Entendu dans l’ascenseur de la tour des ministres à #Bercy : « Le Taylorisme ne passera pas ! »

entree-jules-verne

Avant, on fabriquait en France l’ascenseur social (qui se renvoyait dans les deux sens) pour tous. Dont on ignorait le bilan réel, mais l’électricité et autres impacts passaient dans les charges communes que tout le monde pouvait payer, alors … Mais c’était bien avant.

ascenseur_roux_combaluzier_France

Maintenant, on a inventé les ascenseurs qui parlent à Bercy (certains ont une voix de femme, d’autre d’homme, mais ils disent tous, toujours la même chose qu’on sait d’avance, c’est comme les ministres), les tapis roulants à l’horizontal pour les métro-contribuables résiduels (ça ne veut pas dire que ce sont des résidus, mais qu’ils sont résidents fiscaux d’une part, et un peu les derniers à ne pas s’être envolés ou bien protégés, d’autre part) appréciant de passer d’un bout à l’autre d’une gare souterraine en vérifiant s’il y a du wifi pour twitter et les escalators tournant à vide en dehors des heures de bureau pour que les citoyens chômistes aussi puissent avoir l’impression de monter (ou de descendre encore plus vite, c’est un problème technique restant à résoudre pour les ingénieurs français qui cherchent un système, genre portillon ou fléchage alléchant, pour que les gens arrivés au rez -de-dalle ne puissent pas redescendre tout de suite, ou au moins n’aient pas l’impression de descendre). Et les ingénieurs  allemands, chinois, turcs, brésiliens et coréens, entre autres, des fabricants contemporains de matériels de transport travaillent sur des escaliers roulants avec tapis rouge intégré à capteurs solaires pour être vert, pour les passagers de Première Classe. C’est (in)différent. C’est normal.

nicole-bricq-francois-hollande-et-laurent-fabius-le-4-novembre_1011462

Photo : Bertrand Langlois/AFP
Nicole Bricq, François Hollande et Laurent Fabius le 4 novembre 2012 à Beyrouth
La nouvelle diplomatie économique française en action

Compléments d’information, si on a 3 minutes en attendant que le café refroidisse un peu (sinon, il y a des ingénieurs contemporains allemands et touça-toussa ailleurs qui travaillent sur une tasse à café qui transmettrait la chaleur de l’expresso à une batterie via le comptoir ou le logement à mug dans les véhicules modernes, ce qui ferait accessoirement gagner du temps, et c’est de l’argent, aux consommateurs de café, mais les corps constitués de la République préparent une exigence de dialogue social pour expertiser les conséquences sur la TVA du café au comptoir et mesurer les risques d’exercice de droit de retrait par les mesureurs de durée de pause-café en France) : http://madeinfrance2012.wordpress.com/2013/02/22/competitivite-au-moins-trois-epees-de-damocles-sur-le-commerce-exterieur-de-la-france/

lascenseur_dotis_dans_tour_eiffel_mugs_a_cafe-p168826910154952731enihf_216

Ach, si le Taylorisme menace les temps modernes jusqu’au café à Paris, gross Malheur …

Renaud Favier – 22 février 2013 – Café du matin à Paris

PS : en attendant, tout le monde n’est pas condamné, surtout le Casual Friday à l’heure d’un café, au taylorisme avec escaliers roulant vite pour twitter mieux et ascenseurs pour twitter plus haut et plus fort, et ça continue à discutailler tranquillement sur internet entre Taylor (le patron de Titan, le fabricant américain de pneus agricoles qui avait été pressenti pour reprendre l’usine Goodyear d’Amiens, pas le gars qui avait permis à Ford & Co. de révolutionner les méthodes de production industrielle en Amérique et dans le monde et contribué à la prospérité durable des Etats-Unis et du « reste of ze world », même en France) qui écrit en business-American et les rédacteurs de courriers en français politico-administratif de Bercy de Montebourg (le ministre de l’hospitalité pour les investisseurs étrangers en France, de l’attractivité au pays qui a inventé le surréalisme, et du redressement productif entre le RTT et la pause-café). Rien de nouveau dans l’escalier sous le soleil …

shadok16 Crédits : Jacques Rouxel

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, Pause Café, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s