C’est l’automne, son été indien et ses sanglots longs, mais parlons d’autres choses

j-aime-l-automne

Parce que, si c’est pour lire la météo et que les temps ne sont plus ce qu’ils étaient avant le changement (climatique, politique, économique, diplomatique …), que même si on voit la porte d’un sacré hiver, on peut profiter encore à crédit de l’été indien, et qu’après l’hiver 2013, le printemps 2014, et ensuite des étés vers 2025 ou 2050, autant surfer sur http://www.Elysee.fr.

automne

Alors parlons un peu (de) vrai, pour changer de ce qu’on entend à la TV (si on règle le son  des pubs bien trop fort, on peut entendre les programmes supposés normaux), qu’on voit à la radio (sur internet, les radios sont fumées, maintenant), et qu’on survole dans les journaux (il faut être vraiment maso, et pas amateurs des photos souvent sympas, pour lire les plumes stagiaires payées au mot, les experts chauves pas que sur la tête et les intellos à brushing frais sur le neurone et chemise ouverte sûrement compétents et informés en tout le reste mais rarement convaincants sur ce sur quoi ils sont payés pour accrocher du temps de cerveau pour les publicitaires, ou les éditorialistes qui se répètent, se copient et/ou se contredisent sans imagination ni depuis avant les premières crises néphréto-névrotiques de Plenel & Co, au temps ou OSS117, c’était des polars sérieux, pas des (bons) films drôles, et ou Lui était le magazine de l’homme moderne, pas la danseuse du frère médiacrate du gars du Medef qui investit dans les terres agricoles en Ukraine et en Paragonie entre deux échecs électoraux dans le 12è arrondissement où il avait twitté qu’il délocaliserait le siège de sa boite, mais il a eu piscine alors il en retwittera à sa prochaine campagne électorale entre une réunion de dialogue social entre patrons UMP, un groupe de travail avec des fonctionnaires #PS, et une conférence avec des apparatchiks #EELV.

Ceci n'est pas une lasagne ...

Parlons cinéma : Ah ! Delon a parlé de France (depuis la France ?), et Deneuve lui a répondu (après avoir jeté son mégot à terre face caméras pour ne pas donner le mauvais exemple aux djeuns à qui on explique que tout saloper n’est pas grave, mais que fumer du tabac commercial, c’est pas bien) entre deux séances de promo pour son film : le médiacosme tremble, les spectateurs vibrent, les commentateurs cherchent quelque chose d’original à twitter sans dévoiler leur vanne unique pour leurs plateaux TV du jour, entre Téléfoot et le Grand Soir3 Dimanche …
Je ne me souviens plus, notre Global-Alain avait fiscalement quitté la France sous Mitterrand et ses communistes quand il a commencé à ne plus pouvoir vivre très confortablement juste en faisant filmer sa belle gueule, ou avant, quand les riches de France pouvaient investir et placer leurs économies dans leur pays malgré les dévaluations, ou encore avant à la fin des Trente Glorieuses ?
Ou pas, auquel cas rien à dire, autant pour moi, on peut être donneur de leçons si on est exemplaire, pas juste béni des dieux avec un talent hors-norme pour un métier subventionné où il suffit de sourire devant les objectifs, de manger, boire et fumer avec des gens riches et influents, et lire des textes écrits par d’autres genre politicien et/ou acteur et/ou comédien et/ou consultant et/ou lobbyiste et/ou présentateur TV et/ou un peu de tout ça.
Ceci twitté, même si c’est l’automne du patriarche du cinéma français pas émigré en Belgique ni éthylisé du neurone mais plus trop dans le coup quand même,  j’aime l’acteur Delon qui plane haut au-dessus de presque tous les autres et apprécie le franc-parler du citoyen Alain qui n’est de loin pas plus lapin-crétin que la moyenne et ose dire ce que presque tous les autres Français moyens normaux pas lobotomisés et/ou militants godillots pensent, et peut se le permettre presque sans aboiements des sous-Bedos de service, presque comme un intermittent du PS à la mode exilé à Londres ou un ex-tennisman chanteur exilé à New-York depuis presque toujours qui peuvent raconter n’importe quoi sans baisser dans les sondages, c’est quand même plus confortable que quand on est un hasbeen du showbiz d’avant Facebook genre Roucas, une vieille vedette provocatrice de quand François, c’était Mitterrand, genre Depardieu, ou un intello d’avant Twitter qui peut se permettre d’écrire un bouquin sur Diderot et la France quand elle grandissait et éclairait le monde, ou un rapport sur les vérités françaises (qui sera placardisé, mais pas perdu pour tout le monde comme trop d’écrits de Diderot qui n’a pas daigné laisser la chienlit hériter toutes les merveilles qu’elle ne méritait pas, et que ses contemporains de haut rang et de fortune en conséquence n’avaient pas juger nécessaire d’acheter, ainsi la bibliothèque du génie français qui inventa l’encyclopédie et inspira le meilleur des révolutions finit-elle à Moscou grâce à la Grande Catherine), genre Attali.

chat Geluck

N’en parlons plus. Déjà que non seulement je sacrilègise au pays de la fille ainée de l’Eglise qui croit heureusement plus en François du Vatican qu’en François 2 de l’Elysée (23% d’opinions favorables dans le sondage du jour, c’est incroyable, comme les pays de Descartes, Pasteur et Victor Hugo peut-il avoir fabriqué 23% de lapins crétins pour apprécier d’avoir bozo le clown triste comme Président ?) et en me tapant mes deux litres de lavasse de café tiède et un ou deux trucs à grignoter avant la messe parce que le frigo n’est pas encore trop en mode crise comme plus nettement après le milieu du mois, mais j’ai confondu eucharistie et épiphanie en racontant la conf’ d’Attali sur Diderot à des potes …
Mais aussi, une bonne galette des rois, surtout maintenant qu’on est prospère et que les boulangers y mettent plein de beurre, de bon sucre et de frangipane, et même parfois des fruits confits, surtout quand ça a un petit goût de fruit interdit hors saison, ça nourrit mieux qu’une hostie …

1157677_647784935255249_1238584085_n

Ne parlons surtout pas non plus de la dernière célébration du 11 septembre au Kenya, de la guerre globale que la France a perdue côté économie, où elle est ridicule côté militaire, dans laquelle elle a été laminé côté idées et culture, et où elle est munichoise, limite collabo, côté religieux.

Ah ! le Kenya, maintenant ! Prise d’otages, dizaines de morts dont des occidentaux dans un pays chrétien, terrorisme islamiste, Al Qaida, Somalie pas loin, enfin un truc qui célèbre le 11 septembre comme il faut … C’est bien plus excitant pour les journalistes et les hôtels pour politiciens sont considérablement plus confortables qu’à Damas … Les communicants des intégristes sont efficaces, eux …

Ceci twitté, la guerre, déclarée ou non, est une saloperie, si nos services plus ou moins secrets faisaient moins de rapports plus ou bidonnés et plus de karcher dans les banlieues ici et là-bas (et certains dîners en ville parisiens, londoniens et genevois), et nos politiciens plus ou moins musclés des petits bras moins de rodomontades télévisées au Trocadéro et de discours dans les stades remplis de désoeuvrés ou l’ONU vide de ses désoeuvrés et plus de diplomatie réelle (Fabius, le chef de notre nouvelle diplomatie économique, il allait à Moscou chercher de nouveaux partenaires de poker de son fiston ou des clients pour l’immobilier de luxe à Paris ?) avec les pays plus ou moins démocratiques mais alliés objectifs dans une guerre globale dont on a déjà perdu le volet économique mais où on peut comme en 45 encore être dans le camp des vainqueurs si on joue un peu habilement et si on trouve des alliés plus résistants que nous, on pourrait faire ses courses plus tranquillement, et aller en 4/4 de ville ou limousine de banlieue acheter ses produits inutiles sans trembler et son made in Germany, Korea ou China sans gilet pare-balles.

Pensée pour les victimes innocentes des balles des uns et de l’absence de boules des autres, tant entre les oreilles qu’entre les jambes.

hollande-mali-finance

Ne parlons pas non plus du terrorisme islamiste, fils naturel du monstre de France-Einstein que plus personne à l’Elysée-Matignon ne sait contrôler à distance et de la finance pétrolière gérée à distance …

Ah, cette mode de flinguer pour un oui ou un non au Sud de la Loire ….

Aussi, c’est curieux, cette manie de construire partout des centres commerciaux plein de trucs dont personne n’a besoin et que les gens normaux ne pourraient pas se payer s’il leur venait l’idée saugrenue de désirer un sac au prix d’une demi Dacia-Logan, une montre représentant 3 ans du salaire local moyen, ou des crèmes genre Nivea bien plus chères au kg que le caviar béluga le plus cher du magasin alimentaire d’entre la patinoire et le Spa … Non ?

Enfin, il faut bien que tout le monde vive, on ne peut pas non plus forcer les touristes a acheter toutes leurs crèmes a bronzer au tax-free de leur escale a Dubaï, ni les prédateurs locaux a voyager jusqu’à Genève a chaque fois qu’ils égarent une montre, moins encore les femmes de diplomates et d’expatries a commander le pain poilane, les fromages et le champagne pour les cocktails sur Amazon.com … Si ?

Mais cela n’a guère de rapport avec le terrorisme international ou l’insécurité en France, que les bonobos manipulés les plus mal formés, en particulier les pas bien finis, deviennent intégristes de ceci ou pour ceux-la, si ?

85595503_o-1

N’en parlons plus, mais ne votons pas non plus pour nainportekoi la prochaine fois comme d’hab’ parce qu’on n’a encore rien voulu entendre, voir, lire, savoir, prévoir …

Et passons un bon premier dimanche d’automne. Si on ne peut/veut pas aller voir la rétrospective Braque au Grand Palais, parce qu’on n’est pas parisien, ou parce qu’on est parisien et qu’on a encore les moyens de prendre l’air à la campagne le week-end, on peut lire le dernier rapport d’Attali. Parce que ses « papiers qui ne servent à rien » et sont stockés dans les placards des administrations con-cernées après copies cryptées pour les services secrets, Matignon et l’Elysée, c’est pas plus mal que les textes de lois écrits par des assistants de lobbyistes qui desservent les tribuables citoyens, la justice et/ou l’économie, les discours martiaux de plumes de seconde catégorie récités par de vieux officiers de réserve pas très puissants, ou les éléments de langage de seconde main achetées à des communicants de troisième ordre. Et sinon, son bouquin sur Diderot n’est pas de l’année (début 2012, c’était une autre époque …), mais il est épatant.

001932357

Et écoutons la radio ce soir pour vérifier que les Allemands ne sont pas devenus fous par contagion d’outre-Rhin, ou comme la fois où ils avaient élu le vilain petit autrichien qu’ils auraient du laisser en prison jusqu’au moins l’été 45, si les politiciens n’avaient pas de passe-droits même quand ils sont ultra-toxiques tendance radioactifs …

En principe, Merkel va gagner, rien que de très normal dans une Allemagne très normale (elle), Arbeit as usual avant, pendant et après la campagne électorale …
C’est ballot pour la bienpensance parisienne qu’il n’y ait pas de grève des mineurs en Allemagne, de fuite des cerveaux et jeunes Allemands vers Londres ou Bruxelles, d’incidents ou de fuite en avant dans le nucléaire outre-Rhin, ni même de petits manifs syndicales et étudiantes à Berlin ou Munich …

C’est agaçant pour les twittos qui sont obligés de répéter comme des mantras que les mini-jobs en Allemagne, c’est moins bien que fonctionnaire politicien privilégié à Paris ou chômiste multiallocataire durable en France, et que Merkel n’a rien fait, juste réussir une cohabitation en mode coopératif au service des citoyens électeurs tribuables allemands, entretenir l’héritage de ses excellents prédécesseurs Kohl qui a réunifié tout le monde dans son pays et au-delà et Schroeder qui a commencé ce que tout le monde politique et syndical et autres sait qu’il faut faire sans jamais oser risquer de couper la branche sur laquelle est posée son fauteuil confortable sur lequel est assis son gros Q, et bosser au régime sec eaudurobinetallemand-jambonallemandnormal-bièreallemande plutôt qu’aller faire des conférences champagne-truffes entre con-citoyens con-ducteurs de 4/4 et limousines à Bamako ou au Trocadéro ou exciter tous les gens chez elle sur des sujets sociétaux pour les uns mais pas sociétaux pour les autres et de toute façon tout le monde s’en fout et ça sert vraiment à rien de perdre son temps à discutailler au parlement du sexe des anges et des autres tous.

Byzeway, bien sûr, la France est plus dans la mer…, maintenant, que l’Allemagne, et ça semble mal barré pour les Français, encore un peu plus qu’avant avec les bozos fébriles de maintenant qu’avec les nains stériles d’avant. Mais … Singapour était un marigot puant entouré de communistes et de jungle il y a un demi-siècle quand il a eu la chance de se choisir un dirigeant comme on devrait quand même pouvoir en trouver un en France parmi 60 millions d’excellents et exemplaires citoyens, non ? Le Japon était un pays ruiné, sentant le poisson et radioactif quand il a décidé de ne pas baisser la tête, comme on pourrait le faire même si on a vraiment beaucoup de raison d’avoir collectivement honte d’avoir perdu toutes les guerres avec toutes les chances que Dieu nous a offertes, non ? L’Allemagne était l’homme malade de l’Europe sentant la transpiration rance il n’y a pas si longtemps avec des baronnies régionales pas piquées des vers (verts ?) et des écolos influents, et elle a mis les roues de secours des mini-jobs sans laisser les syndicats et autres saboteurs du dialogue social bloquer le moteur, embrayé la transition énergétique sans en parler interminablement empêché la stérilisation de son économie par la spéculation immobilière et la fonctionnarisation, et rappelé à ses citoyens, y-compris les ex-communistes, qu’il faut bosser pour manger et payer ses médocs et la scolarité de ses gosses, et ça va mieux, non ? Je dis ça, je dis rien, mais pour sortir de la mer…, il faut aussi ne pas s’y installer en s’habituant à l’odeur d’andouilles (ou de choucroute, ou de méchoui, ou de BBQ, ou de caviar, ça peut ne pas être très différent, il ne faut pas non plus croire, vouloir croire, ou faire croire que tout est nul chez nous et parfait ailleurs) …

Je dis ça, je dis rien, mais bravo Mme Merkel, bonne chance mais avec votre talent, votre travail et votre peuple, vous n’en avez même pas besoin, et bon courage, parce qu’avec votre Europe kivapa et votre voisin d’outre-Rhin kilaifou, vous n’avez pas fini d’en voir de verts immatures, de roses pas mûrs, de rouges criants et de bleus pas bien finis, tous fanas d’alternance et de privilèges mais aussi nuls en gouvernance qu’en décence …

1239438_10152692023539625_564381298_n

Mais allons, relevons les coins des lèvres, c’est (déjà) l’automne, mais c’est (encore) l’été indien, profitons-en avant l’hiver, allons nous promener dans les bois en riant tant qu’il est temps, parce que rien ne dit que plus tard, il ne sera pas trop tard, même si jusqu’ici on n’est pas tout maigre à faire la queue aux restos du coeur cambriolés, vandalisés, oiu juste vides !

thfrwyyx

 

Renaud Favier – 22 septembre 2013 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Café du Matin

           Net Land Art  Mad in France        Frenchonomics            Compétitivité 2012 couverture

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Actualité, Frenchonomics, Humour, International, Musique, Pause Café, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s