No Pays’ Perfect … même le Brésil

bresil

Et ouais … – Crédits : Chappatte IHT

Après le forfait de Ribéry, qu’on croyait suffisamment « teutonisé » et discipliné pour ne pas avoir piscine à chaque brainstorm avec ses compatriotes sportifs exilés en Angleterre comme Nasry ou grippe intestinale à chaque entrainement avec les professionnels mieux patriotes et/ou plus désintéressés restés en France genre Valbuena ou le troisième gardien en charge de la motivation des troupes, c’est à se demander si la propagande anti-Brésil n’influencerait pas (à tort ou un peu à raison) les esprits les plus faibles.

foot-mondial-2006-France-Bresil

Et ouais … – Crédits : Tastet

Il est vrai qu’on voit passer sur facebook un peu plus de vidéos anti hydroéléctricité (bravo les lobbyistes du nucléaire, du soja OGM et du jus d’orange sur brûlis de jungle pour tous) au Brésil (bravo les idiots utiles des centrales au charbon en Allemagne et des barrages en Chine) que d’habitude, et qu’on est bien forcé de se dire qu’il n’y a pas que les stades climatisés au Qatar qui sentent le tristement normal, voire le franchement pas ragoûtant.

Brésil Football

Quand le BTP va, tout va, c’est partout pareil … – Crédits : Georges

Il est incontestable qu’on croise sur Twitter un peu plus de vieux marronniers sur les escadrons de la mort brésiliens passant leur temps à écorcher vifs les petits enfants des favellas, les gros Indiens écolos aussi gentils que Casimir dans l’Île aux Enfants, les petits paysans respectueux de l’environnement ne défrichant jamais l’Amazonie (avant de se faire exproprier pour mettre un aéroport, une autoroute à péage ou une plantation de trucs à exporter aux Biobos occidentaux et/ou un élevage ultra-intensif de poulets congelés à envoyer aux Cocos Chinois et bonnets rouges bretons, la loi de la jungle est partout la même après déforestation et le labourage par les damnés de la terre) et autres fantasmes de vieux gauchistes nostalgiques de leurs héroïques combats de salon de centre-ville et terrasses parisiennes contre les militaires d’Amérique Latine et l’impérialisme pas communiste, d’alter apparatchiks frustrés de grandes manifestations avec apéro à la Bastille sponsorisé par les Inrocks et concert de Yannick Noah sur grand écran, et djeuns à photo de Che Guevara tatouée sur la verge et/ou les tétons considérant le mojito trop cher en carrés VIPeople pour vieux friqués et pas assez frappé dans leurs repaires communautaristes de banlieues plus ou moins policées, et joueurs de tous âges de jeux vidéos ultra-violents trouvant un peu trop sot les images sur les lapidations par-ci, les pendaisons par-là, l’esclavage et les Fukushimas ailleurs, et les massacres à la machette avec option rodéo en moto de militant du club ou village d’en face accroché avec du barbelé moins loin de la Francophonie qu’on ne veut le penser, entre autre images débilitantes pour les gamins et déstabilisantes pour les honnêtes gen(re)s plus ou moins adultes payant des impôts et faisant faire leurs devoirs aux mômes et leur lit aux ados, et autres citoyens normaux chantant leur hymne national de temps en temps avec plaisir, voire fierté, sans faire des saluts nazis, des mines de mangeur de caviar trouvant la louche trop petite, ou autres gestes aussi déplacés que les apparatchiks parisiens aux festivals dits « culturels » ou à la coupe du monde au Brésil sur fonds publics, même hors caméra, même en dehors des saisons électorales, sinon exemplaires.

Frank Ribéry Football

Oula ! – Crédits : Délirius

Il est normal que les proxénètes de l’Ouest (lire du Bois de Boulogne à la Madeleine via l’Avenue Foch), du Sud (lire de la forêt de Fontainebleau à Marrakech via Marseille) et des centres de Paris (lire des centres de massage de partout où il y avait des commerces normaux avant, jusqu’aux hôtels et autres coins de débauche d’autour de tous les lieux de vie des désoeuvrés friqués genre politiciens et autres rentiers professionnels, ou demander à DSK pour les hétéros, à d’autres pour les autres) et de Bercy (comment appeler les ceusses en costards de (futurs) banquiers qui mettent les gens à la rue et leur font piquer le peu qu’ils/elles peuvent y gagner par des subalternes ?) co-financent un peu de dénigrement de la concurrence (la publicité pour le tourisme en France, c’est compliqué, surtout qu’on ne peut pas trop compter sur l’équipe de foot ou les gangs de politiciens en folie pour doper l’image de la France, de DSK, et des Français dans le monde).

Brésil

Et ouais … – Crédits : L Gouve

Pour en revenir au Brésil, le pays n’est pas parfait (quel grand pays contrôlé par des apparatchiks gauchistes pourrait l’être, quel coin du monde a jamais été parfait à part la mythique -et très ennuyeuse, et pas mal désertée par les ingénieurs et autres CSP+ allergiques aux impôts comme partout ailleurs- Scandinavie de la parenthèse enchantée des années 70 ?), les Brésilien(ne)s sont des hommes comme les autres (enfin, les travelos, c’est encore un autre sujet), et les activistes brésilien(ne)s sont des twittos mastiqueurs de chewing-gum et autres trolls d’apéros facebook comme les autres, avec des amis dans le web et #IRL naïfs ou à la recherche du quart de minute de gloire virtuelle comme les autres retwittant tout et (surtout) n’importe quoi sans réfléchir, ni vérifier, comme (presque) tout le monde qui a du temps et le goût pour le surf internet sans jamais regarder le ciel, ni mettre le nez sous la surface de l’eau ou les mains dans le sable, même les journalistes jugés sérieux par leurs (é)lecteurs, médiacrates vénérés par leurs groupies, et blogueurs préférant l’audimat (et la pub) aux vérités qui fâchent les sponsors et les ami(e)s facebook.

sculptures-art-insolite-sable-bresil

On a les trottoirs qu’on mérite … – Crédits : Internet

Il y a de la propagande, des communicants politiques et des médias complaisants au Brésil comme partout.

An activist demonstrates in front of riot police outside the Mane Garrincha National Stadium in Brasilia

Crédits : internet

Vive le Brésil (quand même) !

Plantu France Brésil Humour

Vive le Brésil (aussi, et la France, quand même) ! – Crédits : Plantu

Ne serait-ce que parce que … what else ?

Brésil Olivero

What else ? – Crédits : Olivero

Lieber (Ca)Rio(ca) als Bio(bo parigot) !

Renaud Favier – 8 juin 2014 (nb limite de déclaration d’impôts internet mardi 10 à 23h59)

PS : Regardez le Brésil dans les yeux https://renaudfavier.com/2011/01/02/bresil-regardez-le-21e-siecle-dans-les-yeux/

PS 2 : La vue sur la mer, ça se paye https://renaudfavier.com/2011/02/27/vue-sur-la-mer-pas-sur-lamer/

PS 3 : Et puis what else ? https://renaudfavier.com/2013/06/22/ou-va-le-bresil-vers-une-revolution-dhiver-austral-ou-un-occupy-anonymous-sans-lendemain/

PS 4 : Et vive le pays de Pélé, Niemeyer, Jobim, la bossa, Copacabana, toussa-touça ! https://renaudfavier.com/2012/12/06/deja-j-19-15-pour-les-mayas-la-vie-est-un-souffle-adieu-bravissimo-et-surtout-merci-oscar-niemeyer/

* * *

Brasil Brazil Brésil

Et ouais … Un click, un café do Brasil …

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Humour, International, Musique, Pause Café, Sport, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s