaiter.

 

Et surtout, bonne compétitivité (durable, forcément durable, sinon c’est moins bio pour l’emploi et l’innovation et l’exportation et toute l’intendance qui suit, ou pas) en 2012, pendant que c’est à la mode dans les discours.

  

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le monde 2.012 tel qu’il promet : #Amour #3ans #Paris #Beigbeder

  1. Ping : Le monde 2.012 tel qu’il promet : #FF #30Glorieuses #SweetSixties | Renaud Favier : Café du matin à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s