#Trump Power (n’en déplaise aux people californiens, à Wall Street, et au futur ex président Hollande)

Bref, #Brexit, le replay pour ceux qui n’avaient pas compris la première fois, et qui pensent que les veaux vont suivre les consignes de vote des actionnaires du Monde, de Libé, ou du Figaro, les instructions de Guy Bedos, Yannick Noah, Zaz, ou Diam’s, et les avis circonstanciés des génies des sondages …

Les New-Yorkais pas abstentionnistes ont voté ultra majoritairement pour (#Occupy ?) WallStreet …

Les Californiens se fichent bien de qui s’occupe du potager bio de la Maison Blanche et fourre des cigares dans la foufoune des stagiaires à Washington, du moment qu’ils peuvent cultiver de l’herbe dans leur jardin pas public et la fumer sur leurs terrasses privées au soleil …

Et la Floride des immigrés cubains, cadres sup retraités de l’industrie sinistrée, et exilés fiscaux français aimant la bronzette mais ni les décalages horaires, ni les microbes, n’a pas eu besoin de la main invisible d’un frangin gouverneur pour forcer celle des électeurs, cette fois …

Le(s) reste(s) de l’Amérique a (ont) préféré le slogan #MakeAmericaGreatAgain répété par le challenger venu de nulle part (et, par parenthèse, lâché en route par pas mal de VIPeople  GOP, apparatchiks et notables républicains, jusqu’à George Bush qui a ostensiblement montré qu’il ne votait pas pour Trump) aux éléments de langage #FemalePower cuisinés par les conseillers de la favorite démocrate (au demeurant pas mal écorchée pour ses amitiés financières et son progressisme très Cinquième Avenue par son dernier adversaire aux primaires, Sanders), les mots de Clint Eastwood aux paroles de Madonna (personne ne connait les autres people plus ou moins éphémères que Ma Clinton a fait chanter à ses meeting ou interviewer par ses médias), et le vieux renard rustique à la vieille poule de luxe.

Y’a que Hollande pour ragnagnater en croyant que ça intéresse quelqu’un, ce qu’on pense de ceci ou ceux-là, à l’Elysée de maintenant …

The winner takes all.

C’est la règle de ce jeu.

Ciao Hillary, bonne chance dans votre nouvelle carrière de conférencière, ou chez Goldman Sachs, et au club des ex renvoyées au terminus des prétendantes avec Ségolène Royal (attention, Michelle Obama est en embuscade pour la présidence … du club).

Mr Trump goes to Washington, épicétou.

Reno – 9 novembre 2016

PS : Good game, Hillary ; Bravo Donald ; Good luck everybody and God bless America, à la santé des Gaga, Beyoncé, Springsteen et compagnie qui ont en âme et bonne conscience (de leur intérêt ?) choisi de soutenir Hillary Clinton, même quand les vrais sondages pas vus à la télé montraient que le sort avait choisi Trump.

PS 2 : faut croire que l’influence et la crédibilité des bienpensants « à la » Michael Moore ne sont plus ce qu’elles étaient …

PS 3 : … que la génération de Bob a faibli sur ses vieux jours, surtout de la tête …

PS 4 : … et que les (rares) people qui ne soutenaient pas Hillary (plus ou moins sur commande ou par réflexe) étaient plus convaincants, et/ou plus visiblement sincères.

Advertisements

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans campagne électorale, Communication politique, International, Politique, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s