La méthode #Hollande, c’est moitié Tarantino, moitié Vampire Diaries. Pas très classique, mais une #compétitivité certaine

La méthode Hollande, c’est de laisser un socialiste dire (ou faire) une énormité sur un sujet tendance, de demander à Matignon de piloter le buzz, voire un groupe de travail et un raout au Conseil Economique et Social, et puis de laisser les morts (vivants ?) repartir ensemble.

Le cas d’école de la méthode Hollande, pour les manuels de communication politique de 1ère année de prépa ScPo, c’est l’écologie. En à peine une grosse centaine de jours, Duflot était renvoyée à ses fourneaux s’occuper des légions d’honneur de ses potes et cuisiner son chili con carne pour la famille avec droit à deux twits insipides par semaine ; les notables de l’écologisme à la française étaient ravis d’être expédiés regarder Ushuaïa en DVD en attendant le prochain raout international en bord de mer après un genre de vrai-faux Grenelle avec diffusion de vapeurs de cannabis dans les tuyaux de clim’ du Conseil Economique et Social et Environnemental ; et Nicole Bricq était transférée de la prospection de Total en Guyane avec discours à Rio à l’assurance-prospection des PME exportant déjà en Belgique et pouvant espérer visiter tout le Bénélux avec groupe de travail à Bercy sur les ETI et conversation à Jouy-en-Josas avec le Medef. Carrément Kill Bill 2 genre l’enterrement vivante de la sublimissime Uma Thurman, mais comme on n’est pas dans un film américain, même si la réalité française ressemble pas mal à du Tarantino (plutôt genre Pulp Fiction avec ces histoires de drogue jamais dangereuses et de gangsters jamais coupables), en ce moment, pas de happy end en vue pour l’environnement. En anglais, pour les lecteurs à la rédac’ de The Economist, la méthode c’est : « Kill your parents, f… your friends and have a nice day » (même si ça ce n’est pas du Tarantino).

No comment sur la petite démonstration à EELV comme quoi il suffit de demander au fisc de regarder dans les comptes d’un élu ayant des amis qui voyagent un peu entre Genève et Marrakech pour faire un peu de ménage, le message est bien passé et les ceusses qui tiennent un peu à leur mandat pour les municipales et européennes de 2014, qui présentent l’avantage pour les petites entreprises politiques que la proportionnelle permet à des cadres apparatchiks de s’incruster dans des fromages à 1 ou 2 SMIC avec carte orange 3 zones au pire (genre le Conseil de Paris), 3 ou 4 SMIC pas trop imposables  sans obligation de présence le vendredi (cf le docu sur les députés européens qui font la queue avec leur valise avion pour faire tamponner leur certificat de présence le vendredi matin à l’ouverture du bureau du fonctionnaire ad-hoc, lui aussi payé avec nos impôts, d’ailleurs) et avec transports en 1ère (avec repas gratuit, wifi et prise pour charger l’iPad à l’oeil) entre Bruxelles, Strasbourg et le « Fief » ou le lieu de manif » du week end, au mieux  … vont passer plus de temps à regarder les débats parlementaires sur LCP et les émissions sur les animaux sur la 5 qu’à chercher des poux dans la tête aux élus PS de circonscriptions avec centrales nucléaires ou à faire du raffut sur la déontologie sur les élus PS redevables de l’ISF sur les oeuvre d’art ou autres avantages acquis par les privilégiés qui n’ont pas -encore- envie de rejoindre l’UMP même si ça serait le moyen le plus sûr d’être du côté gagnant en 2017, parce que quand même, aller aux meetings d’un parti dont les porte-paroles sont (les) Balkany, ça la ficherait mal dans les groupes de travail avec Eva Joly et Nicolas Hulot qui sont les alliés de la coalition, et Mélenchon trouverait encore à y redire quand il sera sorti de sa cure de sommeil au Vénézuela. Pour les lecteurs de la rédac’ de The Economist, en anglais, on dit comme dans Pulp Fiction : « Royal, Royal Cheese ».

Alors, à côté du discours de la méthode « à la Hollande » option Tarantino, il y aussi ces histoires de morts-vivants, maintenant. Non pas que Gallois ait une tête de cadavre (quoique, byzeway, il n’ait pas non plus la tête d’un jeune futur chômeurs, couper ses cheveux en quatre pour son rapport fantôme sera difficile, mais on peut lui tirer les oreilles qui sont bien dégagées et sur lesquelles on a une bonne prise, à cause de ses vraies-fausses mauvaises idées de choc sur le gaz de schiste et autres incongruités,  d’autant que sa retraite de bon soldat fonctionnaire exemplaire d’une certaine idée plus chevènementiste que pompidolienne de l’économie mixte, et les fromages républicains y afférents, doit être un brin dépendante du bon vouloir du Château), ou que les futures agences de la BPI décentralisée (ou déconcentrée, on ne sait pas encore trop bien, ça va dépendre si certaines régions peuvent encore emprunter de quoi mettre un peu au tour de table -honni soit qui penserait à des dessous plus ou moins sexy- ou si elles se contentent de mettre à disposition des locaux et des fonctionnaires pour ce guichet unique là, entre l’étage de celui pour l’innovation, celui pour l’intelligence économique et celui pour la création de TPE à vocation internationale) sent le sapin, mais entre certains exilés qui disent qu’ils sont partis à cause du vampirisme fiscal (pas comme le vieux bronzé qui s’est échappé pour pouvoir apprendre l’anglais) et certains dgens normaux (les dgens, c’est comme des djeuns, mais de 7 à 67 ans) qui râlent qu’entre les retraites plus ou moins privilégiées (voire ignoblement scandaleuses) et les avantages (voire prébendes) de la nomemklatura, on suce le sang de la capacité d’innovation et de préparation de l’avenir, pour ne rien dire du pouvoir d’achat et de de l’emploi des dgens qui n’ont pas su ou voulu suivre les trajectoires permettant d’avoir une Porsche à 30 ans, un riad à 40 et une collection de Rolex à 50 en passant par tous les Carlton de France et les Hilton de Navarre, entre deux gang-bangs pour les moins diplômés, un rallye ou une course de chevaux pour les « normaux », une partie libertine subventionnée et une soirée fine pour les autres. « French lovers and Socialism « à la Hollande » …uck », pour The Economist.

Heureusement, on a aussi les dessous de tables pour échapper à la crise, à l’ISF et à toussa-touça qui nuirait gravement au pouvoir d’achat si on ne pouvait pas tricher et s’en tirer avec l’oseille, pas comme Armstong qui s’est fait crucifier par les tartuffes sportocrates mais dont on parlera encore du palmarès réel dans 2000 ans alors que celui de 50 ans de lutte contre les dopages et autres fraudes laisse un peu perplexe sur la compétence des fonctionnaires en charge des dossiers et rapports Polanski, même s’il est nomade fiscal comme tous les intermittents et pas plus exemplaire que Noah ou tant d’autres supporters de la méthode Hollande à cet égard, et s’il est toujours un peu irresponsable mais jamais coupable (en tout cas il se débrouille pour ne pas risquer la taule), comme beaucoup de professionnels et certain militants de la méthode Hollande, mais ce serait de mauvais goût de sang d’en twitter, ça pourrait même donner des coups de sang à certain(e)s. Pour The Economist : « Frenchonomics à la Hollande is as good as a free lunch with sidedishes and some nice mistresses waitresses, as long as it lasts and nobody asks for the kill bill ».

Sinon, si on n’a pas trop le temps pour le cinéma mais qu’on a déjà lu 20 fois ce qui est dans le rapport fantôme de Gallois distribué à tout le médiacosme et même aux quelques ministres qui n’avaient été invités (ou n’étaient pas disponibles) pour le groupe de travail de discussion à Matignon sur la couleur des chrysanthèmes et la théorie de la compétitivité pour tous à visage socialement juste et environnementalement correct mais quand même avec une trajectoire globale plus orientée vers les TPE de circonscriptions amies ou gagnables en 2014 pouvant devenir des PME pouvant devenir des ETI sur un malentendu, plutôt que la voie naturelle en Frenchonomics des grands groupes français qui deviennent soit des filiales (avec siège de la branche française à Neuilly) d’investisseurs étrangers très compétitifs et aux intentions plus ou moins louables, soit des ETI en cours de transformation en PME avant liquidation pour ceux qui appartiennent encore à des intérêts francophones (lire qui parlent un peu français ou beaucoup qatari) installés en niche fiscale en France (on appelle ça les #geonpi), à l’étranger fiscalement normal (on appelle ça les #pigeons voyageurs) ou un peu partout (on appelle ça les très grandes fortunes, généralement héritées ou réalisées par mécano financier mais parfois méritées dans des activités peu créatrices de vraie valeur mais honnêtes genre distribution de produits plus ou moins congelés parfois made in France, restaurants de viande parfois d’origine française, hôtellerie faisant parfois des tarifs spéciaux aux entrepreneurs français prospectant les marchés étrangers, trucs de la nouvelle économie dont certains emploient encore plus ou moins durablement des jeunes ingénieurs Français … dont certaines ont le patriotisme d’employer des conseillers fiscaux installés en France et/ou d’inviter aussi des politiciens français à discuter du financement de la vie politique nationale, du tout à l’égoût et de la redevance TV des résidences secondaires dans les presqu’îles provençales et les îles presqu’atlantiques, ou simplement de la météo économique, politique et touristique … dans leurs riads, sur leurs yachts, à de bons dîners en ville ou à des soirées entre amis cf supra). No translation needed for The (D)Economist, I assume.

Le pire n’est pas certain, mais ça quand même faire bizarre en France après les RTT de Toussaint quand les taux vont monter, que le rating va glisser et que Bercy va devoir bosser fissa à autre chose que l’enterrement du rapport Gallois, la vérification de la corrélation entre croissance du chômisme et pertes de parts de marchés en France et à l’export (de fait, c’est la même chose) ou le calcul du bilan carbone de la nouvelle diplomatie économique : un peu comme le retour des morts-vivants …

Et si on n’a pas le temps de surfer un peu sur Twitter dans le TGV, ou pas de 3G stable dans le métro pour savoir ce qui se dit en ville sur la #compétitivité « à la Hollande », on peut télécharger, comme déjà plus de 4000 lecteurs, la version mise à jour au 21 octobre du eBook gratuit « Compétitivité 2012 » (les +/- 60 nouvelles pages sont à partir de la page 98 et en annexe 11, le fichier pdf est toujours téléchargeable et imprimable mais comme il y a maintenant près de 200 pages, il devient vraiment recommandable d’imprimer recto-verso en deux pages par feuille A4 sur la grosse imprimante du bureau, voire de (e)lire sur écran si on a un iPad ou n’importe quel appareil électronique qui ne rend pas trop aveugle et dont la consommation électrique ne brûle pas encore plus de forêts ou d’uranium qu’un bouquin de politicien stagnant 15 jours à grands renforts de transport émetteur de carbone sur une étagère de librairie politiquement amie entre le clavier du stagiaire et le pilon, ou un rapport de haut fonctionnaire de l’économie mixte diligenté par de hauts fonctionnaires de la politique paritaire professionnelle sur un sujet marronnier genre … la compétitivité durable du made in France et la croissance économiquement viable des entreprises françaises en particulier et implantées en France en général). http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-v3-du-21-octobre-2012-1822197

RF – 23 octobre 2012

Quoi qu’il en soit, qu’on soit, ou pas, amateurs d’histoires de Dracula, de bons films de morts vivants, de débats entre morts qui ne savent pas ou ne veulent pas croire qu’ils le sont à la TV, ou de séries pour djeuns sur les vampires, très impatient de pouvoir enfin savoir si Louis Gallois préconise de libérer la croissance des entreprises en France et de rembourser un peu de dette avant la hausse des taux et la baisse des prix du gaz de schiste maintenant, ou qu’on ne voit aucun espoir pour le made in France, ni trajectoire de sortie d’une peine incompressible de 5 ans pendant laquelle on ne pourra que regarder la pluie tomber en écoutant au mieux les interviews de la jolie et très disciplinée socialiste élue députée de la circonscription d’Europe du Nord, au pire les éructations de Mélenronchon s’il ressort de sa cure de désaddiction aux micros, ou les sorties de Chevènement qui est hélas (pour lui et ses quelques fidèles grognards) de moins en moins convaincant quand il sort de son logement social pour jouer les vieux sachants devant les micros, sauf sur la Corse et les Porsche (le film avec cabriolet noir eu début, gris à la fin, est assez réussi, on verserait presque une larme pour les avocats sous le choc et pour Porsche qui doit avoir du mal à convaincre des clients français « normaux », avec toutes ces affaires impliquant de bons clients, mais la république bonne fille-mère de FR3 Corse offre aux citoyens français de Corse encore mieux avec l’itw en rime d’un lyrique poète ventru genre le commentateur des matchs de foot qui sait tout le dimanche à la TV) … plus ou moins officiellement consommateur de produits pas encore dépénalisés pour les gens normaux et autres résidents fiscaux exemplaires, nostalgique des seventies en général et de Sylvial Kristel dans « Emmanuelle » en particulier communicant, ou journaliste politique (la différence, c’est que le premier peut s’acheter une Porsche à 30 ans en écrivant très mal sur ce qu’il ne sait pas du tout même pour des gens sans importance et des électeurs qui ne sont pas obligé de (savoir) lire et se fichent des éléments de langage du moment que Zlatan marque, qu’il y a de la bonne musique gratuite mais pas trop d’Auvergnats qui secouent les gradins quand même, et de la bonne beur pas trop chère aux meetings, et que les manifestants ne brûlent pas leurs voitures à eux, tandis que le second ne peut s’acheter une Porsche que discrètement, vers la soixantaine s’il n’écrit pas ce qu’il sait et qu’il en sait des vertes et pas mûres relevant au moins du code pénal, voire de la déontologie personnelle, sur des gens très importants avec des amis d’un commerce aisé mais pas totalement blindés côté tribunaux, voire justice plus expéditive -et d’ailleurs pas nécessairement moins injuste, murmure-t’on en ville-) ou consommateur de littérature érotique, ou porno-lignt, voire carrément hard (nb que si on achète ça sur internet ou par carte de crédit dans une librairie, n’importe quel avocat du divorce pas trop demeuré et manquant d’humour trouvera de quoi alimenter son dossier et faire augmenter son bonus de résultat), juste nouveau lecteur connecté très, voire trop normal, rat de bibliothèque à l’ancienne, amateur de belles lettres, esthète des éditions rares, gastronome de l’odeur du vieux papier et des annotations manuscrites, furtif consommateur de SAS ou de Max Gallo, pervers boulimique de littérature sud-américaine ou de vieux poètes morts du monde d’avant-hier, aveugle préférant le braille (aux braillards ?), grand routier ou cadre passant la moitié de sa vie en réunions condamné aux livres audios, ou pas, si on peut porter un Kindle et si on sait télécharger sur Amazon, on peut emporter une bibliothèque électronique entière pas nocive pour le neurone dans sa poche pour les vacances scolaires ou les RTT de Toussaint. Quelques échantillons en cliquant sur les icônes.

        

Si on a un SmartPhone plus ou moins de fonction et/ou si aime bien avoir partout avec soi la tablette à plus grand écran genre iPad ou Notebook dont on bénéficie comme avantage en nature réservé aux hauts potentiels (mais que sinon peut s’acheter à la FNAC tant qu’elle vend ça entre les aspirateurs automatiques made in China et les présentoirs pour bestsellers érotiques made for desperate housewives qui ont arrêté de suivre « Plus belle la vie » parce que c’était trop intello, ou chez Surcouf pour faire plaisir aux vendeurs qui étaient toujours sympas avant la triste fermeture définitive, quitte à coller un logo de la boite derrière pour ne pas passer pour un blaireau en réunion de service mais à pouvoir cacher l’autocollant dans le train ou l’avion avec le protège-écran si la jolie voisine préfère les hommes un peu libres), on peut également lire online ou télécharger plein de livres électroniques sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4). Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
        

Et si on préfère lire ce qui est gratuit, rapport à l’argent, ou parce qu’on en fait une question de principe, ou parce que c’est la crise, par exemple, on n’a qu’à cliquer sur les icônes ci-dessous pour télécharger des livres électroniques, mais pas tristes, à l’oeil.

       

Et puis, si on est vraiment fanatique du commerce extérieur français qui ne s’est pas tellement amélioré depuis que la nouvelle Ministre achète des sacs à main made by France à l’étranger pour doper les chiffres de l’export en mouillant elle-même le chemisier, ou passionné par la compétitivité des entreprises françaises avant les éléments de langage des conseillers en communication de Montebourg ; le rapport Gallois ; le Plan Hollande au XXIè siècle, ou si on a un peu besoin de se documenter sur le sujet en mode un peu “think different” pour son boulot ou ses études, on peut aussi e-lire gratuitement sur le sujet en cliquant ci-dessous.

          

Le bonus de saison (pas d’angoisse, cliquer sur l’image est sans danger de tomber sur un rapport sur la compétitivité sexuelle, une version plus ou moins clandestine ou rivale de « Fifty Shades of Grey », un powerpoint sur la trésorerie des petites entreprises individuelles et autres auto-entrepreneurs, ou une vidéo sur le commerce d’objets en cuir manquant d’humour sauf pour les blagues fiscales).

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Compétitivité, Frenchonomics, Humour, International, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s