Ces petits liens qui font (parfois) la différence et défont (parfois) l’indifférence …

Garfield

Crédit : Jim davis

Certains, les fous (notez, sans vouloir faire une digression avant le milieu de la 1ère ligne qui me serait reprochée à juste titre par les amateurs/trices de twits de moins de 140 caractères hashtag, chiffres et lien compris, que selon l’intonation entre les virgules, le propos est plus ou moins affirmatif, voire péremptoire, un rien peut tout changer, c’est fou, non ?), ne voient qu’eux (notez, sans prétendre faire une incidente, voire une dilatation -c’est bien le mot pour dire plus vite « manoeuvre dilatoire », non ?- alors que le 1er paragraphe n’est même pas fini, qu’on ne lit, lie, voire n’écrit pas « qu’eux » pareillement selon l’intention, voire l’invention, de l’auteur, et que le lecteur, ou la lectrice, ce qui est bien plus valorisant car hormis certaine ministre qui confirme la règle sans être exceptionnelle, les femme lisent -élisent, ça demanderait à être analysé, il faudrait tester dans une région où seules les femelles auraient le droit, et les devoirs y afférents au premier rang desquels celui d’introduire leur opinion dans la fente régulièrement, de vote, pour vérifier si cela ne tournerait pas moins mal- avec bien plus de talent que les mâles, objectivement plus doués pour le football, ou la politique, à la TV), les liens (parce qu’ils apparaissent en couleur, souvent gras, parfois sur ou souligné, dans les textes, et que généralement on peut zapper le texte et s’échapper tirer au flanc ailleurs en cliquant dessus, parfois en sachant où l’on va parce que l’URL est apparente, parfois plus aléatoirement par que le web n’est pas qu’un univers gentiment policé entre amis surfant un fleuve tranquille de contenus à visage humain entre un apéro networking facebook d’Happy Hour et un #occupy social si la météo est favorable).

banner web op

Donc : « certains, les fous, ne voient rien (et n’aiment) qu’eux, les liens« .

iLoveLien

Le chanteur poète ajouterait, pour s’amuser, et ne pas rater l’occasion d’une circonvolution du genre à faire grincer des dents les ceusses qui savent (techniquement, genre décryptage des lettres et syllabes, et repérage des ponctuations, comme des gastronomes capables de dire qu’il y a du boeuf dans le mironton -mais pas obligatoirement dans la lasagne industrielle- et que le vin a « une finale honnête pour sa catégorie », sinon de la jambe par dessus la glotte), mais n’aiment pas lire : « … de p’tits liens, des p’tits liens, toujours des p’tits liens … » quitte à devoir arracher les cheveux du p… de correcteur ortho toujours aussi casse-pied qu’une nana qui bidouillerait les paramétrages de la wifibox avant d’embrasser ou mettrait toujours du curcuma dans la sauce de salade après des semaines de vie commune, pour imposer ses « p’tits liens ».

Link

C’est fou, non ?

lien

Parce que les liens, c’est bien, mais sans être tout, et même si ce n’est pas rien, ça n’est que des liens (multimédia, parfois, certes, mais cela ne fait pas tellement de différence, un lecteur, et surtout une lectrice, pas trop monomaniaque du commentaire de foot ou des discours de politocards s’envole de lui-même, d’aile même, par-delà les apparences des mots et les coquilles que ne regardent que les mollusques « mots lus que », « que les mots lus », faut suivre, et encore, si on écrit « mollusques mâles », ça fait « que les mots mal lus », honni qui « que les mauvais mal élus » y pense parce que ce n’est qu’un gros obsédé sinon un minimaniaque), les liens.

lcommelien2

Ce n’est pas rien (et ce n’est pas aussi durable que des twits, les liens se distendent, les cibles s’échappent, les contenus multimédia disparaissent …).

desavouer-un-lien-spam

Bref, dans les billets de blog, non seulement cliquer sur une image est souvent comme appuyer sur un bouton d’ascenseur ou ouvrir au hasard un bouquin pêcho au petit bonheur la chance, ça emmène respirer ailleurs, ce qui est généralement bon pour tout, mine de rien, mais repérer les mots avec des « liens hypertexte », c’est comme regarder les bateaux sur la mer, les chamois à la montagne, ou les oiseaux dans le ciel, pas que ça change tout, pas que ça oblige à cliquer si on n’a pas le temps de surfer sur des « URLs » plus ou moins exotiques (petit bonheur minuscule quand en cliquant sur le mot « Ushuaïa » dans un billet pas trop moïsi, on ne tombe pas sur une publicité pour un vieux prédica(c)teur TV devenu politicien et casse-pied, ou quand en effleurant « Tahiti », on s’envole vers les îles sans sombrer dans deux barils de bain moussant), mais les liens internet, c’est comme le lien social, c’est frais même si on n’en a pas l’usage immédiat ou l’envie subi(t)e.

jardinons-nature-logo-liens

Re-bref, les liens vers des e-ailleurs dans le web (voire des ailleurs, si ça se trouve), c’est bien, et puis, sinon, à quoi ça servirait de lire sur un écran avec du wifi plutôt que de déguster du papier (ou de s’abrutir d’images qui bougent en faisant passablement de bruit superflu avec leur bouche ou autre instruments contondants (malentendus ?) et vachement de dégâts plus ou moins irréparables sur le neurone des militants, supporter, et dévots -tous ces veaux …-) pour s’évader, ou se taper une blanquette pour faire du « vrai » lien social ?

lien_amour

La toile, ça peut créer des liens (ainsi que des sacs de noeuds) mais observons qu’il n’y a guère de différence à l’oeil, et aucune à l’oreille, entre « ilien » et « e-lien »

Renaud Favier – 18 novembre 2014

PS : il y a même des liens qui emmènent vers l’avenir, en tout cas vers 2015 et le futur d’ensuite si affinités http://bonneannee2015.wordpress.com

Allez 2015

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Humour, Pause Café, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ces petits liens qui font (parfois) la différence et défont (parfois) l’indifférence …

  1. blueedel dit :

    Et bien au moins il y a de quoi faire à délier tout ceci 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s