Jeux Olympiques d’été de Londres 2012 : rien ne va plus, mais les jeux ne sont pas faits

On dira ce qu’on veut sur l’esprit du sport qui n’est plus ce qu’il était, sur l’argent qui corrompt, sur le dopage qui rôde et sur l’arrière-goût amer que laisse aux Parisiens la défaite, les Jeux Olympiques sont une très jolie fête mondiale et Londres fait le buzz cet été.

Levée du drapeau à l’arrivée de la Reine – 27 juillet 2012 – 22h30

Londres a le feu sacré.

Pourtant, porter une petite flamme devant un vieux dolmen entre deux épreuves de jeux télévisés, c’est beaucoup moins glorieux que de livrer un menhir entre deux chasses au sanglier.

Pourtant, allumer un petit feu devant un footballeur retraité entouré de musiciens militaires, c’est bien moins convivial qu’un bal des pompiers en France.

Pourtant, on peut en vouloir un peu à Londres d’avoir insisté pour organiser ces Jeux qu’on aurait pu offrir à la Grèce (voire à l’Espagne ou à l’Italie) pour rénover ses vieilles installations construites à grands frais mais mal entretenues depuis 2 ou 3000 ans et aider son économie sans ruiner tout le monde et gâcher les vacances du FMI.

Enfin, on ne peut que constater que les choses changent, que Pierre de Coubertin se retournerait sûrement un peu dans sa tombe s’il voyait « tout ça », et que tout ne va pas vers le mieux, mais il faut « faire avec ».

Ceci dit, les Anglais font bien les choses, comme pour le Jubilée de la Reine, et le folklore local est très télévisuel.

Force est de reconnaître que Londres a fait un gros boulot pour rendre la vie des sportifs et touristes en bus et des VIP en limousines (made in Germany ou by Germany in England, il fait « faire avec ») de la Sporklatura aussi agréable que possible.

Force est de reconnaitre que le syndicat d’initiative a fait de très louables efforts pour la décoration même si la lumière n’est pas toujours parfaite pour les photos souvenirs.

Et force est de reconnaitre que le gène « gentleman farmer » britannique apporte une touche campagnarde rafraichissante à ces Jeux, même si l’esprit n’est pas trop aux songes de nuits d’été.

Alors, même si la météo ou quelque autre incongruité incontrôlable s’incrustait dans la fête, ou si la France revenait les fesses sévèrement rouges comme de l’Euro de foot, ou si les marchés profitaient de ce que tout le monde qui n’est pas à la plage regarde les Jeux à la TV pour déclencher un Krach en douce, on peut compter sur le flegme et le sens de l’humour britannique pour sauver la situation.

On peut compter sur l’esprit sportif (fair-play, c’est un peu plus discutable) des sujets de sa Gracieuse Majesté pour que le spectacle soit réussi quoi qu’il arrive.

On peut compter sur une magnifique cérémonie d’ouverture dans un pays qui sait recevoir avec grandeur et élégance, « for Queen and Country ».

Rien ne va plus, mais les jeux ne sont pas encore faits et il n’est même pas dit qu’il va pleuvoir pour la cérémonie d’ouverture.

RF – 27 juillet 2012

    

Ps : lire les eBooks téléchargeables sur Amazon ou Youscribe en cliquant sur les images ci-dessus ne protège pas contre la furie olympique, mais ça peut aider à en sourire.

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, International, Pause Café, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s