Café au son du pipeau, mais dialogue social sans champagne ni fanfare au #MondialAuto #MontebourgShow de #Paris

Arnaud Montebourg est au #MondialAuto ce matin, pour les photos. Mais si le ministre du redressement productif veut voir des Peugeot vraiment made in France, il devait aller aux Puces Porte de St Ouen plutôt que Porte de Versailles. Sinon, prendre la porte qu’il voudra …

Sinon, plutôt que de parler comme un moulin pour ne rien dire, de faire des moulinets avec les bras entre la clim’ de sa Peugeot ministérielle à sièges en cuir et la fraicheur du champagne du médiabancosme sans redresser productivement grand chose, le bel Arnaud devrait recruter les conseillers en com’ de Valls s’il ne veut pas se faire marginaliser pour 2017 maintenant que les Français ont compris qu’on meurt plus dans le monde réel qu’on ne mange gratis dans le monde virtuel du socialisme réel finir par devoir reprendre la petite entreprise de l’ex-sénateur Mélenronchon (on touche une retraite privilégiée à quel âge pour ça ?) devenu député européen par la grâce du suffrage proportionnel qui permet d’être zélu même quand on n’est qu’un futur ex-troisième homme beau parleur à peine capable d’être 4 ou 5è au premier tour de la présidentielle et aussi bien noté par les Français modernes aux législatives que Bayrou, l’autre politicien professionnel devenu protestataire dont l’histoire retiendra qu’il a bien parlé et pas trop mal mangé (compter les rateliers est prématuré) mais n’aura plus ou moins travaillé dans sa vie qu’un ou deux ans comme ministre d’un truc qui ne marchait pas bien avant lui et pas mieux après lui (mais Bayrou, il a peut-être été prof d’université, ou un truc du genre, et peut-être prof moins fictif que Luc Ferry qui s’est d’ailleurs aussi occupé un ou deux ans d’un ministère #pareilamoulinavanpareilaprès, dont incidemment (un quidam ment ?) on ne sait toujours pas officiellement de quel politicien il parlait quand il a dit à la TV que tout le beau monde politique ne fréquentait pas que la piscine de la Mamounia ou des adultes amateurs (à mateurs ?) à Marrakech, mais c’est une autre histoire, tout a changé, maintenant, alors mieux vaut ne plus en parler, d’autant qu’on a plein d’autres rien à dire mais qu’on n’en écoute et n’en pense pas plus, à gauche et à droite, en attendant la prochaine campagne électorale).

By the way, député européen comme les autres qui n’arrivent pas (ou plus) à se faire élire normalement en France, ce serait une bonne idée pour Arnaud comme pour les cadors écolos et les canassons  de retour des autres partis, ça ne doit pas payer beaucoup d’impôts, c’est un peu comme exilé fiscal à Bruxelles, sauf qu’on doit aussi passer à Strasbourg entre une bouffe avec des notables de la circonscription qu’on vise pour la prochaine élection et un discours devant des caméras si les conseillers en com’ en ont trouvé pas occupées à essayer de trouver la recette secrète du chili con carne « à la EELV » ou de suivre le Manuel parce que les images avec de beaux militaires en uniformes et des discours sur de bons faits divers d’automne, ça fait plus l’audimat que les n’ièmes larmes de crocodile sur un plan social ou sur la dure vie des chômeurs que les syndicats et autres partenaires sociaux ignorent, d’autant que les 3 millions de chômistes en ont un peu marre que le dialogue social ne se passe qu’entre nantis protecteurs les uns des avantages acquis des autres, et vice-versa, et défenseurs les autres des privilèges socialistesux de leurs camarades de promo et autres amis fidèles tant qu’on n’invite personne d’autre à table et que d’autres amis ne deviennent pas plus prometteurs. Ach, les ouvriers, patrons et syndicats de l’automobile, les concurrents de l’industrie française ; le ministre de la guerre, gross Malheur pour celui des dommages de la guerre économique en France (et que personne ne la ramène avec les vieilles histoires d’associations, partis et actions françaises douteux, ou de collaboration de capitaines d’industrie française pendant les périodes noires, ça ferait encore plus désordre, comme quand ce Dreyfus avait déjà voulu faire croire que les sabres français étaient de moins bonne qualité que l’acier germanique).

Enfin, maintenant, plus d’excuse pour ne pas aller au #MondialAuto de Paris, même si c’est la crise et s’il faudrait vraiment trouver une autre équipe de conseillers en com’ que ceux qui laissent penser que même le gaucho du gouvernement est vendu en viager aux fumeurs de cigare du Medef et aux consommateurs de cigarillos de la CGPME, de conseillers techniques en politique industrielle révolutionnaire qui n’ont passé que quelques mois dans les couloirs du ministère de l’industrikivapabien, de rédacteurs d’éléments de langage sur la filière de l’électricité en général et le nucléaire d’avenir en particulier qui n’avaient pas encore trouvé les toilettes du ministère de laphynancekivapabien avant d’être réquisitionnés pour le cabinet, et d’ingénieurs en chef généraux et autres inspecteurs en chef rédacteurs de rapports sur les usines de ce qui rouille toujours à fond mais ne roule vraiment plus très bien qui renâclent à faire bosser leurs zingénieurs pas généraux, zinspecterus pas en chef et stagiaires chargés de faire les phtocopies et les recherches zinternet, pour un ministre qui n’est même pas énarque ou au moins ingénieur de quelque chose parvenu à négocier un étage correct à l’hôtel des ministres de Bercy.

Ceci écrit, il ne faut pas non plus le prendre que pour un crétin : s’il avait su ou pu, il aurait demandé un job qui permettent de rouler des pelles à des blondes dans des Porsche, comme les politiciens qui savent compter à Paris autre chose.

Il ne faut non plus le prendre pour un lapin crétin : s’il avait su ou pu, il aurait pris une Audi comme tous les politiciens européens de bon niveau et les excellents français qui comptent à Paris quelqu’un d’autre (et pas seulement pour le redressement productif).

S’il avait su, il aurait pris une 4L ou une R5 et fait Baba Cool ou Français moyen normal comme Clavier avant qu’il ne tourne sous-ploutocrate façon les Bronzés 1, plus bouffi amorti façon moniteur d’auto-école des Bronzés 3 que bouffon époque les Visiteurs 1 ou 2 quelqu’un d’autre (et pas seulement pour le redressement productif), parce qu’il ne faut pas le prendre pour un lapin crétin, lui. Il a fait l’ENA et il en est sorti dans un rang correct, lui.

Les plus lapins crétins d’enfer qui ne pensent à rien de malin en se (nous) rasant les joues, les mollets et/ou les soudébras en saison dans une salle de bain refaite à neuf (avec 2 lavabos et toutes les options pour montrer les savons chics mais enfermer les parfums chers quand il y a des invités et cacher le gadget marrant mais fragile à nettoyer le sol tout seul plutôt que d’employer une personne de ménage maintenant que c’est vraiment impossible, parce qu’après le sam’suffit qui bousille un paysage au soleil ou à la neige pour rien 11 mois sur 12 et la daubasse diesel made by Germany qui roupille au parking pour rien 22 heures sur 24 en moyenne annuelle, le truc indispensable suivant pour être un excellent français exemplaire assez à l’aise pour se payer à crédit une salle de bain de 10 mètres carrés qui impressionne les amis et rassure les potes financiers mais pas encore assez vieux et/ou riche et/ou connecté pour s’offrir un bon conseiller en exil fiscal, c’est une belle sdb neuve) c’est les zotres.

Les zélecteurs de droite qui n’ont rien trouvé de plus malin que de saboter la bagnole de fonction de leur leader maximo parce qu’ils pensaient comme en 81 que mettre les zurluberlus au pouvoir n’aurait guère de conséquences compte-tenu des marges de manoeuvre microscopiques dans tous les domaines, permettrait de faire assumer la crise, le mariage polygame et les abandons de souveraineté au FMI et à la BCE par d’autres, et d’apparaître en sauveur à l’élection suivante, comme Über-Chirac.

Les zélect(u)eurs de gauche permanente, les biobos pas encore assez à l’aise pour être passés à droite (et pas assez crétins quand même pour être restés au Modem ou chez EELV) et autres téléspectat(u)eurs normaux qui ne peuvent pas se payer 2 lavabos par personne mais ne peuvent quand même pas être aussi crétins que les sondages et autres sortis des zurnes le disent et faire semblant de ne rien comprendre tout le temps comme les zexperts qui passent à la TV et disent les contraires les zuns des zotres en faisant semblant de croire que les gens qui regardent la TV peuvent penser qu’ils zont tous raison (les leurs, c’est déjà moins crétins) de faire semblant d’avoir mérité leurs zacquis et autres privilièges de Français moyens, la France de tous les excellents Français qui n’ont guère combattu (cons battus ?), moins encore vaincu (vingt culs ?) depuis Gergovie (Poitiers, ça peut se discuter, c’est vrai que les magnétoscopes japonais ont été boutés hors des hypermarchés français ; la Marne, c’était sur un malentendu, les Allemands croyaient que les Français viendraient combattre là où il y avait des raisons stratégiques de le faire, pas là où il y avait des routes pour venir en taxi) et perdu toutes les guerres même la guerre économique pour laquelle il n’y avait pas à être courageux, juste à être un peu moins accroché aux acquis des travailleurs syndiqués et des profiteurs privilégiés, et un peu plus sensible à ceux qui auraient voulu travailler et qui auraient été prêt à payer des impôts, pour ça (mais pour financer les aéroports pour notables provinciaux et vols en classe business pour technocrates parisiens vers les sommets à Rio, les gares TGV pour villas de nomemklaturistes dans le Lubéron, et les ronds-points d’autoroutes privées pour restaurants à porteurs de Rolex conducteurs de Porsche vers piscines sans vagues, c’est autre chose, une autre idée de la social-démocratie à la française, moins hystérique que celle de la gauche de la gauche, mais moins respectable que celle de la deuxième gauche co-assassinée par le mitterrandisme triomphal et plusieurs majorités successives d’excellents français au triomphe toujours facilité par une certaine idée de l’amnistie fiscale l’amnésie à la française).

Bon salon à tous quand même (avec un peu de chance, vous ne ferez pas la queue sous la pluie, soit en bénéficiant d’un ticket VIP comme le ministre et tout le monde qui se débrouille comme tout le monde comme il peut en France mais encore un peu mieux, soit les nuages resteront secs comme les conseillers en redressement industriel de ceci ou moral de ceux-là, et les experts en fabrication de politique économique ou industrielle en France) et surtout à Arnaud (Montebourg, pas Lagardère, quoique l’héritier de Jean-Luc et Matra doit bien avoir un genre de sentiment pour les belles … voitures françaises, même s’il est passé aux objets volants européens et à la presse internationale, parce que quoi qu’on médise de lui, il n’écrit pas ses scénarii à Londres, ses chanson à Gstaad ou Los Angeles, ou sa musique à New-York comme tant de donneurs de leçons de moindre envergure, y compris fiscale).

Renaud Favier, 6 octobre 2012

Ceci écrit, qu’on soit plus ou moins ému(e) par le chant de cygne du Lion de Sochaux ou par les cris d’orfraie du jeune Lion (lion sot ?) de Solferino qui passe certains week-ends en Saône et Loire, on en entend de vertes et de pas mûres dans la jungle française en ce début de saison de la chasse à tout ce qui reste encore en France, et si on veut un genre de traduction pas trop politiquement lobotomisée, ni lobbyiste pour ceux-ci de pas trop fréquentables, pour cela de pas très recommandable, ou vice-versa, on peut télécharger sur Amazon (et lire sur Kindle si on n’a pas de iPad, iPhone, iMac ou MacBook) quelques eBooks sur le monde réel ici et maintenant tel qu’il va (ou pas) vraiment, pour se préparer avec humour mais sérieux à la France, à l’Europe et au monde tels qu’ils approchent à vitesse encore un peu plus déraisonnable qu’une joli coupé RCZ ou une Alpine à pleine bourre sur circuit pendant le salon de l’Automobile de la Porte de Versailles (avant, on disait “Mondial”, mais c’était avant que ceux de Shanghaï, de Séoul, de Sao Paulo et bientôt Varsovie, Prague et Istambul n’aient gagné la bataille de l’automobile dans la guerre économique et qu’on parle de le délocaliser au Maroc, maintenant que la France est officiellement en crise et qu’on ne voudrait pas imposer des heures sup aux douaniers de Roissy ou aux fonctionnaires du STIF/RATP déjà obligés de lire tous les compte-rendu du dialogue social dans leur administration, de participer à des séminaires d’information sur la vie après les plan sociaux et les contrats de générations, et de perdre du temps à remplir les formulaires de RTT en 3 exemplaires parce qu’il n’y a plus de budget pour remplacer l’imprimante en obsolescence pré-programmée pour laquelle on avait acheté 5 ans de stock de toner d’avance via un intermédiaire qui avait des fournisseurs en Belgique mais qui ne reprend bien sûr pas la marchandise incompatible avec l’imprimante qu’on achètera quand in y aura des crédits) depuis que l’écologisme globalement responsable s’est noyé à Copenhague, qu’une certaine idée de la politique française n’est pas sortie blanche comme neige de 40 ans de hautes certitudes inefficaces de la suite d’un certain Sofitel, et qu’il a fallu accélérer la dérive des dettes publiques des Clubs-Meds à cause des subprimes et de quelques autres incongruités financières d’origine principalement anglo-saxonnes et fantaisies budgétaires à la française, et se faire une (dé)raison de contreperformances commerciales d’origine pas seulement chinoise ou allemande, et que la politique d’achat de temps contre la crise approche dangereusement de ses limites avec ou sans QE3 aux USA, MES ou MOT en Europe, les dignes vieux de Karlsruhe, les djeuns indignés d’Athènes ou Madrid et toussa-touça kivapa vraiment plus du tout d’autant que le feu semble avoir pris plus au sud dans la foulée des révolutions de jasmin dont toutes les bienpensances se félicitaient pourtant avec autant d’enthousiasme qu’elles se laissaient inviter en vacances et/ou avion par les prédécesseurs des incendiaires. Mais what else ? Comme le dit Saint Woody Allen : “Je hais la réalité, mais où ailleurs se faire servir un bon steak ?”.

    

On peut également lire ou télécharger ces eBooks sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et mieux adapté que ePub à l’impression en format A4) en cliquant sur les icônes ci-dessous avec le mulot.

               
               
         
           
        
      

Whatever works, mais si on a du 3G ou du wifi, on peut aussi lire (gratuitement) le dernier billet du blog “Café du matin à Paris” (ou un résumé en anglais si on est anglophone et/ou pas trop chauvin) avec le café à n’importe quel bout du monde, cela ne peut pas nuire plus gravement que tout les restes aux exportations sans entrepreneurs, à la réindustrialisation sans capital ou au made in France sans clients.

Mais on peut préférer acheter ses livres sur les étagères d’un bon libraire, dans un café librairie sympa ou entre les aspirateurs automatiques et les cafetières d’un agitateur d’idées un peu rangé des voitures mais auquel on est habitué et dont on prend toujours la carte de fidélité par habitude, ou vice-versa.

Auquel cas, la reco de la rentrée “littéraire” : “La théorie de l’information“, un genre de “western financier” à clefs (lire : sur les corsaires français des télécoms, nb pour éviter tout malentendu que la formule, citée ci-dessous, qui fait sourire les auditeurs des radio-business-fm, vise quelqu’un d’autre que DSK qui a bien dû s’occuper de télécoms françaises dans sa carrière ministérielle mais n’est pas dans ce “coup”, les puristes auront bien entendu rectifié d’eux-mêmes car ni son Audi à Washington, ni la Porsche de son communicant à Paris, ni probablement son véhicule à Marrakech où il fait trop chaud pour circuler sans capote, ne sont des décapotables, étant entendu que DSK lui-même n’est pas un pornocrate, si on ne l’écrivait pas on risquerait un malentendu, mais est indubitablement un peu chaleureux pour circuler à l’étranger sans capote) du jeune Aurélien Bellanger, chez Gallimard, ravira les vieux qui lisaient non pas des romans d’amour mais du Sulitzer et du Dumas dans leur jeunesse, avec des trouvailles comme ” … les pornocrates en cabriolet …” (lire : “les gusses, devenus maintenant très fréquentables parce que très riches et puissants, qui avaient fait un hold-up sur le plancalculo-télécom à la françaises en inventant le “Minitel rose” sans opposition des politiques bien avant que les pirates en Rolls roses prospèrent sur Internet sous les “vivas” des djeuns #occupy et les sourcils froncés des ingénieurs télécom à la française occupés à suivre les cours de bourse d’Alcatel et France Télécom, l’honnêteté intellectuelle obligeant à signaler à leur décharge que des ingénieurs des mines et des ponts se sont également mêlés de ces triomphes monopoli(s)tiques à la française sous le haut patronage de l’administration et des politiques (in)compétents, et que ce n’est pas leur faute si les ingénieurs français qui savaient compter ont tous préféré aller dans la banque, les cabinets ministériels et/ou, pour les plus conservateurs, les fromages résiduels du bon vieux temps de l’économie mixte genre Tunnel du Mont Blanc, Française des Jeux, EDF, feu l’industrie automobile, sidérurgie ou du transport aérien etc encore moins verts et/ou plus, voire trop mûrs souvent …).

Sinon, côté littérature économique, les usual suspects de l’exploitation, explication ou futurologie de la crise vont probablement publier pour Toussaint afin de surfer sur la vague de morosité de début novembre, tandis que les vendeurs de Trente Glorieuses devant nous, de bilan et perspectives du gouvernement ou de France se renforçant dans l’adversité attendront certainement la saison des achats de cadeaux de Noël pour profiter du regain de bonne humeur des (é)lecteurs devant les jolies vitrines, les étals tentants et les décorations festives. Il n’en reste pas quelques écrits recommandables comme “Homo Economicus” de Daniel Cohen, qui vole un titre mais écrit très honnêtement et opportunément sur la bipolarité de l’être humain occidental compétiteur et coopérateur à la fois, en crise grave depuis que le mot coopétition inventé à peu près au même moment que partenariat public-privé et junk-bonds est à peu près aussi has-been que l’économie mixte et les coopératives ouvrières du temps de Mongénéral, sauf dans les conversations d’après digestif dans certains milieux privilégiés restés politiquement au début des très progressistes mais non viables années 80, économiquement au début des très psychédéliques mais ultra-confortables années 70, et intellectuellement à la fin des très regrettées mais über-déstabilisantes roaring sixties.

Enfin, côté littérature érotique pour filles, on murmure dans le landerneau que l’anglais de la version originale est tellement simpliste qu’il ne sert vraiment à rien d’attendre la sortie prévue en octobre (en France, Lattès, 17 octobre) de la version en français de l’incontournable “Fifty Shades of Grey” (et que c’est une excellente raison d’acheter un truc électronique pour lire dans le métro (ou d’apprendre à télécharger en pdf sur iPhone, iPad ou n’importe quel machin électronique moderne portable, ou pas) pour éviter que les voisins, collègues, enfants, parents et autres impedimenta sachent qu’on mange lit du cochon en cachette comme tout le monde qui a du temps à perdre et de la libido à dissiper mais un(e) conjoint(e) moins disponible que DSK dans les années de jeunesse, et plus assez d’énergie, d’audace ou de méthode pour sortir draguer).

Conclusion provisoire : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Compétitivité” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Voyage en 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “France 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “English Coffee” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Café du matin à Paris” : cliquer sur l’image ci-dessous

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Compétitivité, Environnement, Humour, Pause Café, Politique, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s