Mais à quoi pouvaient penser les (é)lecteurs français en se rasant le 22 avril ? #Election #Présidentielle #France

Remarques liminaires : tous les (é)lecteurs (ailés ?) ne se rasent pas, surtout le dimanche matin, que la campagne les ait un peu laissé de pierre ou pas, et tous les morts ne votent pas, surtout sur le continent (quant aux lecteurs de « Café du matin à Paris », on espère qu’ils ne se rasent pas, au sens figuré, mais il faudrait faire un sondage quand les tarifs de haute-saison des instituts spécialisés seront passés). Mais cela n’empêche absolument pas la tenue des élections et ne doit surtout pas servir de mauvais prétexte à l’abstentionnisme (en parler, surtout à la TV pendant les 36 heures sans sondages ou discours, toujours ; y penser, surtout en son âme et conscience de citoyen démocrate responsable et pas bloqué par une chute de neige hors saison ou une journée porte ouverte d’un vendeur de voitures de saison made in Maroc, jamais !).

Remarques liminaires, suite : on n’a pas le droit, le dimanche du vote, de dire bruyamment ce qu’on pense en se promenant dans la rue ou autre lieu public, par exemple le bureau de vote, en montrant ostensiblement des éléments de langage sur un panneau ou des slogans de publicité politique sur son tee-shirt, en donnant des signes extérieurs pouvant inciter à la haine politique ou en discutant dans les médias de sondages ou autres sujets pouvant influer sur les intentions de vote des citoyens. Mais cela n’empêche absolument pas de penser en se rasant, de discuter autour du café, voire de parler d’humour politique dans la sphère privée et/ou le cercle familial même le jour du vote (sans ironie, l’humour et la politique font d’autant moins bon ménage qu’on approche d’échéances électorales) ou de publier un billet de blog (pour le eBook « So What 4 », ça attendra 20:00 parce que ce n’est pas la peine non plus de toujours chercher à faire des complications quand on peut faire simple, surtout quand le firewall de la plateforme de e-publication renvoit dans ses buts tout ce qui a l’air un tantinet « politique » pendant la période de relâche de la campagne électorale).

Remarques liminaires, fin : tous les (é)lecteurs qui se rasent en regardant un écran genre TV ou truc qui permet aussi de lire « Café du matin à Paris » (ou les eBooks sur la plateforme électronique made in France Youscribe) ou de regarder Youtube ou Dailymotion (le second est pilpoil pareil mais d’origine française, c’est sûrement meilleur pour l’emploi de djeuns en France de ne pas être trop monomaniaque de Youtube) devraient éviter certains billets (de blogs, ce n’est pas comme les primaires de certain parti, on ne paye pas -directement- pour voter aux présidentielles), contenus multimédias connectés ou éléments signalés parlant de campagne, de candidats ou autres sujets « citoyens », le jour du vote, parce qu’on peut rire avec tout le monde, mais pas de tout.

Ceci frappé du coin du bon sens sur le clavier sans faire tomber de café ou de miettes de pain entre les touches, il serait amusant, voire citoyennement intéressant ou même politiquement un peu révélateur, et vice-versa, de savoir à quoi ils pensent, ces militants ; citoyens ; djeunsparoissoisiens ; abstentonnistes (é)lecteurs.

Celles et ceux qui chassent ou pêchent ou vont faire du parapente ou bossent le dimanche ou aiment faire la grasse mat’ en attendant l’heure du journal de la (très) jolie blonde de Canal+ juste avant la semaine des Guignols évitent généralement de réveiller tout le monde en se rasant à grande eau ou en branchant le rasoir nucléaire à 4 heures du mat’ mais ils pensent comme tout le monde, en principe, et ils devraient trouver un moment dans la journée pour passer (penser ?) faire leur devoir conjugal civique avant la fermeture des bureaux (de vote). Ràs (Rasoir ? Rasé ?).

Ceux qui regardent Téléfoot et toutes les autres émissions sur le « ballon-ballon » toute la journée entre les publicités et l’Ecole des Fans pour être bien sûr d’avoir tout compris aux résultats des matchs de la semaine d’avant et de bien tout savoir sur à quoi pensent les commentateurs sportifs qui n’écrivent pas dans les journaux qui paraissent le dimanche (s’ils savaient écrire, on n’aurait pas besoin de gaspiller du temps de publicité en les mettant devant une caméra), on sait assez bien à quoi ils pensent : il y a les supporters du Barça et ceux du Real, les nostalgiques du foot d’avant et les fans des stars d’aujourd’hui, les supporters du Petit Poucet de la Coupe et les calculateurs qui jouent toujours le favori au loto foot sur le championnat (en ce moment, ils doivent valider deux bulletins parce que Montpellier du Midi-Rouge pourrait avoir la peau du PSG du Qatar sur un malentendu), ils ne pensent pas très différemment des autres en principe, et ils devraient trouver un instant pour aller voter à un moment ou un autre autour de leur déjeuner dominical. Ràs (Pâquerettes ?).

On estime qu’un quart de ceux qui se rasent, ou pas, pensent ne pas aller voter, ne pensent pas à aller voter, pensent à ne pas aller voter, ou vice-versa, ou le contraire, ou s’abstiennent de penser ou de voter ou les deux ou le contraire, le jour du vote. Ràs (gratis ?), mais qu’ils ne viennent pas nous raser ensuite en (mélen)ronchonnant qu’il se passe des trucs dans leur dos et que le monde devient bizarre, limite inquiétant pendant qu’ils s’isolent ailleurs que dans le bureau de vote.

On dit que certains pourraient penser, voire voter tout bas ce qu’ils n’osent pas dire tout haut et que les sondages pourraient être un peu bousculés dans le secret des (b)urnes. Ràs (sévèrement censuré), c’est comme d’hab’ et même si on trouve sympa que Quevilly soit en finale de la coupe de France, parce qu’on pense au Petit Poucet et à David contre Goliath et au pot de terre et toussa-touça avec une larme d’émotion au coin du bulletin de vote, on sait qu’il est quand même de l’ordre de l’impensable (mais impossible n’est pas français, surtout au printemps, on ne peut pas ne pas penser à l’assez consternant 21 avril 2002 à Paris) qu’un club de division d’honneur, même admirablement vaillant, se qualifie pour la Champions’ League (ceci dit, contre le Real ou le Barça, ou même Chelsea ou le Bayern, que ce soit Quevilly ou un autre club français sur le terrain, ça ne ferait guère de différence).

D’après les seuls sondages qu’on soit plus ou moins autorisé à commenter pendant la période de « relâche », le tiers de ceux qui pensent aller voter seraient encore plus ou moins indécis (non, honni soit qui entendrait un autre mot, d’autant que les sondages disent clairement qu’il y a autant d’imbéciles qui savent et qui ne savent pas pour qui ils vont voter, les indécis sont des électeurs comme les autres mais mieux comme les autres que les abstentionnistes et pas moins bien comme les autres que les « décis »). Qu’en penser ? Ràs, du moment qu’ils/elles votent en âme et conscience en connectant si possible le neurone …

Quant-à ceux qui regardent le patinage artistique à la TV le dimanche, on sait d’avance comment ils pensent, mais leur vote ne devrait-il pas être déclaré nul, tant leur comportement est politiquement incorrect ? Ràs (censuré) ?

En tout cas, on peut penser ce qu’on veut, voter (ou pas) comme on veut, on n’a pas le droit d’en parler dans le cloud avant dimanche 20:00, point barre. Même sur Twitter (et même si on est neutre genre Twittos suisse, Facebooker belge ou Youtubiste #anonymous)./

Mais tout ça n’interdit pas d’aller lire / télécharger des eBooks édifiants pour les citoyens électeurs, avec humour sans supplément sur http://www.youscribe.com/renaudfavier/ (by ze way, avoir dépassé Grasset, Fayard et le Petit Futé en nombre de consultations sur Youscribe, c’est une petite satisfaction dominicale même si ça reste très virtuel), surtout qu’on annonce une météo facétieuse pour l’après-midi, après l’excellente surprise du ciel bleu matinal. Ni d’aller « rider » sur le blog https://renaudfavier.com/ (> 134 000 « visiteurs » sur la page principale, c’est virtuel mais ça devient assez satisfaisant) ou de passer « liker » un café du matin sur http://www.facebook.com/cafe.matin.paris.

          
          
         
     
       

Et surtout, n’oubliez pas d’aller voter, après (ou avant, ou pendant si vous avez un mug portable, whatever votes) le café.

RF 22 avril 2012.

PS (nb pour le CSA, le Haut Conseil aux Elections et toute autre institution de contrôle des choses démocratiques qui aurait eu assez d’humour et rien d’autre à faire pour arriver jusqu’en bas de ce billet, ce n’est pas une publicité clandestine pour un parti politique) : quant-à savoir à quoi peut penser un(e) candidat(e) en se rasant, ou pas, ce matin, il faudrait lui demander, mais on n’a pas trop le droit, ou alors se dire qu’il ou elle doit penser à la même chose que nous gros dégoûtants en allant voter plus ou moins utile, plus ou moins sérieux, plus ou moins à fond de train ou à reculons, plus ou moins haut en couleur (le noir et blanc est un peu anachronique, en principe) mais en pensant que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, que l’essentiel, c’est de participer et de garder le sens de l’humour …

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s